Tous les articles par aresae

Assemblée générale 2016

L’assemblée générale 2016 de l’association se tiendra au Pôle des langues et civilisations le jeudi 1er décembre 2016 à 18 h00 salle 5.28.

Seront admis à voter les membres présents ou représentés, à jour de leur cotisation. Toutes les personnes sympathisantes ou intéressées par les activités de l’Association sont cordialement invitées à se joindre à la réunion.

appel-de-cotisation-aresae

« Les nouveaux visages des armées africaines » – Colloque international le 5 et 6 octobre 2016

L’IRSEM organise un colloque international sur les Armées africaines. Seront présents des chercheurs d’Ouganda, du Soudan, d’Ethiopie, nous traiteront également de la Somalie, du Burundi.

Le programme est disponible icihttp://www.defense.gouv.fr/…/colloque-international-le-5-et… (et les inscriptions http://www.defense.gouv.fr/…/colloque-international-le-5-et…)

Le colloque international organisé par l’IRSEM, les 5 et 6 octobre 2016 à l’École militaire, sera consacré aux armées d’Afrique subsaharienne. Pluridisciplinaire et diachronique, il visera à une meilleure compréhension du fait militaire dans cette région, des forces armées et de ceux qui les composent.

Les différentes armées d’Afrique subsaharienne se trouvent aujourd’hui dans une période de transition entre un modèle issu des indépendances et un modèle plus adapté à la conflictualité actuelle. Lors des indépendances, ces armées ont incarné la souveraineté des Etats, bien qu’elles aient été parfois négligées par le pouvoir politique et qu’elles aient servi occasionnellement d’outil de développement ou de maintien de l’ordre. Elles apparaissent depuis la fin de la Guerre froide de plus en plus sollicitées pour améliorer la prévention, contribuer à la résolution des crises sécuritaires sur le continent africain et protéger ou garantir l’évolution politique vers des formes plus démocratiques. Aujourd’hui, elles se trouvent au centre de nouveaux enjeux, avec le développement du terrorisme djihadiste sur fond de renouveau de la concurrence entre puissances internationales et d’intensification des défis liés à la gouvernance.

Ce colloque examinera donc trois thèmes principaux :

  • La naissance et la formation des armées africaines,
  • les armées africaines face aux influences extérieures,
  • l’adaptation des armées africaines

qui seront déclinés en sept tables rondes au cours de ces deux journées. L’introduction scientifique sera prononcée par le professeur Michel-Louis Martin, professeur émérite de l’université Toulouse 1-Capitole et les conclusions scientifiques seront rassemblées par le professeur Frédéric Turpin de l’université de Chambéry

Les langues du colloque seront le français et l’anglais, avec traduction simultanée.

Alfred Ilg. Un Suisse en Abyssinie 1878 – 1906

Affiche-Charleville

Le Musée Arthur Rimbaud de Charleville-Mézières présente du 21 mai au 2 octobre 2016 l’exposition : ALFRED ILG. UN SUISSE EN ABYSSINIE (commissariat Hugues Fontaine).

Salle des expositions temporaires de L’Auberge verte, Ile du Vieux-Moulin, entrée gratuite du mardi au dimanche, 10-12h et 14-18h.

Vernissage à 17:00. Vous êtes les bienvenus.

L’exposition présente les vingt-huit années (1878-1906) que l’ingénieur suisse Alfred Ilg passa en Éthiopie, que l’on appelait alors en Europe : l’Abyssinie.

Sont exposées une soixantaine de photographies choisies parmi le millier de clichés que conserve aujourd’hui le Musée d’ethnographie de l’Université de Zurich et qui constituent le fonds Ilg. Les tirages sont produits à partir de nouvelles numérisations de la collection des plaques de verre négatives, réalisées par le musée à l’occasion de la commémoration du centième anniversaire de la mort d’Alfred Ilg.

Deux diaporamas offrent à voir aussi de très nombreuses plaques stéréoscopiques, ainsi que des photographies de quelques-uns des 600 objets ethnographiques qu’Alfred Ilg a rapportés d’Éthiopie (merci à Elisabeth Biasio et Peter Gerber).

Ces images viennent d’être montrées à Addis Abeba, au Musée d’Art moderne, en partenariat avec le Goethe-Institut dans une production de l’ambassade de Suisse en Éthiopie (commissariat Hugues Fontaine) : Alfred Ilg. L’Ingénieur et le Roi.

On y verra aussi, ce qui n’avait pas été montré à Addis Abeba, 4 tables de documents originaux : gravures parues dans les journaux d’époque, mais surtout un ensemble remarquable de cartes postales (véritables cartes photographiques ou cartes reproduites le plus souvent par phototypie) qui complètent la représentation que nous pouvons nous faire tant du roi Ménélik II que des lieux que fréquenta Alfred Ilg.

