Archives de catégorie : Soutenance de thèse

Les systèmes d’alerte précoce (SAP) en Ethiopie comme jeux d’acteurs, de normes et d’échelles.

Ecole doctorale de l’EHESS 286

Avis de soutenance de thèse de doctorat
Lieu de soutenance : EHESS, Centre de la Vieille Charité, 2 rue de la Charité 13002 Marseille

Mardi 31 janvier 2017, 14h30, salle A (2e étage)

Candidat : François Enten, Centre Norbert Elias

Titre de la thèse :
Les systèmes d’alerte précoce (SAP) en Ethiopie comme jeux d’acteurs, de normes et d’échelles.
Fabrique et usage des chiffres de l’aide alimentaire en Ethiopie (2002/2004 et 2016).

Jury
· M. Jean-Pierre Olivier de Sardan (Directeur de thèse), EHESS
· M. Rony Brauman, Fondation Médecins Sans Frontières
· M. Eloi Ficquet, EHESS
· Mme Sabine Planel, IRD
· Mme Johanna Siméant, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

Soutenance de thèse de Delphine Ayerbe

La soutenance de thèse en géographie de Delphine Ayerbe intitulée

La forêt d’eucalyptus à Addis Abeba — Valorisation, gestion et préservation de la ressource boisée dans une capitale en expansion.

se tiendra le 15 décembre 2016 à 9 h 30, Salle Duroselle (Sorbonne), Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne — UFR de Géographie — École doctorale de géographie de Paris : Espaces, sociétés et aménagement — UMR 8056 Prodig.

(ATTENTION : vérifier les conditions d’accès auprès de l’administration de l’Institution)

Le jury sera composé de :

Roland Pourtier (directeur) : Pr. émérite Université Paris 1
François Bart (rapporteur) : Pr. émérite Université Bordeaux 3 — Montaigne
Alain Gascon (rapporteur) : Pr. émérite Institut français de géopolitique-Université Paris 8 (Vincennes-St. Denis)
Dominique Couret (examinatrice) : Directrice de recherches IRD

Soutenance de thèse de Francesco Staro

La soutenance de thèse en anthropologie de Francesco Staro intitulée

Anthropologie politique de la gestion de l’eau en contexte pastoral. Réconfigurations socio-économiques et identitaires
chez les Garri du sud éthiopien entre Etat et ONG.

se tiendra le vendredi 9 décembre à 14 h, à l’Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis, 2 rue de la Liberté 93200 Saint-Denis, en Salle D3.

Le jury sera composé de :

Barbara CASCIARRI, Maître de Conférence en Anthropologie (HDR), Université Paris 8
Ugo FABIETTI, Professeur d’Anthropologie, Università Milano-Bicocca
John GALATY, Professeur d’Anthropologie, McGill University
Jean-Pierre OLIVIER DE SARDAN, Directeur d’études, EHESS Marseille
Bezunesh TAMRU, Professeure de Géographie, Université Paris 8
Mauro VAN AKEN, Maître de Conférence en Anthropologie, Università Milano-Bicocca

La soutenance sera suivie d’un pot auquel vous êtes toutes et tous chaleureusement conviés.

Résumé :

Ce travail analyse les dynamiques de reconfiguration socio-économique et identitaire auprès des groupes pastoraux habitant les régions rurales au sud de l’Éthiopie, à la frontière avec le Kenya. Les formes d’organisation sociale qui règlent l’accès à l’eau sont considérées en tant que principal outil d’analyse pour comprendre les dynamiques socio-culturelles de ces régions, et cela par la mise en exergue des relations, historiques et contemporaines, entre les populations locales, les autorités étatiques et les organisations internationales du développement et de l’aide humanitaire.

Nous analysons les formes d’organisation sociale chez les populations nomades en prêtant une attention particulière aux problématiques d’eau, et plus largement au rapport entre « nature » et « société », dans l’étude de ces groupes. La complexité de l’imbrication sociale de l’eau, ressource dont le caractère naturel et ici mis en question nous porte à focaliser sur d’autres domaines « extra-hydriques » : les processus de construction des identités ethniques dans les régions du sud-est éthiopien ; les enjeux liés aux intérêts de l’État éthiopien visant à incorporer les nomades dans l’ordre politique national ; les stratégies de contrôle du territoire mises en place par les populations locales vis-à-vis de l’État et des opérateurs des organisations internationales. Dans ce cadre, l’intervention d’acteurs internationaux est examinée en prenant en compte l’histoire des relations entre populations locales et ONG — qui se trouve inscrite dans les points d’eau — et en situant les projets de développement dans la perspective dynamique d’une interaction et négociation matérielle et symbolique.

