Archives de catégorie : Conférence

Journée d’étude éthiopienne INALCO/ARESAE : conclusion

La journée fut riche et variée en interventions. Vouloir en proposer une conclusion.Nous pouvons, néanmoins, tenter d’en retracer les grandes lignes, afin d’ouvrir quelques fenêtres sur la Corne de l’Afrique. Un compte-à-rebours des communications.

Marc Fontrier, secrétaire-général de l’ARESAE, a clôturé cette journée qu’Alain Gascon, président de l’ARESAE, avait ouverte, après l’allocution de bienvenue exprimée par Delombera Negga. Serge Dewel, au cours d’une introduction générale à la Journée, a proposé quelques axes de réflexion, tout en illustrant l’étendue de la polysémie du mot patrimoine après en avoir retracé brièvement l’historique.

Nous n’avons pas eu la chance de pouvoir écouter François Guiziou nous parler des Ethiopian Shipping Lines. Aussi insolite que soit le sujet, il nous aurait fait prendre conscience de l’étendue sémantique du mot patrimoine en nous expliquant comment ce monde maritime, gravitant autour d’un pays enclavé, entre dans cette notion.
Le monde marin et portuaire a par ailleurs fait une entrée des plus concrètes dans notre champ patrimonial par la communication de Lukian Prijac consacrée au patrimoine naval et/ou littoral à Djibouti, encore à découvrir et avec tout ce que cela apporte en questions et problématiques.
Débarqué sur la terre ferme, Florian Fontrier nous a conduits sur les voies commerciales autour et sur les hautes terres d’Éthiopie. Vecteur patrimonial, autant que patrimoine à part entière, ce réseau de voies commerciales a permis l’émergence d’une région dont la culture compte rang du patrimoine national éthiopien.
Ces voies commerciales ont traversé ou longé des environnements naturels qui ont été érigés en parcs régionaux et paysages « patrimonialisés ». Je signalais dans l’introduction à cette journée que les premiers paysages furent reconnus comme patrimoine en 1880 en Allemagne. L’expérience s’est multipliée, rien qu’en Afrique orientale, non sans soulever de nombreuses questions -humaines et humanitaires entre autres-, comme l’a détaillé Alain Gascon.
Parmi les signes tangibles de la culture matérielle et intellectuelle, résultant d’échanges au gré des voies commerciales, nous fûmes sensibilisés à la numismatique et à la peinture.
Marc Fontrier nous a rappelé l’enjeu non-économique de la monnaie, un bien tangible s’il en est, et un patrimoine au sens le plus littéral du terme.
La peinture est à la fois un fond et une forme, un signifié et un signifiant. Constantin Kaiteris a mis l’accent sur l’un grâce à une abondante illustration, alors que Méliné Miguirditchian s’était interrogée sur l’autre à travers l’exemple de la restauration d’une peinture de l’église d’Abba Antonios (près de Gondär) rapportée par la mission Dakar-Djibouti de Griaule. Ensemble, ils nous ont amenés à réfléchir sur la peinture éthiopienne, traditionnelle ou non ; patrimoine certes, mais medium d’expression aussi.
Serge Dewel s’était interrogé sur la construction d’un patrimoine et sur les préoccupations politiques qu’il reflète, dans le développement de la capitale Addis Abäba, en illustrant cette problématique par l’exemple du réemploi du motif des stèles d’Aksum.
Enfin, et pour commencer, Hugues Fontaine a abordé la réflexion patrimoniale par un patrimoine à deux couches : le fonds de photographies Alfred Ilg de Zürich est un patrimoine en soi, mais il est aussi le témoin d’un patrimoine. Comment analyser et mettre en œuvre ce patrimoine pour faire ressortir ou dater un autre patrimoine, aujourd’hui disparu, pour partie au moins.

JOURNÉE D’ÉTUDE ÉTHIOPIENNE – ARESAE & INALCO

Nous avons le plaisir de vous rappeler notre grand événement du printemps, la Journée d’Étude Éthiopienne, « Histoire & patrimoine dans la Corne de l’Afrique »,  qui se tiendra le 11 mars dès 09:00, à l’Auditorium de l’INALCO.

