Migrations dans et de la Corne de l’Afrique : langues et parcours (séminaire doctoral)

SEMINAIRE DOCTORAL INALCO-ANR LIMINAL (2) : MIGRATIONS DANS ET DE LA CORNE DE L’AFRIQUE : LANGUES ET PARCOURS

Le 19 février 2018 de 13h30 à 16h30 (salle des plaques, 2 rue de Lille 75007 Paris) – entrée libre

Migrations dans et de la Corne de lAfrique : langues et parcours

 Séance coordonnée par Delombera NEGGA (PLIDAM, Membre de LIMINAL)

Programme : 

13h30 – 14h15 : Les migrations de la Corne de lAfrique : le cas particulier de la migration féminine à destination du monde arabe

avec Bezunesh Tamru, (Pr Université Paris 8, UMR 7075-Ladyss).

Dans cette présentation, il s’agira en premier d’introduire un tour d’horizon des migrations dans la Corne de l’Afrique. Les déplacements des jeunes femmes en particulier éthiopiennes et somaliennes vers Djibouti et le monde arabe seront par la suite exposés en insistant sur leurs modes de réinsertion lors « des retours » dans leurs pays d’origine. En troisième partie, nous discuterons, à partir d’une étude en cours, les cas des migrantes avec une expérience dans le monde arabe et ayant choisi une nouvelle destination européenne.

14h15 – 14h45 : L‘appropriation d‘un langage transfrontalier comme une nécessité de survie : le cas des migrants éthiopiens et érythréens

avec Samson Giorgis (réalisateur, interprète médiateur)

Pour atteindre l’Europe, le Soudan et la Libye sont devenus pour les migrants éthiopiens et érythréens, comme pour tant d’autres ressortissants de l’Afrique subsaharienne, l’axe incontournable de sortie du continent africain. Ce sont aussi de vastes territoires linguistiques (l’arabe soudanais au Soudan, l’arabe du Moyen Orient en Libye) traversées par de nombreuses communautés culturellement différentes, où les uns et les autres devront apprendre à pratiquer un langage commun, transfrontalier, transidentitaire pour se comprendre. Ainsi, naissent des expressions, un vocabulaire particulier, qui peu à peu vont se substituer aux langues d’origine de ces migrants. 

15h00 – 16h00 : Le désert et la mer : le journal dun diacre migrant d’Éthiopie

avec  Alessandro Triulzi (Université de Naples ”L’Orientale” et Archive des Mémoires Migrantes)

Il s’agit de feuillets contenant des notes éparpillées de voyage d’un diacre éthiopien arrivé à Lampedusa en 2007 que des volontaires d’une association locale (Askavusa) ont retrouvé en 2009. Le document en langue amharique à été trouvé dans le cimetière des bateaux à Lampedusa avec des photos, des documents et des lettres de sa famille qui soulèvent beaucoup de questions sur le témoignage du diacre éthiopien et invitent à une réflexion commune. Le journal du diacre est intéressant non seulement comme témoignage historique, mais aussi comme document linguistique et culturel. L’Archive des mémoires migrantes que préside A. Triulzi a travaillé sur une traduction italienne à l’aide d’autres migrants qui avaient suivi le même parcours quelques mois avant. Les conclusions à en tirer sont diverses, éthiques, méthodologiques et interdisciplinaires.

16h00 – 16h30 : Le traducteur et son rôle face aux réfugiés

Avec Joseph Alemu (traducteur assermenté)

A travers un témoignage d’expériences personnelles à la fois de demandeur d’asile et de traducteur, il s’agit de s’interroger sur le rôle du traducteur face à des personnes en détresse.

« Le directeur réfugié éthiopien Dagmawi Yimer en train de filmer le cimetière des bateaux à Lampedusa » A. Triulzi

Présentation des intervenants : 

Joseph Alemu, demandeur d’asile politique dans les années 1980, premier Africain à  participer en 1987 à la Fête des langues de Toulouse et membre actif à ce jour,  fondateur d’une école de langue et culture de son pays d’origine (l’Éthiopie) en 2005, il est élu en 2013 en tant que Bénévole à la Mairie de Toulouse pour présenter les besoins des résidents étrangers aux autorités compétentes. Depuis 2016, il travaille comme traducteur assermenté auprès de la cour d’appel de Toulouse.

Samson Giorgis, éthiopien d’origine, il est venu en France pour des études supérieures. Après une Licence d’Information et Communication à la faculté de Grenoble, il monte à Paris pour faire des études de cinéma à l’Université de Paris I Sorbonne. Suivront des formations techniques en film documentaires, prises de vue.  Et il se consacre au cinéma documentaire pendant une quinzaine d’années : « Le retour de l’Obélisque », 52 mns, 2007 ; « Repenser la peine, l’emprisonnement en Afrique », 34min, 2005 ; « Le travail d’intérêt général en Afrique, une alternative à l’emprisonnement », 55 min, 2002 ; « Polyphonies éthiopiennes – Chants Doko / Chants Harari », 52 min, 2001 ; « Le Djibouto-éthiopien, histoire d’un retour », 52 min, 1994. Depuis une dizaine d’années, il travaille comme interprète-médiateur en milieu social et médical.

Bezunesh Tamru Elle a été Vice-Présidente aux Relations Internationales à l’Université Paris8, directrice du master de géographie et du laboratoire de recherches Ladyss dans la même Université. Elle a également conduit plusieurs programmes de recherches sur Addis-Abeba et les villes éthiopiennes avec l’IRD, et sur Port-au-Prince avec l’Union Européenne.
Publications récentes sur la Corne de l’Afrique : co-coordination du prochain numéro des annales d’Éthiopie « La citadinité dans les villes de la Corne de l’Afrique » ; co-auteure de « Les migrantes de retour dans la Corne de l’Afrique » (Paris 2016),  « Politique régionale ou aménagement du territoire en Éthiopie : vers quelle équité territoriale ? » (Dakar, Montpellier, 2014).

Alessandro Triulzi, historien, africaniste, éthiopisant, a enseigné Histoire de l’Afrique sub-saharienne et coordonné le Doctorat de recherche en ”Africanistica” à l’Université de Naples ”L’Orientale” jusqu’à 2011. Depuis 2012 il dirige l’Archive des Mémoires Migrantes qu’il a fondé avec d’autres chercheurs et volontaires solidaires à Rome. Publications récentes : “Colonia e postcolonia come spazi diasporici (Rome 2011), “Long Journeys. African Migrants on the Road” (Leiden 2013), “Bibbia e Corano a Lampedusa” (Brescia 2014).

POUNT 11 (2017) est paru

Paix & Lait : Hommage à Didier Morin

Didier Morin est mort. Tous les discours seront convenus, inutiles, et surtout incapables d’expliquer et de justifier l’incongruité douloureuse de cette disparition.

Le thème du numéro 11 de notre revue devait être le suivant : Petits meurtres et grands massacres. Il nous a paru nécessaire de l’abandonner et de consacrer cette livraison à lui rendre hommage. Comme le dit un des contributeurs, Didier Morin n’aimait ni les louanges ni les hommages. Il n’aurait en effet jamais toléré de son vivant que des mélanges lui soient dédiés. Mais il n’est plus là pour nous gourmander et nous l’estimions trop pour ne pas nous sentir obligés de passer outre ses aversions, sûrs que nous sommes qu’il aurait fini par rire de notre insoumission au lieu de s’en fâcher.

Après une contribution d’Alain Rouaud qui évoque quelles furent sa « vocation » et sa « carrière » (Un ami, un savant : Didier Morin) et qui comprend la liste de ses travaux, nous avons repris un article peu connu de lui sur le chameau afar qui montre la multiplicité de ses talents (Le chameau afar entre éthique et diététique). Puis, Chehem Watta, Jean-Dominique Pénel et Asli Morin-Galvin disent quel homme il était et quelle fut sa passion pour les langues de la Corne de l’Afrique, pour les femmes et les hommes qui les parlent, et pour leurs cultures.

Après ces pages dont les accents personnels ne sont pas absents, les autres contributeurs à cet hommage présentent un texte, chacun dans sa spécialité, mais qui tous sont consacrés à la Corne de l’Afrique. Franck Mermier et Lukian Prijac ont tenu à maintenir le texte qu’ils avaient préparé pour le numéro 11 primitif dont Didier Morin avait approuvé le thème. Les autres textes concernent la géographie et l’économie de Djibouti et de l’Éthiopie, le jeu de balle afar, la linguistique du somali, la poésie amharique, l’histoire du cinéma dans la Corne, la typologie des bateaux en mer Rouge, les titulatures éthiopiennes, la poésie somalie et l’excision.

Le titre que nous avons retenu pour ce volume, Paix & Lait, est repris de celui d’un des articles. Brefs, clairs et assonancés, ces deux petits mots cristallisent et symbolisent les valeurs et les espoirs des sociétés auxquelles Didier Morin a consacré sa vie. Des photos de la vie pastorale, dues à Bernard Faye, illustrent l’ouvrage.

 

Au sommaire:

 

Alain Rouaud, Un ami, un savant : Didier Morin (1947-2016). Travaux de Didier Morin
Didier Morin, Le chameau afar entre éthique et diététique
Chehem Watta, Didier Morin n’aimait ni louanges ni hommages
Jean-Dominique Pénel, Paix et lait, Livre et vie
Asli Morin-Galvin, Un pélican en Abyssinie.
Amina Saïd ChirÉ, Le transit en République de Djibouti –
Alain Gascon, L’Éthiopie et la Corne de l’Afrique, « hors-sol »
Jean Harambat, Le jeu du Ko‘so, la soule éthiopienne
Abdirachid M. Ismail, Le morphème w- du somali 
Constantin Kaïtéris, Trois poèmes de Menguestou Lemma – 
Franck Mermier, Le meurtre du président Ibrahim Al-Hamdi et de deux Françaises, au Yémen, quarante ans après
Jean-Dominique Pénel, La voie sans disque : le roman (1931) et le film (1933) Lukian Prijac, La mort de Léon Barral, février 1886
Alain Rouaud, La mule et les petits bateaux –
Wolbert G.C. Smidt, The Amharic document on the « nobilitation » of Léonce Lagarde by Menilek II –
William Souny, Sexe, genre et mutilation dans la poésie de Warsan Shire.

275 p., 17 x 24 cm, broché, illustrations n&b, coul.
ISBN : 978-2-9553191-2-3 ; ISSN : 0554-873X ; Bièvres, Les Éthiopisants associés, décembre 2017
1 exemplaire :  27 € (étud. : 21 €) + port (France métro. : + 6 €, ; Europe : + 10 € ; autres : + 15 €)
2 exemplaires : 50 € (étud. : 35 €) + port identique (le port du second exemplaire est offert)
Envoi en nombre : nous consulter ; conditions aux libraires.
Port : nous avons choisi de prendre en charge une partie des augmentations – excessives – des tarifs postaux.
BON DE COMMANDE À RETOURNER À :
Les Éthiopisants associés, 38 rue de Vauboyen, 91570 Bièvres (France)
pount2@yahoo.fr

www.pount.fr
Banque Postale, compte n° : 49 746 20 L 033
(IBAN : FR02 2004 1010 1249 7462 0L03 351 –
BIC : PSSTFRPPSCE)