Concert à l’INALCO

Aveva Dese, auteur-interprète israélo-éthiopienne, est une des étoiles montantes de la scène israélienne.
La musique d’Aveva amène un stimulant groove africain et une touche du beat urbain de Tel-Aviv. Avec des textes en anglais et amharique, leur musique est définitivement interculturelle. Formé en 2013, son groupe a depuis joué dans les festivals les plus populaires d’Israël et revient d’une tournée aux Etats-Unis. L’an passé, ils ont eu l’occasion de collaborer pour leur premier album, sorti en Novembre 2016, avec le producteur Yossi.

http://inalco.fr/actualite/chanteuse-israelo-ethiopienne-aveva-dese-concert-inalco

aveva_by_you_and_whose_army_media

La « Mission scientifique en Afrique centrale » du vicomte Robert du Bourg de Bozas, 1901-1902 : note de Serge Tornay

« Mission scientifique en Afrique centrale » du vicomte Robert du Bourg de Bozas, 1901-1902
Hubert Verneret
Camosine – Les Annales des pays nivernais, n° 166, août 2016.

Cette brochure est publiée avec le soutien du Conseil départemental de la Nièvre.

camosine-n-166-jpg

La page de titre porte, en dessous de la photo du vicomte en compagnie de ses amis Karo de la basse vallée de l’Omo, la mention ITIYOPIYA (Ethiopia) en caractères amhariques. En effet, plus qu’en « Afrique centrale » l’expédition du Bourg en 1901-1902 s’est déroulée principalement en Éthiopie.

Le projet initial de Robert du Bourg était de traverser l’Afrique en partant de Zanzibar et de la Côte de l’Océan indien, à travers les territoires que la Grande-Bretagne revendiquait : le Kilimandjaro, les steppes maasai, leurs guerriers, leur exubérante faune, le lac Victoria, les sources du Nil… autant de lieux mythiques qui faisaient rêver. Le contexte historique priva ce projet de tout soutien politique. Mais il en fallait plus pour décourager du Bourg. Il obtint un ordre de mission du Ministère français de l’instruction publique et le soutien du Muséum national d’histoire naturelle. Sa mission sera scientifique, nullement militaire ; elle partira de Djibouti et fera de l’Éthiopie de Ménélik II, dans le temps comme dans l’espace, son parcours le plus long et le plus créatif.

Permettez-moi d’évoquer un événement qui a précédé de douze ans celui du lancement du numéro 166 de Camosine en août 2016. Ce fut l’exposition « De la Mer Rouge à l’Atlantique : la mission scientifique du Bourg de Bozas 1901-1903 » que le Musée de l’Homme et l’Institut Pasteur organisèrent conjointement à la salle du Vieux Colombier de la Mairie du 6e Arr. de Paris, en novembre-décembre 2004.

Le vicomte s’était entouré, au départ de l’expédition à Djibouti, des compagnons les plus compétents : le docteur Emile Brumpt, pionnier de la parasitologie tropicale, François de Zeltner, ethnographe et anthropologue, le Suisse Marc Golliez, ingénieur aux mille métiers et nommé d’emblée chef de caravane, le lieutenant baron Jules-Louis Burthe d’Annelet, Spahi saharien et brillant géographe, et last but not least, l’Éthiopien francophone Daniel Tessema, l’indispensable interprète qui allait suivre la mission jusqu’à Nimule et rapatrier des rives du Nil l’ensemble des personnels originaires de Djibouti et de la Corne d’Afrique. De Zeltner, tombé malade à Goba en octobre 1901, devra quitter la mission à Addis Abeba en janvier 1902, comme le lieutenant baron Burthe d’Annelet parvenu au terme de son année de permission. La mission refit partiellement ses forces en recrutant, à Addis Abeba, le belge Léopold Didier, géologue, naturaliste, qui se rendra particulièrement utile au cours de la dernière étape de la mission à travers le Congo belge.

Robert du Bourg de Bozas paya l’aventure non seulement de sa fortune personnelle, mais de sa vie qu’il perdit sur les rives de l’Ouellé. Cette veillée de Noël 1902 fut la plus cruelle des épreuves pour les compagnons du vicomte, qui, sous la houlette de Marc Golliez, désigné par du Bourg sur son lit de mort comme chef de l’expédition, achevèrent le périple jusqu’aux rivages du Congo français et sauvèrent, pour la famille de l’explorateur comme pour la science, les documents les plus précieux : ceux que nous avons proposés dans l’exposition de 2004 et dont les dépositaires sont les archives de l’Institut Pasteur et celles de la famille du Bourg de Bozas ; le Musée de l’Homme, conservateur de 688 des 885 objets collectés par la mission[1], les expose ici pour la première… et la dernière fois, avant de les transmettre au Musée du Quai Branly, nouveau dépositaire.

