Compte rendu de lecture par Robert Wiren

L’ÉCOLE A DJIBOUTI. RELIGIEUX ET FRANC-MAÇONS A L’OEUVRE

Jean-Dominique PÉNEL, L’école à Djibouti 1884-1922, Volume 1, Présentation synthétique, Paris, « Études africaines », L’Harmattan, 2017, 352 pages. ISBN : 978-2-343-11256-5.

Jean-Dominique PÉNEL, L’école à Djibouti 1884-1922, Volume 2, Textes, Paris, « Études africaines », L’Harmattan, 2017, 261 pages.
ISBN : 978-2-343-11257-2.

Jean-Dominique Pénel a modestement sous-titré son ouvrage Documents pour servir à l’histoire de cette institution et de son environnement. Si effectivement le volume 2 présente la documentation qui a servi a son étude, le volume 1 représente en fait un travail de recherche et d’analyse historiques considérable sur la naissance de l’école dans ce qui fut le territoire d’Obock puis la Côte française des Somalis.

     L’auteur qui a enseigné pendant six années (1992-1998) au Centre de Formation des Personnels de l’Éducation Nationale à Djibouti, a voulu contribuer à la réflexion sur l’histoire de ce petit pays de la Corne de l’Afrique. Car en décrivant les diverses étapes de l’histoire de l’école, il est amené à évoquer également l’évolution de la colonie et de son administration.

     La période étudiée va de 1884 lorsque une école est créée à Obock par des religieux catholiques, à 1922 quand la décision d’ouvrir une école publique de garçons à Djibouti est prise. On voit donc qu’en matière d’enseignement la colonie connaît avec retard les effets de la séparation de l’Église et de l’État (1905). En 1886 quand Djibouti devient la capitale du territoire, les pères Capucins et les sœurs Franciscaines qui avaient ouvert une école de filles, transfèrent leurs classes à Djibouti.

     L’administration ne s’intéresse guère à l’enseignement et le budget local ne prévoit pas de dépense dans ce domaine. Une modeste subvention est versée pour les écoles. Ainsi en 1899 la somme de 1200 francs, versée pour l’année, est inférieure aux frais du 14 juillet ! Il faut dire que le nombre d’élèves est modeste lui aussi, une soixantaine en 1905 pour les deux écoles de garçons et l’école de filles. En 1901 Djibouti compte 15000 habitants et les seuls enfants scolarisés le sont dans des écoles catholiques. L’administration coloniale qui a besoin d’interprètes pour communiquer avec les indigènes, rémunère des jeunes gens qui parlent le français grâce aux missionnaires. Leur enseignement devient aussi nécessaire avec l’arrivée de familles européennes pour la compagnie du chemin de fer et l’installation d’entreprises maritimes et commerciales. La formation des ouvriers recrutés pour le chemin de fer en construction de Djibouti à Diré-Daoua se fait en français ce qui offre un débouché aux élèves des Frères de Saint-Gabriel qui ont remplacé les Capucins. Et pendant un certain nombre d’années leur école bénéficiera de locaux mis à disposition par la compagnie du chemin de fer.

    La création d’une Alliance française permettra de subventionner plus facilement les deux écoles de garçons des religieux sous la justification de la propagation de la langue française, à charge pour  l’association d’aider les écoles avec l’argent versé par l’administration. Ce système d’aide indirecte n’empêche pas les polémiques entretenues par les partisans de la laïcité dans la presse métropolitaine. L’appartenance à la franc-maçonnerie de certains responsables officiels en poste à Djibouti a permis de faire progresser peu à peu l’exigence d’avoir une école publique à Djibouti. Cette évolution prendra deux décennies car elle a été ralentie par l’union sacrée pendant la guerre de 1914-1918. Mais dès 1901 lorsque les Frères de Saint-Gabriel, chassés de France, ouvrent leur école, le gouverneur Alphonse Bonhoure, lui-même franc-maçon, est accusé par certains journaux comme La Liberté coloniale de faire le jeu des congrégations.[1]

    Avant de décrire l’histoire de l’école à Djibouti, l’auteur a dans un premier chapitre rappelé ce que    recouvre la notion d’école selon les divers cadres institutionnels qui existent. Il fournit aussi au lecteur d’utiles informations sur le contexte : autorités administratives et politiques en France et organisation de l’instruction au cours des années 1880-1905. Mais surtout la seconde moitié de l’ouvrage est consacré à l’analyse « des enjeux et du fonctionnement de l’enseignement tel qu’il a existé et tel que voulaient l’instituer les tenants de l’école publique » en Côte française des Somalis.

