séminaire Perspectives comparatives sur les droits des peuples autochtones

La prochaine séance du séminaire Perspectives comparatives sur les droits des peuples autochtones qui se tiendra à l’EHESS, 54 boulevard Raspail,
le 8 mars, de 9 à 13:00, en Salle BS1_28

Peuples nomades d’Afrique : expressions politiques, tensions légales et politiques

 

Intervenants :

Mahalia Lassibille (Maître de conférences, Paris 8) : « L’Assemblée générale des Peuls WoDaaBe du Niger : entre pastoralisme nomade, danses et stratégies autochtones »

Les Peuls WoDaaBe rencontrent des difficultés écologiques, économiques et sociales grandissantes au Niger. De plus, ils sont peu représentés dans les structures officielles et estiment ne pas être entendus par les autorités. Ainsi, depuis 2004, le collectif Djingo, qui rassemble les associations woDaaBe, organise « l’Assemblée Générale des Peuls WoDaaBe du Niger » pour se rassembler, porter leurs revendications et obtenir des aides. A partir des terrains que j’ai menés, il s’agira d’analyser les principales dynamiques de cette Assemblée et de voir en particulier en quoi la danse en forme un pivot. Par cette étude ethnographique, nous envisagerons les liens entre « scène politique » et stratégies autochtones, stratégies fondées sur la force du réseau.

Ced Hesse (Chercheur principal sur les zones arides, Groupe sur les changements climatiques – Institut international pour l’environnement et le développement, UK) : «Sécurisation du patrimoine pastoral au Nord Kenya : le cas du ‘Waso rangelands’ »

La communication présentera une expérience de sécurisation du patrimoine pastoral par les institutions coutumières (dedha) et la collectivité locale de Isiolo County, au nord du Kenya. Cette initiative se déroule dans le contexte d’un meilleur cadre politique et institutionnel national, ouvert par la nouvelle Constitution de 2013, la décentralisation, les réformes politiques et les lois foncières. En exposant les opportunités qu’offre la Constitution ainsi que les réformes politiques et institutionnelles pour sécuriser les droits des pastoralistes au Kenya, nous évoquerons les défis des réalisations sur le terrain et l’expérience d’un programme d’action-recherche qui accompagne le processus.

Jean Baptiste Eczet (postdoctorant au LAIOS/EHESS) : « Ce qui gêne l’État dans le pastoralisme. La « civilisation » contre la transhumance dans le Sud-ouest éthiopien »

La notion de « civilisation » est au cœur des politiques de développement de l’État éthiopien. Les sociétés pastorales, perçues comme à civiliser recourent à des usages du sol prenant à rebours les conceptions de la bonne édification nationale. Leurs défenseurs tentent de montrer à quel point, au contraire, le pastoralisme est une activité adaptée à l’environnement de l’Afrique orientale. Avec des arguments opposés, c’est pourtant la même notion du pastoralisme qui sert de cadre à l’analyse. Après une présentation des enjeux de ces différents acteurs, pourfendeurs et défenseurs des sociétés pastorales, nous proposerons quelques décalages pour penser le pastoralisme autrement. Il y sera question d’économie des relations et de cueillette.

Tadjoura moderne, la cité ignorée : XVIe-XIXe siècle. Etude diachronique d’un site urbano-portuaire oublié

Conférence par Florian FONTRIER

Jeudi 15 février à 18:00 – Musée du Quai Branly

Entre l’actuel Port-Soudan et Berbera, Tadjoura demeure la seule ville-port sur laquelle aucune donnée ne semble nous être parvenue, tant en termes de dates que de récit construit. Ainsi, se fondant sur les travaux initiés par Didier Morin sur les sources orales et écrites, sur une analyse de l’histoire sous-continentale et sur une observation fine de l’environnement côtier, nous proposons de poser les premiers jalons d’une étude diachronique du site depuis ses origines urbaines jusqu’à l’arrivée des Occidentaux au XIXe siècle.

