L’Africa delle città

Il Centro Piemontese di Studi Africani (CSA) e l’Associazione per gli Studi Africani in Italia (ASAI), in collaborazione con il Dipartimento Culture, Politica, Società dell’Università di Torino e il Dipartimento di Architettura e Design del Politecnico di Torino, organizzano un convegno interdisciplinare sul tema « L’Africa delle città », che verrà declinato grazie all’apporto delle discipline storiche, antropologiche, economiche, geografiche, urbanistiche, politologiche e giuridiche. Il convegno si svolgerà a Torino il 16-17 ottobre, in collaborazione con il Terzo Forum Mondiale dello Sviluppo Economico Locale.
Si invitano studiosi e ricercatori a proporre i loro contributi inviando una mail all’indirizzo : segreteria@urbanafrica.it
Le proposte devono essere corredate di titolo, abstract (max 2000 caratteri) e un breve profilo dell’autore.
Scadenza per la proposta di contributo : 30 giugno 2015.
Informazioni sul sito www.urbanafrica.it

ECAS 2015

ECAS 2015, 6e conférence européenne des études africaines

Après Lisbonne en 2013, la sixième conférence européenne des études africaines(ECAS-6) aura lieu à Paris du 8 au 10 juillet 2015, dans les locaux de l’université Paris I Panthéon-Sorbonne.

Elle est organisée conjointement par l’Institut des mondes africains (IMAF) et Les Afriques dans le monde (LAM).

ECAS-6 aura pour thème principal : Mobilisations collectives en Afrique : contestations, résistances et révoltes. Mais cette thématique n’est pas exclusive, le comité scientifique considère également des propositions de panels sur d’autres domaines émergents et/ou plus classiques.

Le site web d’ECAS 6 est ouvert à cette adresse : www.ecas2015.fr.

« Difret » de Zeresenay Mehari

Difret_affiche

On annonce la sortie en France le 8 juillet prochain du film de Zeresenay Mehari : Difret.

Le slogan publicitaire qui sous-titre l’évènement suffit à lui seul à inciter un peu de prudence.

« En Éthiopie, le combat d’une femme contre les traditions (inspiré d’une histoire vraie) ».

Présenté pour la première fois au festival Sundance en janvier 2015, le film Difret, dont l’actrice Angelina Jolie est productrice exécutive, « raconte l’histoire d’une jeune fille et d’une avocate qui vont se battre contre la tradition locale du mariage par “telefa”, soit le mariage contraint par l’enlèvement et le viol » (Le Figaro). Une polémique existe autour de la référence à un fait réél.

Un site est dédié au film. Une fiche sur le site Africultures.

Le mieux est d’aller le voir et de juger pour soi-même.

  • Réalisateur : Mehari, Zeresenay Berhane
  • Acteurs : Meron Getnet, Tizita Hagere, Haregewine Assefa
  • Date de sortie : 08 juillet 2015
  • Durée : 1 h 39 min

Conférence du Professeur Shigeta. 5 juin 2015. Compte-rendu

2008Oct_enset2
© Prof. Masayoshi Shigeta, 2008.

Masayoshi Shigeta (Université de Kyoto). Unintended consequence of local beliefs: case of folk in-situ conservation and landrace diversity of Ensete ventricosum in Ethiopia. ARESAE/EHESS : 5 juin 2015.

Compte-rendu par Alain Gascon.

Le Pr Shigeta travaille depuis 1986 parmi les Aari, un peuple de langue omotique de la zone Omo-Sud de la région État Sud, à proximité de la ville de Bako. Il est l’auteur d’une thèse sur la diversité des plants d’ensät et la biodiversité dans les interactions entre les milieux et les hommes. Il a présenté la plante, une herbe arborescente dont on consomme le pseudo-tronc, une fois abattu. En le râpant et le grattant on en extrait une pâte blanche qu’on emballe dans des feuilles et qu’ont met à fermenter dans le sol jusqu’à un an. Contrairement, au vrai bananier les fruits ne sont pas comestibles. Pr Shigeta a identifié, à l’aide des Aari 186 variétés d’aspects différents. Poursuivant son étude, il a distingué deux grandes catégories de plantes : les espèces « sauvages » — pas consommées — propagées par des graines transportées par des lépidoptères et préservées dans des enclos « sacrés » avec d’autres plantes et des espèces « domestiquées » aux grandes feuilles reproduites par bouturage. Il a étudié très minutieusement les classifications populaires et montré comment les protections rituelles contribuaient à préserver la biodiversité. Les jardins familiaux soigneusement entretenus comprennent entre 500 et 1 000 pieds qui assurent une nourriture suffisante aux familles.