Certaines m’ont servi dans le travail d’identification des photographies du fonds Ilg.

Je remercie chaleureusement Serge Dewel, Serge Magallon, Francis Falceto et André Carenini, qui ont bien voulu prêter des cartes exceptionnelles qui s’ajoutent à celles de ma collection et enrichissent considérablement l’exposition.

IsIAO – Lettre du président de l’ARESAE au ministre italien des Affaires étrangères

Le président de l’ARESAE, Alain Gascon, a adressé la lettre suivante au ministre italien des Affaires étrangères

Monsieur le ministre des Affaires étrangères,

Nous tenons à vous faire part de la consternation des professeurs, chercheurs et étudiants de l’Association pour la Recherche scientifique et les Études sur l’Afrique de l’Est (ARESAE)— association liée à l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO) — lorsqu’il nous est revenu la situation préoccupante dans laquelle se trouve l’Istituto Italiano per l’Africa e l’Oriente de Rome.

Rares sont ceux d’entre nous qui n’avons un jour ou l’autre travaillé en collaboration, pour des publications et des journées d’étude, avec des chercheurs et des enseignants de cette institution — ou son aînée, l’Istituto Italo-Africano, dont le fonds documentaire compte parmi les plus riches, sinon le plus riche existant sur la Corne de l’Afrique. J’ajouterai que nous avons toujours été remarquablement accueillis par les membres de l’Istituto.

Aussi, au nom des membres de notre association, nous tenons également à vous faire part de notre vive préoccupation quant au devenir de ses inestimables ressources, concernant leur conservation ainsi que leur accessibilité. Il s’agit d’un patrimoine, italien certes, mais patrimoine aussi de la communauté des savants africanistes du monde entier.

Nous souhaitons enfin témoigner de notre absolue solidarité de cœur avec nos collègues et amis italiens.

 

Alain Gascon, président de l’ARESAE

Professeur émérite Institut français de géopolitique-Université Paris 8. 

Ancien chargé de cours à l’INALCO

Marc Fontrier, secrétaire général del’ARESAE

Docteur d’études africaines de l’INALCO

Florian Fontrier, trésorier del’ARESAE

Doctorant

L’illusion du chaos

Vient de paraître. Collection Bibliothèque Peirsec

L’Illusion du chaos. 1995-2000

Annales de Somalie

Marc FONTRIER

1ere couv

Mars 1995. Les Nations Unies mettent fin à l’opération internationale déployée depuis deux ans dans une Somalie en déliquescence. Le territoire de l’ancienne République, atomisé, est abandonné aux ambitions personnelles des chefs de factions et à l’égoïsme des clans. Sur le plan politique émerge l’idée de reconstruire le pays non pas à partir de ses institutions étatiques mais à partir de ses régions, souvent engagées déjà dans une logique d’apaisement. Dans le Nord du pays, le Somaliland qui depuis 1993 a autoproclamé son indépendance montre la voie, suivi un peu plus tard du Puntland qui décrète son autonomie. Dans le Sud et le Centre en revanche, en dépit de conférences de réconciliation manquées, l’exercice est plus compliqué. Les régions existent, bien identifiées, mais les chefs de factions ne parviennent pas à consentir les renoncements nécessaires au rétablissement de la paix.

Cette instabilité n’empêche en rien les affaires, licites ou délictueuses, de s’organiser en un système largement mondialisé qui n’a rien de chaotique.

Sur cette scène qui n’est pas sans rappeler la période ante-coloniale et sur fond de lutte d’influence arabo-éthiopienne, le président de la République de Djibouti organise en 2000 une réunion qui se veut définitive. Bien que mené avec soin, l’exercice ramènera vers un pouvoir plus que virtuel nombre d’anciens du régime déchu mais surtout un fondamentalisme musulman étranger au monde somali.

Marc Fontrier, officier des Troupes de Marine, est docteur en Études africaines de l’Institut national des langues et civilisations orientales où il a étudié l’arabe, l’amharique et le somali. En plus de trente ans, il a effectué de nombreux séjours de longue et de moyenne durée en Afrique subsaharienne, la plupart dans des pays en crise : Éthiopie, Somalie, Djibouti, Sierra Leone, etc. Ses recherches portent en particulier sur l’histoire de la Corne de l’Afrique et sur la polémologie africaine dans le dernier quart du XXe siècle.

46 euros, 490 pages – ISBN : 978-2-343-06408-6

PDF de la couverture ⦿ Chez l’éditeur

1ere couv verso

L'Harmattan
Édition -Diffusion, 5-7, rue de l’École Polytechnique 75005 Paris
Tél. 01 40 46 79 20 (comptoir et renseignement libraires)
Tél. 01 40 46 79 22 (service de presse)

Conférence du Professeur Shigeta. 5 juin 2015. Compte-rendu

2008Oct_enset2
© Prof. Masayoshi Shigeta, 2008.

