CHANTS & MUSIQUE DU SOMALILAND au Musée du quai Branly

© photo de titre : www.athosprod.com/portfolio-item/sahra-halgan/

 

SAHRA HALGAN TRIO
Chants du Somaliland (Afrique de l’Est)

Musée du Quai Branly au théâtre Claude Lévi-Strauss
Dimanche 11 octobre 2015
Accès au concert sur présentation d’un billet d’accès au musée (collections ou expositions, valable le jour même)

 

Rencontre à 15h30

Avec l’artiste Sahra Halgan et Robert Wiren, journaliste et auteur de Somaliland, pays en quarantaine, Karthala, 2014.
• à 15h30 en salle de cinéma, accès libre dans la limite des places disponibles, durée : 1h

 

Concert à 17h00

Arrière-petite-fille et petite-fille de chanteurs traditionnels du Somaliland (territoire du Nord-Est de la Somalie), Sahra Halgan chante depuis l’âge de 13 ans le répertoire hérité de ses ancêtres, malgré la désapprobation de ses parents et la mauvaise image que subissent les femmes musiciennes.
Quand la guerre éclate au Somaliland, « Petite Sahra » (Sahra Yart) s’engage au côté des soldats luttant pour l’indépendance de son pays. Aux premières lignes, Sahra chante pour adoucir les souffrances des blessés, au milieu de la jungle. Elle devient alors « Sahra la Combattante » (Sahra Halgan), ainsi baptisée par une radio indépendantiste du pays.

Sa voix, accompagnée, dans une orchestration moderne, de percussions traditionnelles et d’une guitare électrique, porte avec douceur et énergie un répertoire principalement traditionnel.
Sahra continue de chanter pour soutenir la diaspora somalilandaise dans le monde entier. Sur scène, cette grande voix de l’Afrique orientale témoigne de son parcours atypique avec une légèreté étonnante et une présence intense.

Avec :
• Sahra Halgan : voix, hand clap
• Aymeric Krol : percussions, Kamelengoni, backing vocal
• Maël Saletes : guitare électrique, backing vocal

Sahra Halgan est en tournée en France en octobre-novembre 2015, voir : Athos Productions

Sahra ARESAE
Sahra Halgan © Cris Ubermann

 

 

 

Mission Dakar-Djibouti

CAHIER DAKAR-DJIBOUTI

Auteurs
Marcel GRIAULE, Michel LEIRIS, Deborah LIFCHITZ, Éric LUTTEN, Jean MOUCHET, Gaston-Louis ROUX et André SCHAEFFNER.

Edition établie par Éric Jolly et Marianne Lemaire
Avec la collaboration de Julien Bondaz, Claire Bosc-Tiessé, Marie Gautheron, Brice Gérard, Jean Jamin, Makeda Ketcham, Cécile Van den Avenne, Anaïs Wion.

Publié par les Editions les Cahiers (http://editionslescahiers.fr), septembre 2015, 1408 pages, 524 illustrations, 40 EUR (ISBN : 978-2-9534806-8-9)

 

Le Cahier

Dakar-Djibouti, la plus célèbre des missions ethnographiques françaises, a suscité de nombreuses études. Pourtant, la plupart de ces travaux ont laissé dans l’ombre la variété des écrits scientifiques ou littéraires produits par les membres de l’expédition. De leurs préparatifs de départ à leur retour, Marcel Griaule, Michel Leiris, Deborah Lifchitz, Éric Lutten, Jean Mouchet, Gaston-Louis Roux et André Schaeffner ont rédigé soixante-dix-sept textes souvent méconnus et parfois inédits : études ethnographiques ou ethnomusicologiques, notes linguistiques, communiqués de presse, rapports, récits de voyage, instructions méthodologiques, questionnaires, conférences radiophoniques…

Rassemblés pour la première fois, ces textes sont commentés et illustrés afin d’éclairer non seulement la genèse de leur fabrication, mais aussi les objectifs, les méthodes et les présupposés de cette expédition qui traversa l’Afrique d’Ouest en Est de mai 1931 à février 1933.

 

 

Contenu

TABLE DES MATIÈRES

Introduction générale

1 – Les préparatifs du départ

ANONYME – « Communiqué de presse » [6 octobre 1930].

Michel LEIRIS – « L’œil de l’ethnographe (À propos de la Mission Dakar-Djibouti) », [décembre 1930]

Marcel GRIAULE – « Buts et méthodes de la prochaine mission Dakar-Djibouti » [20 décembre 1930]

Marcel GRIAULE — « La mission Dakar-Djibouti dans son rapport avec les études ethnologiques et archéologiques » [1931]

Marcel GRIAULE — « La mission Dakar-Djibouti et les Beaux-Arts » [1er février 1931]

ANONYME — « Mission ethnographique et linguistique Dakar-Djibouti » [1931]

Marcel GRIAULE – « Al Brown et la Mission Dakar-Djibouti » [avril 1931]

Marcel GRIAULE – « Discours prononcé le 15 avril 1931 au gala de boxe du Cirque d’Hiver ».