conference février-mail

Contact

 

Assemblée générale de l’ARESAE

Association française pour le développement de la recherche scientifique en Afrique de l’Est

ARESÆ

 

L’Assemblée générale annuelle de l’ARESÆ pour l’année 2017 se tiendra le jeudi 1er mars 2018
Pôle des langues et civilisations (INALCO), 65 rue des Grands moulins 75013 Paris – Local 3.11 à partir de 16 heures

 

ORDRE DU JOUR

Approbation du procès-verbal de la précédente assemblée générale
Rapport moral du Président
Rapport du Secrétaire général
Rapport du Trésorier
Perspectives à l’horizon 2018

Seront admis à voter les membres présents ou représentés, à jour de leur cotisation pour l’année 2017. Toutes les personnes sympathisantes ou intéressées par les activités de l’Association sont cordialement invitées à se joindre à la réunion.

Le Secrétaire général
Serge DEWEL

 

L’Assemblée sera suivie, à 18 heures, de la présentation par son auteur, Boris Adjemian, du livre La fanfare du négus. Les Arméniens en Éthiopie (XIXe-XXe siècles)

 

 

Convocation AG 2017[2018]

Migrations dans et de la Corne de l’Afrique : langues et parcours (séminaire doctoral)

SEMINAIRE DOCTORAL INALCO-ANR LIMINAL (2) : MIGRATIONS DANS ET DE LA CORNE DE L’AFRIQUE : LANGUES ET PARCOURS

Le 19 février 2018 de 13h30 à 16h30 (salle des plaques, 2 rue de Lille 75007 Paris) – entrée libre

Migrations dans et de la Corne de lAfrique : langues et parcours

 Séance coordonnée par Delombera NEGGA (PLIDAM, Membre de LIMINAL)

Programme : 

13h30 – 14h15 : Les migrations de la Corne de lAfrique : le cas particulier de la migration féminine à destination du monde arabe

avec Bezunesh Tamru, (Pr Université Paris 8, UMR 7075-Ladyss).

Dans cette présentation, il s’agira en premier d’introduire un tour d’horizon des migrations dans la Corne de l’Afrique. Les déplacements des jeunes femmes en particulier éthiopiennes et somaliennes vers Djibouti et le monde arabe seront par la suite exposés en insistant sur leurs modes de réinsertion lors « des retours » dans leurs pays d’origine. En troisième partie, nous discuterons, à partir d’une étude en cours, les cas des migrantes avec une expérience dans le monde arabe et ayant choisi une nouvelle destination européenne.

14h15 – 14h45 : L‘appropriation d‘un langage transfrontalier comme une nécessité de survie : le cas des migrants éthiopiens et érythréens

avec Samson Giorgis (réalisateur, interprète médiateur)

Pour atteindre l’Europe, le Soudan et la Libye sont devenus pour les migrants éthiopiens et érythréens, comme pour tant d’autres ressortissants de l’Afrique subsaharienne, l’axe incontournable de sortie du continent africain. Ce sont aussi de vastes territoires linguistiques (l’arabe soudanais au Soudan, l’arabe du Moyen Orient en Libye) traversées par de nombreuses communautés culturellement différentes, où les uns et les autres devront apprendre à pratiquer un langage commun, transfrontalier, transidentitaire pour se comprendre. Ainsi, naissent des expressions, un vocabulaire particulier, qui peu à peu vont se substituer aux langues d’origine de ces migrants. 

15h00 – 16h00 : Le désert et la mer : le journal dun diacre migrant d’Éthiopie

avec  Alessandro Triulzi (Université de Naples ”L’Orientale” et Archive des Mémoires Migrantes)

Il s’agit de feuillets contenant des notes éparpillées de voyage d’un diacre éthiopien arrivé à Lampedusa en 2007 que des volontaires d’une association locale (Askavusa) ont retrouvé en 2009. Le document en langue amharique à été trouvé dans le cimetière des bateaux à Lampedusa avec des photos, des documents et des lettres de sa famille qui soulèvent beaucoup de questions sur le témoignage du diacre éthiopien et invitent à une réflexion commune. Le journal du diacre est intéressant non seulement comme témoignage historique, mais aussi comme document linguistique et culturel. L’Archive des mémoires migrantes que préside A. Triulzi a travaillé sur une traduction italienne à l’aide d’autres migrants qui avaient suivi le même parcours quelques mois avant. Les conclusions à en tirer sont diverses, éthiques, méthodologiques et interdisciplinaires.