Masayoshi Shigeta (Université de Kyoto). Unintended consequence of local beliefs: case of folk in-situ conservation and landrace diversity of Ensete ventricosum in Ethiopia. ARESAE/EHESS : 5 juin 2015.

Compte-rendu par Alain Gascon.

Le Pr Shigeta travaille depuis 1986 parmi les Aari, un peuple de langue omotique de la zone Omo-Sud de la région État Sud, à proximité de la ville de Bako. Il est l’auteur d’une thèse sur la diversité des plants d’ensät et la biodiversité dans les interactions entre les milieux et les hommes. Il a présenté la plante, une herbe arborescente dont on consomme le pseudo-tronc, une fois abattu. En le râpant et le grattant on en extrait une pâte blanche qu’on emballe dans des feuilles et qu’ont met à fermenter dans le sol jusqu’à un an. Contrairement, au vrai bananier les fruits ne sont pas comestibles. Pr Shigeta a identifié, à l’aide des Aari 186 variétés d’aspects différents. Poursuivant son étude, il a distingué deux grandes catégories de plantes : les espèces « sauvages » — pas consommées — propagées par des graines transportées par des lépidoptères et préservées dans des enclos « sacrés » avec d’autres plantes et des espèces « domestiquées » aux grandes feuilles reproduites par bouturage. Il a étudié très minutieusement les classifications populaires et montré comment les protections rituelles contribuaient à préserver la biodiversité. Les jardins familiaux soigneusement entretenus comprennent entre 500 et 1 000 pieds qui assurent une nourriture suffisante aux familles.

2008Oct_enset
© Prof. Masayoshi Shigeta, 2008.

Toutefois, avec les progrès de l’éducation, la conversion de plus de 50 % de la population au pentecôtisme et l’arrivée de fonctionnaires venus des villes, de nouveaux modèles de consommation « moderne », notamment alimentaires se répandent. L’administration incite les Aari à la monoculture, avec des engrais, du maïs à haut rendement qui entraîne la diffusion de l’enğära à base de farine, surtout de maïs, comme partout en Éthiopie. Dans le dessein de sauvegarder les connaissances populaires, souvent ignorées et dépréciées, et de les transmettre aux plus jeunes, le Pr Shigeta a monté avec les agriculteurs locaux et avec le concours d’ONG et d’organismes officiels le Projet Ensät qui a reçu l’appui de la zone Omo-Sud. À côté du musée et de la pépinière, on a installé Bako, le chef-lieu, un centre de recherche sur les fibres et une banque de variétés et graines où 180 familles ont apporté 604 plants de 62 variétés différentes. Mais en août 2013, à la suite d’un conflit à propos du sol avec la municipalité désireuse de construire de nouveaux quartiers, les Aari ont perdu leur confiance dans le projet et, nuitamment, ils ont coupé les plants dans la pépinière ne laissant que le verger d’ensät. Le Pr Shigeta a montré des images des pépinières dévastées qui contrastent avec les images de ces familles confiantes et heureuses d’apporter leurs plants afin qu’on les conserve pour l’avenir. Ayant mesuré la défiance des planteurs vis-à-vis d’une administration pleine de certitudes « scientifiques », il a surmonté sa déception et, à l’aide de ses travaux, de son expérience et de ses relations avec les Aari, on espère avec lui, qu’il pourra reprendre ce projet sur des bases plus sûres.

Conférence Prof Shigeta
Photo ARESAE, 2015.
people_donate_ensete_Sh
© Prof. Masayoshi Shigeta, 2008.
conf Shigeta
De gauche à droite : Marc Fontrier, Pr Shigeta et son épouse, Serge Tornay, Alain Gascon. Photo ARESAE 2015.

Photographie du bandeau © Guy Blomme. ProMusa. Licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported License.

Dictionnaire des migrations internationales

dictionn migr

Géraldine Pinault, Docteur en Géographie, Paris VIII — IFG et spécialiste de la Corne de l’Afrique, est l’auteur des entrées « Somalie, Somaliland » et « Djibouti » dans le Dictionnaire des migrations internationales, Gildas SIMON (Dir.), Armand Colin, 2015.