Marcel GRIAULE – « La mission scientifique Dakar-Djibouti » [9 mai 1931]

ANONYME — « Instructions sommaires pour les collecteurs d’objets ethnographiques » [mai 1931]

André SCHAEFFNER – « Questionnaire sur la musique » [16 mai 1931]

 

2 – De Dakar à Mopti

ANONYME — « Communiqué n° 1 »[septembre 1931]

Marcel GRIAULE – « Histoires wolof » [août-septembre 1938]

Michel LEIRIS – « Faîtes de case des rives du Bani (bassin du Niger) » [juin 1933]

Éric LUTTEN – « Les wasamba et leur usage dans la circoncision » [juin 1933]

 

3 – Le pays dogon

– Cérémonies funéraires et objets rituels

Michel LEIRIS – « Objets rituels dogon » [juin 1933]

Marcel GRIAULE – « Le chasseur du 20 octobre » [juin 1933] 1933.

Michel LEIRIS – « Oraison funèbre d’un chasseur » [printemps 1938]

Michel LEIRIS – « Masques dogon » [juin 1933]

Michel LEIRIS – « Rhombes dogon et dogon Pignari » [janvier-juin 1934]

– Langue des masques

Michel LEIRIS – « La langue de la Société des hommes chez les Dogon de Sanga (Soudan français) » [16 mars 1938]

Michel LEIRIS – « La notion d’Awa chez les Dogon » [1941]

Michel LEIRIS – « L’expression de l’idée de travail dans une langue d’initiés soudanais » [1952]

– Peintures sur roche

Marcel GRIAULE – « Peintures rupestres du Soudan français et leur sens religieux » [1934]

Marcel GRIAULE – « Rites relatifs aux peintures rupestres dans le Soudan français » [1934]

André SCHAEFFNER – « Peintures rupestres de Songo » [juin 1933]

– Circoncision

Michel LEIRIS et André SCHAEFFNER – « Les rites de circoncision chez les Dogons de Sanga » [1936]

– Communiqué

ANONYME — « Communiqué n° 2 » [15 décembre 1931]

 

4 – Le Dahomey

– Journal de voyage

Michel LEIRIS – « Fragments sur le Dahomey » [juin 1933]

– Calebasses gravées

Marcel GRIAULE – « Calebasses » [15 février 1935]

Marcel GRIAULE et Germaine DIETERLEN – « Calebasses dahoméennes (Documents de la Mission Dakar-Djibouti) » [1935]

 

5 – Le Cameroun

– Notes ethnographiques diverses

André SCHAEFFNER – « Chez les Kirdi » [20 août 1935]

André SCHAEFFNER –  « Nord-Cameroun » [20 juillet 1936]

André SCHAEFFNER – « Récits sur les doigts d’une main » [juillet-août 1936]

– Circoncision

Michel LEIRIS – « Rites de circoncision namchi » [1934]

– Musique

André SCHAEFFNER – « Notes sur la musique des populations du Cameroun septentrional » [juin 1933]

– Linguistique

Jean MOUCHET – « Vocabulaires comparatifs de 15 parlers du Nord-Cameroun » [1938]

Marcel GRIAULE – « Vocabulaires pape, woko, koutinn, namtchi et séwé du Cameroun septentrional » [1941]

 

6 – L’Éthiopie

– Récits de voyage

Deborah LIFCHITZ  – « En Éthiopie » [1933]

Gaston-Louis ROUX – « En Godjam » [30 juillet 1935]

Gaston-Louis ROUX – « Un grand seigneur abyssin : le Ras Aylou » [10 septembre 1935]

Éric LUTTEN – « Voyage en Éthiopie septentrionale » [13 mars 1936]

Michel LEIRIS – « L’Abyssinie intime » [juin 1935]

– Christianisme éthiopien : pratiques artistiques et religieuses

Marcel GRIAULE – « Peintures abyssines » [juin 1933]

Marcel GRIAULE – « L’enlèvement des peintures d’Antonios » [1er octobre 1934]

Marcel GRIAULE – « Le jeu de mail en Abyssinie » [janvier-juin 1934]

Marcel GRIAULE – « La consultation médicale à l’hôpital Ménélik d’Addis Ababa » [novembre 1934]

Marcel GRIAULE – « L’ancienneté du totémisme abyssin » [1934]

Gaston-Louis ROUX – « La peinture en Abyssinie » [1933]

Gaston-Louis ROUX – « Un peintre français en Abyssinie » [1er octobre 1935]

Deborah LIFSZYC/LIFCHITZ – « Amulettes éthiopiennes » [juin 1933]

Marcel GRIAULE – « Les saints patrons en Abyssinie » [1934]

