Archives par mot-clé : Conférence

Traitements numériques et lectures critiques de cartes historiques: matériaux éthiopiens

Traitements numériques et lectures critiques de cartes historiques: matériaux éthiopiens
Digital processing and critical reading of historical maps: Ethiopian materials

Journée d’étude organisée dans le cadre du projet « ETHIOMAP: Exploring Modern Historical Maps of the Horn of Africa »
EHESS-CéSor, FZG-Universität Erfurt, CFEE, ANR, DFG.
23 mai 2017 de 10:00 à 18:30
BULAC (salle RJ 24, rez-de-jardin, 65 rue des Grands Moulins – 75013)

Présentation
Conçu depuis l’Antiquité comme un territoire des confins, selon une représentation du monde centrée sur la Méditerranée, l’Ethiopie a longtemps été une « limite mobilisatrice » pour le développement de la cartographie, relancée à la Renaissance par la découverte de la finitude du monde. Pour les Européens, la quête des sources du Nil motiva des explorations risquées dont les principaux résultats étaient matérialisés et diffusés par des cartes imprimées. Si le jésuite espagnol Pedro Paez fut le premier Européen à avoir observé en 1618 les zones humides qui nourrissent l’amont du Nil bleu, l’Ecossais James Bruce et son assistant italien Luigi Balugani s’y rendirent en 1770 avec des instruments de mesure, inaugurant la première capture de cette région dans les rets de la description trigonométrique du globe. D’autres explorateurs suivront, poussant plus loin les frontières de la connaissance, avec des instruments plus sophistiqués, des armes plus puissantes, des attitudes plus arrogantes, affirmant par la capture cartographique de l’image d’un territoire la capacité à le contrôler. Exercés par la théologie chrétienne à manipuler des outils conceptuels à échelle globale, les interlocuteurs éthiopiens des cartographes ont compris les risques d’assujettissement qui pouvaient se jouer dans ces techniques nouvelles de représentation, et ils ont cherché à s’en saisir pour faire reconnaître leur souveraineté.

Ce sont les divers aspects de l’application des techniques de la cartographie moderne à l’Éthiopie et ses territoires environnants qui font l’objet du projet franco-allemand « ETHIOMAP: Exploring Modern Historical Maps of the Horn of Africa », financé par l’Agence nationale de la recherche (ANR) et la Fondation allemande pour la recherche (DFG), coordonné par Eloi Ficquet (EHESS-CéSor) et Wolbert Smidt (Mekelle University; Forschungszentrum Gotha der Universität Erfurt). Relevant des humanités numériques, le projet propose la consultation en ligne d’une sélection des cartes qui illustrent soit des avancées scientifiques, soit des tournants politiques significatifs pour la compréhension des dynamiques territoriales. A travers une base de données, spécifiquement développée pour le projet, chaque carte est indexée, en répertoriant toutes les informations topographiques, en comparant leurs occurrences et leurs transcriptions d’une carte à l’autre. Cet outil d’analyse n’est pas une fin en soi, mais il doit permettre une lecture critique des cartes, des savoirs qu’elles ont transcrits, entre savoirs géographiques locaux et données mesurées scientifiquement.

Cette journée d’étude propose d’exposer les premiers résultats de ce programme et de les mettre en discussion avec d’autres travaux et questionnements qui sortent du cadre de l’Ethiopie.

NB1: le site du projet est consultable à l’adresse : ethiomap.huma-num.fr
NB2: Afin de pouvoir accéder à la salle, il est recommandé de s’inscrire au préalable en passant par ce lien https://www.eventbrite.fr/e/billets-journee-ethiomap-34609411682

Programme
Matinée sur les techniques informatiques d’indexation et d’analyse de corpus cartographiques.
– 10h00 : Accueil et introduction (Eloi Ficquet, Wolbert Smidt)
– 10h30 : Présentation du site Ethiomap (Simon Imbert-Vier, Eloi Ficquet, Stéphane Ancel).
– 11h00 : Présentation de la plateforme « Oronce Fine: Semantic-enabled platform for the publication, integration and exploration of geo-historical resources » (Nicolas Verdier, Eric Mermet et Carmen Brando, EHESS).
– 11h30 : Presentation of the project « C.W. Schimper in Abyssinia » (Stephan Hanss, University of Cambridge).
Après-midi sur l’analyse de cartes comme sources historiques.