Guzara restauration-99Restauration du château de Guzara (photo: Dewel 2016)

Programme

0900-0915 Ouverture Delombera NEGGA & Alain GASCON
0915-0930 Introduction Serge DEWEL
0930-1000 Fonds photographique Alfred Ilg : quelques réflexions sur la possibilité de dater certaines photographies Hugues FONTAINE

Chercheur indépendant

1000-1030 Des usages patrimoniaux dans la construction d’une capitale : le cas d’Addis Abäba Serge DEWEL

INALCO CREE

1030-1100 pause café **
1100-1130 Au sujet de la peinture murale éthiopienne : découvertes et réflexions Méline MIGUIRDITCHIAN

Restauratrice aux musées nationaux

1130-1200 Images de l’histoire, des fêtes et des coutumes dans la peinture populaire éthiopienne du 20ème siècle Constantin KAITERIS

Agrégé de Lettres

Chercheur indépendant

1200-1230 Introduction de la monnaie métallique dans l’aire éthiopienne à la fin du XIX et au début du XXe siècle Marc FONTRIER

Docteur de l’INALCO

1230-1400 pause déjeuner **
1400-1430 La patrimonialisation des paysages et les parcs «naturels» en Éthiopie Alain GASCON

PU, IFG Paris 8 – CRAG EA 353

1430-1500 Routes majeures du commerce moderne (XVI°-XIX°) : le Shäwa, nouveau centre économique de l’Éthiopie Florian FONTRIER

TRACES-UMR 5608, Université de Toulouse II

1500-1530 Le patrimoine maritime de la république de Djibouti : ébauche d’inventaire Lukian PRIJAC

Ir d’Étude UMR6258

Université Bretagne Sud

1530-1600 Les Ethiopian Shipping Lines et les routes maritimes éthiopiennes François GUIZIOU

UMR6554 Université de Nantes

1600-1615 Conclusions Serge DEWEL
1615-1630 Clôture Marc FONTRIER

Auditorium de l’INALCO (RdC), 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris
Vendredi 11 mars 2016, de 09:00 à 12:30 et de 14:00 à 17:30

Contact : serge-pierre.dewel@inalco.fr

ETHIOPIE : débat autour de la sortie d’un livre

Jeudi 17 mars, 17h30-19h30

Le CéSor vous invite à un débat organisé en collaboration avec l’ARESÆ autour de l’ouvrage collectif

Understanding Contemporary Ethiopia Monarchy, Revolution and the Legacy of Meles Zenawi, London : Hurst, 2015 dirigé par Eloi Ficquet et Gérard Prunier.

Le débat se tiendra en présence des deux auteurs avec la participation de :

– Shiferaw Bekele, Professeur Addis Abeba University
– Alain Gascon, Professeur émérite Paris 8
– Ayda Bouanga, post-doctorante LabEx Hastec-CéSor-EHESS
– Anna Poujeau, Chargée de recherche CNRS-CéSor-EHESS

Le débat est suivi d’un pot.
Inscriptions obligatoires : http://cesordeb-ethiopia.eventbrite.fr

cesor

CéSor – UMR 8216
Salle Alphonse Dupront,
10 rue Monsieur le Prince • 75006 Paris • France
T + 33 (0) 1 53 10 54 30 • cesor@ehess.fr • http://cesor.ehess.fr

Autour de l’évangélisme : gospel éthiopien et conversion…

La prochaine séance dans le cadre de « Discours canoniques dans leurs modalités linguistiques » (Llacan, Bâtiment D, 7 rue Guy Môquet, Villejuif) aura lieu le 17 mars 2016 de 10 à 12h exceptionnellement dans la salle 311.
Le conférencier sera Hugo Ferran (anthropologue et ethnomusicologue)
 Rate This MezmuR ». Ethnographie d’un groupe de discussion Facebook sur le gospel éthiopien