16h00 – 16h30 : Le traducteur et son rôle face aux réfugiés

Avec Joseph Alemu (traducteur assermenté)

A travers un témoignage d’expériences personnelles à la fois de demandeur d’asile et de traducteur, il s’agit de s’interroger sur le rôle du traducteur face à des personnes en détresse.

« Le directeur réfugié éthiopien Dagmawi Yimer en train de filmer le cimetière des bateaux à Lampedusa » A. Triulzi

Présentation des intervenants : 

Joseph Alemu, demandeur d’asile politique dans les années 1980, premier Africain à  participer en 1987 à la Fête des langues de Toulouse et membre actif à ce jour,  fondateur d’une école de langue et culture de son pays d’origine (l’Éthiopie) en 2005, il est élu en 2013 en tant que Bénévole à la Mairie de Toulouse pour présenter les besoins des résidents étrangers aux autorités compétentes. Depuis 2016, il travaille comme traducteur assermenté auprès de la cour d’appel de Toulouse.

Samson Giorgis, éthiopien d’origine, il est venu en France pour des études supérieures. Après une Licence d’Information et Communication à la faculté de Grenoble, il monte à Paris pour faire des études de cinéma à l’Université de Paris I Sorbonne. Suivront des formations techniques en film documentaires, prises de vue.  Et il se consacre au cinéma documentaire pendant une quinzaine d’années : « Le retour de l’Obélisque », 52 mns, 2007 ; « Repenser la peine, l’emprisonnement en Afrique », 34min, 2005 ; « Le travail d’intérêt général en Afrique, une alternative à l’emprisonnement », 55 min, 2002 ; « Polyphonies éthiopiennes – Chants Doko / Chants Harari », 52 min, 2001 ; « Le Djibouto-éthiopien, histoire d’un retour », 52 min, 1994. Depuis une dizaine d’années, il travaille comme interprète-médiateur en milieu social et médical.

Bezunesh Tamru Elle a été Vice-Présidente aux Relations Internationales à l’Université Paris8, directrice du master de géographie et du laboratoire de recherches Ladyss dans la même Université. Elle a également conduit plusieurs programmes de recherches sur Addis-Abeba et les villes éthiopiennes avec l’IRD, et sur Port-au-Prince avec l’Union Européenne.
Publications récentes sur la Corne de l’Afrique : co-coordination du prochain numéro des annales d’Éthiopie « La citadinité dans les villes de la Corne de l’Afrique » ; co-auteure de « Les migrantes de retour dans la Corne de l’Afrique » (Paris 2016),  « Politique régionale ou aménagement du territoire en Éthiopie : vers quelle équité territoriale ? » (Dakar, Montpellier, 2014).

Alessandro Triulzi, historien, africaniste, éthiopisant, a enseigné Histoire de l’Afrique sub-saharienne et coordonné le Doctorat de recherche en ”Africanistica” à l’Université de Naples ”L’Orientale” jusqu’à 2011. Depuis 2012 il dirige l’Archive des Mémoires Migrantes qu’il a fondé avec d’autres chercheurs et volontaires solidaires à Rome. Publications récentes : “Colonia e postcolonia come spazi diasporici (Rome 2011), “Long Journeys. African Migrants on the Road” (Leiden 2013), “Bibbia e Corano a Lampedusa” (Brescia 2014).

