Archives par mot-clé : nature/société

Soutenance de thèse de Francesco Staro

La soutenance de thèse en anthropologie de Francesco Staro intitulée

Anthropologie politique de la gestion de l’eau en contexte pastoral. Réconfigurations socio-économiques et identitaires
chez les Garri du sud éthiopien entre Etat et ONG.

se tiendra le vendredi 9 décembre à 14 h, à l’Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis, 2 rue de la Liberté 93200 Saint-Denis, en Salle D3.

Le jury sera composé de :

Barbara CASCIARRI, Maître de Conférence en Anthropologie (HDR), Université Paris 8
Ugo FABIETTI, Professeur d’Anthropologie, Università Milano-Bicocca
John GALATY, Professeur d’Anthropologie, McGill University
Jean-Pierre OLIVIER DE SARDAN, Directeur d’études, EHESS Marseille
Bezunesh TAMRU, Professeure de Géographie, Université Paris 8
Mauro VAN AKEN, Maître de Conférence en Anthropologie, Università Milano-Bicocca

La soutenance sera suivie d’un pot auquel vous êtes toutes et tous chaleureusement conviés.

Résumé :

Ce travail analyse les dynamiques de reconfiguration socio-économique et identitaire auprès des groupes pastoraux habitant les régions rurales au sud de l’Éthiopie, à la frontière avec le Kenya. Les formes d’organisation sociale qui règlent l’accès à l’eau sont considérées en tant que principal outil d’analyse pour comprendre les dynamiques socio-culturelles de ces régions, et cela par la mise en exergue des relations, historiques et contemporaines, entre les populations locales, les autorités étatiques et les organisations internationales du développement et de l’aide humanitaire.

Nous analysons les formes d’organisation sociale chez les populations nomades en prêtant une attention particulière aux problématiques d’eau, et plus largement au rapport entre « nature » et « société », dans l’étude de ces groupes. La complexité de l’imbrication sociale de l’eau, ressource dont le caractère naturel et ici mis en question nous porte à focaliser sur d’autres domaines « extra-hydriques » : les processus de construction des identités ethniques dans les régions du sud-est éthiopien ; les enjeux liés aux intérêts de l’État éthiopien visant à incorporer les nomades dans l’ordre politique national ; les stratégies de contrôle du territoire mises en place par les populations locales vis-à-vis de l’État et des opérateurs des organisations internationales. Dans ce cadre, l’intervention d’acteurs internationaux est examinée en prenant en compte l’histoire des relations entre populations locales et ONG — qui se trouve inscrite dans les points d’eau — et en situant les projets de développement dans la perspective dynamique d’une interaction et négociation matérielle et symbolique.