BULAC : le fonds éthiopien

Le fonds éthiopien de la BULAC est l’un des plus remarquables de France : 4 000 ouvrages, dont 1 300 en langues vernaculaires. L’amharique (21 millions de locuteurs) y domine, reflet de son statut de langue officielle en Éthiopie durant près d’un siècle et de sa prépondérance dans l’édition.

Ce fonds est constitué de la réunion de trois fonds issus de la Bibliothèque interuniversitaire des langues orientales (BIULO), de la bibliothèque du Centre d’études africaines (CEAf) de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) et de la bibliothèque du laboratoire « Sociétés en développement – études transdisciplinaires » (SEDET) de l’université Paris Diderot.

L’amharique est enseigné dès 1898 à l’École des langues orientales et trouve en Marcel Cohen (1884-1974) et Joseph Tubiana (1919-2006) des professeurs très actifs. La période de 1945 à 1965 marque l’essor des collections : sous le régime d’Hailé Sélassié, la production éditoriale est largement diffusée à l’étranger, avant d’être quasiment stoppée par la longue crise qui débute en 1974 (accession au pouvoir de Mengistu). Seuls les dons des enseignants enrichissent alors le fonds. L’activité éditoriale retrouve un cours normal à partir des années 2000. Ce fonds s’est enrichi en 2012 du précieux don Joseph Tubiana, composé de plusieurs centaines de documents, notamment de dictionnaires, d’ouvrages historiques, d’écrits religieux et politiques, d’ouvrages de littérature moderne, ainsi que de journaux et de tirés à part.

La bibliothèque recèle les travaux des grands linguistes sémitisants sur le guèze, puis sur l’amharique. Les ouvrages sur les langues non sémitiques sont en plein essor, corollaires d’une nouvelle politique linguistique. En littérature, les collections reflètent tant la tradition d’œuvres en guèze que le renouveau littéraire en amharique. Enfin, l’Éthiopie demeure le pays d’Afrique noire le plus présent dans les récits de voyages.

Les collections en magasins : environ 3 000 volumes communicables, dont les revues de plus de 10 ans parmi lesquelles A’emro, le premier journal éthiopien.

Dans les collections de la réserve sont réunis les ouvrages rares et précieux, consultables sous certaines conditions. Par exemple : Hiob, Ludolf. Iobi Ludolfi Lexicon æthiopico-latinum. Francofurti ad Moenum : Prostat apud Johannem David Zunnerum, 1699.

Des revues en ligne et des bases de données. Par exemple : Cahiers d’études africaines ; Eastern Africa Social Science Research Review ; Corpus Littérature de l’Afrique noire.

Chargée de collections pour le domaine éthiopien : marine.defosse [à] bulac.fr

Établissements fondateurs de la BULAC ayant contribué à la constitution du domaine éthiopien : Sorbonne Nouvelle, INALCO, EHESS, Paris 7 Diderot.

 

(Source: http://www.bulac.fr/decouvrir-les-collections/collections-par-aire-geographique/afrique/domaine-ethiopien/)


sergedewel

Docteur en histoire moderne (Corne de l'Afrique). Etude des constructions urbaines patrimoniales, mémorielles et identitaires, ainsi que sur l'usage des sources graphiques (cartographie, photographie...) en histoire. Historien des religions sur la thématique des christianismes orientaux.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.