« Lamb » de Yared Zeleke

lamb (1)

Pour la première fois, un film éthiopien a été présenté au Festival de Cannes dans la section : Un certain regard.

Le réalisateur a grandi à Washington, a étudié le cinéma à New York et nous restitue une Éthiopie pleine de réalités somptueuses. Son film tourné en amharique est dédié à sa grand-mère.

lamb (2)

Le film se nomme Lamb, l’animal-acteur dans le film est bien gros pour un agneau et dans les paroles échangées il est parfois question de brebis. Qu’en est-il réellement ? Un spectateur suggère que lamb se rapporte à l’enfant et non au mouton. Cette vision poétique me séduit.

On entend le chant des oiseaux, on se promène sur les marchés ; les hauteurs déchiquetées du Semien se profilent à l’horizon. Un jeune garçon de 9 ans, Ephraïm, divague dans l’espace avec un jeune mouton, que chérissait sa mère morte pendant la famine, et qui est devenu son ami.

Le père ne pouvant subvenir à leurs besoins quitte le village et part chercher du travail dans la capitale en laissant son fils et son mouton chez une tante de l’enfant. L’animal excite toutes les convoitises, dont le désir de l’égorger pour la fête de la Croix. Ephraïm veut à tout prix sauver  l’animal : il pense à repartir dans son village en prenant l’autobus avec lequel ils sont venus, mais il n’a pas l’argent nécessaire, il le confie à un berger en disant à ses hôtes qu’on a volé l’animal au marché, mais cela tourne mal avec le gardien, il fabrique des beignets pour se procurer de l’argent et se fait voler par les gamins qui traînent sur le marché. Il confie finalement son mouton à une jeune bergère et l’animal s’attachera à sa gardienne, au profond désespoir d’Ephraïm.

lamb (1)

Cet enfant qui ne sait pas conduire l’araire, travail d’homme, mais qui sait faire la cuisine, travail de femme et qui, en plus, est fils d’une femme falacha, n’est pas compris par le maître de la maison qui le frappe durement. Il sera consolé et aidé par une fille de la famille, marginale comme lui, dont le comportement ne respecte pas les normes coutumières : elle ne tresse pas ses cheveux, elle refuse de se marier, elle lit les journaux et affiche vis-à-vis de ses parents une grande liberté de parole qui confine au non-respect. Elle aimerait aller en ville pour poursuivre ses études à l’Université. Elle quittera la maison et gagnera la capitale. L’enfant essayera aussi de rejoindre son père, mais je ne vais pas tout vous raconter. Il faut aller voir ce film.

J’ai aimé les splendides prises de vues, la justesse des images et la musicalité du film. Est-ce une coïncidence que l’auteur se nomme Yared du nom du saint du VIe siècle né à Axoum, connu comme « le père de la musique éthiopienne », dont les qenyé ont été inspirés, dit la légende, par le chant des oiseaux.

Marie-José Tubiana


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Bastien Van Cuyn dit :

    Magnifique commentaire de Marie-José qui exprime si bien l’émotion ressentie à voir ce film.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.