Archives par mot-clé : Ethiopie

Traitements numériques et lectures critiques de cartes historiques: matériaux éthiopiens

Traitements numériques et lectures critiques de cartes historiques: matériaux éthiopiens
Digital processing and critical reading of historical maps: Ethiopian materials

Journée d’étude organisée dans le cadre du projet « ETHIOMAP: Exploring Modern Historical Maps of the Horn of Africa »
EHESS-CéSor, FZG-Universität Erfurt, CFEE, ANR, DFG.
23 mai 2017 de 10:00 à 18:30
BULAC (salle RJ 24, rez-de-jardin, 65 rue des Grands Moulins – 75013)

Présentation
Conçu depuis l’Antiquité comme un territoire des confins, selon une représentation du monde centrée sur la Méditerranée, l’Ethiopie a longtemps été une « limite mobilisatrice » pour le développement de la cartographie, relancée à la Renaissance par la découverte de la finitude du monde. Pour les Européens, la quête des sources du Nil motiva des explorations risquées dont les principaux résultats étaient matérialisés et diffusés par des cartes imprimées. Si le jésuite espagnol Pedro Paez fut le premier Européen à avoir observé en 1618 les zones humides qui nourrissent l’amont du Nil bleu, l’Ecossais James Bruce et son assistant italien Luigi Balugani s’y rendirent en 1770 avec des instruments de mesure, inaugurant la première capture de cette région dans les rets de la description trigonométrique du globe. D’autres explorateurs suivront, poussant plus loin les frontières de la connaissance, avec des instruments plus sophistiqués, des armes plus puissantes, des attitudes plus arrogantes, affirmant par la capture cartographique de l’image d’un territoire la capacité à le contrôler. Exercés par la théologie chrétienne à manipuler des outils conceptuels à échelle globale, les interlocuteurs éthiopiens des cartographes ont compris les risques d’assujettissement qui pouvaient se jouer dans ces techniques nouvelles de représentation, et ils ont cherché à s’en saisir pour faire reconnaître leur souveraineté.

Ce sont les divers aspects de l’application des techniques de la cartographie moderne à l’Éthiopie et ses territoires environnants qui font l’objet du projet franco-allemand « ETHIOMAP: Exploring Modern Historical Maps of the Horn of Africa », financé par l’Agence nationale de la recherche (ANR) et la Fondation allemande pour la recherche (DFG), coordonné par Eloi Ficquet (EHESS-CéSor) et Wolbert Smidt (Mekelle University; Forschungszentrum Gotha der Universität Erfurt). Relevant des humanités numériques, le projet propose la consultation en ligne d’une sélection des cartes qui illustrent soit des avancées scientifiques, soit des tournants politiques significatifs pour la compréhension des dynamiques territoriales. A travers une base de données, spécifiquement développée pour le projet, chaque carte est indexée, en répertoriant toutes les informations topographiques, en comparant leurs occurrences et leurs transcriptions d’une carte à l’autre. Cet outil d’analyse n’est pas une fin en soi, mais il doit permettre une lecture critique des cartes, des savoirs qu’elles ont transcrits, entre savoirs géographiques locaux et données mesurées scientifiquement.

Cette journée d’étude propose d’exposer les premiers résultats de ce programme et de les mettre en discussion avec d’autres travaux et questionnements qui sortent du cadre de l’Ethiopie.

NB1: le site du projet est consultable à l’adresse : ethiomap.huma-num.fr
NB2: Afin de pouvoir accéder à la salle, il est recommandé de s’inscrire au préalable en passant par ce lien https://www.eventbrite.fr/e/billets-journee-ethiomap-34609411682

Programme
Matinée sur les techniques informatiques d’indexation et d’analyse de corpus cartographiques.
– 10h00 : Accueil et introduction (Eloi Ficquet, Wolbert Smidt)
– 10h30 : Présentation du site Ethiomap (Simon Imbert-Vier, Eloi Ficquet, Stéphane Ancel).
– 11h00 : Présentation de la plateforme « Oronce Fine: Semantic-enabled platform for the publication, integration and exploration of geo-historical resources » (Nicolas Verdier, Eric Mermet et Carmen Brando, EHESS).
– 11h30 : Presentation of the project « C.W. Schimper in Abyssinia » (Stephan Hanss, University of Cambridge).
Après-midi sur l’analyse de cartes comme sources historiques.

Discutantes: Morgane Labbé, EHESS; Hélène Blais, ENS
– 14h30: Présentation de différents aspects de la carte générale de l’Afrique par Hermann Habenicht (1891):
1. Map-making methods at the Justus Perthes Geographic Institute in Gotha (Iris Schroeder, Forschungszentrum Gotha der Universität Erfurt; Petra Weigel, Universität Erfurt, Forschungsbibliothek Gotha, Sammlung Perthes).
2. Territories of the Horn of Africa as understood in Habenicht’s map (Wolbert Smidt; Haile Muluken, Mekelle University).
3. Commentaires sur des détails frappants révélés par l’analyse minutieuse de la carte Habenicht et son indexation (Stéphane Ancel, Eloi Ficquet)

– 16h00: Pause
– 16h30: Présentation des cartes géodésiques d’Antoine d’Abbadie (1860) (Eloi Ficquet).
– 17h00: Présentation de la carte amharique de Kh. Papazian (1923) (Eloi Ficquet, Stéphane Ancel)
– 17h30: Discussion, ouverture de perspectives (Morgane Labbé, EHESS; Hélène Blais, ENS)

Partenaires du projet:
Centre d’études en sciences sociales du religieux (CéSor), Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), Centre national de la recherche scientifique (CNRS);
Forschungszentrum Gotha (FZG) der Universität Erfurt;
Centre français des études éthiopiennes (CFEE), CNRS, Ministère des Affaires étrangères et du Développement international (MAEDI);
Agence Nationale de la Recherche (ANR);
Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG).

