Hailé Gerima au Jeu de Paume 4-25 avril

Hailé Gerima est né en 1946 à Gondar, au nord de l’Éthiopie. Il grandit sous l’influence des contes et récits de sa mère, institutrice, et de sa grand-mère ainsi que sous celle de son père, écrivain et metteur en scène de théâtre, ancien résistant au colonialisme italien. Après un bref passage au Creative Art Center de l’université Haïlé Sélassié, il quitte l’Éthiopie pour les États-Unis, en 1968, pour suivre les cours de comédie de la Goodman School of Drama de Chicago. Il dira y avoir fait pour la première fois l’expérience du racisme et s’y être confronté à la marginalisation des Noirs et des minorités. Cette prise de conscience l’incite en 1969 à quitter Chicago pour Los Angeles. En ces années du mouvement pour les droits civiques, de contestation anticapitaliste et du Black Power, Gerima entre à la Theater, Film and Television School de l’Université de Californie du Sud (UCLA), où les enseignants Elyseo J. Taylor puis Teshome Gabriel mènent un cursus de cinéma spécifique à l’expression des « minorités ». Hailé Gerima y travaille avec ceux qui comme lui participeront à l’émergence du cinéma afro-américain indépendant, plus tard appelés Los Angeles School of Black Filmmakers ou L.A. Rebellion, dont font notamment partie Charles Burnett, Larry Clack, Billy Woodberry, Julie Dash et Ben Caldwell. Le cursus inclut la vision de films du Troisième Cinéma latino-américain et du cinéma moderne africain et européen. Gerima réalise à UCLA deux courts-métrages, puis son premier long-métrage et film de diplôme Bush Mama, ainsi que La Récolte de 3000 ans, qui lui valent sa première reconnaissance internationale. Ces années que Gerima qualifie d’expérience « politique, démocratique, multiculturelle et multiraciale » sont celles du rejet du système hollywoodien et de ses stéréotypes narratifs, et du choix d’une radicale indépendance. Gerima s’installe à Washington en 1975 pour enseigner le cinéma à la Howard University, la grande université noire de la ville. Outre ses documentaires, il y développe Centres et Braises (1982), qui ne trouvera aucun distributeur aux États-Unis. Il crée alors avec sa femme, la cinéaste Sirikiana Aina, la société de distribution Mypheduh Films dédiée au cinéma noir indépendant, puis la structure de production Negodgwad Productions. L’ambitieux Sankofa peine à trouver des financements, et malgré son succès international, essuie le refus parfois hostile des distributeurs américains. La mobilisation de la communauté activiste et un travail de terrain opiniâtre en font un grand succès public. En 1996, Gerima ouvre à Washington, le centre culturel-café- librairie « Sankofa » au cœur du quartier afro-américain. Le très autobiographique Teza n’aboutira en 2007 que grâce à des partenariats européens, avant de connaître une remarquable carrière internationale. Hailé Gerima continue aujourd’hui de travailler à divers projets de films et conserve intacte la farouche indépendance de toute sa carrière.

Filmographie sélective : • Hour Glass (1971) • Child of Resistance (1972) • Bush Mama (1975) • La Récolte de 3000 ans (1976) • Wilmington 10 — USA 10,000 (1979) • Cendres et braises (1982) • Sankofa (1993) • Adwa : une victoire africaine (1999) • Teza (2008)

Plus de détail :

Programmation_HaileGerima

PetitJournal_HaileGerima

et ici

 

Séminaire au Château Abbadia

Prochain séminaire de l’Observatoire de l’Afrique de l’Est.
Le 6 avril. 15h-20h.
Hendaye, au Château Abbadia et à l’auditorium de la ville d’Hendaye.
Programme détaillé ci-joint.

Nous échangerons au fameux Observatoire du Château sur les frères d’Abbadie, le Château, et leurs lien historiques et artistiques avec la Corne de l’Afrique – Avec Eloi Ficquet; Vivianne Delpech.

Nous aborderons ensuite à l’Auditorium de la ville des thématiques d’actualité lors de conférences – Avec Berouk Mesfin, Azza A. Abdel Aziz Yacoub, Jon Abbink et Patrick Ferras.

JN Bach

in memoriam Didier Morin

Didier MORIN (1947-2016)

Après ses études secondaires, Didier Morin suit aux Langues O’ les cours d’amharique du Professeur Tubiana et ceux d’afar d’Edouard Chédeville, langues dont il est diplômé respectivement en 1970 et 1971. Deux ans plus tard, il obtient son diplôme de l’institut d’études politiques et soutient simultanément une thèse de troisième cycle de linguistique sur l’afar du sud qui sera suivie, en 1986, par une thèse d’Etat sur les typologies grammaticales de l’afar et du somali. En 1989, il entre au CNRS et poursuit une carrière déjà bien commencée de linguiste qui n’oublie pas aussi d’être ethnologue, historien et de se passionner pour les littératures orales de ces peuples, carrière durant laquelle alternent des séjours sur « son » terrain et des périodes d’enseignement, notamment à l’étranger. Ses publications – une douzaine de livres et de nombreux articles – culminent avec la sortie en 2012 de son Dictionnaire afar-français, Djibouti, Érythrée, Éthiopie (Kathala). Didier Morin aura consacré sa vie à faire connaître avec brio les langues et les cultures des Afars et des Somalis au monde, mais aussi à eux-mêmes. Unique spécialiste français de ces domaines, il était internationalement reconnu.

(Alain Rouaud)

Les systèmes d’alerte précoce (SAP) en Ethiopie comme jeux d’acteurs, de normes et d’échelles.

Ecole doctorale de l’EHESS 286

Avis de soutenance de thèse de doctorat
Lieu de soutenance : EHESS, Centre de la Vieille Charité, 2 rue de la Charité 13002 Marseille

Mardi 31 janvier 2017, 14h30, salle A (2e étage)

Candidat : François Enten, Centre Norbert Elias

Titre de la thèse :
Les systèmes d’alerte précoce (SAP) en Ethiopie comme jeux d’acteurs, de normes et d’échelles.
Fabrique et usage des chiffres de l’aide alimentaire en Ethiopie (2002/2004 et 2016).

Jury
· M. Jean-Pierre Olivier de Sardan (Directeur de thèse), EHESS
· M. Rony Brauman, Fondation Médecins Sans Frontières
· M. Eloi Ficquet, EHESS
· Mme Sabine Planel, IRD
· Mme Johanna Siméant, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

NOUVELLES PUBLICATIONS sur la CORNE

 Atlas de l’Afrique

Un continent émergent ?
Loin des idées reçues, cet atlas inédit dresse le portrait de l’Afrique au début du XXIe siècle. Les profondes mutations du continent sont abordées à travers :
. La croissance démographique rapide mais contrastée ;
. Les fragilités environnementales, les (…)
https://www.autrement.com/ouvrage/atlas-de-lafrique-geraud-magrin-alain-dubresson-olivier-ninot-aurelie-boissiere

MAGRIN Géraud, DUBRESSON Alain & NINOT Olivier, Atlas de l’Afrique : Un continent émergent ?, Autrement, 2016. Cartographie d’ Aurélie Boissière

Ethiopie, le paradigme de l’Afrique ?

GAGLIARDONE Iginio, The Politics of Technology in Africa
Communication, Development, and Nation-Building in Ethiopia, Cambridge University Press, 2016.

University of the Witwatersrand, Johannesburg and the University of Oxford
November 2016
ISBN: 9781107177857

9781107177857

 

 DE WAAL Alex, The Real Politics of the Horn of Africa. Money, War and the Business of Power, Polity Press, 2015.
1969-2014 : le regard d’une photographe, de retour en Ethiopie après 45 ans

GREEN (PRESTON) Julie, ETHIOPIA. Past and Present, Gilgamesh Publishing, 2016.

