Soutenance de thèse de Delphine Ayerbe

La soutenance de thèse en géographie de Delphine Ayerbe intitulée

La forêt d’eucalyptus à Addis Abeba — Valorisation, gestion et préservation de la ressource boisée dans une capitale en expansion.

se tiendra le 15 décembre 2016 à 9 h 30, Salle Duroselle (Sorbonne), Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne — UFR de Géographie — École doctorale de géographie de Paris : Espaces, sociétés et aménagement — UMR 8056 Prodig.

Le jury sera composé de :

Roland Pourtier (directeur) : Pr. émérite Université Paris 1
François Bart (rapporteur) : Pr. émérite Université Bordeaux 3 — Montaigne
Alain Gascon (rapporteur) : Pr. émérite Institut français de géopolitique-Université Paris 8 (Vincennes-St. Denis)
Dominique Couret (examinatrice) : Directrice de recherches IRD

Soutenance de thèse de Francesco Staro

La soutenance de thèse en anthropologie de Francesco Staro intitulée

Anthropologie politique de la gestion de l’eau en contexte pastoral. Réconfigurations socio-économiques et identitaires
chez les Garri du sud éthiopien entre Etat et ONG.

se tiendra le vendredi 9 décembre à 14 h, à l’Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis, 2 rue de la Liberté 93200 Saint-Denis, en Salle D3.

Le jury sera composé de :

Barbara CASCIARRI, Maître de Conférence en Anthropologie (HDR), Université Paris 8
Ugo FABIETTI, Professeur d’Anthropologie, Università Milano-Bicocca
John GALATY, Professeur d’Anthropologie, McGill University
Jean-Pierre OLIVIER DE SARDAN, Directeur d’études, EHESS Marseille
Bezunesh TAMRU, Professeure de Géographie, Université Paris 8
Mauro VAN AKEN, Maître de Conférence en Anthropologie, Università Milano-Bicocca

La soutenance sera suivie d’un pot auquel vous êtes toutes et tous chaleureusement conviés.

Résumé :

Ce travail analyse les dynamiques de reconfiguration socio-économique et identitaire auprès des groupes pastoraux habitant les régions rurales au sud de l’Éthiopie, à la frontière avec le Kenya. Les formes d’organisation sociale qui règlent l’accès à l’eau sont considérées en tant que principal outil d’analyse pour comprendre les dynamiques socio-culturelles de ces régions, et cela par la mise en exergue des relations, historiques et contemporaines, entre les populations locales, les autorités étatiques et les organisations internationales du développement et de l’aide humanitaire.

Nous analysons les formes d’organisation sociale chez les populations nomades en prêtant une attention particulière aux problématiques d’eau, et plus largement au rapport entre « nature » et « société », dans l’étude de ces groupes. La complexité de l’imbrication sociale de l’eau, ressource dont le caractère naturel et ici mis en question nous porte à focaliser sur d’autres domaines « extra-hydriques » : les processus de construction des identités ethniques dans les régions du sud-est éthiopien ; les enjeux liés aux intérêts de l’État éthiopien visant à incorporer les nomades dans l’ordre politique national ; les stratégies de contrôle du territoire mises en place par les populations locales vis-à-vis de l’État et des opérateurs des organisations internationales. Dans ce cadre, l’intervention d’acteurs internationaux est examinée en prenant en compte l’histoire des relations entre populations locales et ONG — qui se trouve inscrite dans les points d’eau — et en situant les projets de développement dans la perspective dynamique d’une interaction et négociation matérielle et symbolique.

La Grande Collecte

Les Archives de France organisent les 18, 19 et 20 novembre une Grande Collecte, dédiée aux relations entre la France et l’Afrique, aux XIXe et XXe  siècles.

Un appel est lancé au public afin de collecter et de numériser des documents traitant des relations entre l’Afrique et la France du XIXe au XXe siècle. La Grande Collecte 2016 embrassera tous les aspects de cette communauté de destin : échanges commerciaux, scientifiques ou culturels, collaboration économique, colonisation et décolonisation, immigration, mais aussi événements politiques, militaires et diplomatiques. Les personnes ou les familles conservant des documents datant de cette époque, tels que des journaux intimes, des carnets, des correspondances, des photographies, des tracts ou des affiches, sont invitées à les faire connaître auprès des services partenaires afin de les sauver de l’oubli. L’opération permettra ainsi d’enrichir deux siècles d’histoire franco-africaine, en mettant en lumière l’action des populations civiles et la réalité des parcours individuels.