Discutantes: Morgane Labbé, EHESS; Hélène Blais, ENS
– 14h30: Présentation de différents aspects de la carte générale de l’Afrique par Hermann Habenicht (1891):
1. Map-making methods at the Justus Perthes Geographic Institute in Gotha (Iris Schroeder, Forschungszentrum Gotha der Universität Erfurt; Petra Weigel, Universität Erfurt, Forschungsbibliothek Gotha, Sammlung Perthes).
2. Territories of the Horn of Africa as understood in Habenicht’s map (Wolbert Smidt; Haile Muluken, Mekelle University).
3. Commentaires sur des détails frappants révélés par l’analyse minutieuse de la carte Habenicht et son indexation (Stéphane Ancel, Eloi Ficquet)

– 16h00: Pause
– 16h30: Présentation des cartes géodésiques d’Antoine d’Abbadie (1860) (Eloi Ficquet).
– 17h00: Présentation de la carte amharique de Kh. Papazian (1923) (Eloi Ficquet, Stéphane Ancel)
– 17h30: Discussion, ouverture de perspectives (Morgane Labbé, EHESS; Hélène Blais, ENS)

Partenaires du projet:
Centre d’études en sciences sociales du religieux (CéSor), Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), Centre national de la recherche scientifique (CNRS);
Forschungszentrum Gotha (FZG) der Universität Erfurt;
Centre français des études éthiopiennes (CFEE), CNRS, Ministère des Affaires étrangères et du Développement international (MAEDI);
Agence Nationale de la Recherche (ANR);
Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG).

JOURNÉE D’ÉTUDE ÉTHIOPIENNE – ARESAE & INALCO

Nous avons le plaisir de vous rappeler notre grand événement du printemps, la Journée d’Étude Éthiopienne, « Histoire & patrimoine dans la Corne de l’Afrique »,  qui se tiendra le 11 mars dès 09:00, à l’Auditorium de l’INALCO.

Guzara restauration-99Restauration du château de Guzara (photo: Dewel 2016)

Programme

0900-0915 Ouverture Delombera NEGGA & Alain GASCON
0915-0930 Introduction Serge DEWEL
0930-1000 Fonds photographique Alfred Ilg : quelques réflexions sur la possibilité de dater certaines photographies Hugues FONTAINE

Chercheur indépendant

1000-1030 Des usages patrimoniaux dans la construction d’une capitale : le cas d’Addis Abäba Serge DEWEL

INALCO CREE

1030-1100 pause café **
1100-1130 Au sujet de la peinture murale éthiopienne : découvertes et réflexions Méline MIGUIRDITCHIAN

Restauratrice aux musées nationaux

1130-1200 Images de l’histoire, des fêtes et des coutumes dans la peinture populaire éthiopienne du 20ème siècle Constantin KAITERIS

Agrégé de Lettres

Chercheur indépendant

1200-1230 Introduction de la monnaie métallique dans l’aire éthiopienne à la fin du XIX et au début du XXe siècle Marc FONTRIER

Docteur de l’INALCO

1230-1400 pause déjeuner **
1400-1430 La patrimonialisation des paysages et les parcs «naturels» en Éthiopie Alain GASCON

PU, IFG Paris 8 – CRAG EA 353

1430-1500 Routes majeures du commerce moderne (XVI°-XIX°) : le Shäwa, nouveau centre économique de l’Éthiopie Florian FONTRIER

TRACES-UMR 5608, Université de Toulouse II

1500-1530 Le patrimoine maritime de la république de Djibouti : ébauche d’inventaire Lukian PRIJAC

Ir d’Étude UMR6258

Université Bretagne Sud

1530-1600 Les Ethiopian Shipping Lines et les routes maritimes éthiopiennes François GUIZIOU

UMR6554 Université de Nantes

1600-1615 Conclusions Serge DEWEL
1615-1630 Clôture Marc FONTRIER

Auditorium de l’INALCO (RdC), 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris
Vendredi 11 mars 2016, de 09:00 à 12:30 et de 14:00 à 17:30

Contact : serge-pierre.dewel@inalco.fr

ETHIOPIE : débat autour de la sortie d’un livre

Jeudi 17 mars, 17h30-19h30

Le CéSor vous invite à un débat organisé en collaboration avec l’ARESÆ autour de l’ouvrage collectif

Understanding Contemporary Ethiopia Monarchy, Revolution and the Legacy of Meles Zenawi, London : Hurst, 2015 dirigé par Eloi Ficquet et Gérard Prunier.