224pp • 240x300mm
ISBN: 978-1-908531-42-1
Publication: 13th October 2016

http://www.gilgamesh-publishing.co.uk/ethiopia-past-and-present.html

Picture

 

 

Parcours d’anthologie en Ethiopie :

STRANGER Yves-Marie (Ed.), Ethiopia: through writers’ eyes, Eland, 2016.
ISBN: 978-178060-077-2

EthiopiaEbookFrontCoverRGB.jpg

There are only a handful of destinations left in the world that have retained their ability to surprise the traveller and Ethiopia is one of them. This book offers the reader an opportunity to discover or rediscover one of the most fascinating countries on the planet, through a kaleidoscopic variety of authors.  The only country in Africa never to be colonized, ithas an extraordinary history and at the centre of this rugged, landlocked country lies the cultural hub of Addis Ababa.  This book is the perfect companion to any exploration of Ethiopia, be it in the precarious saddle of an Abyssinian pony, or from the folds of an armchair. As well as peopling the land with its own caste of priest kings descended from Solomon and Sheba, Ethiopia has long attracted the attentions of eccentric adventurers, Jesuit explorers, foolish would-be conquerors, as well as saints and sinners in equal measure.
Including: Herodotus, Edward Gibbon, Philip Marsden, Strabo, Abba Gregorios, Arthur Rimbaud, Edgar Allan Poe, Coleridge, Dervla Murphy, Wilfred Thesiger among others.

(communiqué de l’éditeur : http://www.travelbooks.co.uk/shop-online-books/ethiopia-through-writers-eyes)

 

Un des plus célèbres et vénérables manuscrits éthiopiens :

McKENZIE Judith S. & WATSON Francis, The Garima Gospels. Early Illuminated Gospel Books from Ethiopia (preface and photographs by Michael Gevers), Manar Al-Athar.

 

Avant d’être circulaires, les églises éthiopiennes étaient construites sur le plan basilical

DI SALVO Mario, The Basilicas of Ethiopia. An Architectural History, I.B. Tauris, 2016.

ISBN: 9781784537258
Publication Date: 30 Nov 2016
Number of Pages: 160
Illustrations: 193 colour and black and white illustrations

 

Le Soudan du Sud par le Dr Lam Akol, politicien Shilluk, ancien SPLA et leader SPLM

AKOL Lam, SOUTH SUDAN. From Colonial Neglect To National Misrule, Gilgamesh Publishing, 2015.

256pp • 129x198mm
ISBN: 978-1-908531-32-2
Publication: January 2015

Picture

 

Une histoire en 10 chapitres :
1. Introduction: the land and peoples of Upper Nile
2. Ivory and slaves: the nineteenth century
3. The second Turkiyya, 1898–1953
4. The curse of colonial continuity, 1953–63
5. The first civil war, 1963–72
6. Regional government: from one civil war to another, 1972–83
7. Eclipsed by war, 1983–91
8. Factional politics, 1991–2001
9. Making unity impossible, 2002–11
10. Independent South Sudan.
ROLANDSEN Oystein H. & DALY M. W., A History of South Sudan. From Slavery to Independence, Cambridge University Press, 2016.
http://www.cambridge.org/fr/academic/subjects/history/african-history/history-south-sudan-slavery-independence?format=HB&isbn=9780521116312
ISBN: 9780521116312

 

 

A paraître en 2017

 

 

Getahun Benti, Urban Growth in Ethiopia, 1887-1974, Lexington Books.

https://rowman.com/ISBN/9781498521932/Urban-Growth-in-Ethiopia-1887%E2%80%931974-From-the-Foundation-of-Finfinnee-to-the-Demise-of-the-First-Imperial-Era

 

 

HEISEL Felix & Bisrat Kifle (Dir.), Lessons of Informality: Architecture and Urban Planning for Emerging Territories. Concepts from Ethiopia, Birkhauser.

https://www.degruyter.com/view/product/460641

YLÖNEN Aleksi & ZAHORIK Jan (Ed.), The Horn of Africa Since the 1960s. Local and International Politics Intertwined, Routldge, 2017.

https://www.routledge.com/The-Horn-of-Africa-Since-the-1960s-Local-and-International-Politics-Intertwined/Ylonen-Zahorik/p/book/9781472478207

