IsIAO – Lettre du président de l’ARESAE au ministre italien des Affaires étrangères

Le président de l’ARESAE, Alain Gascon, a adressé la lettre suivante au ministre italien des Affaires étrangères

Monsieur le ministre des Affaires étrangères,

Nous tenons à vous faire part de la consternation des professeurs, chercheurs et étudiants de l’Association pour la Recherche scientifique et les Études sur l’Afrique de l’Est (ARESAE)— association liée à l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO) — lorsqu’il nous est revenu la situation préoccupante dans laquelle se trouve l’Istituto Italiano per l’Africa e l’Oriente de Rome.

Rares sont ceux d’entre nous qui n’avons un jour ou l’autre travaillé en collaboration, pour des publications et des journées d’étude, avec des chercheurs et des enseignants de cette institution — ou son aînée, l’Istituto Italo-Africano, dont le fonds documentaire compte parmi les plus riches, sinon le plus riche existant sur la Corne de l’Afrique. J’ajouterai que nous avons toujours été remarquablement accueillis par les membres de l’Istituto.

Aussi, au nom des membres de notre association, nous tenons également à vous faire part de notre vive préoccupation quant au devenir de ses inestimables ressources, concernant leur conservation ainsi que leur accessibilité. Il s’agit d’un patrimoine, italien certes, mais patrimoine aussi de la communauté des savants africanistes du monde entier.

Nous souhaitons enfin témoigner de notre absolue solidarité de cœur avec nos collègues et amis italiens.

 

Alain Gascon, président de l’ARESAE

Professeur émérite Institut français de géopolitique-Université Paris 8. 

Ancien chargé de cours à l’INALCO

Marc Fontrier, secrétaire général del’ARESAE

Docteur d’études africaines de l’INALCO

Florian Fontrier, trésorier del’ARESAE

Doctorant


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.