Archives par mot-clé : Djibouti

POUNT n° 10 (2016) « FRANCS-MAÇONS EN MER ROUGE » est paru

À L’ORIENT DE POUNT : FRANCS-MAÇONS EN MER ROUGE

Depuis son organisation en obédiences au XVIIIe siècle, la franc-maçonnerie spéculative s’est développée dans des directions souvent très différentes et parfois difficiles à cerner, mais au service d’un même idéal : promouvoir le progrès, la liberté, l’égalité et la fraternité entre les hommes. Aux yeux du profane, plusieurs caractéristiques semblent pouvoir la définir plus concrètement : recrutés par cooptation, les francs-maçons travaillent aux mêmes buts, dans la discrétion, voire le secret, et pratiquent entre eux une solidarité active et sans frontières. On comprend dès lors aisément qu’ils aient pu être accusés de « complots ». Complots politiques, le plus souvent, comme lorsque le gouverneur de la Côte française des Somalis, le frère Jules Lauret, entreprit avec le soutien des francs-maçons de Djibouti d’enlever aux religieux catholiques l’école de garçons qu’ils y avaient créée, la seule de la colonie (La loge N° 204 du Droit Humain, Orient de Djibouti) ou encore quand ils agirent pour faire appliquer des sanctions contre l’Italie qui venait d’agresser l’Éthiopie (La franc-maçonnerie et la guerre d’Éthiopie).

Il n’y a pas de loges maçonniques en Arabie, les auteurs sont unanimes sur ce point sauf, éventuellement, dans les communautés étrangères d’expatriés. On se souvient pourtant d’Omar le franc-maçon, personnage du roman de l’écrivain saoudien Hamza Bawqari soupçonné de l’être (Pount, 9 : 132). Presque florissante sous l’empire ottoman, la franc-maçonnerie a en effet subi une éviction progressive et fait depuis des décennies l’objet de condamnations (Fatwa de l’Assemblée de jurisprudence concernant la franc-maçonnerie).

Dans le cadre colonial, les loges écossaises ou anglaises, n’ont pourtant pas manqué de prospérer à Aden, depuis 1850, avec des filiales au Somaliland (Note sur la franc-maçonnerie à Aden). Lukian Prijac à qui nous devons d’avoir exploré des fonds d’archives longtemps fermés ou inaccessibles mais surtout dont nul n’imaginait l’existence, s’est attaché à dresser quelques portraits de loges implantées soit sur la rive yéménite (La loge écossaise Felix No. 355 (Aden 1850-1971). Aperçus), soit sur la rive djiboutienne où existèrent une loge de la Grande Loge Nationale de France (Aperçus sur la franc-maçonnerie française à Djibouti de 1911 à 1940) et une autre du Droit Humain déjà citée. Deux au moins des loges ayant existé à Aden opèrent toujours aujourd’hui en Écosse et en Angleterre. À Djibouti, après un long silence, la franc-maçonnerie est aujourd’hui active et « djiboutisée » (La franc-maçonnerie à Djibouti depuis l’Indépendance, le 27 juin 1977).

Quant à l’Éthiopie, bien présente dans la mythologie maçonnique, c’est elle qui aurait reçu la première visite d’un franc-maçon à la fin du XVIIIe siècle en la personne de l’explorateur James Bruce. Il faut toutefois attendre l’avènement du ras Tafari pour qu’une loge apparaissent à Addis-Abéba, formée elle aussi par des Européens (Aperçus sur la franc-maçonnerie française en Éthiopie de 1909 à 1924). Mais le futur Haïlé Sélassié, protégé par son attachement à l’Église, ne s’y intéressa pas.