– Zar

Marcel GRIAULE – « Les génies « Zar » en Abyssinie » [1934]

Michel LEIRIS – « Zar » [1968]

Michel LEIRIS –  « Le taureau de Seyfou Tchenger » [juin 1933]

Michel LEIRIS – « Le culte des zârs à Gondar (Éthiopie septentrionale) » [juillet et octobre 1934]

Michel LEIRIS – « Un rite médico-magique éthiopien : le jet du danqârâ » [avril 1935]

Michel LEIRIS – « La croyance aux génies zâr en Éthiopie du Nord » [janvier-mars 1938)]

Michel LEIRIS – « Mazmur le clerc » [1974]

Michel LEIRIS – « Vie d’Adanač la possédée »

Michel LEIRIS – « Encens pour Berhânê » [1983]

– Populations non chrétiennes

Deborah LIFCHITZ – « Une peuplade païenne de l’Éthiopie : les Kemant » [28 septembre 1936]

Deborah LIFCHITZ – « Chez les juifs noirs d’Abyssinie (les Falachas) » [19 janvier 1936]

Deborah LIFCHITZ – « Un sacrifice chez les Falacha, juifs abyssins » [juillet-août 1939]

– Ethnozoologie

Marcel GRIAULE – « Coutumes abyssines relatives au lait de vache » [novembre-décembre 1941]

Marcel GRIAULE – « Noms propres d’animaux domestiques (Abyssinie) » [1942]

– Esclavage

Marcel GRIAULE – « L’esclavage en Abyssinie » [1935]

 

7 – Résultats généraux

– Séries d’objets : les poupées

Éric LUTTEN – « Les enfants noirs ont aussi des poupées » [mai 1934]

Éric LUTTEN – « Poupées d’Afrique occidentale (recueillies par la Mission Dakar-Djibouti) » [janvier 1933]

– Bilan scientifique

Marcel GRIAULE – « Mission Dakar-Djibouti » (mai 1931-mai 1932) » [1932]

Marcel GRIAULE –  « Mission Dakar-Djibouti », Rapport général (juin à novembre 1932) [1932]

Marcel GRIAULE –  « Les résultats de la mission Dakar-Djibouti » [avril 1933]

Marcel GRIAULE – « La mission Dakar-Djibouti » [mai 1933]

Marcel GRIAULE – « Introduction méthodologique » [1933]

Marcel GRIAULE – « Comment nous avons étudié les Dogons, peuplade du Sangha » [16 juillet 1933]

Marcel GRIAULE – « La mission Dakar-Djibouti » [décembre 1934]

– Exposition Dakar-Djibouti

Michel LEIRIS – « La jeune ethnographie » [mars 1933]

Michel LEIRIS – « L’exposition de la mission Dakar-Djibouti (1931-1933) » [juillet 1933]

 

ARCHIVES

BIBLIOGRAPHIE GÉNÉRALE

TABLE DES ILLUSTRATIONS

INDEX DES PERSONNES ET DES AUTEURS

REMERCIEMENTS

Girma Bèyènè featuring Akalé Wubé

aw-girma-723x1000

Le quintet parisien Akalé Wubé invite Girma Bèyènè, figure emblématique de la musique éthiopienne des 60ies et 70ies, pour un come-back historique après plus de 25 années de silence…

Girma Bèyènè featuring Akalé Wubé, par Francis Falceto

Girma Bèyènè avait quitté la scène musicale d’Addis Abeba en 1981 : parti miraculeusement en tournée aux USA avec le Wallias Band et trois chanteurs (Mahmoud Ahmed, Gétatchèw Kassa et Wubishet Fisseha) à l’invitation du producteur éthiopien en exil Amha Eshèté, Girma choisit alors de ne pas revenir au paradis militaro-stalinien du dictateur Menguistou. Six autres musiciens prendront également la tangente. Très rapidement, il paraîtra évident aux nouveaux exilés que la diaspora éthiopienne des USA est encore trop restreinte pour nourrir son homme de la musique à plein temps. S’ensuivra une vie plus ou moins chaotique faite de petits boulots qui laissent de moins en moins de place à la musique.
Le premier retour de Girma dans son cher pays eut lieu à l’invitation du 7° Ethiopian Music(s) Festival d’Addis Abeba en mai 2008, tout entier conçu comme un hommage à Girma Bèyènè et à quelques autres saxophonistes exilés des années 80 (Moges Habte, Tilaye Gèbrè, Tewodros Meteku).
Peu après, Girma Bèyènè s’est réinstallé définitivement à Addis, en toute discrétion.
C’était sans compter avec l’immense following qu’il a conservé en Éthiopie, dont pas mal de musiciens parmi les plus influents de la scène contemporaine. C’était aussi sans compter avec le non moins immense fan-club qui s’est constitué anarchiquement autour des planètes World et Jazz, suite à la publication des éthiopiques, et au premier rang duquel figure Akalé Wubé.
Qui n’a jamais vu Akalé Wubé en concert ne sait pas de quel groove on parle. Pas de démonstration outrancière ni de pose m’as-tu-vu, que du groove et du bon, épuré ou lyrique, celui qui démange les gambettes et réjouit les synapses. Et déjà trois CDs au compteur, trois galettes de pure dévotion, mais créative. Zéro reprise à la mode copier-coller, que de l’éthio-groove revisité librement et avec ferveur – le meilleur moyen de rendre hommage ¬ de rendre vie ¬ à une musique et à un musicien trop oubliés jusque-là. Et ce sont justement ces gaillards-là qui écoutent, reconnaissent, reprennent, transfigurent et invitent modestement Girma Bèyènè. Et Girma dit Banco ! à nos risques et périls. Heureusement qu’on aime le risque. Et même les périls. Girma Bèyènè featuring Akalé Wubé, ou l’inverse, c’est du lourd léger comme on dit chez les boxeurs.