POUNT 11 (2017) est paru

Paix & Lait : Hommage à Didier Morin

Didier Morin est mort. Tous les discours seront convenus, inutiles, et surtout incapables d’expliquer et de justifier l’incongruité douloureuse de cette disparition.

Le thème du numéro 11 de notre revue devait être le suivant : Petits meurtres et grands massacres. Il nous a paru nécessaire de l’abandonner et de consacrer cette livraison à lui rendre hommage. Comme le dit un des contributeurs, Didier Morin n’aimait ni les louanges ni les hommages. Il n’aurait en effet jamais toléré de son vivant que des mélanges lui soient dédiés. Mais il n’est plus là pour nous gourmander et nous l’estimions trop pour ne pas nous sentir obligés de passer outre ses aversions, sûrs que nous sommes qu’il aurait fini par rire de notre insoumission au lieu de s’en fâcher.

Après une contribution d’Alain Rouaud qui évoque quelles furent sa « vocation » et sa « carrière » (Un ami, un savant : Didier Morin) et qui comprend la liste de ses travaux, nous avons repris un article peu connu de lui sur le chameau afar qui montre la multiplicité de ses talents (Le chameau afar entre éthique et diététique). Puis, Chehem Watta, Jean-Dominique Pénel et Asli Morin-Galvin disent quel homme il était et quelle fut sa passion pour les langues de la Corne de l’Afrique, pour les femmes et les hommes qui les parlent, et pour leurs cultures.

Après ces pages dont les accents personnels ne sont pas absents, les autres contributeurs à cet hommage présentent un texte, chacun dans sa spécialité, mais qui tous sont consacrés à la Corne de l’Afrique. Franck Mermier et Lukian Prijac ont tenu à maintenir le texte qu’ils avaient préparé pour le numéro 11 primitif dont Didier Morin avait approuvé le thème. Les autres textes concernent la géographie et l’économie de Djibouti et de l’Éthiopie, le jeu de balle afar, la linguistique du somali, la poésie amharique, l’histoire du cinéma dans la Corne, la typologie des bateaux en mer Rouge, les titulatures éthiopiennes, la poésie somalie et l’excision.

Le titre que nous avons retenu pour ce volume, Paix & Lait, est repris de celui d’un des articles. Brefs, clairs et assonancés, ces deux petits mots cristallisent et symbolisent les valeurs et les espoirs des sociétés auxquelles Didier Morin a consacré sa vie. Des photos de la vie pastorale, dues à Bernard Faye, illustrent l’ouvrage.

 

Au sommaire:

 

Alain Rouaud, Un ami, un savant : Didier Morin (1947-2016). Travaux de Didier Morin
Didier Morin, Le chameau afar entre éthique et diététique
Chehem Watta, Didier Morin n’aimait ni louanges ni hommages
Jean-Dominique Pénel, Paix et lait, Livre et vie
Asli Morin-Galvin, Un pélican en Abyssinie.
Amina Saïd ChirÉ, Le transit en République de Djibouti –
Alain Gascon, L’Éthiopie et la Corne de l’Afrique, « hors-sol »
Jean Harambat, Le jeu du Ko‘so, la soule éthiopienne
Abdirachid M. Ismail, Le morphème w- du somali 
Constantin Kaïtéris, Trois poèmes de Menguestou Lemma – 
Franck Mermier, Le meurtre du président Ibrahim Al-Hamdi et de deux Françaises, au Yémen, quarante ans après
Jean-Dominique Pénel, La voie sans disque : le roman (1931) et le film (1933) Lukian Prijac, La mort de Léon Barral, février 1886
Alain Rouaud, La mule et les petits bateaux –
Wolbert G.C. Smidt, The Amharic document on the « nobilitation » of Léonce Lagarde by Menilek II –
William Souny, Sexe, genre et mutilation dans la poésie de Warsan Shire.