Notre exposition mit en évidence les contributions de l’expédition aux diverses disciplines : ethnologie et ethnographie, anthropologie, médecine tropicale, en particulier parasitologie, géographie, géologie, ethno-botanique et ethno-zoologie. Du Bourg était certes chasseur, mais il était bien plus que cela : curieux de tout, il avait une solide formation intellectuelle et artistique, comme en témoigne le somptueux journal de terrain que le vicomte écrivit de sa main entre Addis Abeba et Nimule, prenant ainsi le relais de François de Zeltner. Nous devons à Madame la Comtesse du Bourg de Bozas le privilège d’avoir ce très précieux document dans l’une de nos vitrines. On pourra y admirer la fine écriture du vicomte et son talent de dessinateur.

Retracé par Hubert Verneret dans Camosine, l‘itinéraire de la mission a conduit du Bourg et ses compagnons de Djibouti à Addis Abeba, par Harar (2-21 avril 1901), Imi (2 juin-7 août 1901) et Goba (12 septembre – 7 octobre 1901). Arrivée à Addis le 28 décembre 1901. Séjour heureux à Addis où l’expédition est reçue avec tous les honneurs par Ménélik II. La grande étape suivante (4 mars – 6 juin 1902) sera la marche d’Addis au Nil blanc. La nouvelle caravane comprend, en dehors de nos quatre Européens, 101 soldats de nationalités différentes – afin d’éviter des révoltes et désertions massives. Les bêtes de charge sont au nombre de 204, dont 130 ânes réputés plus robustes et quatre chevaux de selle réservés aux Européens… et deux chameaux rescapés de la maladie du sommeil pour 120 au départ de Djibouti.

C’est au cours de l’étape Addis-Nil que la mission a parcouru la basse vallée de l’Omo, étape magnifiquement évoquée par la photo du vicomte « chez le roi Labouko des Karo ». Les Karo n’ont pas de roi et Labouko est le nom d’un village muguji qui fait partie de l’aire karo. Il faut souligner que les photos de l’expédition, qui avaient été perdues, mais qui furent retrouvées par Denis Ogilvie dans les archives de l’Institut Pasteur, constituent un document de première valeur, pour la qualité des vérascopes (ancêtres de nos diapositives) en 1901 et 1902. Ces photos exceptionnelles furent essentiellement l’ouvrage d’Emile Brumpt, qui fut aussi le médecin de l’expédition et qui hélas ne réussit pas à sauver de ses fièvres Robert du Bourg, qui décéda sur les rives de l’Ouellé le 24 décembre 1902.

Il est légitime de considérer Robert du Bourg, qui avait passé sa jeunesse au château de Prye, près de Nevers, de l’honorer, avec ses compagnons d’aventure comme des figures héroïques de la Belle Époque.

Le numéro 166 de Camosine relate aussi les découvertes scientifiques liées à l’expédition. Il est devenu coutumier de dire que la découverte de Lucy fait partie de ces ‘retombées’. C’est une facilité journalistique : Lucy a été découverte en 1974 à Hadar, en pays afar, au nord-est de l’Éthiopie, dans une contrée que l’expédition du Bourg n’avait pas parcourue.

