séminaire Perspectives comparatives sur les droits des peuples autochtones

La prochaine séance du séminaire Perspectives comparatives sur les droits des peuples autochtones qui se tiendra à l’EHESS, 54 boulevard Raspail,
le 8 mars, de 9 à 13:00, en Salle BS1_28

Peuples nomades d’Afrique : expressions politiques, tensions légales et politiques

 

Intervenants :

Mahalia Lassibille (Maître de conférences, Paris 8) : « L’Assemblée générale des Peuls WoDaaBe du Niger : entre pastoralisme nomade, danses et stratégies autochtones »

Les Peuls WoDaaBe rencontrent des difficultés écologiques, économiques et sociales grandissantes au Niger. De plus, ils sont peu représentés dans les structures officielles et estiment ne pas être entendus par les autorités. Ainsi, depuis 2004, le collectif Djingo, qui rassemble les associations woDaaBe, organise « l’Assemblée Générale des Peuls WoDaaBe du Niger » pour se rassembler, porter leurs revendications et obtenir des aides. A partir des terrains que j’ai menés, il s’agira d’analyser les principales dynamiques de cette Assemblée et de voir en particulier en quoi la danse en forme un pivot. Par cette étude ethnographique, nous envisagerons les liens entre « scène politique » et stratégies autochtones, stratégies fondées sur la force du réseau.

Ced Hesse (Chercheur principal sur les zones arides, Groupe sur les changements climatiques – Institut international pour l’environnement et le développement, UK) : «Sécurisation du patrimoine pastoral au Nord Kenya : le cas du ‘Waso rangelands’ »

La communication présentera une expérience de sécurisation du patrimoine pastoral par les institutions coutumières (dedha) et la collectivité locale de Isiolo County, au nord du Kenya. Cette initiative se déroule dans le contexte d’un meilleur cadre politique et institutionnel national, ouvert par la nouvelle Constitution de 2013, la décentralisation, les réformes politiques et les lois foncières. En exposant les opportunités qu’offre la Constitution ainsi que les réformes politiques et institutionnelles pour sécuriser les droits des pastoralistes au Kenya, nous évoquerons les défis des réalisations sur le terrain et l’expérience d’un programme d’action-recherche qui accompagne le processus.

Jean Baptiste Eczet (postdoctorant au LAIOS/EHESS) : « Ce qui gêne l’État dans le pastoralisme. La « civilisation » contre la transhumance dans le Sud-ouest éthiopien »

La notion de « civilisation » est au cœur des politiques de développement de l’État éthiopien. Les sociétés pastorales, perçues comme à civiliser recourent à des usages du sol prenant à rebours les conceptions de la bonne édification nationale. Leurs défenseurs tentent de montrer à quel point, au contraire, le pastoralisme est une activité adaptée à l’environnement de l’Afrique orientale. Avec des arguments opposés, c’est pourtant la même notion du pastoralisme qui sert de cadre à l’analyse. Après une présentation des enjeux de ces différents acteurs, pourfendeurs et défenseurs des sociétés pastorales, nous proposerons quelques décalages pour penser le pastoralisme autrement. Il y sera question d’économie des relations et de cueillette.

Tadjoura moderne, la cité ignorée : XVIe-XIXe siècle. Etude diachronique d’un site urbano-portuaire oublié

Conférence par Florian FONTRIER

Jeudi 15 février à 18:00 – Musée du Quai Branly

Entre l’actuel Port-Soudan et Berbera, Tadjoura demeure la seule ville-port sur laquelle aucune donnée ne semble nous être parvenue, tant en termes de dates que de récit construit. Ainsi, se fondant sur les travaux initiés par Didier Morin sur les sources orales et écrites, sur une analyse de l’histoire sous-continentale et sur une observation fine de l’environnement côtier, nous proposons de poser les premiers jalons d’une étude diachronique du site depuis ses origines urbaines jusqu’à l’arrivée des Occidentaux au XIXe siècle.

conference février-mail

Contact

 

Assemblée générale de l’ARESAE

Association française pour le développement de la recherche scientifique en Afrique de l’Est

ARESÆ

 

L’Assemblée générale annuelle de l’ARESÆ pour l’année 2017 se tiendra le jeudi 1er mars 2018
Pôle des langues et civilisations (INALCO), 65 rue des Grands moulins 75013 Paris – Local 3.11 à partir de 16 heures

 

ORDRE DU JOUR

Approbation du procès-verbal de la précédente assemblée générale
Rapport moral du Président
Rapport du Secrétaire général
Rapport du Trésorier
Perspectives à l’horizon 2018

Seront admis à voter les membres présents ou représentés, à jour de leur cotisation pour l’année 2017. Toutes les personnes sympathisantes ou intéressées par les activités de l’Association sont cordialement invitées à se joindre à la réunion.

Le Secrétaire général
Serge DEWEL

 

L’Assemblée sera suivie, à 18 heures, de la présentation par son auteur, Boris Adjemian, du livre La fanfare du négus. Les Arméniens en Éthiopie (XIXe-XXe siècles)

 

 

Convocation AG 2017[2018]