2008Oct_enset
© Prof. Masayoshi Shigeta, 2008.

Toutefois, avec les progrès de l’éducation, la conversion de plus de 50 % de la population au pentecôtisme et l’arrivée de fonctionnaires venus des villes, de nouveaux modèles de consommation « moderne », notamment alimentaires se répandent. L’administration incite les Aari à la monoculture, avec des engrais, du maïs à haut rendement qui entraîne la diffusion de l’enğära à base de farine, surtout de maïs, comme partout en Éthiopie. Dans le dessein de sauvegarder les connaissances populaires, souvent ignorées et dépréciées, et de les transmettre aux plus jeunes, le Pr Shigeta a monté avec les agriculteurs locaux et avec le concours d’ONG et d’organismes officiels le Projet Ensät qui a reçu l’appui de la zone Omo-Sud. À côté du musée et de la pépinière, on a installé Bako, le chef-lieu, un centre de recherche sur les fibres et une banque de variétés et graines où 180 familles ont apporté 604 plants de 62 variétés différentes. Mais en août 2013, à la suite d’un conflit à propos du sol avec la municipalité désireuse de construire de nouveaux quartiers, les Aari ont perdu leur confiance dans le projet et, nuitamment, ils ont coupé les plants dans la pépinière ne laissant que le verger d’ensät. Le Pr Shigeta a montré des images des pépinières dévastées qui contrastent avec les images de ces familles confiantes et heureuses d’apporter leurs plants afin qu’on les conserve pour l’avenir. Ayant mesuré la défiance des planteurs vis-à-vis d’une administration pleine de certitudes « scientifiques », il a surmonté sa déception et, à l’aide de ses travaux, de son expérience et de ses relations avec les Aari, on espère avec lui, qu’il pourra reprendre ce projet sur des bases plus sûres.

Conférence Prof Shigeta
Photo ARESAE, 2015.
people_donate_ensete_Sh
© Prof. Masayoshi Shigeta, 2008.
conf Shigeta
De gauche à droite : Marc Fontrier, Pr Shigeta et son épouse, Serge Tornay, Alain Gascon. Photo ARESAE 2015.

Photographie du bandeau © Guy Blomme. ProMusa. Licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported License.

Critical African Studies. Call for Papers: Special Issue

RCAF

The role of technology in Africa and the impact of the so-called digital revolution has been well documented in areas such as commerce, communication, agriculture, media, and political activism. One area that has received less scholarly attention is the role of digital technology in the development of creative and cultural practices in Africa. Digital culture, as a ubiquitous feature of modern life, allows us to connect to geographical locations, cultures, histories and people that have previously been much less accessible. The new information age and the global connectivity it has brought has forced us to reassess what we thought we knew about Africa, offering up alternative and much more diverse stories and representations of this large and diverse continent. African artists are utilising this digital space to create, recreate and disseminate new images of Africa. This special issue of Critical African Studies will focus on the proliferation of African digital arts in the 21st century, with digital arts understood in a broad context. We invite scholarly papers addressing topics related to any artistic and creative practice in Africa that falls under the wide remit of digital arts, including, but not limited to:

  • Animation
  • Visual arts
  • Filmmaking
  • Game design
  • Photography
  • Illustration
  • Advertising
  • Graphic design
  • Installation art
  • Video films and video art
  • Political cartooning
  • Comics and graphic novels, digital comics
  • Digital poetry and digital storytelling

Digital art is defined as artistic work or practice that uses digital technologies as an essential part of the creative and/or presentation, dissemination and exhibition process. Since the 1970s, various terms have been used to describe these practices, including computer art and multimedia art, and digital art itself is placed under the larger umbrella term of new media art. It is now understood that the impact of digital technology has transformed activities such as painting, drawing, sculpture and music/sound art, while new forms, such as net art, digital installation art and virtual reality have become recognised artistic practices. While the techniques of digital art are used extensively by mainstream media in advertising and by filmmakers to produce visual effects, digital art is also increasingly used in less mainstream and commercially orientated ways, to produce new media art less concerned with economic factors and more with experimentation and creative expression. Digital art thus includes a wide range of artistic production, including audio-visual production, animation, interactive projects, websites, short films, and graphic art and design.

