Une nouvelle Afrique de l’est

Afrique contemporaine

2015/1 (n° 253)

Une nouvelle Afrique de l’Est ?

Couv Afco 253.indd

Une nouvelle Afrique de l’Est se dessine. Des régimes politiques hybrides, un capitalisme développemental, de grands chantiers d’infrastructures et des enjeux sécuritaires partagés forment les principales entrées de ce numéro d’Afrique contemporaine. Coordonné par Marie-Aude Fouéré et Hervé Maupeu, ce dossier révèle des similarités dans les modes de fonctionnement politiques, économiques et idéologiques des États qui composent cet espace à géométrie variable. Élise Dufief, Marie-Aude Fouéré, Elsje Fourie, Alain Gascon, Hervé Maupeu et Jérémy Révillon mettent en lumière ces dynamiques comparées en Éthiopie, au Kenya et en Ouganda, évoquant aussi le cas de la Burundi et de la Tanzanie. Ils montrent en quoi cet espace régional est une construction politique et rhétorique jamais totalement stabilisée. Les élections qui se sont tenues dernièrement dans plusieurs pays d’Afrique de l’Est sont également traitées. Elles laissent entrevoir l’importance du rôle des classes moyennes dans les transitions politiques actuelles et rappellent que les technologies et l’ingénierie internationale du vote sont devenues des facteurs cruciaux de toute élection. Marie Morelle et Frédéric Le Marcis inaugurent la rubrique « Questions de recherche ». Ils dressent un panorama des études carcérales en Afrique et lancent de nombreuses pistes de recherche.

Avec, notamment, un article d’Alain Gascon :

L’Éthiopie des « 15 Glorieuses », moteur de l’Afrique orientale

Entre recherche de leadership et fragilités

L’Éthiopie a longtemps été associée aux famines, aux guerres et à la misère. Symbole de l’Afrique qui « bouge », elle offre depuis quelques années une autre image, celle d’un pays en paix et en pleine transformation. Meles Zenawi, ancien Premier ministre décédé en 2012, a lancé une véritable politique de « bond en avant » éthiopien fondé sur un développement forcené des infrastructures, des équipements et des réseaux d’échanges. Désormais, les élites dirigeantes prétendent au leadership en Afrique de l’Est, rejoignant les aspirations de Ménélik II (1889-1913), le fondateur de la Grande Éthiopie contemporaine.

Voir sur Cairn

Site Internet

HISTOIRE ET ARCHIVES DE DJIBOUTI ET DE SA RÉGION

En écho à notre récente journée d’étude, la parution à l’Harmattan
de cet ouvrage collectif édité par notre collègue Adawa Hasan Ali.

Cet ouvrage réunit des contributions de spécialistes d’histoire de la Corne de l’Afrique qui ont réfléchi sur le problème urgent de la conservation du patrimoine. En effet, à Djibouti, il n’existe pas encore d’Archives nationales ni de Bibliothèque nationale ni de dépôt légal. On voit disparaître toutes sortes de documents écrits, d’objets anciens et de constructions, témoins du passé. Délaissant l’oralité et ne tenant pas compte des archives écrites, on déambule vers un état d’amnésie collective.

Broché
ISBN : 978-2-343-08961-4 • avril 2016 • 156 pages
Prix éditeur : 16,15 €

L’Harmattan

Appel à contribution : « Cultures manuscrites d’Éthiopie ». Date limite : 30/04/16.

L’Éthiopie a vu depuis le premier millénaire de notre ère le développement de deux cultures du livre manuscrit qui semblent avoir évolué séparément sur des territoires géo-politiques longtemps distincts, au service de religions et d’administrations différentes. Ces cultures manuscrites chrétiennes et islamiques se sont développées dans des langues et des écritures variées, ce qui a contribué à compartimenter les recherches sur le sujet.Si l’historiographie des manuscrits chrétiens est déjà bien ancrée, les manuscrits islamiques, qu’ils soient en langue et écriture arabe ou en langues locales et écriture arabe (‘ağamī), ont été peu étudiés jusqu’à présent. Toutefois, alors que se structurent aujourd’hui les études sur le manuscrit éthiopien tant islamique que chrétien, doit de même se renouveler l’interrogation sur les contacts dans l’histoire de ces livres, qu’ils se soient produits en Éthiopie ou d’autres pays environnants, tels l’Égypte, le Soudan, le Yémen, l’Inde, et sur l’empreinte qu’ils ont laissé dans les cultures du livre. Les relations avec d’autres traditions et pratiques manuscrites, qui ont existé dans ce même espace, et leur apport, peuvent aussi être considérées.

Les contributions devront donc s’interroger sur les interrelations entre les différents cultures manuscrites éthiopiennes à travers les textes, les savoirs et traditions qu’ils conservent et véhiculent (…).

Le texte complet sur ce lien :

Appel à contribution : « Cultures manuscrites d’Éthiopie ». Date limite : 30/04/16.

