Autour de la Notice sur l’Ogadine d’Arthur Rimbaud

Orients d’Afrique et l’Association pour la recherche scientifique et les études en l’Afrique de l’Est (ARESAE) ont le plaisir de vous faire part de la publication de :

Autour de la Notice sur l’Ogadine d’Arthur Rimbaud

de Marc Fontrier

L’auteur, au terme d’un livre de 200 pages abondamment illustré (18 cartes et croquis et 30 photos), recontextualise, commente et explique le bref document de dix pages connu depuis moins de 10 ans dans son intégralité et qui constitue l’un des deux seuls documents à caractère scientifique rédigés par le poète.

L’ouvrage, édité par Sépia à frais d’auteur et à tirage limité, peut être commandé auprès de Orients d’Afrique à l’adresse suivante :

Orients d’Afrique c/o Florian Fontrier

86, avenue du Docteur Arnold Netter

75012 Paris

OrientsAfrique@gmail.com

Au prix de 25 €, frais de port (4,80€) non compris

Nage Icare – Exposition de Hassan Musa

Suzanne et les vieillards I – Encre sur textile – 253 x 288 cm – 2006 ©Rebecca Fanuele

HASSAN MUSA
NAGE ICARE
VERNISSAGE SAMEDI 2 SEPTEMBRE

Galerie Maïa Muller – Paris
02.09.17 – 07.10.17

A l’occasion de cette exposition, le livre  » Hassan Musa  » collection
artistes en résonances sera publié par les éditions du Jasmin.

[TEXTE EXPOSITION] Hassan Musa – Nage Icare /// Galerie Maïa Muller, Paris

http://hassanmusa.com/

in memoriam Bernard Lortic

L’ARESAE salue la mémoire de Bernard Lortic, ingénieur et géographe à l’IRD, qui a travaillé aux projets d’urbanisme de la municipalité d’Addis Abäba, avec l’Université de Lyon et l’IRD. Excellent cartographe, il était un spécialiste de la géomatique et des SIG. Bernard Lortic a aidé de nombreux chercheurs qui ont soutenu une thèse sur Addis Abäba. De retour en France, il a suivi les cours d’amharique à l’INALCO.

Traitements numériques et lectures critiques de cartes historiques: matériaux éthiopiens

Traitements numériques et lectures critiques de cartes historiques: matériaux éthiopiens
Digital processing and critical reading of historical maps: Ethiopian materials

Journée d’étude organisée dans le cadre du projet « ETHIOMAP: Exploring Modern Historical Maps of the Horn of Africa »
EHESS-CéSor, FZG-Universität Erfurt, CFEE, ANR, DFG.
23 mai 2017 de 10:00 à 18:30
BULAC (salle RJ 24, rez-de-jardin, 65 rue des Grands Moulins – 75013)

Présentation
Conçu depuis l’Antiquité comme un territoire des confins, selon une représentation du monde centrée sur la Méditerranée, l’Ethiopie a longtemps été une « limite mobilisatrice » pour le développement de la cartographie, relancée à la Renaissance par la découverte de la finitude du monde. Pour les Européens, la quête des sources du Nil motiva des explorations risquées dont les principaux résultats étaient matérialisés et diffusés par des cartes imprimées. Si le jésuite espagnol Pedro Paez fut le premier Européen à avoir observé en 1618 les zones humides qui nourrissent l’amont du Nil bleu, l’Ecossais James Bruce et son assistant italien Luigi Balugani s’y rendirent en 1770 avec des instruments de mesure, inaugurant la première capture de cette région dans les rets de la description trigonométrique du globe. D’autres explorateurs suivront, poussant plus loin les frontières de la connaissance, avec des instruments plus sophistiqués, des armes plus puissantes, des attitudes plus arrogantes, affirmant par la capture cartographique de l’image d’un territoire la capacité à le contrôler. Exercés par la théologie chrétienne à manipuler des outils conceptuels à échelle globale, les interlocuteurs éthiopiens des cartographes ont compris les risques d’assujettissement qui pouvaient se jouer dans ces techniques nouvelles de représentation, et ils ont cherché à s’en saisir pour faire reconnaître leur souveraineté.

Ce sont les divers aspects de l’application des techniques de la cartographie moderne à l’Éthiopie et ses territoires environnants qui font l’objet du projet franco-allemand « ETHIOMAP: Exploring Modern Historical Maps of the Horn of Africa », financé par l’Agence nationale de la recherche (ANR) et la Fondation allemande pour la recherche (DFG), coordonné par Eloi Ficquet (EHESS-CéSor) et Wolbert Smidt (Mekelle University; Forschungszentrum Gotha der Universität Erfurt). Relevant des humanités numériques, le projet propose la consultation en ligne d’une sélection des cartes qui illustrent soit des avancées scientifiques, soit des tournants politiques significatifs pour la compréhension des dynamiques territoriales. A travers une base de données, spécifiquement développée pour le projet, chaque carte est indexée, en répertoriant toutes les informations topographiques, en comparant leurs occurrences et leurs transcriptions d’une carte à l’autre. Cet outil d’analyse n’est pas une fin en soi, mais il doit permettre une lecture critique des cartes, des savoirs qu’elles ont transcrits, entre savoirs géographiques locaux et données mesurées scientifiquement.