EXPOSITION « Le voyage de la Reine de Saba à Jérusalem, … à la rencontre du roi Salomon »

(communiqué de l’Espace Reine de Saba)

La reine du midi nommée Bilkis (ou Balkis) au Yémen, ou Makeda, la reine noire… d’Abyssinie envoûte le monde depuis de nombreux siècles en commençant par les écrits saints, la Bible ou le Coran. Elle est présente dans de nombreux pays sur les frontons des cathédrales, dans les fresques, les tableaux monumentaux, les sculptures et aussi dans des opéras, livres, romans et films,… Quelle est l’origine de cette légende devenue histoire qui rend hommage à cette femme mythique, fondatrice de la dynastie salomonienne en donnant naissance à son fils Ménélik Ier, et qui se termina par Hailé Sélassié en 1975. Quel est le pays de Saba (Yémen – Ethiopie) qui régna au sud de la mer Rouge depuis 3000 ans ?

Plus de 200 documents, maquettes, rouleaux magiques éthiopiens, objets archéologiques, livres, parchemins, incunables, gravures, étoffes, etc… Ethiopie – Yémen, Mer Rouge, Israël, Monde Arabe… Aquarelles et gravures de Mardrus, Bourdel, Edmund Dulac ; textes d’André Malraux, Gérard de Nerval, Anatole France…

affiche-rds-expo-17

Jusqu’au 11 janvier 2017, puis du 31 janvier au 23 mars 2017
Du mardi au dimanche, de 14h30 à 18h30 et sur R-V
Fermé le 25 décembre et 1er janvier

Tarif : 5 euros, TR : 4,80 euros, 4 euros
Conférencier et groupe sur R-V (conseillé)

Espace Reine de Saba
30, rue Pradier, 75019 Paris. Tél.: 01 43 57 93 92
M° Pyrénées, Buttes-Chaumont ; Bus 26
www.espacereinedesaba.org

POUNT n° 10 (2016) « FRANCS-MAÇONS EN MER ROUGE » est paru

À L’ORIENT DE POUNT : FRANCS-MAÇONS EN MER ROUGE

Depuis son organisation en obédiences au XVIIIe siècle, la franc-maçonnerie spéculative s’est développée dans des directions souvent très différentes et parfois difficiles à cerner, mais au service d’un même idéal : promouvoir le progrès, la liberté, l’égalité et la fraternité entre les hommes. Aux yeux du profane, plusieurs caractéristiques semblent pouvoir la définir plus concrètement : recrutés par cooptation, les francs-maçons travaillent aux mêmes buts, dans la discrétion, voire le secret, et pratiquent entre eux une solidarité active et sans frontières. On comprend dès lors aisément qu’ils aient pu être accusés de « complots ». Complots politiques, le plus souvent, comme lorsque le gouverneur de la Côte française des Somalis, le frère Jules Lauret, entreprit avec le soutien des francs-maçons de Djibouti d’enlever aux religieux catholiques l’école de garçons qu’ils y avaient créée, la seule de la colonie (La loge N° 204 du Droit Humain, Orient de Djibouti) ou encore quand ils agirent pour faire appliquer des sanctions contre l’Italie qui venait d’agresser l’Éthiopie (La franc-maçonnerie et la guerre d’Éthiopie).

Il n’y a pas de loges maçonniques en Arabie, les auteurs sont unanimes sur ce point sauf, éventuellement, dans les communautés étrangères d’expatriés. On se souvient pourtant d’Omar le franc-maçon, personnage du roman de l’écrivain saoudien Hamza Bawqari soupçonné de l’être (Pount, 9 : 132). Presque florissante sous l’empire ottoman, la franc-maçonnerie a en effet subi une éviction progressive et fait depuis des décennies l’objet de condamnations (Fatwa de l’Assemblée de jurisprudence concernant la franc-maçonnerie).

Dans le cadre colonial, les loges écossaises ou anglaises, n’ont pourtant pas manqué de prospérer à Aden, depuis 1850, avec des filiales au Somaliland (Note sur la franc-maçonnerie à Aden). Lukian Prijac à qui nous devons d’avoir exploré des fonds d’archives longtemps fermés ou inaccessibles mais surtout dont nul n’imaginait l’existence, s’est attaché à dresser quelques portraits de loges implantées soit sur la rive yéménite (La loge écossaise Felix No. 355 (Aden 1850-1971). Aperçus), soit sur la rive djiboutienne où existèrent une loge de la Grande Loge Nationale de France (Aperçus sur la franc-maçonnerie française à Djibouti de 1911 à 1940) et une autre du Droit Humain déjà citée. Deux au moins des loges ayant existé à Aden opèrent toujours aujourd’hui en Écosse et en Angleterre. À Djibouti, après un long silence, la franc-maçonnerie est aujourd’hui active et « djiboutisée » (La franc-maçonnerie à Djibouti depuis l’Indépendance, le 27 juin 1977).

Quant à l’Éthiopie, bien présente dans la mythologie maçonnique, c’est elle qui aurait reçu la première visite d’un franc-maçon à la fin du XVIIIe siècle en la personne de l’explorateur James Bruce. Il faut toutefois attendre l’avènement du ras Tafari pour qu’une loge apparaissent à Addis-Abéba, formée elle aussi par des Européens (Aperçus sur la franc-maçonnerie française en Éthiopie de 1909 à 1924). Mais le futur Haïlé Sélassié, protégé par son attachement à l’Église, ne s’y intéressa pas.

On pourra qualifier avec justesse toutes ces loges de « coloniales », en ce sens que leurs membres furent surtout des Européens et que si les Arméniens ou les Grecs, côté africain, et les Parsis et les Indiens, côté adénite, y furent nombreux, les « indigènes » proprement dits y furent très rares. Leur existence a été nulle et non-avenue dira-t-on et leur action sans objet. Mais qui oserait dire qu’une colonisation ou une occupation ne fait pas partie de l’histoire des colonisés ou des occupés ? Et qui peut mesurer une éventuelle influence qui peut s’exercer à l’insu même et de ceux dont elle émane et de ceux qui la reçoivent ?

Un témoignage sur la presse et les services de la culture en Côte française des Somalis à la veille de sa disparition (Le Réveil de Djibouti et les activités culturelles du Service de l’information : souvenirs d’il y a 50 ans) et les bonnes feuilles de la traduction française d’un des romans amhariques les plus connus (« L’amour jusqu’au tombeau ») complètent la matière de ce Pount.

Notes de lecture et compte rendu constituent enfin de substantiels apports qui nous parlent du processus d’urbanisation en Éthiopie, des rapports entre les Oromo et l’éthiopianité, du qât et de la tyrannie qu’exerce cette drogue sur la société yéménite et, enfin, de la façon bien légère avec laquelle un auteur peut traiter de l’Antiquité sud-arabique.

POUNT

sans-titre

27 EUR + ports
Pour toute commande :
Les Éthiopisants Associés
Pount
BP 30 .  F-91570 BIEVRES
pount2@yahoo.fr

bon-de-commande-presentation

 

 

architecture moderne à Addis Abäba

(Addis Abäba, Kazanchis, 2014. Photo Serge Dewel)

 

En 2012, l’artiste allemande Michaela Meise (www.michaelameise.com), séjourne à Addis Abäba pendant trois mois au cours desquels elle réalise un inventaire photographique du patrimoine architectural urbain.

Dans un livre (en anglais) publié en 2016, elle fait usage de cet inventaire pour illustrer un demi siècle d’architecture moderne (1950-1990) à Addis Abäba. L’ouvrage, qui se présente sous la forme d’un portfolio en petit format, rassemble les photographies, accompagnées d’une information minimale et succincte, de nombreux édifices devenus des jalons de la capitale éthiopienne.

Le livre de Michaela Meise offre surtout l’intérêt de compter parmi les pionnier de la reconnaissance de l’architecture moderne d’Addis Abäba. Cela étant, il illustre un propos de l’empereur Haylä-Sǝllase affirmant que l’Ethiopie c’est aussi autre chose que les « tukuls » et l’artisanat local, dans son combat pour la reconnaissance de la modernité éthiopienne.

MEISE Michaela (2016), Eshi Addis Ababa, Verlag der Buchhandlung Walther Konig, 164 pages.

71pn9ls3y4l

Bâtir les mémoires locales, « pluraliser » le récit national.

Bâtir les mémoires locales, « pluraliser » le récit national. Le musée communautaire au prisme des usages politiques de la mémoire et du patrimoine au Kenya et en Éthiopie.

La soutenance aura lieu le Vendredi 16 Septembre à 14 heures à l’Institut d’Etudes Politiques de Bordeaux (11 allée Ausone – Domaine Universitaire – 33607 PESSAC), Laboratoire Les Afriques dans le Monde, la salle reste à confirmer.

Membres du jury :

Dominique DARBON, Professeur de science politique, Sciences Po Bordeaux ; directeur de thèse

Mme Marie-Claire LAVABRE, Professeur, Nanterre, présidente du Jury

Hervé MAUPEU, Maître de Conférences, Université de Pau et des Pays de l’Adour

François-Xavier FAUVELLE, Directeur de recherche CNRS, Université de Toulouse Le Mirail ; rapporteur

Christian LEBART, Directeur de recherche CNRS, Institut d’Etudes Politiques de Rennes ; rapporteur

 

RESUME

Cette recherche aborde la scène politique de deux pays d’Afrique de l’Est (Éthiopie-Kenya) en s’appuyant sur une analyse des enjeux politiques inhérents à la mise en place d’institutions mémorielles telles que les musées, les mausolées et autres lieux de mémoires. Notre thèse est que ces musées sont à comprendre avant tout comme des espaces intermédiaires de négociation entre les groupes qui les portent, l’État qui les finance ou les autorise, et les organisations internationales qui soutiennent et influencent les projets patrimoniaux des gouvernements. Cette recherche se concentre ainsi sur deux études de cas : le musée Konso en Éthiopie et le musée-mausolée de Koitalel Samoei au Kenya. Ces institutions s’inscrivent dans des contextes politiques particuliers au début des années 2000, à savoir l’application effective du pluralisme politique au Kenya et le renforcement de l’autoritarisme en Éthiopie. Au Kenya, la négociation autour de l’interprétation du passé en termes politiques se fait au sein même du musée-mausolée dédié au héros Koitalel Samoei, tandis que le cas éthiopien souligne plutôt que les rapports de pouvoir sont restructurés ou réorganisés par la présence d’un premier musée ethnographique en région, le musée Konso.

L’apparition de musées communautaires témoigne, au Kenya comme en Éthiopie, d’un retour de l’identité ethnique en politique, qui est à la fois brandie comme une bannière par les gouvernements, mais également utilisée comme une catégorie opératoire ou une ressource par des acteurs particuliers, qu’on appellera ici des « entrepreneurs de patrimoine ». Par l’usage d’un nouveau capital, le patrimoine et sa préservation, ces « entrepreneurs de patrimoine » s’imposent ainsi à la fois comme des « entrepreneurs de soi » au sens de Michel Foucault, mais également comme des « entrepreneurs du nous » en politique, occupant une position graduelle dans les négociations et les prises de décisions publiques. Dès lors, il faut décentrer le regard pour s’intéresser à ce que le musée fait au politique, et non plus seulement à ce que la politique fait des musées.

En incluant également l’analyse des usages politiques de la mémoire étatiques et internationaux, ce travail cherche à renverser la perspective en adoptant une entrée microsociologique et ethnographique en science politique, étudiant les déterminants et les modalités de la reconstruction nationale du point de vue des musées communautaires. Cette approche « par le bas », articulée aux niveaux d’analyse macro (État, idéologie, cadre institutionnel) et micro (les organisations, associations et acteurs du patrimoine, les élites politiques locales) invite ainsi à une réflexion plus générale sur la construction, la qualification et les perceptions des régimes politiques, entamant une réflexion sur la nature de l’État qui se dévoile à travers ces nouvelles politiques mémorielles et patrimoniales, ainsi que sur le rôle joué par ces nouveaux « entrepreneurs de patrimoine » dans la reconfiguration de la compétition politique.

 

Cliché de Maryse Verfaillie (février 2016).

Alfred Ilg. Un Suisse en Abyssinie 1878 – 1906

Affiche-Charleville

Le Musée Arthur Rimbaud de Charleville-Mézières présente du 21 mai au 2 octobre 2016 l’exposition : ALFRED ILG. UN SUISSE EN ABYSSINIE (commissariat Hugues Fontaine).

Salle des expositions temporaires de L’Auberge verte, Ile du Vieux-Moulin, entrée gratuite du mardi au dimanche, 10-12h et 14-18h.

Vernissage à 17:00. Vous êtes les bienvenus.

L’exposition présente les vingt-huit années (1878-1906) que l’ingénieur suisse Alfred Ilg passa en Éthiopie, que l’on appelait alors en Europe : l’Abyssinie.

Sont exposées une soixantaine de photographies choisies parmi le millier de clichés que conserve aujourd’hui le Musée d’ethnographie de l’Université de Zurich et qui constituent le fonds Ilg. Les tirages sont produits à partir de nouvelles numérisations de la collection des plaques de verre négatives, réalisées par le musée à l’occasion de la commémoration du centième anniversaire de la mort d’Alfred Ilg.

Deux diaporamas offrent à voir aussi de très nombreuses plaques stéréoscopiques, ainsi que des photographies de quelques-uns des 600 objets ethnographiques qu’Alfred Ilg a rapportés d’Éthiopie (merci à Elisabeth Biasio et Peter Gerber).

Ces images viennent d’être montrées à Addis Abeba, au Musée d’Art moderne, en partenariat avec le Goethe-Institut dans une production de l’ambassade de Suisse en Éthiopie (commissariat Hugues Fontaine) : Alfred Ilg. L’Ingénieur et le Roi.

On y verra aussi, ce qui n’avait pas été montré à Addis Abeba, 4 tables de documents originaux : gravures parues dans les journaux d’époque, mais surtout un ensemble remarquable de cartes postales (véritables cartes photographiques ou cartes reproduites le plus souvent par phototypie) qui complètent la représentation que nous pouvons nous faire tant du roi Ménélik II que des lieux que fréquenta Alfred Ilg.

Certaines m’ont servi dans le travail d’identification des photographies du fonds Ilg.

Je remercie chaleureusement Serge Dewel, Serge Magallon, Francis Falceto et André Carenini, qui ont bien voulu prêter des cartes exceptionnelles qui s’ajoutent à celles de ma collection et enrichissent considérablement l’exposition.

Règles du jeu en « situations autoritaires ». Réflexions depuis une approche comparée Cameroun-Éthiopie

Règles du jeu en « situations autoritaires ». Réflexions depuis une approche comparée Cameroun-Éthiopie

14 et 15 avril – Salle 638, Bâtiment Le France – 190-198 avenue de France, 75 013 PARIS

Journées d’études organisées par : Comue HESAM – Paris Nouveaux Mondes / Programmes « Next » | Projet « Mutations et défis africains », avec le soutien de la Fondation Paul Ango Ela et du Centre français des études éthiopiennes.

Ces journées d’études proposent d’étudier les règles du jeu, en particulier dans les rapports aux institutions et à l’État, mais plus spécifiquement en situations autoritaires. Par règles du jeu, nous entendons saisir ce qui fait norme, la multiplicité de registres de légitimation, dans les pratiques et interactions quotidiennes d’une diversité d’acteurs politiques, sociaux, institutionnels ou encore acteurs privés. Par situation autoritaire, nous entendons l’exercice autoritaire du pouvoir nécessairement façonné par de nouveaux effets de contexte, tels que la démultiplication des modes de gouvernance.  L’enjeu des journées est de mettre en perspective la dimension autoritaire du pouvoir dans un contexte de pluralité des normes et de leurs usages. Nous analyserons la portée des contournements de la loi, de la négociation de leur transgression, comme de la conformation à des allégeances sociales, dans des situations autoritaires où les actes de résistance ne sont pas nécessairement exprimés de manière explicite et où s’affrontent à des intérêts divers à obéir.

Consultez le programme.

Voir aussi : Calenda.

Photo : G. Blanc

JOURNÉE D’ÉTUDE ÉTHIOPIENNE – ARESAE & INALCO

Nous avons le plaisir de vous rappeler notre grand événement du printemps, la Journée d’Étude Éthiopienne, « Histoire & patrimoine dans la Corne de l’Afrique »,  qui se tiendra le 11 mars dès 09:00, à l’Auditorium de l’INALCO.

Guzara restauration-99Restauration du château de Guzara (photo: Dewel 2016)

Programme

0900-0915 Ouverture Delombera NEGGA & Alain GASCON
0915-0930 Introduction Serge DEWEL
0930-1000 Fonds photographique Alfred Ilg : quelques réflexions sur la possibilité de dater certaines photographies Hugues FONTAINE

Chercheur indépendant

1000-1030 Des usages patrimoniaux dans la construction d’une capitale : le cas d’Addis Abäba Serge DEWEL

INALCO CREE

1030-1100 pause café **
1100-1130 Au sujet de la peinture murale éthiopienne : découvertes et réflexions Méline MIGUIRDITCHIAN

Restauratrice aux musées nationaux

1130-1200 Images de l’histoire, des fêtes et des coutumes dans la peinture populaire éthiopienne du 20ème siècle Constantin KAITERIS

Agrégé de Lettres

Chercheur indépendant

1200-1230 Introduction de la monnaie métallique dans l’aire éthiopienne à la fin du XIX et au début du XXe siècle Marc FONTRIER

Docteur de l’INALCO

1230-1400 pause déjeuner **
1400-1430 La patrimonialisation des paysages et les parcs «naturels» en Éthiopie Alain GASCON

PU, IFG Paris 8 – CRAG EA 353

1430-1500 Routes majeures du commerce moderne (XVI°-XIX°) : le Shäwa, nouveau centre économique de l’Éthiopie Florian FONTRIER

TRACES-UMR 5608, Université de Toulouse II

1500-1530 Le patrimoine maritime de la république de Djibouti : ébauche d’inventaire Lukian PRIJAC

Ir d’Étude UMR6258

Université Bretagne Sud

1530-1600 Les Ethiopian Shipping Lines et les routes maritimes éthiopiennes François GUIZIOU

UMR6554 Université de Nantes

1600-1615 Conclusions Serge DEWEL
1615-1630 Clôture Marc FONTRIER

Auditorium de l’INALCO (RdC), 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris
Vendredi 11 mars 2016, de 09:00 à 12:30 et de 14:00 à 17:30

Contact : serge-pierre.dewel@inalco.fr

EXPOSITION : « Alfred Ilg, the Engineer and the King »

Commémoration du centenaire de la mort de l’ingénieur suisse, conseiller de Menilek II et ministre d’État d’Éthiopie
Exposition dont le commissariat est assuré par notre collègue Hugues Fontaine
 ILG poster light
(…)
Alfred Ilg left a large photographic collection that is preserved by the Ethnographic Museum of the University of Zurich, Switzerland. Part of this collection, contributions from other museums as well as letters addressed to the Swiss Federal Council will be on display during the exhibition.
The exhibition curated by Hugues Fontaine is produced by the Embassy of Switzerland in Addis Ababa in cooperation with the Museum of Modern Art and the support of the Ethnographic Museum of the University of Zurich.
(http://www.goethe.de/ins/et/en/add/ver.cfm?fuseaction=events.detail&event_id=20699040)
13.02-25.03.2016
Modern Art Museum Gebre Kristos Desta Center (Goethe Institut)
Every day except Sundays, Mondays and Holidays from 9:00 am to 5:00pm. Tel. 0111-221695.
Free entrance.
FON_2768
FON_2773
FON_2796
FON_2811

ETHIOPIE : débat autour de la sortie d’un livre

Jeudi 17 mars, 17h30-19h30

Le CéSor vous invite à un débat organisé en collaboration avec l’ARESÆ autour de l’ouvrage collectif

Understanding Contemporary Ethiopia Monarchy, Revolution and the Legacy of Meles Zenawi, London : Hurst, 2015 dirigé par Eloi Ficquet et Gérard Prunier.

Le débat se tiendra en présence des deux auteurs avec la participation de :

– Shiferaw Bekele, Professeur Addis Abeba University
– Alain Gascon, Professeur émérite Paris 8
– Ayda Bouanga, post-doctorante LabEx Hastec-CéSor-EHESS
– Anna Poujeau, Chargée de recherche CNRS-CéSor-EHESS

Le débat est suivi d’un pot.
Inscriptions obligatoires : http://cesordeb-ethiopia.eventbrite.fr

cesor

CéSor – UMR 8216
Salle Alphonse Dupront,
10 rue Monsieur le Prince • 75006 Paris • France
T + 33 (0) 1 53 10 54 30 • cesor@ehess.fr • http://cesor.ehess.fr

Reconfigurations identitaires à Lalibela (Ethiopie), petite ville patrimoniale et touristique : séminaire à l’INALCO

Reconfigurations identitaires à Lalibela (Ethiopie), petite ville patrimoniale et touristique

par Marie Bridonneau
MCF en géographie, Université Paris Ouest Nanterre, UMR LAVUE

2016 Affiche 4 CAVI Seminaire 15 FÉVRIER

Séminaire public de 14 h 00 à 16 h 00 organisé par Jean-Luc Martineau (INALCO-CESSMA) & Didier Nativel (Paris Diderot-Paris 7-CESSMA)
Lundi 15 février 2016 : INALCO de 14 h 00 à 16 h 00

APPEL à COMMUNICATIONS : Histoire et patrimoine dans la Corne

Histoire & patrimoine dans la Corne

ETHIOPIE 1995-1998-nord-068

Journée d’étude ARESAE & INALCO section études éthiopiennes

L’ARESAE, avec l’aide de la section des études éthiopiennes de l’INALCO, organise une journée d’étude sur le thème « Histoire & patrimoine dans la Corne ». Vous pouvez d’ores-et-déjà réserver la date du 11 mars 2016 pour y assister. Entretemps, nous avons le plaisir de vous inviter à proposer une communication; l’appel à communications est ouvert jusqu’au 31 décembre. Vous trouverez les modalités ci-dessous.

 

Appel à communications

Les communications dureront 20 minutes et seront suivies d’une discussion de 10 minutes. Votre proposition de communication sera structurée de la manière suivante : titre de la communication, coordonnées du candidat (NOM, prénom, fonction, rattachement institutionnel, courriel, adresse postale) et un résumé de la communication envisagée (entre 1000 et 1500 signes).

Les propositions de communication sont à envoyer, sous forme de pièce jointe (idéalement PDF) à Serge Dewel (INALCO) :
serge-pierre.dewel@inalco.fr
La date limite de réception des propositions de communication est le 31 décembre 2015. La sélection des communications sera avisée à chaque candidat le 15 janvier.

Résumés et English abstracts seront publiés en ligne sur le site hypotheses.org de l’ARESAE (avec accord de l’auteur). Une publication des actes est prévue.

Lieu : Auditorium, INALCO, 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris
Date : Vendredi 11 mars 2016, de 0900 à 1230 et de 1400 à 1730

 

Problématique

Il s’agit de questionner les liens entre les deux champs -histoire et patrimoine-, mais également de les confronter avec les disciplines qui les recoupent : géographie, ethnologie, sociologie, art, philologie, etc. La transdisciplinarité est au cœur de cette journée d’étude.

 

Matérialité – immatérialité

« De la cathédrale à la petite cuiller » (HEINICH, 2012), le patrimoine se décline selon un polymorphisme infini et dont le cadre strictement matériel a été dépassé depuis longtemps. A l’heure actuelle, des dialectes locaux ou des cuisines régionales sont officiellement reconnues comme patrimoine. Sans vouloir entrer dans la mécanique de surenchère et d’inflation patrimoniale en établissant des listes sans fin, force est, cependant, de reconnaître l’importance prise par le concept et la démarche dans la recherche scientifique.

La définition du patrimoine a évolué dans le temps, et évolue encore, tant son objet vit des mutations successives. Considérer une définition simple pour le mot patrimoine, malgré la riche polysémie du terme, permet de l’ériger en outil de réflexion et de travail pluridisciplinaire. Initialement destiné à désigner ce qui est transmis de père en fils sur plusieurs générations, le mot patrimoine s’est étendu à une conscience collective de propriété commune (BABELON & CHASTEL 1980). Cette collectivisation des biens transmis fonde la notion de patrimoine national, mondial…

Le patrimoine peut être caractérisé par sa nature (culturel, monumental, architectural, intangible, etc.) ou par sa spatialité (mondial, national, régional, local, etc.). Entre matérialité et immatérialité, le paradigme patrimonial s’étend à l’infini. Le patrimoine immatériel a fait l’objet d’une telle reconnaissance, épistémologique et statutaire, que le monumental est littéralement submergé, voire relégué à l’arrière-ban. Cette dimension immatérielle est, par ailleurs, source de nouvelle interprétation et de reformulation du concept de patrimoine (JADE 2006).

 

Perspectives temporelles et spatiales

Le patrimoine -et les chaînes de transmission dont il est produit- se conçoivent selon une perspective chronologique et ou spatiale, qui peuvent se rencontrer dans l’environnement de la géohistoire (BRAUDEL, 1949, 1979 ; GRATALOUP, 1996). Réel ou imaginé, tangible ou intangible, disparu ou ostentatoire, le patrimoine développe une forte valeur référentielle : on s’y rattache individuellement ou collectivement ; il sert de ciment ou de catalyseur dans les constructions identitaires nationales ou régionales.

Le propos tourne autour de l’idée de construction identitaire en se questionnant sur la place du patrimoine dans la construction des individualités ou des communautés.

 

L’espace géographique

De la Corne de l’Afrique à l’IGAD, l’espace est plus ou moins étendu. Quelles que soient les bornes fixées, deux traits demeurent : (1) l’alternance / opposition des hautes et basses terres et (2) le rôle de carrefour du monde. Chère à Fernand Braudel (Méditerranée 1949) ou à Denys Lombard (Java 1990), cette notion de croisement des relations, fondement même de « l’histoire connectée » (SUBRAHMANYAM, 1999), prend toute sa dimension autour du Bab el-Mandeb et de la Corne de l’Afrique : l’espace peut être vu de l’Asie, de l’Afrique et de l’Europe ; en cet espace, les acteurs venus de divers horizons se rencontrent. Ce rôle de carrefour n’a pas disparu avec le temps, sachant que Djibouti voit passer une part importante du commerce mondial devant ses côtes.

Depuis une époque ancienne, la région a été un carrefour culturel et il s’agit, au-delà de la temporalité, d’explorer les champs de connexion entre les espaces où la patrimonialisation procède du métissage et du syncrétisme.

 

Axes de recherche

Les problématiques patrimoniales revêtent le plus souvent un caractère pluridisciplinaire et transversal. A titre d’exemple, voici quelques clefs d’approche, axes de recherche et de réflexion, dans lesquels cette journée d’étude souhaite s’insérer :

  • Les images : patrimoine et images du patrimoine
  • Les routes : circulation des idées, des personnes et des objets ; espaces et flux autour des héritages
  • Archéologie : entre vestiges et patrimoine ; de la matérialité et de son héritage
  • Textes : texte-histoire et histoire de texte ; créations matérielles (dont les arts du livre) et littéraires (œuvres, corpus, sources), diffusions, contenus, supports (de l’ostracon au livre)
  • Patrimonialisations : dynamiques, progressions et histoire du patrimoine (réflexion sur la notion endogène de patrimoine et de ses usages, l’influence exogène sur sa reconnaissance et sa conservation, etc.)
  • Mixité, syncrétisme, fractures et différences : le patrimoine entre symbole et diabole

Ouvrir le PDF : JE Histoire & patrimoine dans la Corne

 

Mission Dakar-Djibouti

CAHIER DAKAR-DJIBOUTI

Auteurs
Marcel GRIAULE, Michel LEIRIS, Deborah LIFCHITZ, Éric LUTTEN, Jean MOUCHET, Gaston-Louis ROUX et André SCHAEFFNER.

Edition établie par Éric Jolly et Marianne Lemaire
Avec la collaboration de Julien Bondaz, Claire Bosc-Tiessé, Marie Gautheron, Brice Gérard, Jean Jamin, Makeda Ketcham, Cécile Van den Avenne, Anaïs Wion.

Publié par les Editions les Cahiers (http://editionslescahiers.fr), septembre 2015, 1408 pages, 524 illustrations, 40 EUR (ISBN : 978-2-9534806-8-9)

 

Le Cahier

Dakar-Djibouti, la plus célèbre des missions ethnographiques françaises, a suscité de nombreuses études. Pourtant, la plupart de ces travaux ont laissé dans l’ombre la variété des écrits scientifiques ou littéraires produits par les membres de l’expédition. De leurs préparatifs de départ à leur retour, Marcel Griaule, Michel Leiris, Deborah Lifchitz, Éric Lutten, Jean Mouchet, Gaston-Louis Roux et André Schaeffner ont rédigé soixante-dix-sept textes souvent méconnus et parfois inédits : études ethnographiques ou ethnomusicologiques, notes linguistiques, communiqués de presse, rapports, récits de voyage, instructions méthodologiques, questionnaires, conférences radiophoniques…

Rassemblés pour la première fois, ces textes sont commentés et illustrés afin d’éclairer non seulement la genèse de leur fabrication, mais aussi les objectifs, les méthodes et les présupposés de cette expédition qui traversa l’Afrique d’Ouest en Est de mai 1931 à février 1933.

 

 

Contenu

TABLE DES MATIÈRES

Introduction générale

1 – Les préparatifs du départ

ANONYME – « Communiqué de presse » [6 octobre 1930].

Michel LEIRIS – « L’œil de l’ethnographe (À propos de la Mission Dakar-Djibouti) », [décembre 1930]

Marcel GRIAULE – « Buts et méthodes de la prochaine mission Dakar-Djibouti » [20 décembre 1930]

Marcel GRIAULE — « La mission Dakar-Djibouti dans son rapport avec les études ethnologiques et archéologiques » [1931]

Marcel GRIAULE — « La mission Dakar-Djibouti et les Beaux-Arts » [1er février 1931]

ANONYME — « Mission ethnographique et linguistique Dakar-Djibouti » [1931]

Marcel GRIAULE – « Al Brown et la Mission Dakar-Djibouti » [avril 1931]

Marcel GRIAULE – « Discours prononcé le 15 avril 1931 au gala de boxe du Cirque d’Hiver ».

Marcel GRIAULE – « La mission scientifique Dakar-Djibouti » [9 mai 1931]

ANONYME — « Instructions sommaires pour les collecteurs d’objets ethnographiques » [mai 1931]

André SCHAEFFNER – « Questionnaire sur la musique » [16 mai 1931]

 

2 – De Dakar à Mopti

ANONYME — « Communiqué n° 1 »[septembre 1931]

Marcel GRIAULE – « Histoires wolof » [août-septembre 1938]

Michel LEIRIS – « Faîtes de case des rives du Bani (bassin du Niger) » [juin 1933]

Éric LUTTEN – « Les wasamba et leur usage dans la circoncision » [juin 1933]

 

3 – Le pays dogon

– Cérémonies funéraires et objets rituels

Michel LEIRIS – « Objets rituels dogon » [juin 1933]

Marcel GRIAULE – « Le chasseur du 20 octobre » [juin 1933] 1933.

Michel LEIRIS – « Oraison funèbre d’un chasseur » [printemps 1938]

Michel LEIRIS – « Masques dogon » [juin 1933]

Michel LEIRIS – « Rhombes dogon et dogon Pignari » [janvier-juin 1934]

– Langue des masques

Michel LEIRIS – « La langue de la Société des hommes chez les Dogon de Sanga (Soudan français) » [16 mars 1938]

Michel LEIRIS – « La notion d’Awa chez les Dogon » [1941]

Michel LEIRIS – « L’expression de l’idée de travail dans une langue d’initiés soudanais » [1952]

– Peintures sur roche

Marcel GRIAULE – « Peintures rupestres du Soudan français et leur sens religieux » [1934]

Marcel GRIAULE – « Rites relatifs aux peintures rupestres dans le Soudan français » [1934]

André SCHAEFFNER – « Peintures rupestres de Songo » [juin 1933]

– Circoncision

Michel LEIRIS et André SCHAEFFNER – « Les rites de circoncision chez les Dogons de Sanga » [1936]

– Communiqué

ANONYME — « Communiqué n° 2 » [15 décembre 1931]

 

4 – Le Dahomey

– Journal de voyage

Michel LEIRIS – « Fragments sur le Dahomey » [juin 1933]

– Calebasses gravées

Marcel GRIAULE – « Calebasses » [15 février 1935]

Marcel GRIAULE et Germaine DIETERLEN – « Calebasses dahoméennes (Documents de la Mission Dakar-Djibouti) » [1935]

 

5 – Le Cameroun

– Notes ethnographiques diverses

André SCHAEFFNER – « Chez les Kirdi » [20 août 1935]

André SCHAEFFNER –  « Nord-Cameroun » [20 juillet 1936]

André SCHAEFFNER – « Récits sur les doigts d’une main » [juillet-août 1936]

– Circoncision

Michel LEIRIS – « Rites de circoncision namchi » [1934]

– Musique

André SCHAEFFNER – « Notes sur la musique des populations du Cameroun septentrional » [juin 1933]

– Linguistique

Jean MOUCHET – « Vocabulaires comparatifs de 15 parlers du Nord-Cameroun » [1938]

Marcel GRIAULE – « Vocabulaires pape, woko, koutinn, namtchi et séwé du Cameroun septentrional » [1941]

 

6 – L’Éthiopie

– Récits de voyage

Deborah LIFCHITZ  – « En Éthiopie » [1933]

Gaston-Louis ROUX – « En Godjam » [30 juillet 1935]

Gaston-Louis ROUX – « Un grand seigneur abyssin : le Ras Aylou » [10 septembre 1935]

Éric LUTTEN – « Voyage en Éthiopie septentrionale » [13 mars 1936]

Michel LEIRIS – « L’Abyssinie intime » [juin 1935]

– Christianisme éthiopien : pratiques artistiques et religieuses

Marcel GRIAULE – « Peintures abyssines » [juin 1933]

Marcel GRIAULE – « L’enlèvement des peintures d’Antonios » [1er octobre 1934]

Marcel GRIAULE – « Le jeu de mail en Abyssinie » [janvier-juin 1934]

Marcel GRIAULE – « La consultation médicale à l’hôpital Ménélik d’Addis Ababa » [novembre 1934]

Marcel GRIAULE – « L’ancienneté du totémisme abyssin » [1934]

Gaston-Louis ROUX – « La peinture en Abyssinie » [1933]

Gaston-Louis ROUX – « Un peintre français en Abyssinie » [1er octobre 1935]

Deborah LIFSZYC/LIFCHITZ – « Amulettes éthiopiennes » [juin 1933]

Marcel GRIAULE – « Les saints patrons en Abyssinie » [1934]

– Zar

Marcel GRIAULE – « Les génies « Zar » en Abyssinie » [1934]

Michel LEIRIS – « Zar » [1968]

Michel LEIRIS –  « Le taureau de Seyfou Tchenger » [juin 1933]

Michel LEIRIS – « Le culte des zârs à Gondar (Éthiopie septentrionale) » [juillet et octobre 1934]

Michel LEIRIS – « Un rite médico-magique éthiopien : le jet du danqârâ » [avril 1935]

Michel LEIRIS – « La croyance aux génies zâr en Éthiopie du Nord » [janvier-mars 1938)]

Michel LEIRIS – « Mazmur le clerc » [1974]

Michel LEIRIS – « Vie d’Adanač la possédée »

Michel LEIRIS – « Encens pour Berhânê » [1983]

– Populations non chrétiennes

Deborah LIFCHITZ – « Une peuplade païenne de l’Éthiopie : les Kemant » [28 septembre 1936]

Deborah LIFCHITZ – « Chez les juifs noirs d’Abyssinie (les Falachas) » [19 janvier 1936]

Deborah LIFCHITZ – « Un sacrifice chez les Falacha, juifs abyssins » [juillet-août 1939]

– Ethnozoologie

Marcel GRIAULE – « Coutumes abyssines relatives au lait de vache » [novembre-décembre 1941]

Marcel GRIAULE – « Noms propres d’animaux domestiques (Abyssinie) » [1942]

– Esclavage

Marcel GRIAULE – « L’esclavage en Abyssinie » [1935]

 

7 – Résultats généraux

– Séries d’objets : les poupées

Éric LUTTEN – « Les enfants noirs ont aussi des poupées » [mai 1934]

Éric LUTTEN – « Poupées d’Afrique occidentale (recueillies par la Mission Dakar-Djibouti) » [janvier 1933]

– Bilan scientifique

Marcel GRIAULE – « Mission Dakar-Djibouti » (mai 1931-mai 1932) » [1932]

Marcel GRIAULE –  « Mission Dakar-Djibouti », Rapport général (juin à novembre 1932) [1932]

Marcel GRIAULE –  « Les résultats de la mission Dakar-Djibouti » [avril 1933]

Marcel GRIAULE – « La mission Dakar-Djibouti » [mai 1933]

Marcel GRIAULE – « Introduction méthodologique » [1933]

Marcel GRIAULE – « Comment nous avons étudié les Dogons, peuplade du Sangha » [16 juillet 1933]

Marcel GRIAULE – « La mission Dakar-Djibouti » [décembre 1934]

– Exposition Dakar-Djibouti

Michel LEIRIS – « La jeune ethnographie » [mars 1933]

Michel LEIRIS – « L’exposition de la mission Dakar-Djibouti (1931-1933) » [juillet 1933]

 

ARCHIVES

BIBLIOGRAPHIE GÉNÉRALE

TABLE DES ILLUSTRATIONS

INDEX DES PERSONNES ET DES AUTEURS

REMERCIEMENTS

EXPOSITION « Peintures populaires et modernes, photographies du dernier Empereur », collection privée de Denis Gérard.

« Peintures populaires et modernes, photographies du dernier Empereur »,
Collection privée de Denis GERARD

Sous le haut patronage de Jean-Christophe RUFIN

19 septembre – 04 octobre 2015
Centre Culturel La Pyramide
74460 Marnaz 

« Collectionneur malgré moi »

1975 : j’ai 30 ans et je pars en Éthiopie pour travailler comme agronome dans les basses terres arides de la vallée du Rift. Je vais vivre avec les pasteurs Afar, qui viennent de subir une terrible famine, pour les aider à reprendre pied. L’empereur Hailé Sélassié vit encore, quoique prisonnier dans son palais.

Je remonte de temps en temps à Addis Abeba, la capitale, pour y respirer l’air frais des hauts plateaux et résoudre les inévitables questions administratives. À l’occasion, j’en profite pour visiter des expositions de peinture moderne éthiopienne. J’y fais la connaissance d’artistes dont beaucoup deviennent des amis et m’initient aux arts plastiques.

À mon insu, je deviens collectionneur : en 39 ans je vis toujours en Ethiopie j’achète des dizaines d’œuvres qui m’ont « tapé dans l’œil ».

Dans les années quatre-vingt, je rencontre des artistes éthiopiens âgés qui peignent des motifs traditionnels sur de grandes toiles : scènes guerrières ou de la vie rurale, fêtes religieuses et même politiques, etc.

Un régime militaro-marxiste a alors destitué l’empereur. Seuls quelques peintres officiels sont favorisés, et ces vieux artistes manquent de pigments. Je leur procure des couleurs en poudre que j’achète à Montparnasse, lors de mes vacances en France. Comme ces peintres ont alors perdu leurs acheteurs habituels, ils me proposent leurs œuvres à la vente. D’instinct, j’aime ces tableaux et en achète plus que je ne le veux vraiment. Aujourd’hui, ces peintres ne sont plus, mais leurs œuvres représentent un patrimoine unique encore méconnu.

En 1995, un historien anglais me demande de reproduire des photographies d’archives pour illustrer un livre d’histoire sur l’Ethiopie. Je me passionne alors pour ce travail de collecte de photos anciennes : je côtoie les descendants des grands chefs féodaux et j’accède aux clichés des photographes étrangers de la belle époque (1868-1974). Pour moi, ces photographies expriment l’ambiance du passé et sont de précieux témoignages de l’histoire. Je constitue ainsi une collection impressionnante de photographies d’archives ; celles de l’empereur Hailé Sélassié ont fait l’objet d’une édition.

Dans les années 2000, j’aperçois sur le bord d’une route les sculptures de Desso Hordofa, un sculpteur-paysan autodidacte. Elles sont très fortes. Je lui en achète une quinzaine au fur et à mesure de mes rencontres amicales avec lui.

Sculptures, photos, peintures traditionnelles et modernes : tout sommeille chez moi, en France. Cette collection témoigne de la fin d’un monde millénaire qui s’est éteint avec Hailé Sélassié, et de la douloureuse gestation d’une Ethiopie nouvelle, trois fois plus peuplée, dont l’économie est une des plus dynamiques au monde.

Puisse la mise au jour de ces images étonnantes éveiller en vous l’intérêt pour ce pays si mal connu, longtemps caché, qui vit une mutation sans précédent. La municipalité de Marnaz, en Haute-Savoie, nous offre aujourd’hui cette chance.

Denis GERARD