« Ethnographie des Fusils jaunes », Serge TORNAY, 4 tomes

Serge A.M.Tornay fut maître de conférences d’ethnologie à l’Université Paris 10-Nanterre, puis professeur du Muséum national d’histoire naturelle et directeur du Musée de l’Homme.

Tome 1 : Éthiopie 1970 – 1971

Sous le titre Ethnographie des Fusils Jaunes, Serge Tornay a entrepris la publication au mot à mot de ses journaux de terrain chez les Nyangatom de la basse vallée de l’Omo. Ce tome 1 est le récit des premiers séjours de l’auteur, en 1970 et 1971. Il restitue des échanges qui ne pouvaient se réaliser que dans la langue de la population étudiée. Cette langue n’ayant fait l’objet d’aucune publication antérieure, Serge Tornay s’est efforcé de la découvrir et de l’étudier sans interprète. Étant resté en contact pendant près de trente ans avec les Nyangatom, il a partagé leur quotidien, les heurs et malheurs de leurs existences. Il a tenté de percer quelques secrets de leur mode de vie et de leurs traditions tout en s’interrogeant sur l’originalité de leur organisation sociale : un système générationnel. Ces témoignages sont illustrés de photographies argentiques.

ISBN : 979-10-334-0123-0 • avril 2017 • 226 pages • 20 euros

Tome 2 : Éthiopie 1972 – 1973

Ce Tome 2 relate  une période dramatique de la vie de nos amis. Le retour de juillet 1972 eut lieu sous le signe de la pire défaite, de mémoire d’homme, infligée aux Nyangatom par leurs voisins méridionaux, les Dassanetch ou Marile. Cet événement coûta la vie à plus de deux cents de nos amis. Il n’est donc pas étonnant que les récits de juillet et d’août 1972 reflètent les réactions de nos hôtes à ce désastre. Les Nyangatom font preuve d’une étonnante capacité de résilience. Notre photo de couverture évoque le rassemblement tribal du 22 juillet 1972. Les photographies intérieures reproduites en Noir et Blanc sont une source importante d’informations sur les événements de cette tragique époque.

ISBN : 979-10-334-0132-2 • janvier 2018 • 236 pages • 20 euros

Tome 3 : Éthiopie Mars-juillet 1973

Ce troisième tome est consacré à la première étape de la mission qui s’est déroulée de mars à novembre 1973. Il est une chronique enrichie de photographies qui mettent en scène des événements marquants : la scarification d’un fier guerrier, Mutya, le frère aîné de Loceria Lopir, qui fut notre plus fidèle informateur jusqu’à sa disparition en 1978 à la guerre d’Érythrée. Une autre évocation importante est celle de l’éclipse de soleil du 30 juin 1973, dont l’annonce et l’observation, relayée par les Nyangatom eux-mêmes, ont été des révélateurs des inquiétudes comme des espoirs de nos hôtes au cours de cette époque agitée. Autre sujet digne d’attention : un culte de possession dédié à Loporyang, un Pouvoir venu du Soudan avec son cortège de danses nocturnes et diurnes. Cet ensemble culturel est sans doute antérieur au culte des Zar de l’Éthiopie chrétienne des Hauts-plateaux, révélé par Michel Leiris en 1958 dans La possession et ses aspects théâtraux chez les Éthiopiens de Gondar. Les Nyangatom n’ont pas de chefs. Notre page de couverture est le portrait de Lokuti, un notable qui était vénéré comme la Bouche des Nyangatom.

ISBN : 979-10-334-0150-6 • juin 2018 • 314 pages • 20 euros

Tome 4 : Éthiopie Août-novembre 1973

Le tome 4 s’ouvre sur le journal enregistré par Loceria en août 1973 pendant le voyage au Kénya de l‘ethnographe. La suite de l’ouvrage illustre des événements marquants comme la scarification guerrière de Lominto Loditmoe ; le retour des guerriers d’un raid contre les Marile, avec les hommages rendus par les femmes à un guerrier victorieux (notre page de couverture) ; un grand rite de deuil familial pour Lewan disparu au cours du raid ; la mise en forme d’une corne d’un bouc que Loceria va chanter comme son bœuf favori ;  le retour des femmes  d’une cueillette des baies d’edome (Cordia sinensis), dont les Nyangatom font une bière ; la cure de Nakali, frère survivant de notre ami Mukonen Nangoridongo ; un sacrifice robe-victime pour la divination des entrailles lors d’un rite communautaire ; la préparation par les femmes d’un festin de viande bouillie et d’autres souvenirs de la fin de cette longue mission de 1973, dont le quatrième mariage d’un autre grand ami, Kotol Kamaringiro.

ISBN : 979-10-334-0157-5 • août 2018 • 354 pages • 21 euros


sergedewel

Docteur en histoire moderne (Corne de l'Afrique). Etude des constructions urbaines patrimoniales, mémorielles et identitaires, ainsi que sur l'usage des sources graphiques (cartographie, photographie...) en histoire. Historien des religions sur la thématique des christianismes orientaux.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.