Le débat se tiendra en présence des deux auteurs avec la participation de :

– Shiferaw Bekele, Professeur Addis Abeba University
– Alain Gascon, Professeur émérite Paris 8
– Ayda Bouanga, post-doctorante LabEx Hastec-CéSor-EHESS
– Anna Poujeau, Chargée de recherche CNRS-CéSor-EHESS

Le débat est suivi d’un pot.
Inscriptions obligatoires : http://cesordeb-ethiopia.eventbrite.fr

cesor

CéSor – UMR 8216
Salle Alphonse Dupront,
10 rue Monsieur le Prince • 75006 Paris • France
T + 33 (0) 1 53 10 54 30 • cesor@ehess.fr • http://cesor.ehess.fr

Reconfigurations identitaires à Lalibela (Ethiopie), petite ville patrimoniale et touristique : séminaire à l’INALCO

Reconfigurations identitaires à Lalibela (Ethiopie), petite ville patrimoniale et touristique

par Marie Bridonneau
MCF en géographie, Université Paris Ouest Nanterre, UMR LAVUE

2016 Affiche 4 CAVI Seminaire 15 FÉVRIER

Séminaire public de 14 h 00 à 16 h 00 organisé par Jean-Luc Martineau (INALCO-CESSMA) & Didier Nativel (Paris Diderot-Paris 7-CESSMA)
Lundi 15 février 2016 : INALCO de 14 h 00 à 16 h 00

APPEL à COMMUNICATIONS : Histoire et patrimoine dans la Corne

Histoire & patrimoine dans la Corne

ETHIOPIE 1995-1998-nord-068

Journée d’étude ARESAE & INALCO section études éthiopiennes

L’ARESAE, avec l’aide de la section des études éthiopiennes de l’INALCO, organise une journée d’étude sur le thème « Histoire & patrimoine dans la Corne ». Vous pouvez d’ores-et-déjà réserver la date du 11 mars 2016 pour y assister. Entretemps, nous avons le plaisir de vous inviter à proposer une communication; l’appel à communications est ouvert jusqu’au 31 décembre. Vous trouverez les modalités ci-dessous.

 

Appel à communications

Les communications dureront 20 minutes et seront suivies d’une discussion de 10 minutes. Votre proposition de communication sera structurée de la manière suivante : titre de la communication, coordonnées du candidat (NOM, prénom, fonction, rattachement institutionnel, courriel, adresse postale) et un résumé de la communication envisagée (entre 1000 et 1500 signes).

Les propositions de communication sont à envoyer, sous forme de pièce jointe (idéalement PDF) à Serge Dewel (INALCO) :
serge-pierre.dewel@inalco.fr
La date limite de réception des propositions de communication est le 31 décembre 2015. La sélection des communications sera avisée à chaque candidat le 15 janvier.

Résumés et English abstracts seront publiés en ligne sur le site hypotheses.org de l’ARESAE (avec accord de l’auteur). Une publication des actes est prévue.

Lieu : Auditorium, INALCO, 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris
Date : Vendredi 11 mars 2016, de 0900 à 1230 et de 1400 à 1730

 

Problématique

Il s’agit de questionner les liens entre les deux champs -histoire et patrimoine-, mais également de les confronter avec les disciplines qui les recoupent : géographie, ethnologie, sociologie, art, philologie, etc. La transdisciplinarité est au cœur de cette journée d’étude.

 

Matérialité – immatérialité

« De la cathédrale à la petite cuiller » (HEINICH, 2012), le patrimoine se décline selon un polymorphisme infini et dont le cadre strictement matériel a été dépassé depuis longtemps. A l’heure actuelle, des dialectes locaux ou des cuisines régionales sont officiellement reconnues comme patrimoine. Sans vouloir entrer dans la mécanique de surenchère et d’inflation patrimoniale en établissant des listes sans fin, force est, cependant, de reconnaître l’importance prise par le concept et la démarche dans la recherche scientifique.

