Conférence du professeur Masayoshi SHIGETA

Ensete

Ensät – Sidamo © A Gascon, 2008

Vous êtes cordialement invités à assister à la conférence organisée conjointement par l’EHESS et l’ARESAE, lors de laquelle

Masayoshi SHIGETA

Professeur à l’Université de Kyoto, Directeur d’études invité à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, interviendra sur le thème de la culture de l’ensete (faux bananier) en Éthiopie du Sud-Ouest, selon l’intitulé suivant :

Unintended positive consequences of local beliefs: Case of folk in-situ conservation and landrace diversity of Ensete ventricosum (Musaceae) in Ethiopia.

Éloi Ficquet (EHESS) introduira la séance. Alain Gascon (Université Paris 8 — ARESAE) et Sabine Planel (IRD) interviendront comme discutants.

Le 5 juin, de 15 h à 17 h,

Paris, EHESS, 105 boulevard Raspail, salle 7.

Pour donner quelques points de repère préalables sur le thème de la conférence, Alain Gascon a rédigé cette note au sujet de l’ensät :

Herbe comme le « vrai » bananier, dont il partage l’apparence, le « faux » bananier (Ensete ventricosum) n’appartient pas au genre musa. Il a été identifié, aux XVIII-XIXe siècles par les voyageurs européens en Éthiopie, sur les hautes terres du Sud-Ouest. Il assure l’alimentation d’un quart à un tiers des 90 millions d’Éthiopiens qui consomment le pseudo-tronc râpé et parfois les nodules fixés sur les racines. Ils utilisent les feuilles comme emballage, comme nourriture pour les animaux et les fibres pour confectionner cordes et paniers. Les vergers et les haies plantés par les peuples de l’« ensete culture » (Shack), de la civilisation de l’ensät, comptent parmi les terroirs les plus denses d’Éthiopie. Les botanistes sont divisés à propos de ses origines, de la date de sa domestication et de son extension. A-t-il régressé depuis les derniers siècles ? Est-il indigène, originaire du lac Victoria, de Nubie, d’Égypte ? Il a subi, récemment, l’attaque de maladies cryptogamiques et la concurrence des cultures de rente (café) et du maïs si bien que la pérennité de l’ensät et de ses paysages de jardin ne paraît pas assurée face aux besoins d’une population qui aura doublé en 2050.

On se reportera, avec profit, à l’excellent ouvrage de Sabine Planel, La chute d’un Éden éthiopien, Paris, IRD, 2008.

La chute d'un Eden Ethiopien

Photographie du bandeau © Guy Blomme. ProMusa. Licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported License.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.