L’opération bénéficie également cette année d’un partenariat avec le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. La Grande Collecte donne ainsi lieu à des travaux de classe sur les relations historiques entre la France et le continent africain, en lien avec les programmes scolaires.

Organisée par les Archives de France en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, la Grande Collecte est une opération nationale appelant tous les Français à présenter ou à remettre leurs papiers personnels ou familiaux aux institutions partenaires de l’événement. Après leur remise, ces documents sont numérisés puis mis en ligne.

Le site www.lagrandecollecte.fr en présente un florilège.

Assemblée générale 2016

L’assemblée générale 2016 de l’association se tiendra au Pôle des langues et civilisations le jeudi 1er décembre 2016 à 18 h00 salle 5.28.

Seront admis à voter les membres présents ou représentés, à jour de leur cotisation. Toutes les personnes sympathisantes ou intéressées par les activités de l’Association sont cordialement invitées à se joindre à la réunion.

appel-de-cotisation-aresae

architecture moderne à Addis Abäba

(Addis Abäba, Kazanchis, 2014. Photo Serge Dewel)

 

En 2012, l’artiste allemande Michaela Meise (www.michaelameise.com), séjourne à Addis Abäba pendant trois mois au cours desquels elle réalise un inventaire photographique du patrimoine architectural urbain.

Dans un livre (en anglais) publié en 2016, elle fait usage de cet inventaire pour illustrer un demi siècle d’architecture moderne (1950-1990) à Addis Abäba. L’ouvrage, qui se présente sous la forme d’un portfolio en petit format, rassemble les photographies, accompagnées d’une information minimale et succincte, de nombreux édifices devenus des jalons de la capitale éthiopienne.

Le livre de Michaela Meise offre surtout l’intérêt de compter parmi les pionnier de la reconnaissance de l’architecture moderne d’Addis Abäba. Cela étant, il illustre un propos de l’empereur Haylä-Sǝllase affirmant que l’Ethiopie c’est aussi autre chose que les « tukuls » et l’artisanat local, dans son combat pour la reconnaissance de la modernité éthiopienne.

MEISE Michaela (2016), Eshi Addis Ababa, Verlag der Buchhandlung Walther Konig, 164 pages.

71pn9ls3y4l

« Les nouveaux visages des armées africaines » – Colloque international le 5 et 6 octobre 2016

L’IRSEM organise un colloque international sur les Armées africaines. Seront présents des chercheurs d’Ouganda, du Soudan, d’Ethiopie, nous traiteront également de la Somalie, du Burundi.

Le programme est disponible icihttp://www.defense.gouv.fr/…/colloque-international-le-5-et… (et les inscriptions http://www.defense.gouv.fr/…/colloque-international-le-5-et…)

Le colloque international organisé par l’IRSEM, les 5 et 6 octobre 2016 à l’École militaire, sera consacré aux armées d’Afrique subsaharienne. Pluridisciplinaire et diachronique, il visera à une meilleure compréhension du fait militaire dans cette région, des forces armées et de ceux qui les composent.

Les différentes armées d’Afrique subsaharienne se trouvent aujourd’hui dans une période de transition entre un modèle issu des indépendances et un modèle plus adapté à la conflictualité actuelle. Lors des indépendances, ces armées ont incarné la souveraineté des Etats, bien qu’elles aient été parfois négligées par le pouvoir politique et qu’elles aient servi occasionnellement d’outil de développement ou de maintien de l’ordre. Elles apparaissent depuis la fin de la Guerre froide de plus en plus sollicitées pour améliorer la prévention, contribuer à la résolution des crises sécuritaires sur le continent africain et protéger ou garantir l’évolution politique vers des formes plus démocratiques. Aujourd’hui, elles se trouvent au centre de nouveaux enjeux, avec le développement du terrorisme djihadiste sur fond de renouveau de la concurrence entre puissances internationales et d’intensification des défis liés à la gouvernance.

Ce colloque examinera donc trois thèmes principaux :

  • La naissance et la formation des armées africaines,
  • les armées africaines face aux influences extérieures,
  • l’adaptation des armées africaines

qui seront déclinés en sept tables rondes au cours de ces deux journées. L’introduction scientifique sera prononcée par le professeur Michel-Louis Martin, professeur émérite de l’université Toulouse 1-Capitole et les conclusions scientifiques seront rassemblées par le professeur Frédéric Turpin de l’université de Chambéry

Les langues du colloque seront le français et l’anglais, avec traduction simultanée.

Bâtir les mémoires locales, « pluraliser » le récit national.

Bâtir les mémoires locales, « pluraliser » le récit national. Le musée communautaire au prisme des usages politiques de la mémoire et du patrimoine au Kenya et en Éthiopie.

La soutenance aura lieu le Vendredi 16 Septembre à 14 heures à l’Institut d’Etudes Politiques de Bordeaux (11 allée Ausone – Domaine Universitaire – 33607 PESSAC), Laboratoire Les Afriques dans le Monde, la salle reste à confirmer.

Membres du jury :

Dominique DARBON, Professeur de science politique, Sciences Po Bordeaux ; directeur de thèse

Mme Marie-Claire LAVABRE, Professeur, Nanterre, présidente du Jury

Hervé MAUPEU, Maître de Conférences, Université de Pau et des Pays de l’Adour

François-Xavier FAUVELLE, Directeur de recherche CNRS, Université de Toulouse Le Mirail ; rapporteur

Christian LEBART, Directeur de recherche CNRS, Institut d’Etudes Politiques de Rennes ; rapporteur

 

RESUME

Cette recherche aborde la scène politique de deux pays d’Afrique de l’Est (Éthiopie-Kenya) en s’appuyant sur une analyse des enjeux politiques inhérents à la mise en place d’institutions mémorielles telles que les musées, les mausolées et autres lieux de mémoires. Notre thèse est que ces musées sont à comprendre avant tout comme des espaces intermédiaires de négociation entre les groupes qui les portent, l’État qui les finance ou les autorise, et les organisations internationales qui soutiennent et influencent les projets patrimoniaux des gouvernements. Cette recherche se concentre ainsi sur deux études de cas : le musée Konso en Éthiopie et le musée-mausolée de Koitalel Samoei au Kenya. Ces institutions s’inscrivent dans des contextes politiques particuliers au début des années 2000, à savoir l’application effective du pluralisme politique au Kenya et le renforcement de l’autoritarisme en Éthiopie. Au Kenya, la négociation autour de l’interprétation du passé en termes politiques se fait au sein même du musée-mausolée dédié au héros Koitalel Samoei, tandis que le cas éthiopien souligne plutôt que les rapports de pouvoir sont restructurés ou réorganisés par la présence d’un premier musée ethnographique en région, le musée Konso.

L’apparition de musées communautaires témoigne, au Kenya comme en Éthiopie, d’un retour de l’identité ethnique en politique, qui est à la fois brandie comme une bannière par les gouvernements, mais également utilisée comme une catégorie opératoire ou une ressource par des acteurs particuliers, qu’on appellera ici des « entrepreneurs de patrimoine ». Par l’usage d’un nouveau capital, le patrimoine et sa préservation, ces « entrepreneurs de patrimoine » s’imposent ainsi à la fois comme des « entrepreneurs de soi » au sens de Michel Foucault, mais également comme des « entrepreneurs du nous » en politique, occupant une position graduelle dans les négociations et les prises de décisions publiques. Dès lors, il faut décentrer le regard pour s’intéresser à ce que le musée fait au politique, et non plus seulement à ce que la politique fait des musées.

En incluant également l’analyse des usages politiques de la mémoire étatiques et internationaux, ce travail cherche à renverser la perspective en adoptant une entrée microsociologique et ethnographique en science politique, étudiant les déterminants et les modalités de la reconstruction nationale du point de vue des musées communautaires. Cette approche « par le bas », articulée aux niveaux d’analyse macro (État, idéologie, cadre institutionnel) et micro (les organisations, associations et acteurs du patrimoine, les élites politiques locales) invite ainsi à une réflexion plus générale sur la construction, la qualification et les perceptions des régimes politiques, entamant une réflexion sur la nature de l’État qui se dévoile à travers ces nouvelles politiques mémorielles et patrimoniales, ainsi que sur le rôle joué par ces nouveaux « entrepreneurs de patrimoine » dans la reconfiguration de la compétition politique.

