Conférence du Professeur Shigeta. 5 juin 2015. Compte-rendu

  • 2008Oct_enset
  • 2008Oct_enset2
  • P1000749
  • Conférence Prof Shigeta
  • conf Shigeta
  • conférence-Shigeta
  • people_donate_ensete_Sh
2008Oct_enset2

© Prof. Masayoshi Shigeta, 2008.

Masayoshi Shigeta (Université de Kyoto). Unintended consequence of local beliefs: case of folk in-situ conservation and landrace diversity of Ensete ventricosum in Ethiopia. ARESAE/EHESS : 5 juin 2015.

Compte-rendu par Alain Gascon.

Le Pr Shigeta travaille depuis 1986 parmi les Aari, un peuple de langue omotique de la zone Omo-Sud de la région État Sud, à proximité de la ville de Bako. Il est l’auteur d’une thèse sur la diversité des plants d’ensät et la biodiversité dans les interactions entre les milieux et les hommes. Il a présenté la plante, une herbe arborescente dont on consomme le pseudo-tronc, une fois abattu. En le râpant et le grattant on en extrait une pâte blanche qu’on emballe dans des feuilles et qu’ont met à fermenter dans le sol jusqu’à un an. Contrairement, au vrai bananier les fruits ne sont pas comestibles. Pr Shigeta a identifié, à l’aide des Aari 186 variétés d’aspects différents. Poursuivant son étude, il a distingué deux grandes catégories de plantes : les espèces « sauvages » — pas consommées — propagées par des graines transportées par des lépidoptères et préservées dans des enclos « sacrés » avec d’autres plantes et des espèces « domestiquées » aux grandes feuilles reproduites par bouturage. Il a étudié très minutieusement les classifications populaires et montré comment les protections rituelles contribuaient à préserver la biodiversité. Les jardins familiaux soigneusement entretenus comprennent entre 500 et 1 000 pieds qui assurent une nourriture suffisante aux familles.

2008Oct_enset

© Prof. Masayoshi Shigeta, 2008.

Toutefois, avec les progrès de l’éducation, la conversion de plus de 50 % de la population au pentecôtisme et l’arrivée de fonctionnaires venus des villes, de nouveaux modèles de consommation « moderne », notamment alimentaires se répandent. L’administration incite les Aari à la monoculture, avec des engrais, du maïs à haut rendement qui entraîne la diffusion de l’enğära à base de farine, surtout de maïs, comme partout en Éthiopie. Dans le dessein de sauvegarder les connaissances populaires, souvent ignorées et dépréciées, et de les transmettre aux plus jeunes, le Pr Shigeta a monté avec les agriculteurs locaux et avec le concours d’ONG et d’organismes officiels le Projet Ensät qui a reçu l’appui de la zone Omo-Sud. À côté du musée et de la pépinière, on a installé Bako, le chef-lieu, un centre de recherche sur les fibres et une banque de variétés et graines où 180 familles ont apporté 604 plants de 62 variétés différentes. Mais en août 2013, à la suite d’un conflit à propos du sol avec la municipalité désireuse de construire de nouveaux quartiers, les Aari ont perdu leur confiance dans le projet et, nuitamment, ils ont coupé les plants dans la pépinière ne laissant que le verger d’ensät. Le Pr Shigeta a montré des images des pépinières dévastées qui contrastent avec les images de ces familles confiantes et heureuses d’apporter leurs plants afin qu’on les conserve pour l’avenir. Ayant mesuré la défiance des planteurs vis-à-vis d’une administration pleine de certitudes « scientifiques », il a surmonté sa déception et, à l’aide de ses travaux, de son expérience et de ses relations avec les Aari, on espère avec lui, qu’il pourra reprendre ce projet sur des bases plus sûres.

Conférence Prof Shigeta

Photo ARESAE, 2015.

people_donate_ensete_Sh

© Prof. Masayoshi Shigeta, 2008.

conf Shigeta

De gauche à droite : Marc Fontrier, Pr Shigeta et son épouse, Serge Tornay, Alain Gascon. Photo ARESAE 2015.

Photographie du bandeau © Guy Blomme. ProMusa. Licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported License.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Tornay Serge dit :

    Félicitations à Alain Gascon pour le compte rendu de la conférence du professeur Shigeta.
    Je ferai cependant une petite remarque.
    Alain Gascon écrit : « L’administration incite les Aari à la monoculture, avec des engrais, du maïs à haut rendement qui entraîne la diffusion de l’enğära à base de farine, surtout de maïs, comme partout en Éthiopie ».
    Cette phrase donne à penser que la farine de maïs aurait remplacé celle du t’eff pour l’injera nationale ! Pour ma part, c’était la première fois que j’entendais parler d’injera à base de farine de maïs.
    En tout état de cause, merci à Alain Gascon pour ce compte rendu très fidèle de l’exposé de notre collègue Yamagoshi Shigeta.
    Bien amicalement, Serge Tornay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *