Bâtir les mémoires locales, « pluraliser » le récit national.

Bâtir les mémoires locales, « pluraliser » le récit national. Le musée communautaire au prisme des usages politiques de la mémoire et du patrimoine au Kenya et en Éthiopie.

La soutenance aura lieu le Vendredi 16 Septembre à 14 heures à l’Institut d’Etudes Politiques de Bordeaux (11 allée Ausone – Domaine Universitaire – 33607 PESSAC), Laboratoire Les Afriques dans le Monde, la salle reste à confirmer.

Membres du jury :

Dominique DARBON, Professeur de science politique, Sciences Po Bordeaux ; directeur de thèse

Mme Marie-Claire LAVABRE, Professeur, Nanterre, présidente du Jury

Hervé MAUPEU, Maître de Conférences, Université de Pau et des Pays de l’Adour

François-Xavier FAUVELLE, Directeur de recherche CNRS, Université de Toulouse Le Mirail ; rapporteur

Christian LEBART, Directeur de recherche CNRS, Institut d’Etudes Politiques de Rennes ; rapporteur

 

RESUME

Cette recherche aborde la scène politique de deux pays d’Afrique de l’Est (Éthiopie-Kenya) en s’appuyant sur une analyse des enjeux politiques inhérents à la mise en place d’institutions mémorielles telles que les musées, les mausolées et autres lieux de mémoires. Notre thèse est que ces musées sont à comprendre avant tout comme des espaces intermédiaires de négociation entre les groupes qui les portent, l’État qui les finance ou les autorise, et les organisations internationales qui soutiennent et influencent les projets patrimoniaux des gouvernements. Cette recherche se concentre ainsi sur deux études de cas : le musée Konso en Éthiopie et le musée-mausolée de Koitalel Samoei au Kenya. Ces institutions s’inscrivent dans des contextes politiques particuliers au début des années 2000, à savoir l’application effective du pluralisme politique au Kenya et le renforcement de l’autoritarisme en Éthiopie. Au Kenya, la négociation autour de l’interprétation du passé en termes politiques se fait au sein même du musée-mausolée dédié au héros Koitalel Samoei, tandis que le cas éthiopien souligne plutôt que les rapports de pouvoir sont restructurés ou réorganisés par la présence d’un premier musée ethnographique en région, le musée Konso.

L’apparition de musées communautaires témoigne, au Kenya comme en Éthiopie, d’un retour de l’identité ethnique en politique, qui est à la fois brandie comme une bannière par les gouvernements, mais également utilisée comme une catégorie opératoire ou une ressource par des acteurs particuliers, qu’on appellera ici des « entrepreneurs de patrimoine ». Par l’usage d’un nouveau capital, le patrimoine et sa préservation, ces « entrepreneurs de patrimoine » s’imposent ainsi à la fois comme des « entrepreneurs de soi » au sens de Michel Foucault, mais également comme des « entrepreneurs du nous » en politique, occupant une position graduelle dans les négociations et les prises de décisions publiques. Dès lors, il faut décentrer le regard pour s’intéresser à ce que le musée fait au politique, et non plus seulement à ce que la politique fait des musées.

En incluant également l’analyse des usages politiques de la mémoire étatiques et internationaux, ce travail cherche à renverser la perspective en adoptant une entrée microsociologique et ethnographique en science politique, étudiant les déterminants et les modalités de la reconstruction nationale du point de vue des musées communautaires. Cette approche « par le bas », articulée aux niveaux d’analyse macro (État, idéologie, cadre institutionnel) et micro (les organisations, associations et acteurs du patrimoine, les élites politiques locales) invite ainsi à une réflexion plus générale sur la construction, la qualification et les perceptions des régimes politiques, entamant une réflexion sur la nature de l’État qui se dévoile à travers ces nouvelles politiques mémorielles et patrimoniales, ainsi que sur le rôle joué par ces nouveaux « entrepreneurs de patrimoine » dans la reconfiguration de la compétition politique.

 

Cliché de Maryse Verfaillie (février 2016).

Actualité de l’Éthiopie dans « Politique africaine » de juin 2016

politique-africaine-n-142-l-ethiopie-apres-meles
« La situation dans le pays est alarmante. Un conflit ouvert et une crise profonde sont désormais envisageables, ce qui serait une catastrophe non seulement pour les Ethiopien.ne.s bien sûr, mais aussi pour la région et bien au-delà.  » écrit Jean-Nicolas Bach, qui signale la parution d’un dossier pour la revue Politique africaine (juin 2016) donnant une perspective globale à la crise actuelle :
« L’Ethiopie après Meles »
Introduction au thème, L’Éthiopie après Meles Zenawi : l’autoritarisme ethnique à bout de souffle ?
Jean-Nicolas Bach
La mort du Premier ministre éthiopien Meles Zenawi (août 2012) : dissimulation, assomption et sanctification
Éloi Ficquet 
Le Developmental State éthiopien et les paysans pauvres. Économie politique du développement rural par le bas
Sabine Planel 
Santé publique, participation communautaire et mobilisation politique en Éthiopie : la Women’s Development Army
Alessia Villanucci et Emanuele Fantini 
Le fédéralisme ethnique au prisme de la formalisation des droits fonciers : le cas de la zone Majang (Gambella)
Mehdi Labzaé 
La crise de l’EPRDF : « Devenir inclusif ! »
René Lefort
Photographie : Feyisa Lilesa à l’arrivée de l’épreuve du marathon aux Jeux olympiques de Rio, le 21 août 2016 (O. MORIN/AFP).