Les migrations internationales et leurs effets constituent aujourd’hui un phénomène d’une réelle ampleur et d’une complexité sans précédent.
Cet ouvrage collectif vise à rendre ces mouvements actuels de population plus intelligibles en les replaçant dans le contexte géohistorique de chaque État et sous l’analyse croisée de l’émigration et de l’immigration. Cette approche originale, inscrite dans le temps long – des Grandes Découvertes aux temps présents –, montre l’universalité, mais aussi la très grande diversité de ces phénomènes. Elle rend possibles les comparaisons de pays à pays, tant à l’intérieur des grandes régions du monde qu’entre celles-ci.
Rédigé par une équipe internationale et multidisciplinaire de 150 auteurs (géographes, historiens, démographes, sociologues, anthropologues, politologues), cet ouvrage de référence fortement documenté, accessible à tous publics, vient éclairer d’un jour nouveau un sujet d’actualité permanent (présentation de l’éditeur).

« Lamb » de Yared Zeleke

lamb (1)

Pour la première fois, un film éthiopien a été présenté au Festival de Cannes dans la section : Un certain regard.

Le réalisateur a grandi à Washington, a étudié le cinéma à New York et nous restitue une Éthiopie pleine de réalités somptueuses. Son film tourné en amharique est dédié à sa grand-mère.

lamb (2)

Le film se nomme Lamb, l’animal-acteur dans le film est bien gros pour un agneau et dans les paroles échangées il est parfois question de brebis. Qu’en est-il réellement ? Un spectateur suggère que lamb se rapporte à l’enfant et non au mouton. Cette vision poétique me séduit.

On entend le chant des oiseaux, on se promène sur les marchés ; les hauteurs déchiquetées du Semien se profilent à l’horizon. Un jeune garçon de 9 ans, Ephraïm, divague dans l’espace avec un jeune mouton, que chérissait sa mère morte pendant la famine, et qui est devenu son ami.

Le père ne pouvant subvenir à leurs besoins quitte le village et part chercher du travail dans la capitale en laissant son fils et son mouton chez une tante de l’enfant. L’animal excite toutes les convoitises, dont le désir de l’égorger pour la fête de la Croix. Ephraïm veut à tout prix sauver  l’animal : il pense à repartir dans son village en prenant l’autobus avec lequel ils sont venus, mais il n’a pas l’argent nécessaire, il le confie à un berger en disant à ses hôtes qu’on a volé l’animal au marché, mais cela tourne mal avec le gardien, il fabrique des beignets pour se procurer de l’argent et se fait voler par les gamins qui traînent sur le marché. Il confie finalement son mouton à une jeune bergère et l’animal s’attachera à sa gardienne, au profond désespoir d’Ephraïm.

lamb (1)

Cet enfant qui ne sait pas conduire l’araire, travail d’homme, mais qui sait faire la cuisine, travail de femme et qui, en plus, est fils d’une femme falacha, n’est pas compris par le maître de la maison qui le frappe durement. Il sera consolé et aidé par une fille de la famille, marginale comme lui, dont le comportement ne respecte pas les normes coutumières : elle ne tresse pas ses cheveux, elle refuse de se marier, elle lit les journaux et affiche vis-à-vis de ses parents une grande liberté de parole qui confine au non-respect. Elle aimerait aller en ville pour poursuivre ses études à l’Université. Elle quittera la maison et gagnera la capitale. L’enfant essayera aussi de rejoindre son père, mais je ne vais pas tout vous raconter. Il faut aller voir ce film.

J’ai aimé les splendides prises de vues, la justesse des images et la musicalité du film. Est-ce une coïncidence que l’auteur se nomme Yared du nom du saint du VIe siècle né à Axoum, connu comme « le père de la musique éthiopienne », dont les qenyé ont été inspirés, dit la légende, par le chant des oiseaux.

Marie-José Tubiana

Méditerranée/Afrique

Eythree

Cher-es Collègues,

Nous avons le plaisir de vous inviter à la dernière séance du groupe de recherche Méditerranée/Afrique pour l’année 2014-2015, le jeudi 4 juin de 18 h à 20 h à la bibliothèque de l’Institut Pierre Renouvin, 1 Rue Victor Cousin 75005 — Paris, Galerie J.B. Dumas, Esc. L, 1er étage, Salle F603.

Cette septième séance abordera le thème :

Dictature, esclavage, diasporas et flux transsahariens : l’étude du cas érythréen

Changement d’intervenant :

Jean-Baptiste Jeangène Vilmer, maitre de conférence en relations internationales à Sciences-Po, auteur de l’ouvrage écrit en collaboration avec Franck Gouéry « Érythrée, un naufrage totalitaire » paru chez PUF en avril dernier.

Vous êtes cordialement invités à cette séance. Nous espérons vous y voir nombreux. Vous trouverez ci-dessous le programme des rencontres 2014-2015.

Bien cordialement,

Karine Ramondy
Coorganisatrice du groupe de recherche Méditerranée/Afrique
Doctorante — Université Paris 1, CHRIC, UMR IRICE 8138