The Horn of Africa Since the 1960s: Local and International Politics Intertwined (Hardback) book cover

 

CLAPHAM Christopher, The Horn of Africa. State Formation and Decay, Hurst Publishers.

https://www.palgrave.com/fr/book/9783319398914

Redie Bereketeab (Dir.), State Building and National Identity Reconstruction in the Horn of Africa, Palgrave Macmillan.
https://www.palgrave.com/fr/book/9783319398914

 

 

 

GEO-CONFLUENCES Afrique(s) : dynamiques régionales

Le dossier Afrique du site « Géo-confluences », à l’élaboration duquel a participé Alain Gascon, est maintenant disponible en ligne:
http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-regionaux/afrique-dynamiques-regionales

« Géo-Confluences » un site de vulgarisation didactique et pédagogique destiné aux étudiants, aux enseignants et aussi aux chercheurs.

 

sans-titre

Concert à l’INALCO

Aveva Dese, auteur-interprète israélo-éthiopienne, est une des étoiles montantes de la scène israélienne.
La musique d’Aveva amène un stimulant groove africain et une touche du beat urbain de Tel-Aviv. Avec des textes en anglais et amharique, leur musique est définitivement interculturelle. Formé en 2013, son groupe a depuis joué dans les festivals les plus populaires d’Israël et revient d’une tournée aux Etats-Unis. L’an passé, ils ont eu l’occasion de collaborer pour leur premier album, sorti en Novembre 2016, avec le producteur Yossi.

http://inalco.fr/actualite/chanteuse-israelo-ethiopienne-aveva-dese-concert-inalco

aveva_by_you_and_whose_army_media

La « Mission scientifique en Afrique centrale » du vicomte Robert du Bourg de Bozas, 1901-1902 : note de Serge Tornay

« Mission scientifique en Afrique centrale » du vicomte Robert du Bourg de Bozas, 1901-1902
Hubert Verneret
Camosine – Les Annales des pays nivernais, n° 166, août 2016.

Cette brochure est publiée avec le soutien du Conseil départemental de la Nièvre.

camosine-n-166-jpg

La page de titre porte, en dessous de la photo du vicomte en compagnie de ses amis Karo de la basse vallée de l’Omo, la mention ITIYOPIYA (Ethiopia) en caractères amhariques. En effet, plus qu’en « Afrique centrale » l’expédition du Bourg en 1901-1902 s’est déroulée principalement en Éthiopie.

Le projet initial de Robert du Bourg était de traverser l’Afrique en partant de Zanzibar et de la Côte de l’Océan indien, à travers les territoires que la Grande-Bretagne revendiquait : le Kilimandjaro, les steppes maasai, leurs guerriers, leur exubérante faune, le lac Victoria, les sources du Nil… autant de lieux mythiques qui faisaient rêver. Le contexte historique priva ce projet de tout soutien politique. Mais il en fallait plus pour décourager du Bourg. Il obtint un ordre de mission du Ministère français de l’instruction publique et le soutien du Muséum national d’histoire naturelle. Sa mission sera scientifique, nullement militaire ; elle partira de Djibouti et fera de l’Éthiopie de Ménélik II, dans le temps comme dans l’espace, son parcours le plus long et le plus créatif.

Permettez-moi d’évoquer un événement qui a précédé de douze ans celui du lancement du numéro 166 de Camosine en août 2016. Ce fut l’exposition « De la Mer Rouge à l’Atlantique : la mission scientifique du Bourg de Bozas 1901-1903 » que le Musée de l’Homme et l’Institut Pasteur organisèrent conjointement à la salle du Vieux Colombier de la Mairie du 6e Arr. de Paris, en novembre-décembre 2004.

Le vicomte s’était entouré, au départ de l’expédition à Djibouti, des compagnons les plus compétents : le docteur Emile Brumpt, pionnier de la parasitologie tropicale, François de Zeltner, ethnographe et anthropologue, le Suisse Marc Golliez, ingénieur aux mille métiers et nommé d’emblée chef de caravane, le lieutenant baron Jules-Louis Burthe d’Annelet, Spahi saharien et brillant géographe, et last but not least, l’Éthiopien francophone Daniel Tessema, l’indispensable interprète qui allait suivre la mission jusqu’à Nimule et rapatrier des rives du Nil l’ensemble des personnels originaires de Djibouti et de la Corne d’Afrique. De Zeltner, tombé malade à Goba en octobre 1901, devra quitter la mission à Addis Abeba en janvier 1902, comme le lieutenant baron Burthe d’Annelet parvenu au terme de son année de permission. La mission refit partiellement ses forces en recrutant, à Addis Abeba, le belge Léopold Didier, géologue, naturaliste, qui se rendra particulièrement utile au cours de la dernière étape de la mission à travers le Congo belge.

Robert du Bourg de Bozas paya l’aventure non seulement de sa fortune personnelle, mais de sa vie qu’il perdit sur les rives de l’Ouellé. Cette veillée de Noël 1902 fut la plus cruelle des épreuves pour les compagnons du vicomte, qui, sous la houlette de Marc Golliez, désigné par du Bourg sur son lit de mort comme chef de l’expédition, achevèrent le périple jusqu’aux rivages du Congo français et sauvèrent, pour la famille de l’explorateur comme pour la science, les documents les plus précieux : ceux que nous avons proposés dans l’exposition de 2004 et dont les dépositaires sont les archives de l’Institut Pasteur et celles de la famille du Bourg de Bozas ; le Musée de l’Homme, conservateur de 688 des 885 objets collectés par la mission[1], les expose ici pour la première… et la dernière fois, avant de les transmettre au Musée du Quai Branly, nouveau dépositaire.

Notre exposition mit en évidence les contributions de l’expédition aux diverses disciplines : ethnologie et ethnographie, anthropologie, médecine tropicale, en particulier parasitologie, géographie, géologie, ethno-botanique et ethno-zoologie. Du Bourg était certes chasseur, mais il était bien plus que cela : curieux de tout, il avait une solide formation intellectuelle et artistique, comme en témoigne le somptueux journal de terrain que le vicomte écrivit de sa main entre Addis Abeba et Nimule, prenant ainsi le relais de François de Zeltner. Nous devons à Madame la Comtesse du Bourg de Bozas le privilège d’avoir ce très précieux document dans l’une de nos vitrines. On pourra y admirer la fine écriture du vicomte et son talent de dessinateur.

Retracé par Hubert Verneret dans Camosine, l‘itinéraire de la mission a conduit du Bourg et ses compagnons de Djibouti à Addis Abeba, par Harar (2-21 avril 1901), Imi (2 juin-7 août 1901) et Goba (12 septembre – 7 octobre 1901). Arrivée à Addis le 28 décembre 1901. Séjour heureux à Addis où l’expédition est reçue avec tous les honneurs par Ménélik II. La grande étape suivante (4 mars – 6 juin 1902) sera la marche d’Addis au Nil blanc. La nouvelle caravane comprend, en dehors de nos quatre Européens, 101 soldats de nationalités différentes – afin d’éviter des révoltes et désertions massives. Les bêtes de charge sont au nombre de 204, dont 130 ânes réputés plus robustes et quatre chevaux de selle réservés aux Européens… et deux chameaux rescapés de la maladie du sommeil pour 120 au départ de Djibouti.

C’est au cours de l’étape Addis-Nil que la mission a parcouru la basse vallée de l’Omo, étape magnifiquement évoquée par la photo du vicomte « chez le roi Labouko des Karo ». Les Karo n’ont pas de roi et Labouko est le nom d’un village muguji qui fait partie de l’aire karo. Il faut souligner que les photos de l’expédition, qui avaient été perdues, mais qui furent retrouvées par Denis Ogilvie dans les archives de l’Institut Pasteur, constituent un document de première valeur, pour la qualité des vérascopes (ancêtres de nos diapositives) en 1901 et 1902. Ces photos exceptionnelles furent essentiellement l’ouvrage d’Emile Brumpt, qui fut aussi le médecin de l’expédition et qui hélas ne réussit pas à sauver de ses fièvres Robert du Bourg, qui décéda sur les rives de l’Ouellé le 24 décembre 1902.