David GEORGELET : Drums
Oliver DEGABRIELE : Bass
Loïc RÉCHARD : Guitar
Étienne DE LA SAYETTE : Flutes/Sax
Paul BOUCLIER : Krar / trumpet/percussions

VENDREDI
25 SEPTEMBRE 2015

OUVERTURE DES PORTES : 20H30
DÉBUT DU CONCERT : 21H00

L’accès à l’eau en Afrique : vers de nouveaux paradigmes ?

L’accès à l’eau en Afrique : vers de nouveaux paradigmes ?

Vulnérabilité, exclusion, résiliences et nouvelles solidarités

Conférence Internationale  

Paris, 4-5-6 Juillet 2016

Près de 40 ans après la conférence sur l’eau des Nations Unies de Mar del Plata en 1977, et plus de 20 ans après la conférence internationale sur l’eau et l’environnement de Dublin de 1992, ce qui avait été présenté comme « le modèle mondial de gestion de l’eau » a montré ses limites. Ses trois piliers (la gestion intégrée des ressources en eau – GIRE, les partenariats public-privé et la marchandisation de la ressource en eau) ont tous montré leurs insuffisances lorsqu’ils ont été appliqués dans des territoires où les configurations hydro-sociales étaient très différentes de celles des pays du nord où ils avaient été pensés.

A l’heure du bilan pour le moins contrasté des Objectifs du Millénaire MDG sur l’eau en Afrique, il n’existe plus aujourd’hui de modèle global « de remplacement » pour répondre aux défis liés à l’accès à l’eau sur le continent. Des recherches récentes montrent au contraire l’émergence de nouvelles conditions diversifiées d’accès à la ressource, qui reposent parfois sur des formes de solidarités anciennes ou émergentes, et qui intègrent les configurations hydro-sociales locales.

L’objectif de cette conférence est d’explorer, à partir de situations concrètes fondées sur des données empiriques récentes, ces formes nouvelles d’organisation, et de voir dans quelle mesure elles pourraient apporter des solutions alternatives aux nombreux problèmes actuels liés à l’accès inégal à l’eau.

Il s’agirait ici d’interroger les directives liées aux différentes politiques nationales et au cadre international au sein duquel elles sont conçues d’une part, et les processus d’appropriation et de gestion de l’eau par les acteurs locaux d’autre part. Alors que ces questions sont le plus souvent étudiées de façon sectorielle, nous souhaitons ici privilégier des approches transversales à travers quatre thèmes, qui recoupent à la fois des questions théoriques et qui répondent à des problématiques spécifiques posées par la gestion de l’eau sur le continent.

Cette conférence s’appuie sur deux réseaux de recherche déjà très bien structurés dans la COMUE Paris-Lumière, le réseauP8 et le réseauP10 dont sont responsables respectivement B. Casciarri et D. Blanchon.

PDF – Date limite : 30 septembre 2015

 

IsIAO – Lettre du président de l’ARESAE au ministre italien des Affaires étrangères

Le président de l’ARESAE, Alain Gascon, a adressé la lettre suivante au ministre italien des Affaires étrangères

Monsieur le ministre des Affaires étrangères,

Nous tenons à vous faire part de la consternation des professeurs, chercheurs et étudiants de l’Association pour la Recherche scientifique et les Études sur l’Afrique de l’Est (ARESAE)— association liée à l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO) — lorsqu’il nous est revenu la situation préoccupante dans laquelle se trouve l’Istituto Italiano per l’Africa e l’Oriente de Rome.

Rares sont ceux d’entre nous qui n’avons un jour ou l’autre travaillé en collaboration, pour des publications et des journées d’étude, avec des chercheurs et des enseignants de cette institution — ou son aînée, l’Istituto Italo-Africano, dont le fonds documentaire compte parmi les plus riches, sinon le plus riche existant sur la Corne de l’Afrique. J’ajouterai que nous avons toujours été remarquablement accueillis par les membres de l’Istituto.