In an African context, the website African Digital Art (africandigitalart.com) has recognised the increasing importance of digital technologies in artistic practice and serves as a space to collate, document and explore the proliferation of new media art on and from the continent. It has become a platform for innovation and inspiration, highlighting new talent as well as successful designers and artists. ‘Pushing Digital Boundaries’ has become the tagline that is now fused with African Digital Art’s identity. The site sets out to discover new design solutions, artistic expressions and creative talent while striving to foster the emerging and growing technology driven creative community in Africa.

Indeed, examples of digital art and the application of digital technologies in African creative practice abound. African digital collage is a growing art form that utilises technology to produce a range of artworks that incorporate digital video, animation, photography, animated gifs and digital photo manipulation. African digital collagists have taken to the past, using ethnographic images of Africa to recreate and reinterpret visual representations from the pre- and postcolonial eras. Creating alternative historical narratives, websites such as the Nigerian Nostalgia Project have become a popular online resource for collagists to find historical materials including photographs, videos, sound clips and graphic art. Badilisha Poetry is the largest online archive of African poetry and literature. Digital platforms powered through mobile technology inspired the creators of the site to develop an archive with over 400 African poets from 31 countries who share their work in over 14 different languages. Africa Cartoons (africacartoons.com) is another comprehensive digital platform that acts as an educational encyclopaedia of African political cartooning and cartoonists.

Many individual digital artists are emerging from all over the continent, and in the diaspora. Keyezua is an Angolan-born digital artist who explores the African renaissance as a contemporary storyteller. Her work investigates a cross-section of topics such as African culture, sex and religion. She experiments with a wide range of mediums and her latest project, called Stone Orgasms, addresses female genital mutilation and the female body. Kenyan-born Wangechi Mutu is one of the most important contemporary African artists of recent years, whose work has achieved much global acclaim. She employs a variety of mediums including video, installation and sculpture. Her work often centralises the female body and confronts the viewer with organic elements intertwined with abstract patterns to create surreal figures.

How to submit

Articles should be 8,000-12,000 words in length. Please follow the instructions for authors, style guidelines and submission procedures as stated on the Taylor & Francis website.

The deadline for full papers is 30 April 2016. The nature of this special issue would allow for videos, images, photographs, hyperlinks etc. to be included in the online version of the issue. Please contact the issue editor in advance to indicate your intention to submit, to discuss your article proposal or if you have any queries: Dr Lizelle Bisschoff (lizelle.bisschoff/@/glasgow.ac.uk)

TABLE RONDE – MUSULMANS AU SAHEL : HISTOIRES DE JIHAD

sup-pers_1030_305v-306

Par Alain GASCON

Synthèse de la table ronde du mercredi 3 juin 2015 (9 h-17 h.) à l’ EHESS-IMAF, Paris

• Roger BOTTE, CNRS (IMAF-EHESS) : « Jihad et réduction en esclavage : des jihads du XIXe siècle à Boko Haram et Daech. »
L’expansion fulgurante des VIIe et Xe siècles (AD) a produit le jihad « guerrier ». Le Dar el-Islam a la mission eschatologique de réduire le Dar el-Kufr. Or, la pause puis le reflux de la conquête impose que se réforment les États musulmans afin de reprendre l’expansion. Du XVIIe au XIXe siècle, le Sahel, à la frontière de l’islam a été soumis à une succession de jihad interrompue par les Européens. Boko Haram se soulève, à la fois contre la sécularisation héritée de la colonisation et se situe dans la ligne de ces grands réformateurs armés du Sahel africain.

• Marc-Antoine de MONTCLOS, IFG-Paris-8 : « Myopie historique et mise en récit du « terrorisme » au Sahélistan. »
Il est nécessaire de déconstruire un « récit du Sahel » qui, des médias, déborde dans les travaux académiques. On re-trouve ainsi la volonté de bâtir un État par la violence sur une base sociale large, transcendant les clivages et relié aux autres mouvements. Toutefois, les attentats-suicides relayés par la maîtrise du web ont accentué leur dimension fanatique et criminelle.