Serge Tornay, dernier conservateur du département d’Afrique du Musée de l’Homme avant la création du Musée Jacques Chirac au Quai Branly, a fait une étude de la collecte en route des objets ethnographiques, qui doit beaucoup à François de Zeltner, et qui fut l’une des principales collectes de l’expédition, aux côtés des récoltes botaniques, zoologiques et paléontologiques, qui elles sont véritablement à l’origine des missions de Camille Arambourg dans les années 1930 et de celles d’Yves Coppens, à partir de 1967, dans la basse vallée de l’Omo. Emile Brumpt, qui devint en 1919 professeur titulaire de parasitologie à la faculté de médecine de Paris, permit par ses observations et ses prélèvements au cours de mission de faire progresser la connaissance de plusieurs fièvres paludéennes, du mycétome ou pied de Madura en pays galla – forme de cancer qui n’était connue qu’en certains point d’Afrique occidentale -, ainsi que les conséquences désastreuses d’un trypanosome, celui de la mouche tsé-tsé, sur les chameaux, les mulets, les ânes et les chiens. Verneret aurait pu ajouter à la liste des victimes de la maladie sommeil ou narcolepsie, les zébus, les moutons et l’Homme bien sûr. Dans la basse vallée de l’Omo, une population originaire du Soudan qui avait été nommée « Murle de l’Omo », a été victime, dans les années 1910, d’une terrible épidémie de narcolepsie. Les survivants ont été contraints de se faire reconnaître comme une section territoriale nyangatom, celle des NGARIC (de Ngandarec, nom de clan de Murle du Soudan).

La mission scientifique du Bourg de Bozas, de la Mer Rouge à l’Atlantique, publiée par Fernand Maurette (F. R. de Rudeval 1906) est l’un des ouvrages qui ont contribué à sauver la mémoire de cette expédition. Lors de l’exposition de 2004, nous avions posé la question : pourquoi la mission du Bourg de Bozas est-elle tombée dans l’oubli pendant une bonne partie du XXe siècle ? Evidemment le décès du chef de l’expédition, avant son retour en France, est l’une des causes majeures de ce destin peu ‘médiatique’. Aussi est-il légitime de se réjouir de la publication de Camosine 166, 2016, qui contribue à redonner vie à nos héroïques voyageurs.

Serge Tornay,
Professeur émérite du Muséum national d’histoire naturelle,
Ancien directeur du Musée de l’Homme

 

La brochure est diffusée, pour le prix de dix Euros par « La Pagerie » rue Colonel Jeanpierre, 58000 Nevers.

[1] Au total, la mission du Bourg fait l’objet, dans le Grand Registre du MET, le Musée ethnographique du Trocadéro, de 77 + 95 + 709, + 4, soit 885 entrées. Au total, les « enregistrements » MH de la collection du Bourg consignent 64 + 620 + 4, soit 688 entrées. En un siècle, la déperdition serait donc, en nombre absolu, effarante : 197 pièces, soit 22,3% des entrées du grand Registre MET ! Mais gardons-nous d’accuser d’incurie les conservateurs qui se sont succédé au Trocadéro au cours du XXe siècle !

EXPOSITION « Le voyage de la Reine de Saba à Jérusalem, … à la rencontre du roi Salomon »

(communiqué de l’Espace Reine de Saba)

La reine du midi nommée Bilkis (ou Balkis) au Yémen, ou Makeda, la reine noire… d’Abyssinie envoûte le monde depuis de nombreux siècles en commençant par les écrits saints, la Bible ou le Coran. Elle est présente dans de nombreux pays sur les frontons des cathédrales, dans les fresques, les tableaux monumentaux, les sculptures et aussi dans des opéras, livres, romans et films,… Quelle est l’origine de cette légende devenue histoire qui rend hommage à cette femme mythique, fondatrice de la dynastie salomonienne en donnant naissance à son fils Ménélik Ier, et qui se termina par Hailé Sélassié en 1975. Quel est le pays de Saba (Yémen – Ethiopie) qui régna au sud de la mer Rouge depuis 3000 ans ?

Plus de 200 documents, maquettes, rouleaux magiques éthiopiens, objets archéologiques, livres, parchemins, incunables, gravures, étoffes, etc… Ethiopie – Yémen, Mer Rouge, Israël, Monde Arabe… Aquarelles et gravures de Mardrus, Bourdel, Edmund Dulac ; textes d’André Malraux, Gérard de Nerval, Anatole France…

affiche-rds-expo-17

Jusqu’au 11 janvier 2017, puis du 31 janvier au 23 mars 2017
Du mardi au dimanche, de 14h30 à 18h30 et sur R-V
Fermé le 25 décembre et 1er janvier

Tarif : 5 euros, TR : 4,80 euros, 4 euros
Conférencier et groupe sur R-V (conseillé)

Espace Reine de Saba
30, rue Pradier, 75019 Paris. Tél.: 01 43 57 93 92
M° Pyrénées, Buttes-Chaumont ; Bus 26
www.espacereinedesaba.org