Cette journée d’étude propose d’exposer les premiers résultats de ce programme et de les mettre en discussion avec d’autres travaux et questionnements qui sortent du cadre de l’Ethiopie.

NB1: le site du projet est consultable à l’adresse : ethiomap.huma-num.fr
NB2: Afin de pouvoir accéder à la salle, il est recommandé de s’inscrire au préalable en passant par ce lien https://www.eventbrite.fr/e/billets-journee-ethiomap-34609411682

Programme
Matinée sur les techniques informatiques d’indexation et d’analyse de corpus cartographiques.
– 10h00 : Accueil et introduction (Eloi Ficquet, Wolbert Smidt)
– 10h30 : Présentation du site Ethiomap (Simon Imbert-Vier, Eloi Ficquet, Stéphane Ancel).
– 11h00 : Présentation de la plateforme « Oronce Fine: Semantic-enabled platform for the publication, integration and exploration of geo-historical resources » (Nicolas Verdier, Eric Mermet et Carmen Brando, EHESS).
– 11h30 : Presentation of the project « C.W. Schimper in Abyssinia » (Stephan Hanss, University of Cambridge).
Après-midi sur l’analyse de cartes comme sources historiques.

Discutantes: Morgane Labbé, EHESS; Hélène Blais, ENS
– 14h30: Présentation de différents aspects de la carte générale de l’Afrique par Hermann Habenicht (1891):
1. Map-making methods at the Justus Perthes Geographic Institute in Gotha (Iris Schroeder, Forschungszentrum Gotha der Universität Erfurt; Petra Weigel, Universität Erfurt, Forschungsbibliothek Gotha, Sammlung Perthes).
2. Territories of the Horn of Africa as understood in Habenicht’s map (Wolbert Smidt; Haile Muluken, Mekelle University).
3. Commentaires sur des détails frappants révélés par l’analyse minutieuse de la carte Habenicht et son indexation (Stéphane Ancel, Eloi Ficquet)

– 16h00: Pause
– 16h30: Présentation des cartes géodésiques d’Antoine d’Abbadie (1860) (Eloi Ficquet).
– 17h00: Présentation de la carte amharique de Kh. Papazian (1923) (Eloi Ficquet, Stéphane Ancel)
– 17h30: Discussion, ouverture de perspectives (Morgane Labbé, EHESS; Hélène Blais, ENS)

Partenaires du projet:
Centre d’études en sciences sociales du religieux (CéSor), Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), Centre national de la recherche scientifique (CNRS);
Forschungszentrum Gotha (FZG) der Universität Erfurt;
Centre français des études éthiopiennes (CFEE), CNRS, Ministère des Affaires étrangères et du Développement international (MAEDI);
Agence Nationale de la Recherche (ANR);
Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG).

Hailé Gerima au Jeu de Paume 4-25 avril

Hailé Gerima est né en 1946 à Gondar, au nord de l’Éthiopie. Il grandit sous l’influence des contes et récits de sa mère, institutrice, et de sa grand-mère ainsi que sous celle de son père, écrivain et metteur en scène de théâtre, ancien résistant au colonialisme italien. Après un bref passage au Creative Art Center de l’université Haïlé Sélassié, il quitte l’Éthiopie pour les États-Unis, en 1968, pour suivre les cours de comédie de la Goodman School of Drama de Chicago. Il dira y avoir fait pour la première fois l’expérience du racisme et s’y être confronté à la marginalisation des Noirs et des minorités. Cette prise de conscience l’incite en 1969 à quitter Chicago pour Los Angeles. En ces années du mouvement pour les droits civiques, de contestation anticapitaliste et du Black Power, Gerima entre à la Theater, Film and Television School de l’Université de Californie du Sud (UCLA), où les enseignants Elyseo J. Taylor puis Teshome Gabriel mènent un cursus de cinéma spécifique à l’expression des « minorités ». Hailé Gerima y travaille avec ceux qui comme lui participeront à l’émergence du cinéma afro-américain indépendant, plus tard appelés Los Angeles School of Black Filmmakers ou L.A. Rebellion, dont font notamment partie Charles Burnett, Larry Clack, Billy Woodberry, Julie Dash et Ben Caldwell. Le cursus inclut la vision de films du Troisième Cinéma latino-américain et du cinéma moderne africain et européen. Gerima réalise à UCLA deux courts-métrages, puis son premier long-métrage et film de diplôme Bush Mama, ainsi que La Récolte de 3000 ans, qui lui valent sa première reconnaissance internationale. Ces années que Gerima qualifie d’expérience « politique, démocratique, multiculturelle et multiraciale » sont celles du rejet du système hollywoodien et de ses stéréotypes narratifs, et du choix d’une radicale indépendance. Gerima s’installe à Washington en 1975 pour enseigner le cinéma à la Howard University, la grande université noire de la ville. Outre ses documentaires, il y développe Centres et Braises (1982), qui ne trouvera aucun distributeur aux États-Unis. Il crée alors avec sa femme, la cinéaste Sirikiana Aina, la société de distribution Mypheduh Films dédiée au cinéma noir indépendant, puis la structure de production Negodgwad Productions. L’ambitieux Sankofa peine à trouver des financements, et malgré son succès international, essuie le refus parfois hostile des distributeurs américains. La mobilisation de la communauté activiste et un travail de terrain opiniâtre en font un grand succès public. En 1996, Gerima ouvre à Washington, le centre culturel-café- librairie « Sankofa » au cœur du quartier afro-américain. Le très autobiographique Teza n’aboutira en 2007 que grâce à des partenariats européens, avant de connaître une remarquable carrière internationale. Hailé Gerima continue aujourd’hui de travailler à divers projets de films et conserve intacte la farouche indépendance de toute sa carrière.

Filmographie sélective : • Hour Glass (1971) • Child of Resistance (1972) • Bush Mama (1975) • La Récolte de 3000 ans (1976) • Wilmington 10 — USA 10,000 (1979) • Cendres et braises (1982) • Sankofa (1993) • Adwa : une victoire africaine (1999) • Teza (2008)

Plus de détail :

Programmation_HaileGerima

PetitJournal_HaileGerima

et ici

 

Séminaire au Château Abbadia

Prochain séminaire de l’Observatoire de l’Afrique de l’Est.
Le 6 avril. 15h-20h.
Hendaye, au Château Abbadia et à l’auditorium de la ville d’Hendaye.
Programme détaillé ci-joint.

Nous échangerons au fameux Observatoire du Château sur les frères d’Abbadie, le Château, et leurs lien historiques et artistiques avec la Corne de l’Afrique – Avec Eloi Ficquet; Vivianne Delpech.

Nous aborderons ensuite à l’Auditorium de la ville des thématiques d’actualité lors de conférences – Avec Berouk Mesfin, Azza A. Abdel Aziz Yacoub, Jon Abbink et Patrick Ferras.

JN Bach

in memoriam Didier Morin

Didier MORIN (1947-2016)

Après ses études secondaires, Didier Morin suit aux Langues O’ les cours d’amharique du Professeur Tubiana et ceux d’afar d’Edouard Chédeville, langues dont il est diplômé respectivement en 1970 et 1971. Deux ans plus tard, il obtient son diplôme de l’institut d’études politiques et soutient simultanément une thèse de troisième cycle de linguistique sur l’afar du sud qui sera suivie, en 1986, par une thèse d’Etat sur les typologies grammaticales de l’afar et du somali. En 1989, il entre au CNRS et poursuit une carrière déjà bien commencée de linguiste qui n’oublie pas aussi d’être ethnologue, historien et de se passionner pour les littératures orales de ces peuples, carrière durant laquelle alternent des séjours sur « son » terrain et des périodes d’enseignement, notamment à l’étranger. Ses publications – une douzaine de livres et de nombreux articles – culminent avec la sortie en 2012 de son Dictionnaire afar-français, Djibouti, Érythrée, Éthiopie (Kathala). Didier Morin aura consacré sa vie à faire connaître avec brio les langues et les cultures des Afars et des Somalis au monde, mais aussi à eux-mêmes. Unique spécialiste français de ces domaines, il était internationalement reconnu.

(Alain Rouaud)

Les systèmes d’alerte précoce (SAP) en Ethiopie comme jeux d’acteurs, de normes et d’échelles.

Ecole doctorale de l’EHESS 286

Avis de soutenance de thèse de doctorat
Lieu de soutenance : EHESS, Centre de la Vieille Charité, 2 rue de la Charité 13002 Marseille

Mardi 31 janvier 2017, 14h30, salle A (2e étage)

Candidat : François Enten, Centre Norbert Elias

Titre de la thèse :
Les systèmes d’alerte précoce (SAP) en Ethiopie comme jeux d’acteurs, de normes et d’échelles.
Fabrique et usage des chiffres de l’aide alimentaire en Ethiopie (2002/2004 et 2016).

Jury
· M. Jean-Pierre Olivier de Sardan (Directeur de thèse), EHESS
· M. Rony Brauman, Fondation Médecins Sans Frontières
· M. Eloi Ficquet, EHESS
· Mme Sabine Planel, IRD
· Mme Johanna Siméant, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

Journal de l'ARESAE / The ARESAE Journal