APPEL à COMMUNICATIONS : Histoire et patrimoine dans la Corne

Histoire & patrimoine dans la Corne

ETHIOPIE 1995-1998-nord-068

Journée d’étude ARESAE & INALCO section études éthiopiennes

L’ARESAE, avec l’aide de la section des études éthiopiennes de l’INALCO, organise une journée d’étude sur le thème « Histoire & patrimoine dans la Corne ». Vous pouvez d’ores-et-déjà réserver la date du 11 mars 2016 pour y assister. Entretemps, nous avons le plaisir de vous inviter à proposer une communication; l’appel à communications est ouvert jusqu’au 31 décembre. Vous trouverez les modalités ci-dessous.

 

Appel à communications

Les communications dureront 20 minutes et seront suivies d’une discussion de 10 minutes. Votre proposition de communication sera structurée de la manière suivante : titre de la communication, coordonnées du candidat (NOM, prénom, fonction, rattachement institutionnel, courriel, adresse postale) et un résumé de la communication envisagée (entre 1000 et 1500 signes).

Les propositions de communication sont à envoyer, sous forme de pièce jointe (idéalement PDF) à Serge Dewel (INALCO) :
serge-pierre.dewel@inalco.fr
La date limite de réception des propositions de communication est le 31 décembre 2015. La sélection des communications sera avisée à chaque candidat le 15 janvier.

Résumés et English abstracts seront publiés en ligne sur le site hypotheses.org de l’ARESAE (avec accord de l’auteur). Une publication des actes est prévue.

Lieu : Auditorium, INALCO, 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris
Date : Vendredi 11 mars 2016, de 0900 à 1230 et de 1400 à 1730

 

Problématique

Il s’agit de questionner les liens entre les deux champs -histoire et patrimoine-, mais également de les confronter avec les disciplines qui les recoupent : géographie, ethnologie, sociologie, art, philologie, etc. La transdisciplinarité est au cœur de cette journée d’étude.

 

Matérialité – immatérialité

« De la cathédrale à la petite cuiller » (HEINICH, 2012), le patrimoine se décline selon un polymorphisme infini et dont le cadre strictement matériel a été dépassé depuis longtemps. A l’heure actuelle, des dialectes locaux ou des cuisines régionales sont officiellement reconnues comme patrimoine. Sans vouloir entrer dans la mécanique de surenchère et d’inflation patrimoniale en établissant des listes sans fin, force est, cependant, de reconnaître l’importance prise par le concept et la démarche dans la recherche scientifique.

La définition du patrimoine a évolué dans le temps, et évolue encore, tant son objet vit des mutations successives. Considérer une définition simple pour le mot patrimoine, malgré la riche polysémie du terme, permet de l’ériger en outil de réflexion et de travail pluridisciplinaire. Initialement destiné à désigner ce qui est transmis de père en fils sur plusieurs générations, le mot patrimoine s’est étendu à une conscience collective de propriété commune (BABELON & CHASTEL 1980). Cette collectivisation des biens transmis fonde la notion de patrimoine national, mondial…

Le patrimoine peut être caractérisé par sa nature (culturel, monumental, architectural, intangible, etc.) ou par sa spatialité (mondial, national, régional, local, etc.). Entre matérialité et immatérialité, le paradigme patrimonial s’étend à l’infini. Le patrimoine immatériel a fait l’objet d’une telle reconnaissance, épistémologique et statutaire, que le monumental est littéralement submergé, voire relégué à l’arrière-ban. Cette dimension immatérielle est, par ailleurs, source de nouvelle interprétation et de reformulation du concept de patrimoine (JADE 2006).

 

Perspectives temporelles et spatiales

Le patrimoine -et les chaînes de transmission dont il est produit- se conçoivent selon une perspective chronologique et ou spatiale, qui peuvent se rencontrer dans l’environnement de la géohistoire (BRAUDEL, 1949, 1979 ; GRATALOUP, 1996). Réel ou imaginé, tangible ou intangible, disparu ou ostentatoire, le patrimoine développe une forte valeur référentielle : on s’y rattache individuellement ou collectivement ; il sert de ciment ou de catalyseur dans les constructions identitaires nationales ou régionales.

Le propos tourne autour de l’idée de construction identitaire en se questionnant sur la place du patrimoine dans la construction des individualités ou des communautés.

 

L’espace géographique

De la Corne de l’Afrique à l’IGAD, l’espace est plus ou moins étendu. Quelles que soient les bornes fixées, deux traits demeurent : (1) l’alternance / opposition des hautes et basses terres et (2) le rôle de carrefour du monde. Chère à Fernand Braudel (Méditerranée 1949) ou à Denys Lombard (Java 1990), cette notion de croisement des relations, fondement même de « l’histoire connectée » (SUBRAHMANYAM, 1999), prend toute sa dimension autour du Bab el-Mandeb et de la Corne de l’Afrique : l’espace peut être vu de l’Asie, de l’Afrique et de l’Europe ; en cet espace, les acteurs venus de divers horizons se rencontrent. Ce rôle de carrefour n’a pas disparu avec le temps, sachant que Djibouti voit passer une part importante du commerce mondial devant ses côtes.

Depuis une époque ancienne, la région a été un carrefour culturel et il s’agit, au-delà de la temporalité, d’explorer les champs de connexion entre les espaces où la patrimonialisation procède du métissage et du syncrétisme.

 

Axes de recherche

Les problématiques patrimoniales revêtent le plus souvent un caractère pluridisciplinaire et transversal. A titre d’exemple, voici quelques clefs d’approche, axes de recherche et de réflexion, dans lesquels cette journée d’étude souhaite s’insérer :

  • Les images : patrimoine et images du patrimoine
  • Les routes : circulation des idées, des personnes et des objets ; espaces et flux autour des héritages
  • Archéologie : entre vestiges et patrimoine ; de la matérialité et de son héritage
  • Textes : texte-histoire et histoire de texte ; créations matérielles (dont les arts du livre) et littéraires (œuvres, corpus, sources), diffusions, contenus, supports (de l’ostracon au livre)
  • Patrimonialisations : dynamiques, progressions et histoire du patrimoine (réflexion sur la notion endogène de patrimoine et de ses usages, l’influence exogène sur sa reconnaissance et sa conservation, etc.)
  • Mixité, syncrétisme, fractures et différences : le patrimoine entre symbole et diabole

Ouvrir le PDF : JE Histoire & patrimoine dans la Corne

 

« L’Éthiopie sans Meles Zenawi: un régime autoritaire ‘à l’épreuve' ».

Appel à contribution pour la revue Politique africaine. Il s’agit d’un dossier coordonné par Jean-Nicolas Bach sur « L’Éthiopie sans Meles Zenawi : un régime autoritaire “à l’épreuve” “.

Trois ans après la disparition du Premier ministre éthiopien Meles Zenawi, en 2012, après 17 ans d’exercice continu du pouvoir exécutif suprême, sa figure trône plus que jamais dans les rues de la capitale et parfois jusque dans les zones rurales les plus reculées. ‘L’Éthiopie sans Meles’ semble aujourd’hui poursuivre sa lancée sur les bases érigées par son père fondateur, et rendre hommage à ce dernier comme pour mieux embrasser l’avenir. Le régime a évité les soubresauts d’une fin de règne, à tel point qu’on doit ici poser la question de la nécessaire réévaluation du rôle de Meles lorsqu’il était à la tête du pays : Qui était Meles Zenawi ? Sa disparition a-t-elle dévoilé ou réactivé des arènes de négociations ou des factions au sein du parti au pouvoir depuis 1991, l’Ethiopian People’s Revolutionary Democratic Front (EPRDF), qui n’étaient pas perceptibles lorsqu’il était au pouvoir ? A-t-elle ouvert de nouvelles structures d’opportunité et de nouveaux possibles ? Quel a été son impact sur le gouvernement ‘collectif’ du Front ? Quels sont aujourd’hui les enjeux et les effets du renouvellement générationnel inachevé, enclenché par Meles au sein du Front au lendemain des élections générales de 2010 ?

Ce dossier prend le parti de voir dans l’immédiat après-Meles une ‘épreuve’ (au sens de la sociologie pragmatique) (Barthe et al 2013). Une épreuve a pour propriété de bousculer les routines et d’induire des réponses individuelles et collectives particulières, à court terme puis dans la durée. Elle rend de ce fait visible ce que les fonctionnements institutionnalisés tendent à minimiser. Une sociologie politique du régime éthiopien fondée sur l’épreuve de la disparition de Meles permettra de mettre au jour les mouvements internes au régime, dans ses fondements idéologiques, dans ses pratiques administratives, économiques et sécuritaires, pour mieux faire la part entre les logiques politiques les plus profondément institutionnalisées et les contingences liées à la personnalité de son dirigeant et à l’état des rapports de force au sein du Front. C’est cette question qui sera posée à l’ensemble des auteurs du dossier, qui observeront ce qui s’est joué autour de cette épreuve de l’après-Meles dans différents domaines de l’activité étatique ou non étatique en Éthiopie.

Les propositions d’articles sont à envoyer au coordinateur du dossier d’ici au 30 octobre (plus de détails ici) et dans les PDF ci-joints.