POUNT n° 10 (2016) « FRANCS-MAÇONS EN MER ROUGE » est paru

À L’ORIENT DE POUNT : FRANCS-MAÇONS EN MER ROUGE

Depuis son organisation en obédiences au XVIIIe siècle, la franc-maçonnerie spéculative s’est développée dans des directions souvent très différentes et parfois difficiles à cerner, mais au service d’un même idéal : promouvoir le progrès, la liberté, l’égalité et la fraternité entre les hommes. Aux yeux du profane, plusieurs caractéristiques semblent pouvoir la définir plus concrètement : recrutés par cooptation, les francs-maçons travaillent aux mêmes buts, dans la discrétion, voire le secret, et pratiquent entre eux une solidarité active et sans frontières. On comprend dès lors aisément qu’ils aient pu être accusés de « complots ». Complots politiques, le plus souvent, comme lorsque le gouverneur de la Côte française des Somalis, le frère Jules Lauret, entreprit avec le soutien des francs-maçons de Djibouti d’enlever aux religieux catholiques l’école de garçons qu’ils y avaient créée, la seule de la colonie (La loge N° 204 du Droit Humain, Orient de Djibouti) ou encore quand ils agirent pour faire appliquer des sanctions contre l’Italie qui venait d’agresser l’Éthiopie (La franc-maçonnerie et la guerre d’Éthiopie).

Il n’y a pas de loges maçonniques en Arabie, les auteurs sont unanimes sur ce point sauf, éventuellement, dans les communautés étrangères d’expatriés. On se souvient pourtant d’Omar le franc-maçon, personnage du roman de l’écrivain saoudien Hamza Bawqari soupçonné de l’être (Pount, 9 : 132). Presque florissante sous l’empire ottoman, la franc-maçonnerie a en effet subi une éviction progressive et fait depuis des décennies l’objet de condamnations (Fatwa de l’Assemblée de jurisprudence concernant la franc-maçonnerie).

Dans le cadre colonial, les loges écossaises ou anglaises, n’ont pourtant pas manqué de prospérer à Aden, depuis 1850, avec des filiales au Somaliland (Note sur la franc-maçonnerie à Aden). Lukian Prijac à qui nous devons d’avoir exploré des fonds d’archives longtemps fermés ou inaccessibles mais surtout dont nul n’imaginait l’existence, s’est attaché à dresser quelques portraits de loges implantées soit sur la rive yéménite (La loge écossaise Felix No. 355 (Aden 1850-1971). Aperçus), soit sur la rive djiboutienne où existèrent une loge de la Grande Loge Nationale de France (Aperçus sur la franc-maçonnerie française à Djibouti de 1911 à 1940) et une autre du Droit Humain déjà citée. Deux au moins des loges ayant existé à Aden opèrent toujours aujourd’hui en Écosse et en Angleterre. À Djibouti, après un long silence, la franc-maçonnerie est aujourd’hui active et « djiboutisée » (La franc-maçonnerie à Djibouti depuis l’Indépendance, le 27 juin 1977).

Quant à l’Éthiopie, bien présente dans la mythologie maçonnique, c’est elle qui aurait reçu la première visite d’un franc-maçon à la fin du XVIIIe siècle en la personne de l’explorateur James Bruce. Il faut toutefois attendre l’avènement du ras Tafari pour qu’une loge apparaissent à Addis-Abéba, formée elle aussi par des Européens (Aperçus sur la franc-maçonnerie française en Éthiopie de 1909 à 1924). Mais le futur Haïlé Sélassié, protégé par son attachement à l’Église, ne s’y intéressa pas.

On pourra qualifier avec justesse toutes ces loges de « coloniales », en ce sens que leurs membres furent surtout des Européens et que si les Arméniens ou les Grecs, côté africain, et les Parsis et les Indiens, côté adénite, y furent nombreux, les « indigènes » proprement dits y furent très rares. Leur existence a été nulle et non-avenue dira-t-on et leur action sans objet. Mais qui oserait dire qu’une colonisation ou une occupation ne fait pas partie de l’histoire des colonisés ou des occupés ? Et qui peut mesurer une éventuelle influence qui peut s’exercer à l’insu même et de ceux dont elle émane et de ceux qui la reçoivent ?

Un témoignage sur la presse et les services de la culture en Côte française des Somalis à la veille de sa disparition (Le Réveil de Djibouti et les activités culturelles du Service de l’information : souvenirs d’il y a 50 ans) et les bonnes feuilles de la traduction française d’un des romans amhariques les plus connus (« L’amour jusqu’au tombeau ») complètent la matière de ce Pount.

Notes de lecture et compte rendu constituent enfin de substantiels apports qui nous parlent du processus d’urbanisation en Éthiopie, des rapports entre les Oromo et l’éthiopianité, du qât et de la tyrannie qu’exerce cette drogue sur la société yéménite et, enfin, de la façon bien légère avec laquelle un auteur peut traiter de l’Antiquité sud-arabique.

POUNT

sans-titre

27 EUR + ports
Pour toute commande :
Les Éthiopisants Associés
Pount
BP 30 .  F-91570 BIEVRES
pount2@yahoo.fr

bon-de-commande-presentation

 

 

Le Soudan après l’indépendance du Soudan du Sud

Crédits couverture : Ivan Deret - ISBN 2-905838-88-4

EGYPTE monde arabe, Troisième série | n° 14 /// 2016

https://ema.revues.org/3560

Le Soudan du Sud a accédé officiellement à l’indépendance le 9 juillet 2011, à l’issue d’un processus de paix acté en janvier 2005 et conformément au résultat du référendum national de janvier 2011. Cet événement historique qui devait clore une page de l’histoire conflictuelle entre les régions et communautés soudanaises du Nord et du Sud a constitué un réel défi en termes d’adaptation, de résilience et d’innovation pour l’ensemble de la société. Dans ce contexte inédit de naissance d’un nouveau territoire national, et de remodelage des configurations spatiales et politiques existantes, le Soudan du Sud a été très logiquement au centre des attentions – qu’il s’agisse des acteurs politiques, des chercheurs ou des bailleurs humanitaires. Pourtant, le Nord a été aussi profondément affecté par cette rupture. Le propos de ce numéro est d’éclairer certaines de ses transformations.

Alice Franck et Elena Vezzadini
Introduction [Texte intégral]

Katarzyna Grabska et Peter Miller
The South Sudan House in Amarat: South Sudanese enclaves in Khartoum [Texte intégral]

Mohamed A. G. Bakhit
The citizenship dilemma of Southern Sudanese communities in the post-secession era in Khartoum [Texte intégral]

Barbara Casciarri
Être, devenir et ne plus être janûbi : parcours de l’identité « sudiste » entre le CPA et l’après 2011 dans un quartier populaire de la ville de Khartoum (Deim) [Texte intégral]

Alice Franck
Le Grand Khartoum sans Sudistes ? [Texte intégral]
Recompositions post-CPA dans le quartier populaire de Mussalass (Omdurman)

Osman Mohamed Osman Ali
Conflict with Others at a Bleeding Frontier: The Case of Tagoi in the Northeastern Nuba Mountains – Sudan [Texte intégral]

Anne-Laure Mahé
Thriving on chaos: the war in Darfur and the transformation of the authoritarian coalition [Texte intégral]

Nadine Rea Intisar Adam
Hakamat and Peacebuilding 2004-2012 [Texte intégral]

Alice Koumurian et Hind Mahmoud Yousif Hussein
Dismantling Processes in the Sudanese Public Health Services Sector [Texte intégral]
The Case of Dr Abbo’s Fistula Centre

Heather J. Sharkey
Mover and Shaker: Grace Mary Crowfoot, Intimate Conversations, and Sudanese History [Texte intégral]

Elena Vezzadini
Love at the Time of Independence [Texte intégral]
The Debates on Romantic Love in the Sudanese Left-Wing Press of the 1950s

Revues de lecture
Elena Vezzadini
David E. Mills, Dividing the Nile. Egypt’s Economic Nationalists in the Sudan, 1918-56 [Texte intégral]
Cairo, New York: American University of Cairo Press, 2014
Idriss El Hassan
Barbara Casciarri, Munzoul Assal and François Ireton, Multidimensional Change in Sudan (1989-2011): Reshaping livelihoods, conflicts and identities [Texte intégral]
Berghahn Oxford; 2015

Varia
Marc Lavergne
Damiette, une ville prospère d’Égypte au péril de la mondialisation [Texte intégral]
Ruine des activités productives traditionnelles et déstructuration sociale sur fond de modernisation technologique, de logiques globales et de retrait de l’État

Soutenance de thèse de Delphine Ayerbe

La soutenance de thèse en géographie de Delphine Ayerbe intitulée

La forêt d’eucalyptus à Addis Abeba — Valorisation, gestion et préservation de la ressource boisée dans une capitale en expansion.

se tiendra le 15 décembre 2016 à 9 h 30, Salle Duroselle (Sorbonne), Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne — UFR de Géographie — École doctorale de géographie de Paris : Espaces, sociétés et aménagement — UMR 8056 Prodig.

(ATTENTION : vérifier les conditions d’accès auprès de l’administration de l’Institution)

Le jury sera composé de :

Roland Pourtier (directeur) : Pr. émérite Université Paris 1
François Bart (rapporteur) : Pr. émérite Université Bordeaux 3 — Montaigne
Alain Gascon (rapporteur) : Pr. émérite Institut français de géopolitique-Université Paris 8 (Vincennes-St. Denis)
Dominique Couret (examinatrice) : Directrice de recherches IRD

Soutenance de thèse de Francesco Staro

La soutenance de thèse en anthropologie de Francesco Staro intitulée

Anthropologie politique de la gestion de l’eau en contexte pastoral. Réconfigurations socio-économiques et identitaires
chez les Garri du sud éthiopien entre Etat et ONG.

se tiendra le vendredi 9 décembre à 14 h, à l’Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis, 2 rue de la Liberté 93200 Saint-Denis, en Salle D3.

Le jury sera composé de :

Barbara CASCIARRI, Maître de Conférence en Anthropologie (HDR), Université Paris 8
Ugo FABIETTI, Professeur d’Anthropologie, Università Milano-Bicocca
John GALATY, Professeur d’Anthropologie, McGill University
Jean-Pierre OLIVIER DE SARDAN, Directeur d’études, EHESS Marseille
Bezunesh TAMRU, Professeure de Géographie, Université Paris 8
Mauro VAN AKEN, Maître de Conférence en Anthropologie, Università Milano-Bicocca

La soutenance sera suivie d’un pot auquel vous êtes toutes et tous chaleureusement conviés.

Résumé :

Ce travail analyse les dynamiques de reconfiguration socio-économique et identitaire auprès des groupes pastoraux habitant les régions rurales au sud de l’Éthiopie, à la frontière avec le Kenya. Les formes d’organisation sociale qui règlent l’accès à l’eau sont considérées en tant que principal outil d’analyse pour comprendre les dynamiques socio-culturelles de ces régions, et cela par la mise en exergue des relations, historiques et contemporaines, entre les populations locales, les autorités étatiques et les organisations internationales du développement et de l’aide humanitaire.

Nous analysons les formes d’organisation sociale chez les populations nomades en prêtant une attention particulière aux problématiques d’eau, et plus largement au rapport entre « nature » et « société », dans l’étude de ces groupes. La complexité de l’imbrication sociale de l’eau, ressource dont le caractère naturel et ici mis en question nous porte à focaliser sur d’autres domaines « extra-hydriques » : les processus de construction des identités ethniques dans les régions du sud-est éthiopien ; les enjeux liés aux intérêts de l’État éthiopien visant à incorporer les nomades dans l’ordre politique national ; les stratégies de contrôle du territoire mises en place par les populations locales vis-à-vis de l’État et des opérateurs des organisations internationales. Dans ce cadre, l’intervention d’acteurs internationaux est examinée en prenant en compte l’histoire des relations entre populations locales et ONG — qui se trouve inscrite dans les points d’eau — et en situant les projets de développement dans la perspective dynamique d’une interaction et négociation matérielle et symbolique.

La Grande Collecte

Les Archives de France organisent les 18, 19 et 20 novembre une Grande Collecte, dédiée aux relations entre la France et l’Afrique, aux XIXe et XXe  siècles.

Un appel est lancé au public afin de collecter et de numériser des documents traitant des relations entre l’Afrique et la France du XIXe au XXe siècle. La Grande Collecte 2016 embrassera tous les aspects de cette communauté de destin : échanges commerciaux, scientifiques ou culturels, collaboration économique, colonisation et décolonisation, immigration, mais aussi événements politiques, militaires et diplomatiques. Les personnes ou les familles conservant des documents datant de cette époque, tels que des journaux intimes, des carnets, des correspondances, des photographies, des tracts ou des affiches, sont invitées à les faire connaître auprès des services partenaires afin de les sauver de l’oubli. L’opération permettra ainsi d’enrichir deux siècles d’histoire franco-africaine, en mettant en lumière l’action des populations civiles et la réalité des parcours individuels.

L’opération bénéficie également cette année d’un partenariat avec le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. La Grande Collecte donne ainsi lieu à des travaux de classe sur les relations historiques entre la France et le continent africain, en lien avec les programmes scolaires.

Organisée par les Archives de France en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, la Grande Collecte est une opération nationale appelant tous les Français à présenter ou à remettre leurs papiers personnels ou familiaux aux institutions partenaires de l’événement. Après leur remise, ces documents sont numérisés puis mis en ligne.

Le site www.lagrandecollecte.fr en présente un florilège.

Assemblée générale 2016

L’assemblée générale 2016 de l’association se tiendra au Pôle des langues et civilisations le jeudi 1er décembre 2016 à 18 h00 salle 5.28.

Seront admis à voter les membres présents ou représentés, à jour de leur cotisation. Toutes les personnes sympathisantes ou intéressées par les activités de l’Association sont cordialement invitées à se joindre à la réunion.

appel-de-cotisation-aresae

architecture moderne à Addis Abäba

(Addis Abäba, Kazanchis, 2014. Photo Serge Dewel)

 

En 2012, l’artiste allemande Michaela Meise (www.michaelameise.com), séjourne à Addis Abäba pendant trois mois au cours desquels elle réalise un inventaire photographique du patrimoine architectural urbain.

Dans un livre (en anglais) publié en 2016, elle fait usage de cet inventaire pour illustrer un demi siècle d’architecture moderne (1950-1990) à Addis Abäba. L’ouvrage, qui se présente sous la forme d’un portfolio en petit format, rassemble les photographies, accompagnées d’une information minimale et succincte, de nombreux édifices devenus des jalons de la capitale éthiopienne.

Le livre de Michaela Meise offre surtout l’intérêt de compter parmi les pionnier de la reconnaissance de l’architecture moderne d’Addis Abäba. Cela étant, il illustre un propos de l’empereur Haylä-Sǝllase affirmant que l’Ethiopie c’est aussi autre chose que les « tukuls » et l’artisanat local, dans son combat pour la reconnaissance de la modernité éthiopienne.

MEISE Michaela (2016), Eshi Addis Ababa, Verlag der Buchhandlung Walther Konig, 164 pages.

71pn9ls3y4l

« Les nouveaux visages des armées africaines » – Colloque international le 5 et 6 octobre 2016

L’IRSEM organise un colloque international sur les Armées africaines. Seront présents des chercheurs d’Ouganda, du Soudan, d’Ethiopie, nous traiteront également de la Somalie, du Burundi.

Le programme est disponible icihttp://www.defense.gouv.fr/…/colloque-international-le-5-et… (et les inscriptions http://www.defense.gouv.fr/…/colloque-international-le-5-et…)

Le colloque international organisé par l’IRSEM, les 5 et 6 octobre 2016 à l’École militaire, sera consacré aux armées d’Afrique subsaharienne. Pluridisciplinaire et diachronique, il visera à une meilleure compréhension du fait militaire dans cette région, des forces armées et de ceux qui les composent.

Les différentes armées d’Afrique subsaharienne se trouvent aujourd’hui dans une période de transition entre un modèle issu des indépendances et un modèle plus adapté à la conflictualité actuelle. Lors des indépendances, ces armées ont incarné la souveraineté des Etats, bien qu’elles aient été parfois négligées par le pouvoir politique et qu’elles aient servi occasionnellement d’outil de développement ou de maintien de l’ordre. Elles apparaissent depuis la fin de la Guerre froide de plus en plus sollicitées pour améliorer la prévention, contribuer à la résolution des crises sécuritaires sur le continent africain et protéger ou garantir l’évolution politique vers des formes plus démocratiques. Aujourd’hui, elles se trouvent au centre de nouveaux enjeux, avec le développement du terrorisme djihadiste sur fond de renouveau de la concurrence entre puissances internationales et d’intensification des défis liés à la gouvernance.

Ce colloque examinera donc trois thèmes principaux :

  • La naissance et la formation des armées africaines,
  • les armées africaines face aux influences extérieures,
  • l’adaptation des armées africaines

qui seront déclinés en sept tables rondes au cours de ces deux journées. L’introduction scientifique sera prononcée par le professeur Michel-Louis Martin, professeur émérite de l’université Toulouse 1-Capitole et les conclusions scientifiques seront rassemblées par le professeur Frédéric Turpin de l’université de Chambéry

Les langues du colloque seront le français et l’anglais, avec traduction simultanée.