Il est légitime de considérer Robert du Bourg, qui avait passé sa jeunesse au château de Prye, près de Nevers, de l’honorer, avec ses compagnons d’aventure comme des figures héroïques de la Belle Époque.

Le numéro 166 de Camosine relate aussi les découvertes scientifiques liées à l’expédition. Il est devenu coutumier de dire que la découverte de Lucy fait partie de ces ‘retombées’. C’est une facilité journalistique : Lucy a été découverte en 1974 à Hadar, en pays afar, au nord-est de l’Éthiopie, dans une contrée que l’expédition du Bourg n’avait pas parcourue.

Serge Tornay, dernier conservateur du département d’Afrique du Musée de l’Homme avant la création du Musée Jacques Chirac au Quai Branly, a fait une étude de la collecte en route des objets ethnographiques, qui doit beaucoup à François de Zeltner, et qui fut l’une des principales collectes de l’expédition, aux côtés des récoltes botaniques, zoologiques et paléontologiques, qui elles sont véritablement à l’origine des missions de Camille Arambourg dans les années 1930 et de celles d’Yves Coppens, à partir de 1967, dans la basse vallée de l’Omo. Emile Brumpt, qui devint en 1919 professeur titulaire de parasitologie à la faculté de médecine de Paris, permit par ses observations et ses prélèvements au cours de mission de faire progresser la connaissance de plusieurs fièvres paludéennes, du mycétome ou pied de Madura en pays galla – forme de cancer qui n’était connue qu’en certains point d’Afrique occidentale -, ainsi que les conséquences désastreuses d’un trypanosome, celui de la mouche tsé-tsé, sur les chameaux, les mulets, les ânes et les chiens. Verneret aurait pu ajouter à la liste des victimes de la maladie sommeil ou narcolepsie, les zébus, les moutons et l’Homme bien sûr. Dans la basse vallée de l’Omo, une population originaire du Soudan qui avait été nommée « Murle de l’Omo », a été victime, dans les années 1910, d’une terrible épidémie de narcolepsie. Les survivants ont été contraints de se faire reconnaître comme une section territoriale nyangatom, celle des NGARIC (de Ngandarec, nom de clan de Murle du Soudan).

La mission scientifique du Bourg de Bozas, de la Mer Rouge à l’Atlantique, publiée par Fernand Maurette (F. R. de Rudeval 1906) est l’un des ouvrages qui ont contribué à sauver la mémoire de cette expédition. Lors de l’exposition de 2004, nous avions posé la question : pourquoi la mission du Bourg de Bozas est-elle tombée dans l’oubli pendant une bonne partie du XXe siècle ? Evidemment le décès du chef de l’expédition, avant son retour en France, est l’une des causes majeures de ce destin peu ‘médiatique’. Aussi est-il légitime de se réjouir de la publication de Camosine 166, 2016, qui contribue à redonner vie à nos héroïques voyageurs.

Serge Tornay,
Professeur émérite du Muséum national d’histoire naturelle,
Ancien directeur du Musée de l’Homme

 

La brochure est diffusée, pour le prix de dix Euros par « La Pagerie » rue Colonel Jeanpierre, 58000 Nevers.

[1] Au total, la mission du Bourg fait l’objet, dans le Grand Registre du MET, le Musée ethnographique du Trocadéro, de 77 + 95 + 709, + 4, soit 885 entrées. Au total, les « enregistrements » MH de la collection du Bourg consignent 64 + 620 + 4, soit 688 entrées. En un siècle, la déperdition serait donc, en nombre absolu, effarante : 197 pièces, soit 22,3% des entrées du grand Registre MET ! Mais gardons-nous d’accuser d’incurie les conservateurs qui se sont succédé au Trocadéro au cours du XXe siècle !

Journal de l'ARESAE / The ARESAE Journal