 

Cliché de Maryse Verfaillie (février 2016).

Actualité de l’Éthiopie dans « Politique africaine » de juin 2016

politique-africaine-n-142-l-ethiopie-apres-meles
« La situation dans le pays est alarmante. Un conflit ouvert et une crise profonde sont désormais envisageables, ce qui serait une catastrophe non seulement pour les Ethiopien.ne.s bien sûr, mais aussi pour la région et bien au-delà.  » écrit Jean-Nicolas Bach, qui signale la parution d’un dossier pour la revue Politique africaine (juin 2016) donnant une perspective globale à la crise actuelle :
« L’Ethiopie après Meles »
Introduction au thème, L’Éthiopie après Meles Zenawi : l’autoritarisme ethnique à bout de souffle ?
Jean-Nicolas Bach
La mort du Premier ministre éthiopien Meles Zenawi (août 2012) : dissimulation, assomption et sanctification
Éloi Ficquet 
Le Developmental State éthiopien et les paysans pauvres. Économie politique du développement rural par le bas
Sabine Planel 
Santé publique, participation communautaire et mobilisation politique en Éthiopie : la Women’s Development Army
Alessia Villanucci et Emanuele Fantini 
Le fédéralisme ethnique au prisme de la formalisation des droits fonciers : le cas de la zone Majang (Gambella)
Mehdi Labzaé 
La crise de l’EPRDF : « Devenir inclusif ! »
René Lefort
Photographie : Feyisa Lilesa à l’arrivée de l’épreuve du marathon aux Jeux olympiques de Rio, le 21 août 2016 (O. MORIN/AFP).

Alfred Ilg. Un Suisse en Abyssinie 1878 – 1906

Affiche-Charleville

Le Musée Arthur Rimbaud de Charleville-Mézières présente du 21 mai au 2 octobre 2016 l’exposition : ALFRED ILG. UN SUISSE EN ABYSSINIE (commissariat Hugues Fontaine).

Salle des expositions temporaires de L’Auberge verte, Ile du Vieux-Moulin, entrée gratuite du mardi au dimanche, 10-12h et 14-18h.

Vernissage à 17:00. Vous êtes les bienvenus.

L’exposition présente les vingt-huit années (1878-1906) que l’ingénieur suisse Alfred Ilg passa en Éthiopie, que l’on appelait alors en Europe : l’Abyssinie.

Sont exposées une soixantaine de photographies choisies parmi le millier de clichés que conserve aujourd’hui le Musée d’ethnographie de l’Université de Zurich et qui constituent le fonds Ilg. Les tirages sont produits à partir de nouvelles numérisations de la collection des plaques de verre négatives, réalisées par le musée à l’occasion de la commémoration du centième anniversaire de la mort d’Alfred Ilg.

Deux diaporamas offrent à voir aussi de très nombreuses plaques stéréoscopiques, ainsi que des photographies de quelques-uns des 600 objets ethnographiques qu’Alfred Ilg a rapportés d’Éthiopie (merci à Elisabeth Biasio et Peter Gerber).

Ces images viennent d’être montrées à Addis Abeba, au Musée d’Art moderne, en partenariat avec le Goethe-Institut dans une production de l’ambassade de Suisse en Éthiopie (commissariat Hugues Fontaine) : Alfred Ilg. L’Ingénieur et le Roi.

On y verra aussi, ce qui n’avait pas été montré à Addis Abeba, 4 tables de documents originaux : gravures parues dans les journaux d’époque, mais surtout un ensemble remarquable de cartes postales (véritables cartes photographiques ou cartes reproduites le plus souvent par phototypie) qui complètent la représentation que nous pouvons nous faire tant du roi Ménélik II que des lieux que fréquenta Alfred Ilg.

Certaines m’ont servi dans le travail d’identification des photographies du fonds Ilg.

Je remercie chaleureusement Serge Dewel, Serge Magallon, Francis Falceto et André Carenini, qui ont bien voulu prêter des cartes exceptionnelles qui s’ajoutent à celles de ma collection et enrichissent considérablement l’exposition.