Aussi, au nom des membres de notre association, nous tenons également à vous faire part de notre vive préoccupation quant au devenir de ses inestimables ressources, concernant leur conservation ainsi que leur accessibilité. Il s’agit d’un patrimoine, italien certes, mais patrimoine aussi de la communauté des savants africanistes du monde entier.

Nous souhaitons enfin témoigner de notre absolue solidarité de cœur avec nos collègues et amis italiens.

 

Alain Gascon, président de l’ARESAE

Professeur émérite Institut français de géopolitique-Université Paris 8. 

Ancien chargé de cours à l’INALCO

Marc Fontrier, secrétaire général del’ARESAE

Docteur d’études africaines de l’INALCO

Florian Fontrier, trésorier del’ARESAE

Doctorant

IsIAO – Rencontre du président de l’ASAI avec le liquidateur de l’IsIAO

Chers amis,

je relaie ici le message du président de l’ASAI suite à sa rencontre avec le liquidateur de l’IsIAO.

Cordialement,

HF

PS Vous retrouvez sur cette page l’ensemble des appels de l’ASAI concernant la liquidation de l’IsIAO.

MISE A JOUR du 10 septembre : Vous trouverez ici la lettre adressée par le président de l’ASAI au ministre des Affaires étrangères et au ministre des Biens et Affaires culturels et du Tourisme, support à une campagne de courriels à adresser à gabinetto@esteri.it et gabinetto@beniculturali.it. Voir ici.

 

Cari amici,

i membri del nostro direttivo, a cui ho inviato una breve relazione sul mio incontro con il commissario liquidatore dell’Isiao, amb. Armellini, ritengono che sia utile diffonderla a tutti i soci dell’ASAI. In tal modo tutti noi disporremo di informazioni comuni sulla questione, a cui forse nei miei precedenti messaggi ho accennato ellitticamente.

Ho incontrato il commissario liquidatore dell’Isiao qualche giorno fa, presso la sede dell’Isiao a Roma. Avevo chiesto un colloquio urgente, come presidente dell’ASAI, dopo aver saputo dell’ “Avviso per la manifestazione di interesse ai fini della partecipazione alla procedura ristretta per l’affidamento in concessione dei servizi di valorizzazione dei beni culturali dell’IsIAO” – di cui siete informati –, per avere alcuni chiarimenti sulla procedura, ma soprattutto sul suo significato nel quadro della situazione attuale dell’Istituto. L’ambasciatore ha dimostrato grande disponibilità nell’aderire alla mia richiesta, dato il periodo ed i suoi impegni.

In circa un’ora di colloquio sono emersi o riemersi alcuni elementi fondamentali della vicenda, che desidero condividere con tutti voi ribadendo alcuni fatti che già conosciamo ed introducendone altri che possono aiutarci a capire cosa può accadere in futuro e cosa possiamo fare per intervenire.

Il mandato ricevuto dal commissario è quello di liquidare l’Istituto, cioè realizzare quanto più denaro possibile dalla vendita o dall’uso dei suoi beni, pagare i creditori e chiudere definitivamente la procedura di fallimento, che fu decretato più di tre anni fa, come sappiamo.

La liquidazione è piuttosto complessa, ed è stato impiegato diverso tempo per ricostruire il quadro generale delle disponibilità sulla base dei documenti.

Sono stati venduti i mobili e le altre attrezzature che hanno fruttato una cifra irrisoria se paragonata al debito: mi ha ricordato che il debito cristallizzato ammonta a circa 5 milioni di euro, suddivisi tra circa 500 creditori; il principale è Unicredit, con circa 2 milioni.

Come disponibilità dell’Istituto rimangono oggi:

  • le collezioni di arte orientale;
  • le collezioni africanistiche che risultano suddivise in cinque diverse situazioni;
  • la biblioteca e gli archivi.

Una parte di questi beni sono indisponibili [io credo/spero tutti, ma la situazione giuridica sembra in parte oscura], e il vincolo sulla biblioteca da parte degli organi competenti è recente.

Una volta terminata la liquidazione tutto ciò che rimarrà dei beni dell’Istituto passerà al Ministero degli Affari esteri, che dovrà occuparsi della gestione e del futuro di questi beni di concerto con gli organismi di tutela.

In questa fase conclusiva, nel tentativo di massimizzare l’attivo, è stato pubblicato l’avviso di cui sopra, il cui obiettivo è quello di incassare quanto più denaro è possibile per il successivo pagamento ai creditori nella misura della disponibilità.

Ad una mia richiesta di precisazione sul rilancio di cui si dice nell’avviso (“idoneo progetto di valorizzazione anche ai fini del rilancio dell’attività scientifica dell’Istituto”) non è stato possibile avere una risposta: dal momento che l’Isiao non esisterà definitivamente più dopo la liquidazione, questo rilancio non può riguardare l’Isiao. Secondo il liquidatore si deve interpretare quel passaggio come il rilancio dell’uso dei beni che rimarranno dopo la liquidazione, la loro valorizzazione ecc., che dovrà essere curata dal Mae.

[Ricordo che il Mae ha fatto balenare in altre occasioni, mentre procedeva la liquidazione, l’ipotesi di un ‘rilancio’, senza però darle una sostanza: Giampiero Massolo (allora segretario generale del Mae) in una lettera al Corriere della Sera (Come salvare l’Isiao secondo la Farnesina, 9.12.2011, in linea) affermò: “Noi vogliamo che l’Isiao rinasca più forte e sostenibile di prima […]. Liquidare vuol dire, oggi, ripartire [sulla base della sostenibilità economica]”. Chiudo l’inciso].

Ammesso che i beni siano invendibili, possono tuttavia dare un frutto: la concessione dell’uso di questi beni ha un valore economico. Chi ha interesse ad ottenere la concessione dei beni (che rimangono proprietà dell’Isiao [questo per me è un mistero logico: se l’Isiao non c’è più, come può avere ancora beni? Forse si intende: di proprietà del Mae/tornati al Mae/affidati al Mae/sotto la tutela di chi di diritto dopo la liquidazione?]) dovrà sostenere una spesa (la concessione a titolo oneroso), con il pagamento anticipato di una somma che sarà destinata a risarcire il debito pregresso (o una sua parte).

Due ipotesi: che all’avviso non seguano dichiarazioni di interesse (entro l’11 settembre), o il caso contrario. Se ci saranno dichiarazioni di interesse il liquidatore ha ancora un ruolo: altrimenti procederà alla ‘chiusura della partita (chi ha dato ha dato, ecc.)’ e, per il futuro, dei beni di cui sopra si occuperanno Mae e chi altro di diritto.

Questo in sintesi.

Sto lavorando alla stesura dell’appello della nostra associazione al ministero degli Affari esteri e continuo a pensare che dobbiamo insistere sulla possibilità di un ‘rilancio’, che nei suoi termini minimi consiste nella riapertura della biblioteca e degli archivi, e nei termini massimi può realizzarsi solamente attraverso un dibattito ed una futura iniziativa concertata dal Mae sulla base di una volontà politica di tutela di una parte del patrimonio scientifico e culturale della nazione.

Un saluto a tutti i voi

IL PRESIDENTE

 

 

EXPOSITION « Peintures populaires et modernes, photographies du dernier Empereur », collection privée de Denis Gérard.

« Peintures populaires et modernes, photographies du dernier Empereur »,
Collection privée de Denis GERARD

Sous le haut patronage de Jean-Christophe RUFIN

19 septembre – 04 octobre 2015
Centre Culturel La Pyramide
74460 Marnaz 

« Collectionneur malgré moi »

1975 : j’ai 30 ans et je pars en Éthiopie pour travailler comme agronome dans les basses terres arides de la vallée du Rift. Je vais vivre avec les pasteurs Afar, qui viennent de subir une terrible famine, pour les aider à reprendre pied. L’empereur Hailé Sélassié vit encore, quoique prisonnier dans son palais.

Je remonte de temps en temps à Addis Abeba, la capitale, pour y respirer l’air frais des hauts plateaux et résoudre les inévitables questions administratives. À l’occasion, j’en profite pour visiter des expositions de peinture moderne éthiopienne. J’y fais la connaissance d’artistes dont beaucoup deviennent des amis et m’initient aux arts plastiques.

À mon insu, je deviens collectionneur : en 39 ans je vis toujours en Ethiopie j’achète des dizaines d’œuvres qui m’ont « tapé dans l’œil ».

Dans les années quatre-vingt, je rencontre des artistes éthiopiens âgés qui peignent des motifs traditionnels sur de grandes toiles : scènes guerrières ou de la vie rurale, fêtes religieuses et même politiques, etc.

Un régime militaro-marxiste a alors destitué l’empereur. Seuls quelques peintres officiels sont favorisés, et ces vieux artistes manquent de pigments. Je leur procure des couleurs en poudre que j’achète à Montparnasse, lors de mes vacances en France. Comme ces peintres ont alors perdu leurs acheteurs habituels, ils me proposent leurs œuvres à la vente. D’instinct, j’aime ces tableaux et en achète plus que je ne le veux vraiment. Aujourd’hui, ces peintres ne sont plus, mais leurs œuvres représentent un patrimoine unique encore méconnu.

