Histoire d’ADDIS-ABEBA : nouvelle parution

ADDIS-ABEBA (ÉTHIOPIE) 1886-2016. Construction d’une nouvelle capitale pour une ancienne nation souveraine
Serge DEWEL, Paris, L’Harmattan, 2018, 469 & 226 pages.
ISBN 978-2343152486 et 978-2343152493

 

 

 

Tome 1

Pendant la seconde moitié du XIXe siècle, l’Éthiopie luttait farouchement pour conserver son indépendance, tout en agrandissant considérablement son territoire. Une région de montagnes et de prairies, jusqu’alors aux marges méridionales de l’espace national, se retrouva au centre du pays défini par de nouvelles frontières. C’est là qu’est née Addis Abäba (Addis-Abeba en français), vers 1886, d’abord simple kätäma (camp royal) et base logistique pour les conquêtes militaires, avant de devenir un « carrefour du monde ». Le texte met en lumière le rôle moteur exercé par la volonté de reconnaissance de la souveraineté nationale, dans le processus particulier de fondation et de pérennisation de la capitale éthiopienne, ainsi que dans son développement au cours du XXe siècle. Les grandes phases de croissance d’Addis Abäba ne peuvent être comprises qu’à l’aune du contexte international, alors que la souveraineté et l’indépendance éthiopiennes étaient menacées. Dans ces moments particuliers, les pouvoirs successifs ont mis la ville en scène, en la développant et en la dotant d’un patrimoine monumental. Pour cela, ils puisèrent dans le temps long de l’histoire éthiopienne, dans l’attachement à sa chrétienté — la religion Täwahedo — et dans le mythe national du Kebrä Nägäst en développant une même rhétorique bâtisseuse.

Tome 2

Devenue fortuitement la capitale permanente de l’Éthiopie vers 1900, Addis Abäba (Addis-Abeba en français) a vu son rôle reconfirmé par l’occupant italien en 1936, lors de la fondation de l’Africa Orientale Italiana, puis à nouveau en 1941, après de la Libération. Comme auparavant, c’est la volonté de reconnaissance de la souveraineté nationale et la nécessité pour le pouvoir de réaffirmer sa centralité qui contribuèrent exclusivement au dynamisme de développement de la ville. Ainsi, aux moments les plus critiques, la ville fut à nouveau mise en scène, architecturalement et monumentalement, toujours en référence aux articulations du temps long de l’histoire éthiopienne, comme le mythe fondateur du Kebrä Nägäst et le royaume antique d’Aksum. Cela fut le cas après la Libération (1941), pendant la période de réintégration de l’Érythrée (1952-1962), mais encore très récemment. Faisant suite au premier tome, cet ouvrage à l’importante iconographie s’attache à comprendre la construction de la ville depuis l’occupation italienne jusqu’au XIXe siècle, constituant la première somme publiée consacrée à la capitale éthiopienne.

Cet ouvrage, complété d’une abondante iconographie permettant de retracer la construction de la ville et l’évolution du paysage urbain, constitue la première somme publiée consacrée à la capitale éthiopienne.

 

http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=61255


sergedewel

Docteur en histoire contemporaine (Corne de l'Afrique). Étude des constructions urbaines patrimoniales, mémorielles et identitaires, ainsi que de l'usage des sources graphiques (cartographie, photographie...) en histoire. Historien des religions sur la thématique des christianismes orientaux.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.