ANTIPODES (2012, mars 2016) consacré au Somaliland

ANTIPODES
n° 2012 – mars 2016

Trimestriel publié à Bruxelles par ITECO, Centre de formation au développement et à la solidarité internationale
Ce numéro de 32 pages est consacré au Somaliland.

Sommaire :
– Présentation : Le point d’eau des dromadaires.
– La cause du Somaliland est en quarantaine, par Tito Dupret
– Écarter le Somaliland pour ne pas destabiliser la région… par Robert Wiren
– Le Somaliland dans le cadre africain, dialogue entre Robert Wiren et Tito Dupret
– Le Somaliland devant le droit international.
– La diaspora somalilandaise ne se fait pas d’illusion.
– Brève histoire du khat, le « thé somalien », par Tito Dupret

Les articles sont en ligne :
http://www.iteco.be/antipodes/somaliland-l-etonnant-pays-qui-n-existe-pas/article/ecarter-le-somaliland-pour-ne-pas-destabiliser-la-region

Scan0008

Une nouvelle Afrique de l’est

Afrique contemporaine

2015/1 (n° 253)

Une nouvelle Afrique de l’Est ?

Couv Afco 253.indd

Une nouvelle Afrique de l’Est se dessine. Des régimes politiques hybrides, un capitalisme développemental, de grands chantiers d’infrastructures et des enjeux sécuritaires partagés forment les principales entrées de ce numéro d’Afrique contemporaine. Coordonné par Marie-Aude Fouéré et Hervé Maupeu, ce dossier révèle des similarités dans les modes de fonctionnement politiques, économiques et idéologiques des États qui composent cet espace à géométrie variable. Élise Dufief, Marie-Aude Fouéré, Elsje Fourie, Alain Gascon, Hervé Maupeu et Jérémy Révillon mettent en lumière ces dynamiques comparées en Éthiopie, au Kenya et en Ouganda, évoquant aussi le cas de la Burundi et de la Tanzanie. Ils montrent en quoi cet espace régional est une construction politique et rhétorique jamais totalement stabilisée. Les élections qui se sont tenues dernièrement dans plusieurs pays d’Afrique de l’Est sont également traitées. Elles laissent entrevoir l’importance du rôle des classes moyennes dans les transitions politiques actuelles et rappellent que les technologies et l’ingénierie internationale du vote sont devenues des facteurs cruciaux de toute élection. Marie Morelle et Frédéric Le Marcis inaugurent la rubrique « Questions de recherche ». Ils dressent un panorama des études carcérales en Afrique et lancent de nombreuses pistes de recherche.

Avec, notamment, un article d’Alain Gascon :

L’Éthiopie des « 15 Glorieuses », moteur de l’Afrique orientale

Entre recherche de leadership et fragilités

L’Éthiopie a longtemps été associée aux famines, aux guerres et à la misère. Symbole de l’Afrique qui « bouge », elle offre depuis quelques années une autre image, celle d’un pays en paix et en pleine transformation. Meles Zenawi, ancien Premier ministre décédé en 2012, a lancé une véritable politique de « bond en avant » éthiopien fondé sur un développement forcené des infrastructures, des équipements et des réseaux d’échanges. Désormais, les élites dirigeantes prétendent au leadership en Afrique de l’Est, rejoignant les aspirations de Ménélik II (1889-1913), le fondateur de la Grande Éthiopie contemporaine.

Voir sur Cairn

Site Internet

HISTOIRE ET ARCHIVES DE DJIBOUTI ET DE SA RÉGION

En écho à notre récente journée d’étude, la parution à l’Harmattan
de cet ouvrage collectif édité par notre collègue Adawa Hasan Ali.

Cet ouvrage réunit des contributions de spécialistes d’histoire de la Corne de l’Afrique qui ont réfléchi sur le problème urgent de la conservation du patrimoine. En effet, à Djibouti, il n’existe pas encore d’Archives nationales ni de Bibliothèque nationale ni de dépôt légal. On voit disparaître toutes sortes de documents écrits, d’objets anciens et de constructions, témoins du passé. Délaissant l’oralité et ne tenant pas compte des archives écrites, on déambule vers un état d’amnésie collective.

Broché
ISBN : 978-2-343-08961-4 • avril 2016 • 156 pages
Prix éditeur : 16,15 €

L’Harmattan

Journal de l'ARESAE / The ARESAE Journal