Journée d’étude éthiopienne INALCO/ARESAE : conclusion

La journée fut riche et variée en interventions. Vouloir en proposer une conclusion.Nous pouvons, néanmoins, tenter d’en retracer les grandes lignes, afin d’ouvrir quelques fenêtres sur la Corne de l’Afrique. Un compte-à-rebours des communications.

Marc Fontrier, secrétaire-général de l’ARESAE, a clôturé cette journée qu’Alain Gascon, président de l’ARESAE, avait ouverte, après l’allocution de bienvenue exprimée par Delombera Negga. Serge Dewel, au cours d’une introduction générale à la Journée, a proposé quelques axes de réflexion, tout en illustrant l’étendue de la polysémie du mot patrimoine après en avoir retracé brièvement l’historique.

Nous n’avons pas eu la chance de pouvoir écouter François Guiziou nous parler des Ethiopian Shipping Lines. Aussi insolite que soit le sujet, il nous aurait fait prendre conscience de l’étendue sémantique du mot patrimoine en nous expliquant comment ce monde maritime, gravitant autour d’un pays enclavé, entre dans cette notion.
Le monde marin et portuaire a par ailleurs fait une entrée des plus concrètes dans notre champ patrimonial par la communication de Lukian Prijac consacrée au patrimoine naval et/ou littoral à Djibouti, encore à découvrir et avec tout ce que cela apporte en questions et problématiques.
Débarqué sur la terre ferme, Florian Fontrier nous a conduits sur les voies commerciales autour et sur les hautes terres d’Éthiopie. Vecteur patrimonial, autant que patrimoine à part entière, ce réseau de voies commerciales a permis l’émergence d’une région dont la culture compte rang du patrimoine national éthiopien.
Ces voies commerciales ont traversé ou longé des environnements naturels qui ont été érigés en parcs régionaux et paysages « patrimonialisés ». Je signalais dans l’introduction à cette journée que les premiers paysages furent reconnus comme patrimoine en 1880 en Allemagne. L’expérience s’est multipliée, rien qu’en Afrique orientale, non sans soulever de nombreuses questions -humaines et humanitaires entre autres-, comme l’a détaillé Alain Gascon.
Parmi les signes tangibles de la culture matérielle et intellectuelle, résultant d’échanges au gré des voies commerciales, nous fûmes sensibilisés à la numismatique et à la peinture.
Marc Fontrier nous a rappelé l’enjeu non-économique de la monnaie, un bien tangible s’il en est, et un patrimoine au sens le plus littéral du terme.
La peinture est à la fois un fond et une forme, un signifié et un signifiant. Constantin Kaiteris a mis l’accent sur l’un grâce à une abondante illustration, alors que Méliné Miguirditchian s’était interrogée sur l’autre à travers l’exemple de la restauration d’une peinture de l’église d’Abba Antonios (près de Gondär) rapportée par la mission Dakar-Djibouti de Griaule. Ensemble, ils nous ont amenés à réfléchir sur la peinture éthiopienne, traditionnelle ou non ; patrimoine certes, mais medium d’expression aussi.
Serge Dewel s’était interrogé sur la construction d’un patrimoine et sur les préoccupations politiques qu’il reflète, dans le développement de la capitale Addis Abäba, en illustrant cette problématique par l’exemple du réemploi du motif des stèles d’Aksum.
Enfin, et pour commencer, Hugues Fontaine a abordé la réflexion patrimoniale par un patrimoine à deux couches : le fonds de photographies Alfred Ilg de Zürich est un patrimoine en soi, mais il est aussi le témoin d’un patrimoine. Comment analyser et mettre en œuvre ce patrimoine pour faire ressortir ou dater un autre patrimoine, aujourd’hui disparu, pour partie au moins.

COMPARAISONS ECCLÉSIOLOGIQUES À RAS DE TERRE

Comparaisons ecclésiologiques à ras de terre : pratiques d’administration des biens fonciers et gestion d’autres ressources dans les églises éthiopiennes et orientales.

Mardi 29 mars 2016, de 9:00 à 18:00,  à l’EHESS, 96 boulevard Raspail, salle des artistes (rez de chaussée).

Journée d’études organisée dans le cadre d’une série de rencontres sur les christianismes éthiopiens et méditerranéens orientaux en regard, en partenariat entre : LabEx HASTEC (Histoire et anthropologie des savoirs, des techniques et des croyances, heSam UNiversité) ; Centre d’études en sciences sociales du religieux (CéSor : EHESS, CNRS) ; Institut des mondes africains (IMAF : CNRS, IRD, Université Paris 1, Université Aix-Marseille, EPHE, EHESS) ; Centre français des études éthiopiennes (UMIFRE CNRS, MAEDI).