275 p., 17 x 24 cm, broché, illustrations n&b, coul.
ISBN : 978-2-9553191-2-3 ; ISSN : 0554-873X ; Bièvres, Les Éthiopisants associés, décembre 2017
1 exemplaire :  27 € (étud. : 21 €) + port (France métro. : + 6 €, ; Europe : + 10 € ; autres : + 15 €)
2 exemplaires : 50 € (étud. : 35 €) + port identique (le port du second exemplaire est offert)
Envoi en nombre : nous consulter ; conditions aux libraires.
Port : nous avons choisi de prendre en charge une partie des augmentations – excessives – des tarifs postaux.
BON DE COMMANDE À RETOURNER À :
Les Éthiopisants associés, 38 rue de Vauboyen, 91570 Bièvres (France)
pount2@yahoo.fr

www.pount.fr
Banque Postale, compte n° : 49 746 20 L 033
(IBAN : FR02 2004 1010 1249 7462 0L03 351 –
BIC : PSSTFRPPSCE)

 

Addis Abäba (Ethiopie) 1886-1966. Construction d’une nouvelle capitale pour une ancienne nation souveraine

Trop modeste pour l’annoncer lui-même et moi-même empêché de le faire car j’étais à Obock sans accès du tout à l’Internet, Serge Dewel, Sécrétaire général de l’ARESAE et co-rédacteur de ce blog avec moi, vient de soutenir brillamment sa thèse le vendredi 24 novembre 2017 avec félicitations et proposition pour la meilleure thèse de l’INALCO.

L’ARESAE le félicite cordialement et est heureuse d’accueillir un nouveau docteur au sein de son bureau.

Photographie : Alfred Ilg, ©Völkerkundemuseum VMZ_346_22_048

 

Soutenance de thèse

“Exercices et constructions du pouvoir aux marges de la cité : la participation des femmes à la lutte contre le VIH/sida en Éthiopie, entre marginalité et mobilité sociale”

 
par Carolina De Rosis
sous la direction de Jean-Pierre Dozon
 
Le mercredi 18 octobre à 14h, à l’EHESS, salle A07_51, 54 bd Raspail, 75006 Paris
 
Jury :
Laetitia Atlani-Duault, DR IRD – prérapporteur
Jean-Pierre Dozon, DE EHESS
Eloi Ficquet, MC EHESS
Sandrine Musso, MC Université Aix-Marseille
Laurent Vidal, DR IRD – prérapporteur
 

 

 
Une épidémie généralisée de VIH/sida est attestée en Éthiopie dès le début des années 1990. Répartie de façon très hétérogène d’une région à l’autre du pays, l’épidémie est restée essentiellement concentrée dans les villes où le taux de séroprévalence est à son maximum parmi les jeunes femmes adultes. Diverses formes de privation économique et sociale se produisent au sein de la population urbaine et plus particulièrement parmi les femmes en lien avec une mobilité géographique interne à dominante féminine et une instabilité conjugale très marquée. En s’appuyant sur les données recueillies au cours d’enquêtes ethnographiques réalisées en Éthiopie entre 2007 et 2010, cette thèse se propose d’étudier l’impact que les politiques d’accès aux médicaments contre le VIH/sida (ARV) ont eu sur la représentation sociale de la pauvreté féminine dans la société éthiopienne tant par le développement de diverses formes de solidarité parmi des citoyens les plus marginalisés que par la facilitation de leur accès à diverses ressources matérielles et symboliques. Mises en place grâce au développement de partenariats du gouvernement éthiopien avec des organisations d’aide multilatérale, des pays engagés dans la coopération bilatérale, et des instances globales de la santé, ces politiques d’accès aux soins se sont de fait progressivement inscrites à différents titres dans le champ de la lutte contre la pauvreté. Elles ont plus particulièrement facilité la prise en charge globale de femmes séropositives au sein de la population considérée pauvre sur la base de leur condition médicale alors que le ciblage de cette population est imparfaitement atteint par les politiques de réduction de la pauvreté. Dès lors des femmes malades socialement marginalisées ont pu accéder à de nouvelles expériences de citoyenneté en lien avec diverses formes de mobilité sociale engendrées par leur participation en tant qu’actrices profanes au fonctionnement des dispositifs sociosanitaires dévolus à l’endiguement de cette épidémie.
 
