ETHNOGRAPHIE DES FUSILS JAUNES

Tomes 1 & 2

 

Serge A.M. Tornay
ETHNOGRAPHIE DES FUSILS JAUNES, TOME 1
Éthiopie 1970-1971
Éditions Sépia 2017

 

 

Ce journal est une transcription des échanges enregistrés sur bande magnétique au cours des séjours sur un terrain est-africain. Fidèle à l’esprit ethnographique, et à l’adage traduttore traditore, l’auteur a tenu, dès les premières rencontres avec ses hôtes, à ne communiquer que dans leur langue. Il n’existait aucune source écrite sur leur langue, de sorte que tout fut lié au contexte des entretiens : il ne s’agissait que de voir et nommer, d’écouter et entendre. L’auteur dit souvent « je crois qu’ils veulent dire que… » Mais la méthode de l’observation directe et le fait de deviner, comme s’il s’agissait d’un rébus, le sens des messages, a permis de progresser, lentement mais sûrement, dans la compréhension de la langue. Étant resté en contact pendant près de trente ans avec les Fusils Jaunes, l’auteur a partagé leur quotidien, les heurs et malheurs de leurs existences. Il a tenté, jour après jour, de percer les secrets de leur mode de vie agro-patoral et de leurs traditions, tout en s’interrogeant sur l’originalité de leur organisation sociale : un système générationnel. Ces témoignages sont illustrés de photographies argentiques, reproduites, dans cette édition, en noir & blanc, mais qui restituent une perception vivante des Nyangatom, dans leur environnement géographique, social et culturel.

   photos Serge Tornay

 

Avant-propos du tome 1

En avant-propos, je propose une réflexion sur les rapports entre un journal ethnographique et une œuvre d’ethnologie, dont la forme dominante au XXe siècle a été l’anthropologie structurale. Car depuis trois ou quatre décennies, les doctrines qui considéraient que l’esprit humain produit des invariants, des schèmes universels, ont été remises en cause par de nombreux auteurs prônant le retour de l’action individuelle et de l’historicité dans l’étude de la vie sociale et culturelle.

Pour ma part, après avoir, tout au long de ma carrière d’enseignant-chercheur, interprété les données recueillies sur le terrain, j’ai entrepris de revenir à mon journal ethnographique, que j’ai décidé de publier tel quel, comme une œuvre à part entière et non comme un accessoire de la recherche.

Mon journal est le récit du vécu au fil des heures, des jours, des semaines et des mois passés sur le terrain. Ce journal n’est donc qu’un compte rendu, aussi transparent que possible, des instants partagés dès mon premier séjour dans la basse vallée de l’Omo, en 1970, avec mes amis nyangatom. Conformément à la directive censée légitimer la pratique ethnographique, ces échanges ne pouvaient se réaliser que dans la langue de la population étudiée. Evidemment, au cours des premiers séjours, ma compréhension de la langue était très limitée : il n’existait ni grammaire, ni dictionnaire, ni aucun ouvrage, même pas, comme il arrive au début des contacts d’un peuple avec le monde extérieur, de traductions de textes religieux, Bible, Nouveau Testament, ou Coran. Dans ces conditions, l’ethnographe ne peut être qu’un autodidacte, ou plutôt un disciple de ses hôtes. Mon parti-pris de tout enregistrer de mes entretiens en langue originale m’a invité, au retour de chacun de mes séjours, de les transcrire et bien sûr de les traduire, pour mes futurs lecteurs.

Il y a un précédent à l’ouvrage publié aujourd’hui : Le Journal de Loceria, Chronique d’Éthiopie, (Editions du Parc, Sépia, Saint-Maur-des-Fossés, 2012, 282 p. XXXII planches photographiques). En 1972, j’avais suggéré à mon ami Loceria Lopir de tenir un journal quotidien des faits et gestes des Nyangatom, littéralement des Fusils jaunes, au cours de chacune de mes absences à venir. Loceria disparut à la guerre d’Érythrée en 1978, mais il m’avait légué un manuscrit de 314 pages, en langue nyangatom, et c’est ce document unique que j’ai traduit et annoté dans la publication de 2012. Je parle souvent  de cet ouvrage comme de mon préféré car il n’est pas de moi ! Loceria illustre parfaitement ma conception du journal ethnographique, qui doit être le miroir de maintes subjectivités.