Bâtir les mémoires locales, « pluraliser » le récit national.

Bâtir les mémoires locales, « pluraliser » le récit national. Le musée communautaire au prisme des usages politiques de la mémoire et du patrimoine au Kenya et en Éthiopie.

La soutenance aura lieu le Vendredi 16 Septembre à 14 heures à l’Institut d’Etudes Politiques de Bordeaux (11 allée Ausone – Domaine Universitaire – 33607 PESSAC), Laboratoire Les Afriques dans le Monde, la salle reste à confirmer.

Membres du jury :

Dominique DARBON, Professeur de science politique, Sciences Po Bordeaux ; directeur de thèse

Mme Marie-Claire LAVABRE, Professeur, Nanterre, présidente du Jury

Hervé MAUPEU, Maître de Conférences, Université de Pau et des Pays de l’Adour

François-Xavier FAUVELLE, Directeur de recherche CNRS, Université de Toulouse Le Mirail ; rapporteur

Christian LEBART, Directeur de recherche CNRS, Institut d’Etudes Politiques de Rennes ; rapporteur

 

RESUME

Cette recherche aborde la scène politique de deux pays d’Afrique de l’Est (Éthiopie-Kenya) en s’appuyant sur une analyse des enjeux politiques inhérents à la mise en place d’institutions mémorielles telles que les musées, les mausolées et autres lieux de mémoires. Notre thèse est que ces musées sont à comprendre avant tout comme des espaces intermédiaires de négociation entre les groupes qui les portent, l’État qui les finance ou les autorise, et les organisations internationales qui soutiennent et influencent les projets patrimoniaux des gouvernements. Cette recherche se concentre ainsi sur deux études de cas : le musée Konso en Éthiopie et le musée-mausolée de Koitalel Samoei au Kenya. Ces institutions s’inscrivent dans des contextes politiques particuliers au début des années 2000, à savoir l’application effective du pluralisme politique au Kenya et le renforcement de l’autoritarisme en Éthiopie. Au Kenya, la négociation autour de l’interprétation du passé en termes politiques se fait au sein même du musée-mausolée dédié au héros Koitalel Samoei, tandis que le cas éthiopien souligne plutôt que les rapports de pouvoir sont restructurés ou réorganisés par la présence d’un premier musée ethnographique en région, le musée Konso.

L’apparition de musées communautaires témoigne, au Kenya comme en Éthiopie, d’un retour de l’identité ethnique en politique, qui est à la fois brandie comme une bannière par les gouvernements, mais également utilisée comme une catégorie opératoire ou une ressource par des acteurs particuliers, qu’on appellera ici des « entrepreneurs de patrimoine ». Par l’usage d’un nouveau capital, le patrimoine et sa préservation, ces « entrepreneurs de patrimoine » s’imposent ainsi à la fois comme des « entrepreneurs de soi » au sens de Michel Foucault, mais également comme des « entrepreneurs du nous » en politique, occupant une position graduelle dans les négociations et les prises de décisions publiques. Dès lors, il faut décentrer le regard pour s’intéresser à ce que le musée fait au politique, et non plus seulement à ce que la politique fait des musées.

En incluant également l’analyse des usages politiques de la mémoire étatiques et internationaux, ce travail cherche à renverser la perspective en adoptant une entrée microsociologique et ethnographique en science politique, étudiant les déterminants et les modalités de la reconstruction nationale du point de vue des musées communautaires. Cette approche « par le bas », articulée aux niveaux d’analyse macro (État, idéologie, cadre institutionnel) et micro (les organisations, associations et acteurs du patrimoine, les élites politiques locales) invite ainsi à une réflexion plus générale sur la construction, la qualification et les perceptions des régimes politiques, entamant une réflexion sur la nature de l’État qui se dévoile à travers ces nouvelles politiques mémorielles et patrimoniales, ainsi que sur le rôle joué par ces nouveaux « entrepreneurs de patrimoine » dans la reconfiguration de la compétition politique.

 

Cliché de Maryse Verfaillie (février 2016).

Journal de l'ARESAE / The ARESAE Journal