 
 
La soutenance sera suivie d’un pot auquel vous êtes chaleureusement conviés. Afin de l’organiser au mieux vous voudrez bien confirmer votre présence à Carolina.

Autour de la Notice sur l’Ogadine d’Arthur Rimbaud

Orients d’Afrique et l’Association pour la recherche scientifique et les études en l’Afrique de l’Est (ARESAE) ont le plaisir de vous faire part de la publication de :

Autour de la Notice sur l’Ogadine d’Arthur Rimbaud

de Marc Fontrier

L’auteur, au terme d’un livre de 200 pages abondamment illustré (18 cartes et croquis et 30 photos), recontextualise, commente et explique le bref document de dix pages connu depuis moins de 10 ans dans son intégralité et qui constitue l’un des deux seuls documents à caractère scientifique rédigés par le poète.

L’ouvrage, édité par Sépia à frais d’auteur et à tirage limité, peut être commandé auprès de Orients d’Afrique à l’adresse suivante :

Orients d’Afrique c/o Florian Fontrier

86, avenue du Docteur Arnold Netter

75012 Paris

OrientsAfrique@gmail.com

Au prix de 25 €, frais de port (4,80€) non compris

Nage Icare – Exposition de Hassan Musa

Suzanne et les vieillards I – Encre sur textile – 253 x 288 cm – 2006 ©Rebecca Fanuele

HASSAN MUSA
NAGE ICARE
VERNISSAGE SAMEDI 2 SEPTEMBRE

Galerie Maïa Muller – Paris
02.09.17 – 07.10.17

A l’occasion de cette exposition, le livre  » Hassan Musa  » collection
artistes en résonances sera publié par les éditions du Jasmin.

[TEXTE EXPOSITION] Hassan Musa – Nage Icare /// Galerie Maïa Muller, Paris

http://hassanmusa.com/

in memoriam Bernard Lortic

L’ARESAE salue la mémoire de Bernard Lortic, ingénieur et géographe à l’IRD, qui a travaillé aux projets d’urbanisme de la municipalité d’Addis Abäba, avec l’Université de Lyon et l’IRD. Excellent cartographe, il était un spécialiste de la géomatique et des SIG. Bernard Lortic a aidé de nombreux chercheurs qui ont soutenu une thèse sur Addis Abäba. De retour en France, il a suivi les cours d’amharique à l’INALCO.

Traitements numériques et lectures critiques de cartes historiques: matériaux éthiopiens

Traitements numériques et lectures critiques de cartes historiques: matériaux éthiopiens
Digital processing and critical reading of historical maps: Ethiopian materials

Journée d’étude organisée dans le cadre du projet « ETHIOMAP: Exploring Modern Historical Maps of the Horn of Africa »
EHESS-CéSor, FZG-Universität Erfurt, CFEE, ANR, DFG.
23 mai 2017 de 10:00 à 18:30
BULAC (salle RJ 24, rez-de-jardin, 65 rue des Grands Moulins – 75013)

Présentation
Conçu depuis l’Antiquité comme un territoire des confins, selon une représentation du monde centrée sur la Méditerranée, l’Ethiopie a longtemps été une « limite mobilisatrice » pour le développement de la cartographie, relancée à la Renaissance par la découverte de la finitude du monde. Pour les Européens, la quête des sources du Nil motiva des explorations risquées dont les principaux résultats étaient matérialisés et diffusés par des cartes imprimées. Si le jésuite espagnol Pedro Paez fut le premier Européen à avoir observé en 1618 les zones humides qui nourrissent l’amont du Nil bleu, l’Ecossais James Bruce et son assistant italien Luigi Balugani s’y rendirent en 1770 avec des instruments de mesure, inaugurant la première capture de cette région dans les rets de la description trigonométrique du globe. D’autres explorateurs suivront, poussant plus loin les frontières de la connaissance, avec des instruments plus sophistiqués, des armes plus puissantes, des attitudes plus arrogantes, affirmant par la capture cartographique de l’image d’un territoire la capacité à le contrôler. Exercés par la théologie chrétienne à manipuler des outils conceptuels à échelle globale, les interlocuteurs éthiopiens des cartographes ont compris les risques d’assujettissement qui pouvaient se jouer dans ces techniques nouvelles de représentation, et ils ont cherché à s’en saisir pour faire reconnaître leur souveraineté.