• Alain GASCON, IFG- Paris-8 : « De seyyid Maxamed Cabdille Xasan – le « mollah fou » de Somalie – aux Shabaab : rupture ou continuité ? »
Guerrier, poète et chef religieux, Maxamed Cabdille Xasan tint tête aux Britanniques pendant 20 ans. La Somalie in-dépendante en fit un « héros national ». Or, ni les Shabaab, ni le Somaliland, ni Mogadiscio ne briguent son héritage dont se revendique, paradoxalement, la région-État des Somali d’Éthiopie.

• Gérard PRUNIER, CNRS : « Le Mahdisme soudanais, du messianisme à l’institutionnalisation. »
Les héritiers du Mahdi demeurent, depuis plus d’un siècle, des acteurs majeurs de la politique soudanaise, mais leur radicalisme politico-religieux s’est tempéré avec l’exercice du pouvoir. Ils sont concurrencés par des mouvements séparatistes plus ou moins alliés à des réformateurs islamistes.

• Jean-Louis TRIAUD (IMAF) : « Al-Hajj ’Umar au Sénégal et au Mali, un « seigneur de guerre » ? »
Al-Hajj ’Umar a associé appartenance soufique et jihadisme. Issu de grandes familles, membre de la Tidjaniya, il a étudié au Fouta-Djalon d’où il a entrepris la conquête d’un « empire » qui d’étendait du moyen Sénégal à Tombouctou et au Macina. Par delà la colonisation, sa mémoire demeure controversée.

• Francis SIMONIS, MCF-HDR (Aix-Marseille) : « De guerres saintes en guerres saintes : l’empire Peul du Macina. »
La Dina, l’empire Peul du Macina (1818-45) a été détruit par Al-Hajj ’Umar et ses partisans. C’était un État fragile soumis aux razzias des Maures des Touaregs et des Bambaras. Il a marqué la sédentarisation des Peuls qui, jusque là, étaient nomades et aussi l’introduction d’institutions politiques.

• Murray LAST, University College, Londres : « Entre contestation et dissidence : la genèse et le développe-ment des mouvements de réformes islamiques dans le Nord du Nigeria. »
Boko Haram applique les « règles » de la guérilla « asymétrique » face à une armée, formée de recrues du Sud et mi-née par la corruption et l’incurie du commandement. Plutôt que d’affronter les islamistes armés, elles rançonne et terrorise les populations locales déjà soumises aux extorsions de l’administration. Rejoindre les rebelles est souvent une question de survie face à l’armée et l’assurance de revenus réguliers : un jihad rentable ?

• Vincent HIRIBARREN, King’s College, Londres : « Violence et fanatisme ? L’empire du Borno sous le règne de Rabah. »
Défait par les Français en 1900, Rabah, venu du Soudan, avait constitué par une prédation étendue et organisée un empire « mobile » centré sur le Borno. Fondé sur des alliances personnelles, Rabah a laissé le souvenir d’un dictateur cruel et fanatique qui s’est appuyé sur l’islam politique pour constituer son empire.

Crédit photo : Daniel Tiveau, Center for International Forestry Research (CIFOR).

Dictionnaire des migrations internationales

dictionn migr

Géraldine Pinault, Docteur en Géographie, Paris VIII — IFG et spécialiste de la Corne de l’Afrique, est l’auteur des entrées « Somalie, Somaliland » et « Djibouti » dans le Dictionnaire des migrations internationales, Gildas SIMON (Dir.), Armand Colin, 2015.

Les migrations internationales et leurs effets constituent aujourd’hui un phénomène d’une réelle ampleur et d’une complexité sans précédent.
Cet ouvrage collectif vise à rendre ces mouvements actuels de population plus intelligibles en les replaçant dans le contexte géohistorique de chaque État et sous l’analyse croisée de l’émigration et de l’immigration. Cette approche originale, inscrite dans le temps long – des Grandes Découvertes aux temps présents –, montre l’universalité, mais aussi la très grande diversité de ces phénomènes. Elle rend possibles les comparaisons de pays à pays, tant à l’intérieur des grandes régions du monde qu’entre celles-ci.
Rédigé par une équipe internationale et multidisciplinaire de 150 auteurs (géographes, historiens, démographes, sociologues, anthropologues, politologues), cet ouvrage de référence fortement documenté, accessible à tous publics, vient éclairer d’un jour nouveau un sujet d’actualité permanent (présentation de l’éditeur).