On pourra faire un parallèle entre l’œuvre de Loceria, qui fut l’un de mes initiateurs à la vie sociale et culturelle des Nyangatom, et mon propre journal, dont le premier tome paraît aujourd’hui. De ce journal au long cours, tenu de 1970 à l’an 2000 et prolongé par des échanges épistoliers, les plus récents par courriel, il ne ressort, je crois, aucun a priori systématique, même si mon œuvre a mis en évidence, des sujets comme La construction ethnographique d’un modèle institutionnel (in Micheline Centlivres-Demont, Symboles et société en Afrique, Berne, Ethnologica helvetica n° 5, 1981), Le système générationnel des Nyangatom et des peuples apparentés (thèse de doctorat ès lettres sous la direction d’Eric de Dampierre, Université Paris X-Nanterre, 6 volumes, 1989). Le livre publié en 2001 par la Société d’ethnologie de Nanterre, Les Fusils Jaunes, Générations et politique en pays nyangatom, est un condensé de la thèse. Je ne suis pas sûr que mon journal, dont on annonce ce jour la publication du premier livre, ne conforte les vues des anthropologues, selon lesquelles tout fait système. Ce document offre ce que l’on pourrait nommer un aperçu pointilliste, non pas tant de la société étudiée que de la construction d’une relation de bonne entente puis de confiance entre l’étranger que j’étais et ses hôtes. C’est le témoignage d’une relation d’amitié entre des gens pratiquement inconnus du monde réputé civilisé et un étranger arrivé chez eux par hasard, et rêvant de devenir ethnologue.

Mon sentiment est qu’un journal ethnographique relève d’une forme d’essai, celui des gens dont on recueille les propos intimement mêlés à ceux de l’ethnographe, propos qui se veulent donc soumis à des subjectivités singulières. Parlant de l’Essai, la philosophe Elisabeth de Fontenay (le Monde des livres, 20 mai 2016) fait cette réflexion : « Quand la pensée se loge dans des récits qui défient la séparation entre les genres répertoriés, je préfère parler de récit et de représentation, c’est-à-dire de l’opposition entre l’impunité de la narration et la contrainte du concept ». Cette impunité de la narration a inspiré mes enregistrements autant que mes relectures de ces récits que j’ai mis à contribution dans mes publications, lesquelles s’efforcent de faire honneur, in fine, à la contrainte du concept. Mais pour l’heure, j’invite mes lecteurs à partager les joies que j’ai ressenties en faisant confiance à cette forme d’improvisation que permet la pratique de l’ethnographie.

 

Lokuti Lokineymoe, Éléphant et « Tueur de l’homme à la chèvre », « La Bouche des Nyangatom : Quand il parle ce sont tous les Fusils Jaunes qui parlent » (photo de Serge Tornay)

 

Serge A.M. Tornay
ETHNOGRAPHIE DES FUSILS JAUNES, TOME 2
Ethiopie 1972 – début 1973
Éditions Sépia 2018

Ce deuxième tome de notre Ethnographie des Fusils Jaunes, intitulé Défaite et Résilience, est le récit de notre mission de 1972 et des premières semaines (mars-avril) de l’expédition de 1973. Notre retour en 1972 eut lieu sous le signe de la pire défaite, de mémoire d’homme, infligée aux Nyangatom par leurs voisins méridionaux, les Dassanetch qu’ils nomment Marile. Cette défaite, qui coûta la vie à au moins deux cents Fusils Jaunes, eut lieu en juin 1972, peu avant notre retour sur le terrain. Il est donc peu étonnant que les récits de juillet et d’août 1972 soient consacrés pour une part à de macabres découvertes. Mais ils retracent aussi la remarquable qualité de résilience dont font preuve nos amis. Au cours de la fête tribale du 22 juillet 1972, dont une photographie illustre notre page de couverture, nous avons retrouvé le courage et l’optimisme qui caractérisent nos amis depuis toujours. Sans ces vertus, qui se manifestent aussi dans un humour décapant, les Nyangatom, dont l’ethno-génèse, la formation en tant que politie autonome, remonte au milieu du XVIIIe siècle, n’auraient pas brillé continûment comme des Fusils neufs face à leurs nombreux rivaux et ennemis. Nos tomes à venir sont consacrés à notre quatrième mission, qui se déroula de mars à novembre de l’année 1973. Nous sommes heureux d’offrir à nos lecteurs ces témoignages de première main, textuels et visuels, d’une Afrique d’avant les grandes transformations de l’entrée, aussi progressive qu’inéluctable, dans la modernité.

 

  


sergedewel

Docteur en histoire moderne (Corne de l'Afrique). Etude des constructions urbaines patrimoniales, mémorielles et identitaires, ainsi que sur l'usage des sources graphiques (cartographie, photographie...) en histoire. Historien des religions sur la thématique des christianismes orientaux.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *