Jeanne-Marie Allier

À CEUX QUI L’ONT CONNUE
 Jeanne-Marie Allier, née Demiéville est morte paisiblement, dans son sommeil le 6 janvier 2022, à l’âge de 92 ans. Elle repose désormais dans son cher Mont-la-Ville en Suisse, auprès des siens. 
Jeanne-Marie Allier a été recrutée par Joseph Tubiana en 1957 comme chercheur- documentaliste au sein des différentes équipes et laboratoire qu’il a dirigé. 
Elle a en particulier participé à la réédition anastatique du livre d’Arnauld d’Abbadie : “Douze ans de séjour dans la Haute-Éthiopie (Abyssinie)” qu’elle a accompagné d’introduction, notes et index, ainsi que pour l’ensemble d’un Lexique très fouillé de la langue d’Arnauld d’Abbadie. Les 4 volumes ont été publiés par la Bibliothèque Vaticane) en 1980, 1983 et le dernier en 1999). 
Par la suite quand le pays basque voulut célébrer le centenaire du frère d’Arnauld, Antoine, il organisa à Hendaye en 1997 un Congrès International, où Jeanne-Marie Allier fit paraître un article sur ” Arnauld d’Abbadie au service de son frère aîné”. Elle avoue qu’avoir travaillé si longtemps sur les écrits d’Arnaud ce “coureur de hasard”  l’avait rendu “cher comme un ami “et que grâce à cette amitié elle a pu avoir  accès à quelques-uns  de ses descendants et à leurs archives ou souvenirs non-publiés qui ont considérablement fortifiés ses connaissances. Cette intimité du chercheur avec son sujet d’étude donne à la recherche la Joie de la découverte.
En dehors de cet immense travail Jeanne-Marie Allier a toujours été présente dans la rédaction des Nouvelles de l’Aresae dont le 1er numéro a paru en 1973. Son but était de faire circuler L’information scientifique de la zone où se déroulaient nos recherches ainsi que celles d’autres chercheurs : publications récentes, expositions, courtes analyses d’ouvrages récents, Colloques, Congrès, brève nécrologie à la mort d’un savant dont les travaux portaient sur la région couverte etc. Les Nouvelles de l’Aresae se sont étoffées : une double page. Elles se sont enrichies d’une rubrique intitulée Libre pratique et finalement arrêtées dans sa trente-deuxième année avec le n° 150 ou peut-être un peu plus tard. 
 
Si aujourd’hui ceux qui se souviennent de Jeanne -Marie Allier veulent bien écrire quelques lignes, quelques souvenirs, qu’ils se manifestent et peut-être nous pourrons faire revivre (au moins une fois) cet élan qui nous animait.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search