En 1995, un historien anglais me demande de reproduire des photographies d’archives pour illustrer un livre d’histoire sur l’Ethiopie. Je me passionne alors pour ce travail de collecte de photos anciennes : je côtoie les descendants des grands chefs féodaux et j’accède aux clichés des photographes étrangers de la belle époque (1868-1974). Pour moi, ces photographies expriment l’ambiance du passé et sont de précieux témoignages de l’histoire. Je constitue ainsi une collection impressionnante de photographies d’archives ; celles de l’empereur Hailé Sélassié ont fait l’objet d’une édition.

Dans les années 2000, j’aperçois sur le bord d’une route les sculptures de Desso Hordofa, un sculpteur-paysan autodidacte. Elles sont très fortes. Je lui en achète une quinzaine au fur et à mesure de mes rencontres amicales avec lui.

Sculptures, photos, peintures traditionnelles et modernes : tout sommeille chez moi, en France. Cette collection témoigne de la fin d’un monde millénaire qui s’est éteint avec Hailé Sélassié, et de la douloureuse gestation d’une Ethiopie nouvelle, trois fois plus peuplée, dont l’économie est une des plus dynamiques au monde.

Puisse la mise au jour de ces images étonnantes éveiller en vous l’intérêt pour ce pays si mal connu, longtemps caché, qui vit une mutation sans précédent. La municipalité de Marnaz, en Haute-Savoie, nous offre aujourd’hui cette chance.

Denis GERARD

Understanding Contemporary Ethiopia

Understanding Contemporary Ethiopia. Monarchy, Revolution and the Legacy of Meles Zenawi,

Edited by Gérard Prunier and Éloi Ficquet

Description

When we think of Ethiopia we tend to think in cliches: Solomon and the Queen of Sheba, the Falasha Jews, the epic reign of Emperor Haile Selassie, the Communist Revolution, famine and civil war. Among the countries of Africa it has a high profile yet is poorly known. How- ever all cliches contain within them a kernel of truth, and occlude much more. Today’s Ethiopia (and its painfully liberated sister state of Eritrea) are largely obscured by these mythical views and a secondary literature that is partial or propagandist. Moreover there have been few attempts to offer readers a comprehensive overview of the country’s recent history, politics and culture that goes beyond the usual guidebook fare. Understanding Contemporary Ethiopia seeks to do just that, presenting a measured, detailed and systematic analysis of the main features of this unique country, now building on the foundations of a magical and tumultuous past as it struggles to emerge in the modern world on its own terms.

Author

Gérard Prunier is a renowned historian of contemporary Africa and author of the acclaimed The Rwanda Crisis: History of a Genocide and of Darfur: The Ambiguous Genocide, both published by Hurst.

Éloi Ficquet is an anthropologist and historian, professor at the EHESS, and Director of the French Center for Ethiopian Studies in Addis Ababa. He is the author of A French-Amharic Dictionary and of many articles on Ethiopian history and culture.

Related Topics
Table of Contents
Introduction
Gérard Prunier and Éloi Ficquet

1. Ethiopians in the Twenty-First Century: The Structure and Transformation of the Population
Éloi Ficquet and Dereje Feyissa

2. The Ethiopian Orthodox Tewahedo Church (EOTC) and the Challenges of Modernity
Stéphane Ancel and Éloi Ficquet

3. The Ethiopian Muslims: Historical Processes and Ongoing Controversies
Éloi Ficquet
4. GO Pente! The Charismatic Renewal of the Evangelical Movement in Ethiopia
Emanuele Fantini5. From Pan-Africanism to Rastafari: African American and Caribbean ‘Returns’ to Ethiopia
Giulia Bonacci
6. Monarchical Restoration and Territorial Expansion: The Ethiopian State in the Second Half of the Nineteenth Century
Shiferaw Bekele

7. The Era of Haile Selassie
Christopher Clapham

8. The Ethiopian Revolution and the Derg Regime
Gérard Prunier

9. The Eritrean Question
Gérard Prunier

10. The Tigray People’a Liberation Front (TPLF)
Medhane Tadesse

11. Federalism, Revolutionary Democracy and the Developmental State, 1991–2012
Sarah Vaughan
12. Elections and Politics in Ethiopia Since 2005
Patrick Gilkes

13. Making Sense of Ethiopia’s Regional Influence
Medhane Tadesse

14. The Ethiopian Economy: The Developmental State vs. the Free Market
René Lefort

15. Addis Ababa and the Urban Renewal in Ethiopia
Perrine Duroyaume

16. The Meles Zenawi Era: From Revolutionary Marxism to State Developmentalism
Gérard Prunier
Reviews

‘This volume on all things Ethiopian by a group of noted experts is a tour de force. Focussing on the nature of power in Ethiopian state and society, the contributors provide powerful and provocative accounts that chart the process of rapid societal change as Ethiopia assumes its place as a rising regional power. In doing so they uncover a new model of economic development and state-building, pointing to the importance of the Ethiopian state in conditioning violence, social change and economic accumulation. A must-read.’ — Will Reno, Professor, Director of the Program of African Studies, Northwestern University

‘Ethiopia can no longer be caricatured or mythologised. No one could have envisioned the extent to which this country would be transformed nearly twenty-five years after the end of its long civil war. To help us make sense of the dynamics shaping contemporary Ethiopia, this much-needed volume brings together important insights from the world’s most notable experts on the country’s culture, history, politics, and society. They offer a comprehensive and accessible account that should be widely read.’ — Leonardo R. Arriola, University of California, Berkeley

http://www.hurstpublishers.com/book/understanding-contemporary-ethiopia/

Prunier-Ficquet-Ethiopia-web

IsIAO (suite)

Chers amis,

Concernant la question de l’IsIAO, je poursuis le précédent billet et relaie ici le point de vue de la dott.ssa Giulia Barrera, qui me paraît particulièrement intéressant en ce qu’il clarifie certaines questions juridiques, clarification susceptible de nous permettre de mieux définir la position que nous pourrions prendre afin d’apporter notre soutien aux collègues italiens.

Merci de vos réactions.

HF

Cari soci ASAI,

in merito alla questione ISIAO, penso sia opportuno aggiungere alcuni elementi informativi.

1)     Codice dei beni culturali (art. 41, c. 4), prevede che gli archivi degli enti soppressi siano versati all’Archivio di Stato competente per territorio o all’Archivio centrale dello Stato

(“Gli archivi degli uffici statali soppressi e degli enti pubblici estinti sono versati all’archivio centrale dello Stato e agli archivi di Stato, a meno che non se ne renda necessario il trasferimento, in tutto o in parte, ad altri enti.”). Il riferimento alla “necessità” di trasferire l’archivio ad altri enti, è stato, che io sappia, sempre interpretato nel senso che se un altro ente eredita in tutto o in parte le competenze dell’ente soppresso, assieme alle competenze deve ereditarne l’archivio. Ad esempio: si aboliscono le province; gli enti che ne ereditano le competenze in materia di gestione degli uffici per l’impiego o di controllo degli scarichi industriali, ne erediteranno anche gli archivi relativi a tali attività (così come chi eredita il personale, dovrebbe ereditare anche i relativi fascicoli personali).

2)     Una volta soppresso l’ISIAO, a me sembra dunque che, in ossequio a quanto previsto dal Codice dei bbcc, il patrimonio archivistico dell’ISIAO dovrebbe essere versato all’ACS. Credo che questa posizione dovrebbe essere sostenuta anche dalla comunità scientifica, perché tra l’altro sarebbe quella che meglio garantirebbe conservazione e fruibilità dell’archivio.

3)     La Sovrintendenza archivistica per il Lazio e l’Archivio centrale dello Stato si sono già mossi in questo senso, segnalando al commissario liquidatore Armellini quanto disposto dal Codice bbcc.

4)     Segnalo inoltre che nel 2012 io (in quando funzionaria della DG archivi) e alcuni colleghi del Museo nazionale di arte orientale, della Sovrintendenza archivistica e di non ricordo quali altri uffici del Mibac, partecipammo ad una riunione presso il Segretariato generale del Ministero relativa alla situazione dell’ISIAO, in cui venne caldeggiata – da parte di vari colleghi – la proposta di trasferire il fondo Tucci e gli altri materiali asiatici al Museo nazionale d’arte orientale, mentre i materiali del museo africano al Pigorini e l’archivio istituzionale ISIAO (ovverosia l’archivio prodotto dall’ISIAO nel corso della propria attività), nonché archivio fotografico e cartografico, all’ACS.

5)     A me personalmente, affidare il patrimonio dell’ISIAO a istituzioni museali e archivistiche e a biblioteche del Mibact sembrerebbe la soluzione ottimale, perché garantirebbe la migliore tutela del materiale, con una ottimizzazione dell’uso delle risorse (sono tutti istituzioni che già hanno strutture che permettono la fruizione da parte dei ricercatori). Quale fondazione sarebbe in grado di avere una sala di letture aperta tutti i giorni? E se lo facesse, a quali costi?  Non idealizzo affatto ACS e gli altri istituti del Mibact: so bene in quanti problemi si dibattano e quanti limiti abbiano i servizi che oggi sono in grado di offrire all’utenza (chi di voi è iscritto alla lista SISSCO avrà anche visto circolare miei messaggi di denuncia delle carenze di personale del Mibact). Ma nonostante tutto, gli istituti del Mibact garantiscono una qualità scientifica e un livello di tutela dei bbcc e di servizi per i ricercatori che molto difficilmente una improvvisata fondazione potrà garantire.

Spero che l’ASAI voglia sostenere questa posizione.

Cordialmente,

Giulia Barrera

dott.ssa Giulia Barrera, Ph.D.
Direzione generale per gli archivi,
Relazioni internazionali
Via Gaeta, 8/a
00185 Roma, Italia

tel. +3906 6723 6908
Skype name: giubar6