La définition du patrimoine a évolué dans le temps, et évolue encore, tant son objet vit des mutations successives. Considérer une définition simple pour le mot patrimoine, malgré la riche polysémie du terme, permet de l’ériger en outil de réflexion et de travail pluridisciplinaire. Initialement destiné à désigner ce qui est transmis de père en fils sur plusieurs générations, le mot patrimoine s’est étendu à une conscience collective de propriété commune (BABELON & CHASTEL 1980). Cette collectivisation des biens transmis fonde la notion de patrimoine national, mondial…

Le patrimoine peut être caractérisé par sa nature (culturel, monumental, architectural, intangible, etc.) ou par sa spatialité (mondial, national, régional, local, etc.). Entre matérialité et immatérialité, le paradigme patrimonial s’étend à l’infini. Le patrimoine immatériel a fait l’objet d’une telle reconnaissance, épistémologique et statutaire, que le monumental est littéralement submergé, voire relégué à l’arrière-ban. Cette dimension immatérielle est, par ailleurs, source de nouvelle interprétation et de reformulation du concept de patrimoine (JADE 2006).

 

Perspectives temporelles et spatiales

Le patrimoine -et les chaînes de transmission dont il est produit- se conçoivent selon une perspective chronologique et ou spatiale, qui peuvent se rencontrer dans l’environnement de la géohistoire (BRAUDEL, 1949, 1979 ; GRATALOUP, 1996). Réel ou imaginé, tangible ou intangible, disparu ou ostentatoire, le patrimoine développe une forte valeur référentielle : on s’y rattache individuellement ou collectivement ; il sert de ciment ou de catalyseur dans les constructions identitaires nationales ou régionales.

Le propos tourne autour de l’idée de construction identitaire en se questionnant sur la place du patrimoine dans la construction des individualités ou des communautés.

 

L’espace géographique

De la Corne de l’Afrique à l’IGAD, l’espace est plus ou moins étendu. Quelles que soient les bornes fixées, deux traits demeurent : (1) l’alternance / opposition des hautes et basses terres et (2) le rôle de carrefour du monde. Chère à Fernand Braudel (Méditerranée 1949) ou à Denys Lombard (Java 1990), cette notion de croisement des relations, fondement même de « l’histoire connectée » (SUBRAHMANYAM, 1999), prend toute sa dimension autour du Bab el-Mandeb et de la Corne de l’Afrique : l’espace peut être vu de l’Asie, de l’Afrique et de l’Europe ; en cet espace, les acteurs venus de divers horizons se rencontrent. Ce rôle de carrefour n’a pas disparu avec le temps, sachant que Djibouti voit passer une part importante du commerce mondial devant ses côtes.

Depuis une époque ancienne, la région a été un carrefour culturel et il s’agit, au-delà de la temporalité, d’explorer les champs de connexion entre les espaces où la patrimonialisation procède du métissage et du syncrétisme.

 

Axes de recherche

Les problématiques patrimoniales revêtent le plus souvent un caractère pluridisciplinaire et transversal. A titre d’exemple, voici quelques clefs d’approche, axes de recherche et de réflexion, dans lesquels cette journée d’étude souhaite s’insérer :

  • Les images : patrimoine et images du patrimoine
  • Les routes : circulation des idées, des personnes et des objets ; espaces et flux autour des héritages
  • Archéologie : entre vestiges et patrimoine ; de la matérialité et de son héritage
  • Textes : texte-histoire et histoire de texte ; créations matérielles (dont les arts du livre) et littéraires (œuvres, corpus, sources), diffusions, contenus, supports (de l’ostracon au livre)
  • Patrimonialisations : dynamiques, progressions et histoire du patrimoine (réflexion sur la notion endogène de patrimoine et de ses usages, l’influence exogène sur sa reconnaissance et sa conservation, etc.)
  • Mixité, syncrétisme, fractures et différences : le patrimoine entre symbole et diabole

Ouvrir le PDF : JE Histoire & patrimoine dans la Corne

 

ECAS 2015 6e CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES ÉTUDES AFRICAINES Paris, 8-10 Juillet 2015

ECAS-logo-Afrique

6e CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES ÉTUDES AFRICAINES
Paris, 8-10 Juillet 2015 

ECAS 2015

Après Lisbonne en 2013, la sixième conférence européenne des études africaines (ECAS-6) aura lieu à Paris du 8 au 10 Juillet 2015, dans les locaux de l’université Paris I Panthéon-Sorbonne et de l’École pratique des hautes études (EPHE).

Centre Sorbonne : 17, Rue de la Sorbonne, 75005 Paris. Centre Panthéon : 12, place du Panthéon, 75231 Paris cedex 05.

Elle est organisée conjointement par l’Institut des mondes africains (IMAF) et Les Afriques dans le monde (LAM).

Parallèlement à la European Conference on African Studies, l’IMAF et LAM organisent AFRICA ACTS : une semaine consacrée aux arts de la performance en Afrique et dans ses diasporas. A l’attention d’un large public, AFRICA ACTS est conçu comme un parcours à travers Paris et sa proche banlieue.
> Le site Africa Acts

 

Conférence du Professeur Shigeta. 5 juin 2015. Compte-rendu

2008Oct_enset2
© Prof. Masayoshi Shigeta, 2008.

Masayoshi Shigeta (Université de Kyoto). Unintended consequence of local beliefs: case of folk in-situ conservation and landrace diversity of Ensete ventricosum in Ethiopia. ARESAE/EHESS : 5 juin 2015.

Compte-rendu par Alain Gascon.

Le Pr Shigeta travaille depuis 1986 parmi les Aari, un peuple de langue omotique de la zone Omo-Sud de la région État Sud, à proximité de la ville de Bako. Il est l’auteur d’une thèse sur la diversité des plants d’ensät et la biodiversité dans les interactions entre les milieux et les hommes. Il a présenté la plante, une herbe arborescente dont on consomme le pseudo-tronc, une fois abattu. En le râpant et le grattant on en extrait une pâte blanche qu’on emballe dans des feuilles et qu’ont met à fermenter dans le sol jusqu’à un an. Contrairement, au vrai bananier les fruits ne sont pas comestibles. Pr Shigeta a identifié, à l’aide des Aari 186 variétés d’aspects différents. Poursuivant son étude, il a distingué deux grandes catégories de plantes : les espèces « sauvages » — pas consommées — propagées par des graines transportées par des lépidoptères et préservées dans des enclos « sacrés » avec d’autres plantes et des espèces « domestiquées » aux grandes feuilles reproduites par bouturage. Il a étudié très minutieusement les classifications populaires et montré comment les protections rituelles contribuaient à préserver la biodiversité. Les jardins familiaux soigneusement entretenus comprennent entre 500 et 1 000 pieds qui assurent une nourriture suffisante aux familles.

2008Oct_enset
© Prof. Masayoshi Shigeta, 2008.

Toutefois, avec les progrès de l’éducation, la conversion de plus de 50 % de la population au pentecôtisme et l’arrivée de fonctionnaires venus des villes, de nouveaux modèles de consommation « moderne », notamment alimentaires se répandent. L’administration incite les Aari à la monoculture, avec des engrais, du maïs à haut rendement qui entraîne la diffusion de l’enğära à base de farine, surtout de maïs, comme partout en Éthiopie. Dans le dessein de sauvegarder les connaissances populaires, souvent ignorées et dépréciées, et de les transmettre aux plus jeunes, le Pr Shigeta a monté avec les agriculteurs locaux et avec le concours d’ONG et d’organismes officiels le Projet Ensät qui a reçu l’appui de la zone Omo-Sud. À côté du musée et de la pépinière, on a installé Bako, le chef-lieu, un centre de recherche sur les fibres et une banque de variétés et graines où 180 familles ont apporté 604 plants de 62 variétés différentes. Mais en août 2013, à la suite d’un conflit à propos du sol avec la municipalité désireuse de construire de nouveaux quartiers, les Aari ont perdu leur confiance dans le projet et, nuitamment, ils ont coupé les plants dans la pépinière ne laissant que le verger d’ensät. Le Pr Shigeta a montré des images des pépinières dévastées qui contrastent avec les images de ces familles confiantes et heureuses d’apporter leurs plants afin qu’on les conserve pour l’avenir. Ayant mesuré la défiance des planteurs vis-à-vis d’une administration pleine de certitudes « scientifiques », il a surmonté sa déception et, à l’aide de ses travaux, de son expérience et de ses relations avec les Aari, on espère avec lui, qu’il pourra reprendre ce projet sur des bases plus sûres.