« Lamb » de Yared Zeleke

lamb (1)

Pour la première fois, un film éthiopien a été présenté au Festival de Cannes dans la section : Un certain regard.

Le réalisateur a grandi à Washington, a étudié le cinéma à New York et nous restitue une Éthiopie pleine de réalités somptueuses. Son film tourné en amharique est dédié à sa grand-mère.

lamb (2)

Le film se nomme Lamb, l’animal-acteur dans le film est bien gros pour un agneau et dans les paroles échangées il est parfois question de brebis. Qu’en est-il réellement ? Un spectateur suggère que lamb se rapporte à l’enfant et non au mouton. Cette vision poétique me séduit.

On entend le chant des oiseaux, on se promène sur les marchés ; les hauteurs déchiquetées du Semien se profilent à l’horizon. Un jeune garçon de 9 ans, Ephraïm, divague dans l’espace avec un jeune mouton, que chérissait sa mère morte pendant la famine, et qui est devenu son ami.

Le père ne pouvant subvenir à leurs besoins quitte le village et part chercher du travail dans la capitale en laissant son fils et son mouton chez une tante de l’enfant. L’animal excite toutes les convoitises, dont le désir de l’égorger pour la fête de la Croix. Ephraïm veut à tout prix sauver  l’animal : il pense à repartir dans son village en prenant l’autobus avec lequel ils sont venus, mais il n’a pas l’argent nécessaire, il le confie à un berger en disant à ses hôtes qu’on a volé l’animal au marché, mais cela tourne mal avec le gardien, il fabrique des beignets pour se procurer de l’argent et se fait voler par les gamins qui traînent sur le marché. Il confie finalement son mouton à une jeune bergère et l’animal s’attachera à sa gardienne, au profond désespoir d’Ephraïm.

lamb (1)

Cet enfant qui ne sait pas conduire l’araire, travail d’homme, mais qui sait faire la cuisine, travail de femme et qui, en plus, est fils d’une femme falacha, n’est pas compris par le maître de la maison qui le frappe durement. Il sera consolé et aidé par une fille de la famille, marginale comme lui, dont le comportement ne respecte pas les normes coutumières : elle ne tresse pas ses cheveux, elle refuse de se marier, elle lit les journaux et affiche vis-à-vis de ses parents une grande liberté de parole qui confine au non-respect. Elle aimerait aller en ville pour poursuivre ses études à l’Université. Elle quittera la maison et gagnera la capitale. L’enfant essayera aussi de rejoindre son père, mais je ne vais pas tout vous raconter. Il faut aller voir ce film.

J’ai aimé les splendides prises de vues, la justesse des images et la musicalité du film. Est-ce une coïncidence que l’auteur se nomme Yared du nom du saint du VIe siècle né à Axoum, connu comme « le père de la musique éthiopienne », dont les qenyé ont été inspirés, dit la légende, par le chant des oiseaux.

Marie-José Tubiana

ECAS 2015

ECAS-logo-Afrique

6e conférence européenne des études africaines

Paris, 8-10 juillet 2015

Mobilisations collectives en Afrique
Contestations, résistances et révoltes

Après Lisbonne en 2013, la sixième conférence européenne des études africaines (ECAS-6) aura lieu à Paris du 8 au 10 Juillet 2015, dans les locaux de l’université Paris I Panthéon-Sorbonne et de l’École pratique des hautes études (EPHE).Centre Sorbonne : 17, Rue de la Sorbonne, 75005 Paris. Centre Panthéon : 12, place du Panthéon, 75231 Paris cedex 05.Elle est organisée conjointement par l’Institut des mondes africains (IMAF) et Les Afriques dans le monde (LAM).

Accueil, liste des panels, inscriptions: http://www.ecas2015.fr/fr/

Date limite des inscriptions en ligne : 10 juin 2015.