Bâtir les mémoires locales, « pluraliser » le récit national.

Bâtir les mémoires locales, « pluraliser » le récit national. Le musée communautaire au prisme des usages politiques de la mémoire et du patrimoine au Kenya et en Éthiopie.

La soutenance aura lieu le Vendredi 16 Septembre à 14 heures à l’Institut d’Etudes Politiques de Bordeaux (11 allée Ausone – Domaine Universitaire – 33607 PESSAC), Laboratoire Les Afriques dans le Monde, la salle reste à confirmer.

Membres du jury :

Dominique DARBON, Professeur de science politique, Sciences Po Bordeaux ; directeur de thèse

Mme Marie-Claire LAVABRE, Professeur, Nanterre, présidente du Jury

Hervé MAUPEU, Maître de Conférences, Université de Pau et des Pays de l’Adour

François-Xavier FAUVELLE, Directeur de recherche CNRS, Université de Toulouse Le Mirail ; rapporteur

Christian LEBART, Directeur de recherche CNRS, Institut d’Etudes Politiques de Rennes ; rapporteur

 

RESUME

Cette recherche aborde la scène politique de deux pays d’Afrique de l’Est (Éthiopie-Kenya) en s’appuyant sur une analyse des enjeux politiques inhérents à la mise en place d’institutions mémorielles telles que les musées, les mausolées et autres lieux de mémoires. Notre thèse est que ces musées sont à comprendre avant tout comme des espaces intermédiaires de négociation entre les groupes qui les portent, l’État qui les finance ou les autorise, et les organisations internationales qui soutiennent et influencent les projets patrimoniaux des gouvernements. Cette recherche se concentre ainsi sur deux études de cas : le musée Konso en Éthiopie et le musée-mausolée de Koitalel Samoei au Kenya. Ces institutions s’inscrivent dans des contextes politiques particuliers au début des années 2000, à savoir l’application effective du pluralisme politique au Kenya et le renforcement de l’autoritarisme en Éthiopie. Au Kenya, la négociation autour de l’interprétation du passé en termes politiques se fait au sein même du musée-mausolée dédié au héros Koitalel Samoei, tandis que le cas éthiopien souligne plutôt que les rapports de pouvoir sont restructurés ou réorganisés par la présence d’un premier musée ethnographique en région, le musée Konso.

L’apparition de musées communautaires témoigne, au Kenya comme en Éthiopie, d’un retour de l’identité ethnique en politique, qui est à la fois brandie comme une bannière par les gouvernements, mais également utilisée comme une catégorie opératoire ou une ressource par des acteurs particuliers, qu’on appellera ici des « entrepreneurs de patrimoine ». Par l’usage d’un nouveau capital, le patrimoine et sa préservation, ces « entrepreneurs de patrimoine » s’imposent ainsi à la fois comme des « entrepreneurs de soi » au sens de Michel Foucault, mais également comme des « entrepreneurs du nous » en politique, occupant une position graduelle dans les négociations et les prises de décisions publiques. Dès lors, il faut décentrer le regard pour s’intéresser à ce que le musée fait au politique, et non plus seulement à ce que la politique fait des musées.

En incluant également l’analyse des usages politiques de la mémoire étatiques et internationaux, ce travail cherche à renverser la perspective en adoptant une entrée microsociologique et ethnographique en science politique, étudiant les déterminants et les modalités de la reconstruction nationale du point de vue des musées communautaires. Cette approche « par le bas », articulée aux niveaux d’analyse macro (État, idéologie, cadre institutionnel) et micro (les organisations, associations et acteurs du patrimoine, les élites politiques locales) invite ainsi à une réflexion plus générale sur la construction, la qualification et les perceptions des régimes politiques, entamant une réflexion sur la nature de l’État qui se dévoile à travers ces nouvelles politiques mémorielles et patrimoniales, ainsi que sur le rôle joué par ces nouveaux « entrepreneurs de patrimoine » dans la reconfiguration de la compétition politique.

 

Cliché de Maryse Verfaillie (février 2016).