TABLE RONDE – MUSULMANS AU SAHEL : HISTOIRES DE JIHAD

sup-pers_1030_305v-306

Par Alain GASCON

Synthèse de la table ronde du mercredi 3 juin 2015 (9 h-17 h.) à l’ EHESS-IMAF, Paris

• Roger BOTTE, CNRS (IMAF-EHESS) : « Jihad et réduction en esclavage : des jihads du XIXe siècle à Boko Haram et Daech. »
L’expansion fulgurante des VIIe et Xe siècles (AD) a produit le jihad « guerrier ». Le Dar el-Islam a la mission eschatologique de réduire le Dar el-Kufr. Or, la pause puis le reflux de la conquête impose que se réforment les États musulmans afin de reprendre l’expansion. Du XVIIe au XIXe siècle, le Sahel, à la frontière de l’islam a été soumis à une succession de jihad interrompue par les Européens. Boko Haram se soulève, à la fois contre la sécularisation héritée de la colonisation et se situe dans la ligne de ces grands réformateurs armés du Sahel africain.

• Marc-Antoine de MONTCLOS, IFG-Paris-8 : « Myopie historique et mise en récit du « terrorisme » au Sahélistan. »
Il est nécessaire de déconstruire un « récit du Sahel » qui, des médias, déborde dans les travaux académiques. On re-trouve ainsi la volonté de bâtir un État par la violence sur une base sociale large, transcendant les clivages et relié aux autres mouvements. Toutefois, les attentats-suicides relayés par la maîtrise du web ont accentué leur dimension fanatique et criminelle.

• Alain GASCON, IFG- Paris-8 : « De seyyid Maxamed Cabdille Xasan – le « mollah fou » de Somalie – aux Shabaab : rupture ou continuité ? »
Guerrier, poète et chef religieux, Maxamed Cabdille Xasan tint tête aux Britanniques pendant 20 ans. La Somalie in-dépendante en fit un « héros national ». Or, ni les Shabaab, ni le Somaliland, ni Mogadiscio ne briguent son héritage dont se revendique, paradoxalement, la région-État des Somali d’Éthiopie.

• Gérard PRUNIER, CNRS : « Le Mahdisme soudanais, du messianisme à l’institutionnalisation. »
Les héritiers du Mahdi demeurent, depuis plus d’un siècle, des acteurs majeurs de la politique soudanaise, mais leur radicalisme politico-religieux s’est tempéré avec l’exercice du pouvoir. Ils sont concurrencés par des mouvements séparatistes plus ou moins alliés à des réformateurs islamistes.

• Jean-Louis TRIAUD (IMAF) : « Al-Hajj ’Umar au Sénégal et au Mali, un « seigneur de guerre » ? »
Al-Hajj ’Umar a associé appartenance soufique et jihadisme. Issu de grandes familles, membre de la Tidjaniya, il a étudié au Fouta-Djalon d’où il a entrepris la conquête d’un « empire » qui d’étendait du moyen Sénégal à Tombouctou et au Macina. Par delà la colonisation, sa mémoire demeure controversée.

• Francis SIMONIS, MCF-HDR (Aix-Marseille) : « De guerres saintes en guerres saintes : l’empire Peul du Macina. »
La Dina, l’empire Peul du Macina (1818-45) a été détruit par Al-Hajj ’Umar et ses partisans. C’était un État fragile soumis aux razzias des Maures des Touaregs et des Bambaras. Il a marqué la sédentarisation des Peuls qui, jusque là, étaient nomades et aussi l’introduction d’institutions politiques.

• Murray LAST, University College, Londres : « Entre contestation et dissidence : la genèse et le développe-ment des mouvements de réformes islamiques dans le Nord du Nigeria. »
Boko Haram applique les « règles » de la guérilla « asymétrique » face à une armée, formée de recrues du Sud et mi-née par la corruption et l’incurie du commandement. Plutôt que d’affronter les islamistes armés, elles rançonne et terrorise les populations locales déjà soumises aux extorsions de l’administration. Rejoindre les rebelles est souvent une question de survie face à l’armée et l’assurance de revenus réguliers : un jihad rentable ?

• Vincent HIRIBARREN, King’s College, Londres : « Violence et fanatisme ? L’empire du Borno sous le règne de Rabah. »
Défait par les Français en 1900, Rabah, venu du Soudan, avait constitué par une prédation étendue et organisée un empire « mobile » centré sur le Borno. Fondé sur des alliances personnelles, Rabah a laissé le souvenir d’un dictateur cruel et fanatique qui s’est appuyé sur l’islam politique pour constituer son empire.

Crédit photo : Daniel Tiveau, Center for International Forestry Research (CIFOR).


sergedewel

Docteur en histoire moderne (Corne de l'Afrique). Etude des constructions urbaines patrimoniales, mémorielles et identitaires, ainsi que sur l'usage des sources graphiques (cartographie, photographie...) en histoire. Historien des religions sur la thématique des christianismes orientaux.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *