Archives par mot-clé : somalie

ANTIPODES (2012, mars 2016) consacré au Somaliland

ANTIPODES
n° 2012 – mars 2016

Trimestriel publié à Bruxelles par ITECO, Centre de formation au développement et à la solidarité internationale
Ce numéro de 32 pages est consacré au Somaliland.

Sommaire :
– Présentation : Le point d’eau des dromadaires.
– La cause du Somaliland est en quarantaine, par Tito Dupret
– Écarter le Somaliland pour ne pas destabiliser la région… par Robert Wiren
– Le Somaliland dans le cadre africain, dialogue entre Robert Wiren et Tito Dupret
– Le Somaliland devant le droit international.
– La diaspora somalilandaise ne se fait pas d’illusion.
– Brève histoire du khat, le « thé somalien », par Tito Dupret

Les articles sont en ligne :
http://www.iteco.be/antipodes/somaliland-l-etonnant-pays-qui-n-existe-pas/article/ecarter-le-somaliland-pour-ne-pas-destabiliser-la-region

Scan0008

APPEL à COMMUNICATIONS : Histoire et patrimoine dans la Corne

Histoire & patrimoine dans la Corne

ETHIOPIE 1995-1998-nord-068

Journée d’étude ARESAE & INALCO section études éthiopiennes

L’ARESAE, avec l’aide de la section des études éthiopiennes de l’INALCO, organise une journée d’étude sur le thème « Histoire & patrimoine dans la Corne ». Vous pouvez d’ores-et-déjà réserver la date du 11 mars 2016 pour y assister. Entretemps, nous avons le plaisir de vous inviter à proposer une communication; l’appel à communications est ouvert jusqu’au 31 décembre. Vous trouverez les modalités ci-dessous.

 

Appel à communications

Les communications dureront 20 minutes et seront suivies d’une discussion de 10 minutes. Votre proposition de communication sera structurée de la manière suivante : titre de la communication, coordonnées du candidat (NOM, prénom, fonction, rattachement institutionnel, courriel, adresse postale) et un résumé de la communication envisagée (entre 1000 et 1500 signes).

Les propositions de communication sont à envoyer, sous forme de pièce jointe (idéalement PDF) à Serge Dewel (INALCO) :
serge-pierre.dewel@inalco.fr
La date limite de réception des propositions de communication est le 31 décembre 2015. La sélection des communications sera avisée à chaque candidat le 15 janvier.

Résumés et English abstracts seront publiés en ligne sur le site hypotheses.org de l’ARESAE (avec accord de l’auteur). Une publication des actes est prévue.

Lieu : Auditorium, INALCO, 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris
Date : Vendredi 11 mars 2016, de 0900 à 1230 et de 1400 à 1730

 

Problématique

Il s’agit de questionner les liens entre les deux champs -histoire et patrimoine-, mais également de les confronter avec les disciplines qui les recoupent : géographie, ethnologie, sociologie, art, philologie, etc. La transdisciplinarité est au cœur de cette journée d’étude.

 

Matérialité – immatérialité

« De la cathédrale à la petite cuiller » (HEINICH, 2012), le patrimoine se décline selon un polymorphisme infini et dont le cadre strictement matériel a été dépassé depuis longtemps. A l’heure actuelle, des dialectes locaux ou des cuisines régionales sont officiellement reconnues comme patrimoine. Sans vouloir entrer dans la mécanique de surenchère et d’inflation patrimoniale en établissant des listes sans fin, force est, cependant, de reconnaître l’importance prise par le concept et la démarche dans la recherche scientifique.

La définition du patrimoine a évolué dans le temps, et évolue encore, tant son objet vit des mutations successives. Considérer une définition simple pour le mot patrimoine, malgré la riche polysémie du terme, permet de l’ériger en outil de réflexion et de travail pluridisciplinaire. Initialement destiné à désigner ce qui est transmis de père en fils sur plusieurs générations, le mot patrimoine s’est étendu à une conscience collective de propriété commune (BABELON & CHASTEL 1980). Cette collectivisation des biens transmis fonde la notion de patrimoine national, mondial…

Le patrimoine peut être caractérisé par sa nature (culturel, monumental, architectural, intangible, etc.) ou par sa spatialité (mondial, national, régional, local, etc.). Entre matérialité et immatérialité, le paradigme patrimonial s’étend à l’infini. Le patrimoine immatériel a fait l’objet d’une telle reconnaissance, épistémologique et statutaire, que le monumental est littéralement submergé, voire relégué à l’arrière-ban. Cette dimension immatérielle est, par ailleurs, source de nouvelle interprétation et de reformulation du concept de patrimoine (JADE 2006).

 

Perspectives temporelles et spatiales

Le patrimoine -et les chaînes de transmission dont il est produit- se conçoivent selon une perspective chronologique et ou spatiale, qui peuvent se rencontrer dans l’environnement de la géohistoire (BRAUDEL, 1949, 1979 ; GRATALOUP, 1996). Réel ou imaginé, tangible ou intangible, disparu ou ostentatoire, le patrimoine développe une forte valeur référentielle : on s’y rattache individuellement ou collectivement ; il sert de ciment ou de catalyseur dans les constructions identitaires nationales ou régionales.

Le propos tourne autour de l’idée de construction identitaire en se questionnant sur la place du patrimoine dans la construction des individualités ou des communautés.

 

L’espace géographique

De la Corne de l’Afrique à l’IGAD, l’espace est plus ou moins étendu. Quelles que soient les bornes fixées, deux traits demeurent : (1) l’alternance / opposition des hautes et basses terres et (2) le rôle de carrefour du monde. Chère à Fernand Braudel (Méditerranée 1949) ou à Denys Lombard (Java 1990), cette notion de croisement des relations, fondement même de « l’histoire connectée » (SUBRAHMANYAM, 1999), prend toute sa dimension autour du Bab el-Mandeb et de la Corne de l’Afrique : l’espace peut être vu de l’Asie, de l’Afrique et de l’Europe ; en cet espace, les acteurs venus de divers horizons se rencontrent. Ce rôle de carrefour n’a pas disparu avec le temps, sachant que Djibouti voit passer une part importante du commerce mondial devant ses côtes.

Depuis une époque ancienne, la région a été un carrefour culturel et il s’agit, au-delà de la temporalité, d’explorer les champs de connexion entre les espaces où la patrimonialisation procède du métissage et du syncrétisme.

 

Axes de recherche

Les problématiques patrimoniales revêtent le plus souvent un caractère pluridisciplinaire et transversal. A titre d’exemple, voici quelques clefs d’approche, axes de recherche et de réflexion, dans lesquels cette journée d’étude souhaite s’insérer :

  • Les images : patrimoine et images du patrimoine
  • Les routes : circulation des idées, des personnes et des objets ; espaces et flux autour des héritages
  • Archéologie : entre vestiges et patrimoine ; de la matérialité et de son héritage
  • Textes : texte-histoire et histoire de texte ; créations matérielles (dont les arts du livre) et littéraires (œuvres, corpus, sources), diffusions, contenus, supports (de l’ostracon au livre)
  • Patrimonialisations : dynamiques, progressions et histoire du patrimoine (réflexion sur la notion endogène de patrimoine et de ses usages, l’influence exogène sur sa reconnaissance et sa conservation, etc.)
  • Mixité, syncrétisme, fractures et différences : le patrimoine entre symbole et diabole

Ouvrir le PDF : JE Histoire & patrimoine dans la Corne

 

L’illusion du chaos

Vient de paraître. Collection Bibliothèque Peirsec

L’Illusion du chaos. 1995-2000

Annales de Somalie

Marc FONTRIER

1ere couv

Mars 1995. Les Nations Unies mettent fin à l’opération internationale déployée depuis deux ans dans une Somalie en déliquescence. Le territoire de l’ancienne République, atomisé, est abandonné aux ambitions personnelles des chefs de factions et à l’égoïsme des clans. Sur le plan politique émerge l’idée de reconstruire le pays non pas à partir de ses institutions étatiques mais à partir de ses régions, souvent engagées déjà dans une logique d’apaisement. Dans le Nord du pays, le Somaliland qui depuis 1993 a autoproclamé son indépendance montre la voie, suivi un peu plus tard du Puntland qui décrète son autonomie. Dans le Sud et le Centre en revanche, en dépit de conférences de réconciliation manquées, l’exercice est plus compliqué. Les régions existent, bien identifiées, mais les chefs de factions ne parviennent pas à consentir les renoncements nécessaires au rétablissement de la paix.

Cette instabilité n’empêche en rien les affaires, licites ou délictueuses, de s’organiser en un système largement mondialisé qui n’a rien de chaotique.

Sur cette scène qui n’est pas sans rappeler la période ante-coloniale et sur fond de lutte d’influence arabo-éthiopienne, le président de la République de Djibouti organise en 2000 une réunion qui se veut définitive. Bien que mené avec soin, l’exercice ramènera vers un pouvoir plus que virtuel nombre d’anciens du régime déchu mais surtout un fondamentalisme musulman étranger au monde somali.

Marc Fontrier, officier des Troupes de Marine, est docteur en Études africaines de l’Institut national des langues et civilisations orientales où il a étudié l’arabe, l’amharique et le somali. En plus de trente ans, il a effectué de nombreux séjours de longue et de moyenne durée en Afrique subsaharienne, la plupart dans des pays en crise : Éthiopie, Somalie, Djibouti, Sierra Leone, etc. Ses recherches portent en particulier sur l’histoire de la Corne de l’Afrique et sur la polémologie africaine dans le dernier quart du XXe siècle.

46 euros, 490 pages – ISBN : 978-2-343-06408-6

PDF de la couverture ⦿ Chez l’éditeur

1ere couv verso

L'Harmattan
Édition -Diffusion, 5-7, rue de l’École Polytechnique 75005 Paris
Tél. 01 40 46 79 20 (comptoir et renseignement libraires)
Tél. 01 40 46 79 22 (service de presse)

TABLE RONDE – MUSULMANS AU SAHEL : HISTOIRES DE JIHAD

sup-pers_1030_305v-306

Par Alain GASCON

Synthèse de la table ronde du mercredi 3 juin 2015 (9 h-17 h.) à l’ EHESS-IMAF, Paris

• Roger BOTTE, CNRS (IMAF-EHESS) : « Jihad et réduction en esclavage : des jihads du XIXe siècle à Boko Haram et Daech. »
L’expansion fulgurante des VIIe et Xe siècles (AD) a produit le jihad « guerrier ». Le Dar el-Islam a la mission eschatologique de réduire le Dar el-Kufr. Or, la pause puis le reflux de la conquête impose que se réforment les États musulmans afin de reprendre l’expansion. Du XVIIe au XIXe siècle, le Sahel, à la frontière de l’islam a été soumis à une succession de jihad interrompue par les Européens. Boko Haram se soulève, à la fois contre la sécularisation héritée de la colonisation et se situe dans la ligne de ces grands réformateurs armés du Sahel africain.

• Marc-Antoine de MONTCLOS, IFG-Paris-8 : « Myopie historique et mise en récit du « terrorisme » au Sahélistan. »
Il est nécessaire de déconstruire un « récit du Sahel » qui, des médias, déborde dans les travaux académiques. On re-trouve ainsi la volonté de bâtir un État par la violence sur une base sociale large, transcendant les clivages et relié aux autres mouvements. Toutefois, les attentats-suicides relayés par la maîtrise du web ont accentué leur dimension fanatique et criminelle.

• Alain GASCON, IFG- Paris-8 : « De seyyid Maxamed Cabdille Xasan – le « mollah fou » de Somalie – aux Shabaab : rupture ou continuité ? »
Guerrier, poète et chef religieux, Maxamed Cabdille Xasan tint tête aux Britanniques pendant 20 ans. La Somalie in-dépendante en fit un « héros national ». Or, ni les Shabaab, ni le Somaliland, ni Mogadiscio ne briguent son héritage dont se revendique, paradoxalement, la région-État des Somali d’Éthiopie.

• Gérard PRUNIER, CNRS : « Le Mahdisme soudanais, du messianisme à l’institutionnalisation. »
Les héritiers du Mahdi demeurent, depuis plus d’un siècle, des acteurs majeurs de la politique soudanaise, mais leur radicalisme politico-religieux s’est tempéré avec l’exercice du pouvoir. Ils sont concurrencés par des mouvements séparatistes plus ou moins alliés à des réformateurs islamistes.

• Jean-Louis TRIAUD (IMAF) : « Al-Hajj ’Umar au Sénégal et au Mali, un « seigneur de guerre » ? »
Al-Hajj ’Umar a associé appartenance soufique et jihadisme. Issu de grandes familles, membre de la Tidjaniya, il a étudié au Fouta-Djalon d’où il a entrepris la conquête d’un « empire » qui d’étendait du moyen Sénégal à Tombouctou et au Macina. Par delà la colonisation, sa mémoire demeure controversée.

• Francis SIMONIS, MCF-HDR (Aix-Marseille) : « De guerres saintes en guerres saintes : l’empire Peul du Macina. »
La Dina, l’empire Peul du Macina (1818-45) a été détruit par Al-Hajj ’Umar et ses partisans. C’était un État fragile soumis aux razzias des Maures des Touaregs et des Bambaras. Il a marqué la sédentarisation des Peuls qui, jusque là, étaient nomades et aussi l’introduction d’institutions politiques.

• Murray LAST, University College, Londres : « Entre contestation et dissidence : la genèse et le développe-ment des mouvements de réformes islamiques dans le Nord du Nigeria. »
Boko Haram applique les « règles » de la guérilla « asymétrique » face à une armée, formée de recrues du Sud et mi-née par la corruption et l’incurie du commandement. Plutôt que d’affronter les islamistes armés, elles rançonne et terrorise les populations locales déjà soumises aux extorsions de l’administration. Rejoindre les rebelles est souvent une question de survie face à l’armée et l’assurance de revenus réguliers : un jihad rentable ?

• Vincent HIRIBARREN, King’s College, Londres : « Violence et fanatisme ? L’empire du Borno sous le règne de Rabah. »
Défait par les Français en 1900, Rabah, venu du Soudan, avait constitué par une prédation étendue et organisée un empire « mobile » centré sur le Borno. Fondé sur des alliances personnelles, Rabah a laissé le souvenir d’un dictateur cruel et fanatique qui s’est appuyé sur l’islam politique pour constituer son empire.

Crédit photo : Daniel Tiveau, Center for International Forestry Research (CIFOR).