Conférence Prof Shigeta
Photo ARESAE, 2015.
people_donate_ensete_Sh
© Prof. Masayoshi Shigeta, 2008.
conf Shigeta
De gauche à droite : Marc Fontrier, Pr Shigeta et son épouse, Serge Tornay, Alain Gascon. Photo ARESAE 2015.

Photographie du bandeau © Guy Blomme. ProMusa. Licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported License.

ECAS 2015

ECAS-logo-Afrique

6e conférence européenne des études africaines

Paris, 8-10 juillet 2015

Mobilisations collectives en Afrique
Contestations, résistances et révoltes

Après Lisbonne en 2013, la sixième conférence européenne des études africaines (ECAS-6) aura lieu à Paris du 8 au 10 Juillet 2015, dans les locaux de l’université Paris I Panthéon-Sorbonne et de l’École pratique des hautes études (EPHE).Centre Sorbonne : 17, Rue de la Sorbonne, 75005 Paris. Centre Panthéon : 12, place du Panthéon, 75231 Paris cedex 05.Elle est organisée conjointement par l’Institut des mondes africains (IMAF) et Les Afriques dans le monde (LAM).

Accueil, liste des panels, inscriptions: http://www.ecas2015.fr/fr/

Date limite des inscriptions en ligne : 10 juin 2015.

Conférence du professeur Masayoshi SHIGETA

Ensete
Ensät – Sidamo © A Gascon, 2008

Vous êtes cordialement invités à assister à la conférence organisée conjointement par l’EHESS et l’ARESAE, lors de laquelle

Masayoshi SHIGETA

Professeur à l’Université de Kyoto, Directeur d’études invité à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, interviendra sur le thème de la culture de l’ensete (faux bananier) en Éthiopie du Sud-Ouest, selon l’intitulé suivant :

Unintended positive consequences of local beliefs: Case of folk in-situ conservation and landrace diversity of Ensete ventricosum (Musaceae) in Ethiopia.

Éloi Ficquet (EHESS) introduira la séance. Alain Gascon (Université Paris 8 — ARESAE) et Sabine Planel (IRD) interviendront comme discutants.

Le 5 juin, de 15 h à 17 h,

Paris, EHESS, 105 boulevard Raspail, salle 7.

Pour donner quelques points de repère préalables sur le thème de la conférence, Alain Gascon a rédigé cette note au sujet de l’ensät :

Herbe comme le « vrai » bananier, dont il partage l’apparence, le « faux » bananier (Ensete ventricosum) n’appartient pas au genre musa. Il a été identifié, aux XVIII-XIXe siècles par les voyageurs européens en Éthiopie, sur les hautes terres du Sud-Ouest. Il assure l’alimentation d’un quart à un tiers des 90 millions d’Éthiopiens qui consomment le pseudo-tronc râpé et parfois les nodules fixés sur les racines. Ils utilisent les feuilles comme emballage, comme nourriture pour les animaux et les fibres pour confectionner cordes et paniers. Les vergers et les haies plantés par les peuples de l’« ensete culture » (Shack), de la civilisation de l’ensät, comptent parmi les terroirs les plus denses d’Éthiopie. Les botanistes sont divisés à propos de ses origines, de la date de sa domestication et de son extension. A-t-il régressé depuis les derniers siècles ? Est-il indigène, originaire du lac Victoria, de Nubie, d’Égypte ? Il a subi, récemment, l’attaque de maladies cryptogamiques et la concurrence des cultures de rente (café) et du maïs si bien que la pérennité de l’ensät et de ses paysages de jardin ne paraît pas assurée face aux besoins d’une population qui aura doublé en 2050.

On se reportera, avec profit, à l’excellent ouvrage de Sabine Planel, La chute d’un Éden éthiopien, Paris, IRD, 2008.

La chute d'un Eden Ethiopien

Photographie du bandeau © Guy Blomme. ProMusa. Licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported License.