Ce sont les divers aspects de l’application des techniques de la cartographie moderne à l’Éthiopie et ses territoires environnants qui font l’objet du projet franco-allemand « ETHIOMAP: Exploring Modern Historical Maps of the Horn of Africa », financé par l’Agence nationale de la recherche (ANR) et la Fondation allemande pour la recherche (DFG), coordonné par Eloi Ficquet (EHESS-CéSor) et Wolbert Smidt (Mekelle University; Forschungszentrum Gotha der Universität Erfurt). Relevant des humanités numériques, le projet propose la consultation en ligne d’une sélection des cartes qui illustrent soit des avancées scientifiques, soit des tournants politiques significatifs pour la compréhension des dynamiques territoriales. A travers une base de données, spécifiquement développée pour le projet, chaque carte est indexée, en répertoriant toutes les informations topographiques, en comparant leurs occurrences et leurs transcriptions d’une carte à l’autre. Cet outil d’analyse n’est pas une fin en soi, mais il doit permettre une lecture critique des cartes, des savoirs qu’elles ont transcrits, entre savoirs géographiques locaux et données mesurées scientifiquement.

Cette journée d’étude propose d’exposer les premiers résultats de ce programme et de les mettre en discussion avec d’autres travaux et questionnements qui sortent du cadre de l’Ethiopie.

NB1: le site du projet est consultable à l’adresse : ethiomap.huma-num.fr
NB2: Afin de pouvoir accéder à la salle, il est recommandé de s’inscrire au préalable en passant par ce lien https://www.eventbrite.fr/e/billets-journee-ethiomap-34609411682

Programme
Matinée sur les techniques informatiques d’indexation et d’analyse de corpus cartographiques.
– 10h00 : Accueil et introduction (Eloi Ficquet, Wolbert Smidt)
– 10h30 : Présentation du site Ethiomap (Simon Imbert-Vier, Eloi Ficquet, Stéphane Ancel).
– 11h00 : Présentation de la plateforme « Oronce Fine: Semantic-enabled platform for the publication, integration and exploration of geo-historical resources » (Nicolas Verdier, Eric Mermet et Carmen Brando, EHESS).
– 11h30 : Presentation of the project « C.W. Schimper in Abyssinia » (Stephan Hanss, University of Cambridge).
Après-midi sur l’analyse de cartes comme sources historiques.

Discutantes: Morgane Labbé, EHESS; Hélène Blais, ENS
– 14h30: Présentation de différents aspects de la carte générale de l’Afrique par Hermann Habenicht (1891):
1. Map-making methods at the Justus Perthes Geographic Institute in Gotha (Iris Schroeder, Forschungszentrum Gotha der Universität Erfurt; Petra Weigel, Universität Erfurt, Forschungsbibliothek Gotha, Sammlung Perthes).
2. Territories of the Horn of Africa as understood in Habenicht’s map (Wolbert Smidt; Haile Muluken, Mekelle University).
3. Commentaires sur des détails frappants révélés par l’analyse minutieuse de la carte Habenicht et son indexation (Stéphane Ancel, Eloi Ficquet)

– 16h00: Pause
– 16h30: Présentation des cartes géodésiques d’Antoine d’Abbadie (1860) (Eloi Ficquet).
– 17h00: Présentation de la carte amharique de Kh. Papazian (1923) (Eloi Ficquet, Stéphane Ancel)
– 17h30: Discussion, ouverture de perspectives (Morgane Labbé, EHESS; Hélène Blais, ENS)

Partenaires du projet:
Centre d’études en sciences sociales du religieux (CéSor), Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), Centre national de la recherche scientifique (CNRS);
Forschungszentrum Gotha (FZG) der Universität Erfurt;
Centre français des études éthiopiennes (CFEE), CNRS, Ministère des Affaires étrangères et du Développement international (MAEDI);
Agence Nationale de la Recherche (ANR);
Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG).