On pourra qualifier avec justesse toutes ces loges de « coloniales », en ce sens que leurs membres furent surtout des Européens et que si les Arméniens ou les Grecs, côté africain, et les Parsis et les Indiens, côté adénite, y furent nombreux, les « indigènes » proprement dits y furent très rares. Leur existence a été nulle et non-avenue dira-t-on et leur action sans objet. Mais qui oserait dire qu’une colonisation ou une occupation ne fait pas partie de l’histoire des colonisés ou des occupés ? Et qui peut mesurer une éventuelle influence qui peut s’exercer à l’insu même et de ceux dont elle émane et de ceux qui la reçoivent ?

Un témoignage sur la presse et les services de la culture en Côte française des Somalis à la veille de sa disparition (Le Réveil de Djibouti et les activités culturelles du Service de l’information : souvenirs d’il y a 50 ans) et les bonnes feuilles de la traduction française d’un des romans amhariques les plus connus (« L’amour jusqu’au tombeau ») complètent la matière de ce Pount.

Notes de lecture et compte rendu constituent enfin de substantiels apports qui nous parlent du processus d’urbanisation en Éthiopie, des rapports entre les Oromo et l’éthiopianité, du qât et de la tyrannie qu’exerce cette drogue sur la société yéménite et, enfin, de la façon bien légère avec laquelle un auteur peut traiter de l’Antiquité sud-arabique.

POUNT

sans-titre

27 EUR + ports
Pour toute commande :
Les Éthiopisants Associés
Pount
BP 30 .  F-91570 BIEVRES
pount2@yahoo.fr

bon-de-commande-presentation

 

 

JOURNÉE D’ÉTUDE ÉTHIOPIENNE – ARESAE & INALCO

Nous avons le plaisir de vous rappeler notre grand événement du printemps, la Journée d’Étude Éthiopienne, « Histoire & patrimoine dans la Corne de l’Afrique »,  qui se tiendra le 11 mars dès 09:00, à l’Auditorium de l’INALCO.

Guzara restauration-99Restauration du château de Guzara (photo: Dewel 2016)

Programme

0900-0915 Ouverture Delombera NEGGA & Alain GASCON
0915-0930 Introduction Serge DEWEL
0930-1000 Fonds photographique Alfred Ilg : quelques réflexions sur la possibilité de dater certaines photographies Hugues FONTAINE

Chercheur indépendant

1000-1030 Des usages patrimoniaux dans la construction d’une capitale : le cas d’Addis Abäba Serge DEWEL

INALCO CREE

1030-1100 pause café **
1100-1130 Au sujet de la peinture murale éthiopienne : découvertes et réflexions Méline MIGUIRDITCHIAN

Restauratrice aux musées nationaux

1130-1200 Images de l’histoire, des fêtes et des coutumes dans la peinture populaire éthiopienne du 20ème siècle Constantin KAITERIS

Agrégé de Lettres

Chercheur indépendant

1200-1230 Introduction de la monnaie métallique dans l’aire éthiopienne à la fin du XIX et au début du XXe siècle Marc FONTRIER

Docteur de l’INALCO

1230-1400 pause déjeuner **
1400-1430 La patrimonialisation des paysages et les parcs «naturels» en Éthiopie Alain GASCON

PU, IFG Paris 8 – CRAG EA 353

1430-1500 Routes majeures du commerce moderne (XVI°-XIX°) : le Shäwa, nouveau centre économique de l’Éthiopie Florian FONTRIER

TRACES-UMR 5608, Université de Toulouse II

1500-1530 Le patrimoine maritime de la république de Djibouti : ébauche d’inventaire Lukian PRIJAC

Ir d’Étude UMR6258

Université Bretagne Sud

1530-1600 Les Ethiopian Shipping Lines et les routes maritimes éthiopiennes François GUIZIOU

UMR6554 Université de Nantes

1600-1615 Conclusions Serge DEWEL
1615-1630 Clôture Marc FONTRIER

Auditorium de l’INALCO (RdC), 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris
Vendredi 11 mars 2016, de 09:00 à 12:30 et de 14:00 à 17:30

Contact : serge-pierre.dewel@inalco.fr

APPEL à COMMUNICATIONS : Histoire et patrimoine dans la Corne

Histoire & patrimoine dans la Corne

ETHIOPIE 1995-1998-nord-068

Journée d’étude ARESAE & INALCO section études éthiopiennes

L’ARESAE, avec l’aide de la section des études éthiopiennes de l’INALCO, organise une journée d’étude sur le thème « Histoire & patrimoine dans la Corne ». Vous pouvez d’ores-et-déjà réserver la date du 11 mars 2016 pour y assister. Entretemps, nous avons le plaisir de vous inviter à proposer une communication; l’appel à communications est ouvert jusqu’au 31 décembre. Vous trouverez les modalités ci-dessous.

 

Appel à communications

Les communications dureront 20 minutes et seront suivies d’une discussion de 10 minutes. Votre proposition de communication sera structurée de la manière suivante : titre de la communication, coordonnées du candidat (NOM, prénom, fonction, rattachement institutionnel, courriel, adresse postale) et un résumé de la communication envisagée (entre 1000 et 1500 signes).

Les propositions de communication sont à envoyer, sous forme de pièce jointe (idéalement PDF) à Serge Dewel (INALCO) :
serge-pierre.dewel@inalco.fr
La date limite de réception des propositions de communication est le 31 décembre 2015. La sélection des communications sera avisée à chaque candidat le 15 janvier.

Résumés et English abstracts seront publiés en ligne sur le site hypotheses.org de l’ARESAE (avec accord de l’auteur). Une publication des actes est prévue.

Lieu : Auditorium, INALCO, 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris
Date : Vendredi 11 mars 2016, de 0900 à 1230 et de 1400 à 1730

 

Problématique

Il s’agit de questionner les liens entre les deux champs -histoire et patrimoine-, mais également de les confronter avec les disciplines qui les recoupent : géographie, ethnologie, sociologie, art, philologie, etc. La transdisciplinarité est au cœur de cette journée d’étude.

 

Matérialité – immatérialité

« De la cathédrale à la petite cuiller » (HEINICH, 2012), le patrimoine se décline selon un polymorphisme infini et dont le cadre strictement matériel a été dépassé depuis longtemps. A l’heure actuelle, des dialectes locaux ou des cuisines régionales sont officiellement reconnues comme patrimoine. Sans vouloir entrer dans la mécanique de surenchère et d’inflation patrimoniale en établissant des listes sans fin, force est, cependant, de reconnaître l’importance prise par le concept et la démarche dans la recherche scientifique.

La définition du patrimoine a évolué dans le temps, et évolue encore, tant son objet vit des mutations successives. Considérer une définition simple pour le mot patrimoine, malgré la riche polysémie du terme, permet de l’ériger en outil de réflexion et de travail pluridisciplinaire. Initialement destiné à désigner ce qui est transmis de père en fils sur plusieurs générations, le mot patrimoine s’est étendu à une conscience collective de propriété commune (BABELON & CHASTEL 1980). Cette collectivisation des biens transmis fonde la notion de patrimoine national, mondial…

Le patrimoine peut être caractérisé par sa nature (culturel, monumental, architectural, intangible, etc.) ou par sa spatialité (mondial, national, régional, local, etc.). Entre matérialité et immatérialité, le paradigme patrimonial s’étend à l’infini. Le patrimoine immatériel a fait l’objet d’une telle reconnaissance, épistémologique et statutaire, que le monumental est littéralement submergé, voire relégué à l’arrière-ban. Cette dimension immatérielle est, par ailleurs, source de nouvelle interprétation et de reformulation du concept de patrimoine (JADE 2006).

 

Perspectives temporelles et spatiales

Le patrimoine -et les chaînes de transmission dont il est produit- se conçoivent selon une perspective chronologique et ou spatiale, qui peuvent se rencontrer dans l’environnement de la géohistoire (BRAUDEL, 1949, 1979 ; GRATALOUP, 1996). Réel ou imaginé, tangible ou intangible, disparu ou ostentatoire, le patrimoine développe une forte valeur référentielle : on s’y rattache individuellement ou collectivement ; il sert de ciment ou de catalyseur dans les constructions identitaires nationales ou régionales.

Le propos tourne autour de l’idée de construction identitaire en se questionnant sur la place du patrimoine dans la construction des individualités ou des communautés.

 

L’espace géographique

De la Corne de l’Afrique à l’IGAD, l’espace est plus ou moins étendu. Quelles que soient les bornes fixées, deux traits demeurent : (1) l’alternance / opposition des hautes et basses terres et (2) le rôle de carrefour du monde. Chère à Fernand Braudel (Méditerranée 1949) ou à Denys Lombard (Java 1990), cette notion de croisement des relations, fondement même de « l’histoire connectée » (SUBRAHMANYAM, 1999), prend toute sa dimension autour du Bab el-Mandeb et de la Corne de l’Afrique : l’espace peut être vu de l’Asie, de l’Afrique et de l’Europe ; en cet espace, les acteurs venus de divers horizons se rencontrent. Ce rôle de carrefour n’a pas disparu avec le temps, sachant que Djibouti voit passer une part importante du commerce mondial devant ses côtes.

Depuis une époque ancienne, la région a été un carrefour culturel et il s’agit, au-delà de la temporalité, d’explorer les champs de connexion entre les espaces où la patrimonialisation procède du métissage et du syncrétisme.

 

Axes de recherche

Les problématiques patrimoniales revêtent le plus souvent un caractère pluridisciplinaire et transversal. A titre d’exemple, voici quelques clefs d’approche, axes de recherche et de réflexion, dans lesquels cette journée d’étude souhaite s’insérer :

  • Les images : patrimoine et images du patrimoine
  • Les routes : circulation des idées, des personnes et des objets ; espaces et flux autour des héritages
  • Archéologie : entre vestiges et patrimoine ; de la matérialité et de son héritage
  • Textes : texte-histoire et histoire de texte ; créations matérielles (dont les arts du livre) et littéraires (œuvres, corpus, sources), diffusions, contenus, supports (de l’ostracon au livre)
  • Patrimonialisations : dynamiques, progressions et histoire du patrimoine (réflexion sur la notion endogène de patrimoine et de ses usages, l’influence exogène sur sa reconnaissance et sa conservation, etc.)
  • Mixité, syncrétisme, fractures et différences : le patrimoine entre symbole et diabole

Ouvrir le PDF : JE Histoire & patrimoine dans la Corne

 

Soutenance de thèse de Mohamed HASSAN KAMIL : grammaire afar

Le port de Djibouti (expédiée en mars 1920).

« L’afar. Description grammaticale d’une langue couchitique (Djibouti, Érythrée, Éthiopie) »

Par Mohamed HASSAN KAMIL
Soutenance de thèse le mercredi 27 mai 2015 à 14 h 00
INALCO, Campus Haudricourt – 7, rue Guy Môquet, 94801 Villejuif

Cette description grammaticale de l’afar s’appuie essentiellement sur des données recueillies sur le terrain auprès de très nombreux locuteurs afarophones, vivant à Djibouti, en Érythrée et en Éthiopie.

La richesse des données a permis de prendre en compte la richesse des variantes dialectales tout au long de la description. Celle-ci s’organise autour de plusieurs parties : système phonologique et phonétique, système nominal, système verbal et syntaxe de l’énoncé.

Cette étude a permis de mieux évaluer l’originalité de certains traits connus, mais aussi de mettre en valeur des traits peu connus voire ignorés jusqu’à présent (…).

En apportant un nouvel éclairage sur l’afar, à l’intérieur du couchitique et de la famille afro-asiatique, cette thèse se veut aussi une contribution à la typologie des langues.

Voir le communiqué de l’INALCO.

Photographie du bandeau © Serge Dewel, 1997.