Prix Albert Bernard 2015

Le prix Albert Bernard de l’Académie des sciences d’outre-mer a été décerné, pour 2015, aux ouvrages suivants: « Somaliland, pays en quarantaine » (Robert WIREN) et « Le trône d’Adoulis » (Glen W. Bowersock). Le Prix annuel Albert Bernard, créé en 1993, est destiné à récompenser un auteur ayant traité de l’Afrique et plus particulièrement de la Corne de l’Afrique.

La remise du prix aura lieu le vendredi 11 décembre 2015 à 1500 dans les locaux de l’Académie, 15 rue La Pérouse, Paris 16e.

Après Serge TORNAY (partagé avec Estelle SOHIER) en 2007 et Mickaël BETHE-SÉLASSIÉ en 2010, Robert WIREN est le troisième membre de l’ARESAE à être récompensé par l’Académie des sciences d’outre-mer.

http://www.academieoutremer.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=22&Itemid=60

Comment écrire l’histoire des enracinements en diaspora ? Les Arméniens en Éthiopie

Conférence – Mardi 1er Décembre 2015, 18:30

Avec Boris Adjemian, chercheur affilié à l’Institut des mondes africains, lauréat du premier Prix de la recherche, animée par Christine Chivallon, directrice de recherche CNRS, LAM (Les Afriques dans le Monde), Sciences Po Bordeaux – Université de Bordeaux.

La fanfare arménienne du negus Täfäri et son directeur, Kévork Nalbandian : phot
La fanfare arménienne du negus Täfäri et son directeur, Kévork Nalbandian : photomontage de 1930 (collection Bibliothèque Nubar de l’UGAB)

De la fin du XIXe siècle à nos jours, les immigrants arméniens en Éthiopie et leurs descendants se sont distingués par la richesse de leurs ancrages sociaux dans le pays d’accueil. Dans les représentations collectives comme dans la matérialité et la tonalité des parcours individuels, ils ont longtemps occupé une place intermédiaire, à mi-chemin entre le national et l’étranger. Cette sédentarisation a contribué à la formation d’un grand récit idéalisé de l’immigration arménienne dans lequel l’Éthiopie est devenue un homeland de substitution. Elle est scandée dans les mémoires par des figures et des événements emblématiques comme la création de la fanfare royale du ras Täfäri (futur empereur Haylä Sellasé) par quarante orphelins arméniens rescapés du génocide, en 1924.

Au-delà de ses singularités, le cas des Arméniens d’Éthiopie nous invite à prêter attention à la part sédentaire de l’expérience diasporique. Celle-ci ne se résume pas à des réseaux de mobilités, au sentiment de l’exil et au lien réel ou rêvé à la terre d’origine, mais met également à l’épreuve la faculté des spécialistes des migrations et des diasporas à saisir et transcrire ces enracinements individuels et collectifs.