Hailé Gerima au Jeu de Paume 4-25 avril

Hailé Gerima est né en 1946 à Gondar, au nord de l’Éthiopie. Il grandit sous l’influence des contes et récits de sa mère, institutrice, et de sa grand-mère ainsi que sous celle de son père, écrivain et metteur en scène de théâtre, ancien résistant au colonialisme italien. Après un bref passage au Creative Art Center de l’université Haïlé Sélassié, il quitte l’Éthiopie pour les États-Unis, en 1968, pour suivre les cours de comédie de la Goodman School of Drama de Chicago. Il dira y avoir fait pour la première fois l’expérience du racisme et s’y être confronté à la marginalisation des Noirs et des minorités. Cette prise de conscience l’incite en 1969 à quitter Chicago pour Los Angeles. En ces années du mouvement pour les droits civiques, de contestation anticapitaliste et du Black Power, Gerima entre à la Theater, Film and Television School de l’Université de Californie du Sud (UCLA), où les enseignants Elyseo J. Taylor puis Teshome Gabriel mènent un cursus de cinéma spécifique à l’expression des « minorités ». Hailé Gerima y travaille avec ceux qui comme lui participeront à l’émergence du cinéma afro-américain indépendant, plus tard appelés Los Angeles School of Black Filmmakers ou L.A. Rebellion, dont font notamment partie Charles Burnett, Larry Clack, Billy Woodberry, Julie Dash et Ben Caldwell. Le cursus inclut la vision de films du Troisième Cinéma latino-américain et du cinéma moderne africain et européen. Gerima réalise à UCLA deux courts-métrages, puis son premier long-métrage et film de diplôme Bush Mama, ainsi que La Récolte de 3000 ans, qui lui valent sa première reconnaissance internationale. Ces années que Gerima qualifie d’expérience « politique, démocratique, multiculturelle et multiraciale » sont celles du rejet du système hollywoodien et de ses stéréotypes narratifs, et du choix d’une radicale indépendance. Gerima s’installe à Washington en 1975 pour enseigner le cinéma à la Howard University, la grande université noire de la ville. Outre ses documentaires, il y développe Centres et Braises (1982), qui ne trouvera aucun distributeur aux États-Unis. Il crée alors avec sa femme, la cinéaste Sirikiana Aina, la société de distribution Mypheduh Films dédiée au cinéma noir indépendant, puis la structure de production Negodgwad Productions. L’ambitieux Sankofa peine à trouver des financements, et malgré son succès international, essuie le refus parfois hostile des distributeurs américains. La mobilisation de la communauté activiste et un travail de terrain opiniâtre en font un grand succès public. En 1996, Gerima ouvre à Washington, le centre culturel-café- librairie « Sankofa » au cœur du quartier afro-américain. Le très autobiographique Teza n’aboutira en 2007 que grâce à des partenariats européens, avant de connaître une remarquable carrière internationale. Hailé Gerima continue aujourd’hui de travailler à divers projets de films et conserve intacte la farouche indépendance de toute sa carrière.

Filmographie sélective : • Hour Glass (1971) • Child of Resistance (1972) • Bush Mama (1975) • La Récolte de 3000 ans (1976) • Wilmington 10 — USA 10,000 (1979) • Cendres et braises (1982) • Sankofa (1993) • Adwa : une victoire africaine (1999) • Teza (2008)

Plus de détail :

Programmation_HaileGerima

PetitJournal_HaileGerima

et ici

 

Journal de l'ARESAE / The ARESAE Journal