La reconnaissance et l’institution de la pratique religieuse comme activité autonome sont largement conditionnées par l’inscription physique sur un territoire, à commencer par les parcelles réservées à la construction de lieux de culte, s’étendant souvent à des propriétés foncières génératrices de vivres et de revenus destinés à nourrir et entretenir les membres du clergé. Cette ressource importante est complétée, voire substituée, par des dons qui impliquent des pratiques spécifiques de collecte, d’enregistrement, de conservation et d’usage. L’économie des Eglises, ou « ecclésiologie à ras de terre » telle que nous la désignons ici, révèle divers niveaux de pratiques de gestion de ces ressources par des membres du clergé qui ont développé dans ce domaine des savoir-faire plus ou moins spécialisés et distincts des autres registres de l’activité religieuse. Etablissant des liaisons entre le sacré et le profane, ces pratiques sont aussi révélatrices de niveaux variables de complémentarité et compétition avec les cadres politiques et juridiques des autorités séculaires. Cette rencontre propose d’étudier et de comparer les situations historiques et contemporaines de plusieurs communautés chrétiennes éthiopiennes, en Ethiopie ou hors d’Ethiopie, qui impliquent des procédures concrètes de gestion des ressources foncières et des dons. Une comparaison sera aussi engagée avec d’autres communautés chrétiennes orientales, dans la perspective d’élargir cette démarche comparative à d’autres thématiques lors de prochaine rencontres organisées au cours de l’année 2016 dans le même cadre.

PROGRAMME

Matinée :
Discutant : Shiferaw Bekele (Addis Ababa University)
9:00 Accueil des participants (viennoiseries et boissons chaudes).
9:15 Présentation de la rencontre : Eloi Ficquet (EHESS, CéSor),Ayda Bouanga (HASTEC, CéSor), Marie-Laure Derat (CNRS, IMAF).
9:30 Anaïs Wion (CNRS, IMAF) :
« Transactions de biens fonciers et relations de pouvoir en Ethiopie au 18e siècle, à travers les actes enregistrés par l’église d’Atkana Giyorgis (Bägémeder) »
10:15 Namouna Guebreyesus (EHESS, CRH, CFEE) :
« The institution of ecclesiastical domains and land rights called rim in 18th century Gondar (Ethiopia) »
11:00 Susanne Hummel (Hiob Ludolf Center for Ethiopian Studies, Hamburg University) :
« Origin and Promotion of the Foundation Myths of Two Rival Ecclesiastical Institutions in Ethiopia: Marṭula Māryām and Dabra Warq »
11:45 Discussion

 

Après-midi :  
Discutant : Bernard Heyberger (EHESS, CéSor)

14:30 Eloi Ficquet (EHESS, CéSor) :
« Du mobile home à l’entrepôt : la conquête de biens fonciers et immobiliers par les paroisses éthiopiennes de Washington DC et ses environs »
15:15 Stéphane Ancel (Université de Marne-la-Vallée, Projet ERC « Open Jerusalem ») :
« Conditions de (sur)vie de la communauté ecclésiastique éthiopienne de Jérusalem de 1850 à 1950 : indications à partir de recherches d’archive en cours »
16:00 Anna Poujeau (CNRS  – CéSor) :
« Le don des fidèles et la gestion des richesses dans les monastères de l’Eglise grecque orthodoxe d’Antioche et de tout l’Orient, en Syrie : observations ethnographiques »
16:45 Discussion
———
Photo : Eglise d’Entoto Mariam, Addis-Abeba (© H FONTAINE, 2016)

Règles du jeu en « situations autoritaires ». Réflexions depuis une approche comparée Cameroun-Éthiopie

Règles du jeu en « situations autoritaires ». Réflexions depuis une approche comparée Cameroun-Éthiopie

14 et 15 avril – Salle 638, Bâtiment Le France – 190-198 avenue de France, 75 013 PARIS

Journées d’études organisées par : Comue HESAM – Paris Nouveaux Mondes / Programmes « Next » | Projet « Mutations et défis africains », avec le soutien de la Fondation Paul Ango Ela et du Centre français des études éthiopiennes.

Ces journées d’études proposent d’étudier les règles du jeu, en particulier dans les rapports aux institutions et à l’État, mais plus spécifiquement en situations autoritaires. Par règles du jeu, nous entendons saisir ce qui fait norme, la multiplicité de registres de légitimation, dans les pratiques et interactions quotidiennes d’une diversité d’acteurs politiques, sociaux, institutionnels ou encore acteurs privés. Par situation autoritaire, nous entendons l’exercice autoritaire du pouvoir nécessairement façonné par de nouveaux effets de contexte, tels que la démultiplication des modes de gouvernance.  L’enjeu des journées est de mettre en perspective la dimension autoritaire du pouvoir dans un contexte de pluralité des normes et de leurs usages. Nous analyserons la portée des contournements de la loi, de la négociation de leur transgression, comme de la conformation à des allégeances sociales, dans des situations autoritaires où les actes de résistance ne sont pas nécessairement exprimés de manière explicite et où s’affrontent à des intérêts divers à obéir.

Consultez le programme.

Voir aussi : Calenda.

Photo : G. Blanc