    Dans ce troisième chapitre de nombreux sujets sont abordés. Ils concernent les motifs qui justifient la création d’écoles, puis pour ce qui est de l’école républicaine ses caractères. Doit-elle être obligatoire, gratuite et laïque ?

    Un encadrement administratif peu motivé et des budgets ridiculement faibles sont des facteurs qui expliquent la stagnation de l’école à Djibouti de 1884 à 1922. Mais quelle que soit sa modestie, cette école soulève des questions qui se sont posées en France et dans ses colonies, par exemple sur la langue d’enseignement.

    Alors qu’en France la politique de Jules Ferry consiste à faire reculer les langues ou parlers régionaux au profit du français, on constate qu’à Djibouti comme dans d’autres colonies avec une population musulmane, l’arabe est utilisé pour aider les élèves à maîtriser le français alors que ce n’est pas leur langue maternelle mais la langue religieuse. Il est vrai qu’à Djibouti il y a une communauté arabe originaire du Yémen. En 1898, l’explorateur Edmond de Poncins remarque :

    « L’arabe tel qu’il se parle au Yémen , est une des langues les plus usitées à la côte et c’est, peut-être, celle     qui est le plus utile de savoir, car non seulement les Issas, mais encore beaucoup de Danakils, de Gallas et          d’Abyssins la savent un peu ; c’est de toutes, la plus généralement connue. »

Mais en 1922 lorsque l’école publique est enfin créée à Djibouti, l’arrêté publié au Journal officiel de la Côte française des Somalis comprend un article qui déclare : « La langue française sera la seule en usage dans l’école ». La messe est dite, si l’on peut dire, la colonie se conforme avec quelques décennies de retard à la norme laïque et linguistique de l’école de la république.

     Certains documents cités témoignent de la virulence du combat des laïques contre l’Église. Ainsi en 1899 le journal La Liberté coloniale écrit :

     « Dans la métropole, tous les vrais républicains, tous les esprits indépendants, réclament l’expulsion des        jésuites et des congrégations non autorisées. Pourquoi ? Par ce que les congrégations entretiennent une         conspiration permanente contre la république. (…) Les congrégations qui pullulent dans nos colonies           sont au moins aussi nuisibles à nos possessions d’outre-mer qu’à la métropole. Si elles doivent être       expulsées de France, pourquoi ne seraient-elles pas chassées des colonies ? »

     Les partisans de l’école publique à Djibouti n’obtiendront satisfaction que 23 ans après cette publication. Les recherches de Jean-Dominique Pénel rendent donc compte des débuts de l’école en Côte française des Somalis. Pour des raisons propres à leur mission, les religieux catholiques, présents également en Éthiopie, ont créé les premières écoles à Obock, puis à Djibouti. Dans un territoire occupé pour sa situation stratégique et peuplé surtout de nomades, l’administration coloniale peu développée laissera l’enseignement aux mains des religieux pendant 37 ans. Mais sous l’influence de franc-maçons installés sur place et en raison des campagnes dans la presse de métropole en faveur de la laïcité, les autorités locales décideront en 1922 d’instaurer l’école publique à Djibouti.

Robert WIREN

Journaliste, auteur de Somaliland, pays en quarantaine


[1] Sur la franc-maçonnerie à Djibouti voir les articles suivants parus dans POUNT n° 10, 2016 : Lukian PRIJAC, Aperçus sur la franc-maçonnerie française à Djibouti de 1911 à 1940 ; Lukian PRIJAC, La loge N° 204 du Droit Humain, Orient de Djibouti (1922-1928).


sergedewel

Docteur en histoire moderne (Corne de l'Afrique). Etude des constructions urbaines patrimoniales, mémorielles et identitaires, ainsi que sur l'usage des sources graphiques (cartographie, photographie...) en histoire. Historien des religions sur la thématique des christianismes orientaux.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.