Le groupe de discussion Facebook « Rate This MezmuR » rassemble plus de neuf cents Éthiopiens disséminés à travers le monde. Son but est d’évaluer, de critiquer ou encore d’attribuer une note (de 1 à 5) à tout type de musiques évangéliques éthiopiennes. En apparence banale, la découverte de ce groupe allait se révéler marquante pour l’étude que je mène sur la transnationalisation du gospel éthiopien. Je pouvais désormais suivre les multiples débats auxquels les Éthiopiens évangéliques du monde entier se livrent sur leurs pratiques musicales. À partir de questions simples telles que « faut-il en finir avec le synthétiseur ? », « pourquoi nos musiques sont-elles pentatoniques ? », « le terme gospel est-il approprié pour nommer nos musiques ? » ou « peut-on danser à l’Église ? », les membres interrogent sans cesse les frontières du religieux et du séculier, de l’universel et du culturel, de la tradition et de la modernité. L’ethnographie de ce groupe virtuel et transnational vient éclairer les processus de (re)création d’un répertoire en train de se faire, dont les artisans semblent guidés par une double quête d’efficacité : 1) pour convertir le plus grand nombre de fidèles, et 2) pour hisser leur répertoire vers des sommets spirituels. 

Reconfigurations identitaires à Lalibela (Ethiopie), petite ville patrimoniale et touristique : séminaire à l’INALCO

Reconfigurations identitaires à Lalibela (Ethiopie), petite ville patrimoniale et touristique

par Marie Bridonneau
MCF en géographie, Université Paris Ouest Nanterre, UMR LAVUE

2016 Affiche 4 CAVI Seminaire 15 FÉVRIER

Séminaire public de 14 h 00 à 16 h 00 organisé par Jean-Luc Martineau (INALCO-CESSMA) & Didier Nativel (Paris Diderot-Paris 7-CESSMA)
Lundi 15 février 2016 : INALCO de 14 h 00 à 16 h 00

APPEL à COMMUNICATIONS : Histoire et patrimoine dans la Corne

Histoire & patrimoine dans la Corne

ETHIOPIE 1995-1998-nord-068

Journée d’étude ARESAE & INALCO section études éthiopiennes

L’ARESAE, avec l’aide de la section des études éthiopiennes de l’INALCO, organise une journée d’étude sur le thème « Histoire & patrimoine dans la Corne ». Vous pouvez d’ores-et-déjà réserver la date du 11 mars 2016 pour y assister. Entretemps, nous avons le plaisir de vous inviter à proposer une communication; l’appel à communications est ouvert jusqu’au 31 décembre. Vous trouverez les modalités ci-dessous.

 

Appel à communications

Les communications dureront 20 minutes et seront suivies d’une discussion de 10 minutes. Votre proposition de communication sera structurée de la manière suivante : titre de la communication, coordonnées du candidat (NOM, prénom, fonction, rattachement institutionnel, courriel, adresse postale) et un résumé de la communication envisagée (entre 1000 et 1500 signes).

Les propositions de communication sont à envoyer, sous forme de pièce jointe (idéalement PDF) à Serge Dewel (INALCO) :
serge-pierre.dewel@inalco.fr
La date limite de réception des propositions de communication est le 31 décembre 2015. La sélection des communications sera avisée à chaque candidat le 15 janvier.

Résumés et English abstracts seront publiés en ligne sur le site hypotheses.org de l’ARESAE (avec accord de l’auteur). Une publication des actes est prévue.

Lieu : Auditorium, INALCO, 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris
Date : Vendredi 11 mars 2016, de 0900 à 1230 et de 1400 à 1730

 

Problématique

Il s’agit de questionner les liens entre les deux champs -histoire et patrimoine-, mais également de les confronter avec les disciplines qui les recoupent : géographie, ethnologie, sociologie, art, philologie, etc. La transdisciplinarité est au cœur de cette journée d’étude.

 

Matérialité – immatérialité

« De la cathédrale à la petite cuiller » (HEINICH, 2012), le patrimoine se décline selon un polymorphisme infini et dont le cadre strictement matériel a été dépassé depuis longtemps. A l’heure actuelle, des dialectes locaux ou des cuisines régionales sont officiellement reconnues comme patrimoine. Sans vouloir entrer dans la mécanique de surenchère et d’inflation patrimoniale en établissant des listes sans fin, force est, cependant, de reconnaître l’importance prise par le concept et la démarche dans la recherche scientifique.

La définition du patrimoine a évolué dans le temps, et évolue encore, tant son objet vit des mutations successives. Considérer une définition simple pour le mot patrimoine, malgré la riche polysémie du terme, permet de l’ériger en outil de réflexion et de travail pluridisciplinaire. Initialement destiné à désigner ce qui est transmis de père en fils sur plusieurs générations, le mot patrimoine s’est étendu à une conscience collective de propriété commune (BABELON & CHASTEL 1980). Cette collectivisation des biens transmis fonde la notion de patrimoine national, mondial…

Le patrimoine peut être caractérisé par sa nature (culturel, monumental, architectural, intangible, etc.) ou par sa spatialité (mondial, national, régional, local, etc.). Entre matérialité et immatérialité, le paradigme patrimonial s’étend à l’infini. Le patrimoine immatériel a fait l’objet d’une telle reconnaissance, épistémologique et statutaire, que le monumental est littéralement submergé, voire relégué à l’arrière-ban. Cette dimension immatérielle est, par ailleurs, source de nouvelle interprétation et de reformulation du concept de patrimoine (JADE 2006).

 

Perspectives temporelles et spatiales

Le patrimoine -et les chaînes de transmission dont il est produit- se conçoivent selon une perspective chronologique et ou spatiale, qui peuvent se rencontrer dans l’environnement de la géohistoire (BRAUDEL, 1949, 1979 ; GRATALOUP, 1996). Réel ou imaginé, tangible ou intangible, disparu ou ostentatoire, le patrimoine développe une forte valeur référentielle : on s’y rattache individuellement ou collectivement ; il sert de ciment ou de catalyseur dans les constructions identitaires nationales ou régionales.

Le propos tourne autour de l’idée de construction identitaire en se questionnant sur la place du patrimoine dans la construction des individualités ou des communautés.

 

L’espace géographique

De la Corne de l’Afrique à l’IGAD, l’espace est plus ou moins étendu. Quelles que soient les bornes fixées, deux traits demeurent : (1) l’alternance / opposition des hautes et basses terres et (2) le rôle de carrefour du monde. Chère à Fernand Braudel (Méditerranée 1949) ou à Denys Lombard (Java 1990), cette notion de croisement des relations, fondement même de « l’histoire connectée » (SUBRAHMANYAM, 1999), prend toute sa dimension autour du Bab el-Mandeb et de la Corne de l’Afrique : l’espace peut être vu de l’Asie, de l’Afrique et de l’Europe ; en cet espace, les acteurs venus de divers horizons se rencontrent. Ce rôle de carrefour n’a pas disparu avec le temps, sachant que Djibouti voit passer une part importante du commerce mondial devant ses côtes.

Depuis une époque ancienne, la région a été un carrefour culturel et il s’agit, au-delà de la temporalité, d’explorer les champs de connexion entre les espaces où la patrimonialisation procède du métissage et du syncrétisme.

 

Axes de recherche

Les problématiques patrimoniales revêtent le plus souvent un caractère pluridisciplinaire et transversal. A titre d’exemple, voici quelques clefs d’approche, axes de recherche et de réflexion, dans lesquels cette journée d’étude souhaite s’insérer :

  • Les images : patrimoine et images du patrimoine
  • Les routes : circulation des idées, des personnes et des objets ; espaces et flux autour des héritages
  • Archéologie : entre vestiges et patrimoine ; de la matérialité et de son héritage
  • Textes : texte-histoire et histoire de texte ; créations matérielles (dont les arts du livre) et littéraires (œuvres, corpus, sources), diffusions, contenus, supports (de l’ostracon au livre)
  • Patrimonialisations : dynamiques, progressions et histoire du patrimoine (réflexion sur la notion endogène de patrimoine et de ses usages, l’influence exogène sur sa reconnaissance et sa conservation, etc.)
  • Mixité, syncrétisme, fractures et différences : le patrimoine entre symbole et diabole

Ouvrir le PDF : JE Histoire & patrimoine dans la Corne