Concert : AKALÉ WUBÉ & ZEWDITOU YOHANNES

concert

Concert au Studio de l’Ermitage à Paris vendredi 29 mai à 21h00

Zewditou Yohannes est une chanteuse éthiopienne de tradition azmarie. Elle possède une voix puissante, rauque et envoûtante, qu’on peut entendre notamment sur plusieurs titres de la série « Éthiopiques ». Bien que maintenant haut la flamme de la tradition, Zewditou est une femme de son temps et elle compose aussi ses propres chansons. C’est en outre une redoutable spécialiste de la danse eskista.
Sa première rencontre avec Akalé Wubé, quintet éthio-beat au sommet de sa forme, promet des étincelles.

Drums : David Georgelet
Bass : Oliver Degabriele
Guitar : Loïc Réchard
Flutes/Sax : Etienne de la Sayette
Krar /trumpet/percussions : Paul Bouclier
Vocals : Zewditou Yohannes

Soutenance de thèse de Mohamed HASSAN KAMIL : grammaire afar

Le port de Djibouti (expédiée en mars 1920).

« L’afar. Description grammaticale d’une langue couchitique (Djibouti, Érythrée, Éthiopie) »

Par Mohamed HASSAN KAMIL
Soutenance de thèse le mercredi 27 mai 2015 à 14 h 00
INALCO, Campus Haudricourt – 7, rue Guy Môquet, 94801 Villejuif

Cette description grammaticale de l’afar s’appuie essentiellement sur des données recueillies sur le terrain auprès de très nombreux locuteurs afarophones, vivant à Djibouti, en Érythrée et en Éthiopie.

La richesse des données a permis de prendre en compte la richesse des variantes dialectales tout au long de la description. Celle-ci s’organise autour de plusieurs parties : système phonologique et phonétique, système nominal, système verbal et syntaxe de l’énoncé.

Cette étude a permis de mieux évaluer l’originalité de certains traits connus, mais aussi de mettre en valeur des traits peu connus voire ignorés jusqu’à présent (…).

En apportant un nouvel éclairage sur l’afar, à l’intérieur du couchitique et de la famille afro-asiatique, cette thèse se veut aussi une contribution à la typologie des langues.

Voir le communiqué de l’INALCO.

Photographie du bandeau © Serge Dewel, 1997.

Conférence du professeur Masayoshi SHIGETA

Ensete
Ensät – Sidamo © A Gascon, 2008

Vous êtes cordialement invités à assister à la conférence organisée conjointement par l’EHESS et l’ARESAE, lors de laquelle

Masayoshi SHIGETA

Professeur à l’Université de Kyoto, Directeur d’études invité à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, interviendra sur le thème de la culture de l’ensete (faux bananier) en Éthiopie du Sud-Ouest, selon l’intitulé suivant :

Unintended positive consequences of local beliefs: Case of folk in-situ conservation and landrace diversity of Ensete ventricosum (Musaceae) in Ethiopia.

Éloi Ficquet (EHESS) introduira la séance. Alain Gascon (Université Paris 8 — ARESAE) et Sabine Planel (IRD) interviendront comme discutants.

Le 5 juin, de 15 h à 17 h,

Paris, EHESS, 105 boulevard Raspail, salle 7.

Pour donner quelques points de repère préalables sur le thème de la conférence, Alain Gascon a rédigé cette note au sujet de l’ensät :

Herbe comme le « vrai » bananier, dont il partage l’apparence, le « faux » bananier (Ensete ventricosum) n’appartient pas au genre musa. Il a été identifié, aux XVIII-XIXe siècles par les voyageurs européens en Éthiopie, sur les hautes terres du Sud-Ouest. Il assure l’alimentation d’un quart à un tiers des 90 millions d’Éthiopiens qui consomment le pseudo-tronc râpé et parfois les nodules fixés sur les racines. Ils utilisent les feuilles comme emballage, comme nourriture pour les animaux et les fibres pour confectionner cordes et paniers. Les vergers et les haies plantés par les peuples de l’« ensete culture » (Shack), de la civilisation de l’ensät, comptent parmi les terroirs les plus denses d’Éthiopie. Les botanistes sont divisés à propos de ses origines, de la date de sa domestication et de son extension. A-t-il régressé depuis les derniers siècles ? Est-il indigène, originaire du lac Victoria, de Nubie, d’Égypte ? Il a subi, récemment, l’attaque de maladies cryptogamiques et la concurrence des cultures de rente (café) et du maïs si bien que la pérennité de l’ensät et de ses paysages de jardin ne paraît pas assurée face aux besoins d’une population qui aura doublé en 2050.

On se reportera, avec profit, à l’excellent ouvrage de Sabine Planel, La chute d’un Éden éthiopien, Paris, IRD, 2008.

La chute d'un Eden Ethiopien

Photographie du bandeau © Guy Blomme. ProMusa. Licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported License.

 

TABLE RONDE – Musulmans au Sahel : Histoires de Jihad

Affiche_Histoires_de_jihad_Gascon

Alain Gascon vous invite cordialement à la table ronde Musulmans au Sahel : Histoires de jihad organisée par l’EHESS et l’Institut des mondes africains (IMAF) le mercredi 3 juin 2015 de 9:00 à 17:00.

Plus de détail en cliquant sur l’affiche ci-dessus et ici.

Image du bandeau : Bâzil, Hamla-i haydarî (un récit de la vie de Muhammad). Entrée de Mahomet à La Mecque et destruction des idoles. Cachemire, 1808. BNF, Manuscrits, suppl. persan 1030 f. 305v-306

Marie-José Tubiana à Genève

Le Temps des falachas

Marie-José Tubiana s’est rendue à Genève du 29 avril au 2 mai 2015. Ce fut une reprise de contact avec Zérihoun Teclé et Gedamesh, membres de l’Aresae qui l’ont accueillie et escortée avec une grande fraternité et une visite au Salon du livre de Genève où les Éditions Chaman avaient un magnifique stand en carton alvéolé ! Elle y a présenté « Le temps des Falacha » de Joseph Tubiana, édité par les Éditions Chaman et les trois volumes de Ludolf « Histoire de l’Éthiopie ». Grand intérêt du public même si les ventes ne furent pas très importantes.

Au cours des discussions avec Zérihoun, celui-ci a fait part de son intérêt dans le renouveau manifesté par l’Aresae et la mise en place d’un blog qui va faciliter les contacts. Il s’est engagé à terminer d’ici la fin de l’année la traduction d’un petit livre en amharique sur les Kemant, rapporté par M.-J. lors de son séjour à Gondar en 2009. Elle l’avait reçu de l’auteur, un pharmacien kemant établi dans cette ville, et en avait confié la traduction à Negoussié Desta puis en partage à Zérihoun Teclé. Celle-ci d’abord bien engagée a connu une certaine panne. Aujourd’hui le travail reprend. Ces trois jours se sont terminés, au Niala, excellent restaurant éthiopien.

Journal de l'ARESAE / The ARESAE Journal