« L’Éthiopie sans Meles Zenawi: un régime autoritaire ‘à l’épreuve' ».

Appel à contribution pour la revue Politique africaine. Il s’agit d’un dossier coordonné par Jean-Nicolas Bach sur « L’Éthiopie sans Meles Zenawi : un régime autoritaire “à l’épreuve” “.

Trois ans après la disparition du Premier ministre éthiopien Meles Zenawi, en 2012, après 17 ans d’exercice continu du pouvoir exécutif suprême, sa figure trône plus que jamais dans les rues de la capitale et parfois jusque dans les zones rurales les plus reculées. ‘L’Éthiopie sans Meles’ semble aujourd’hui poursuivre sa lancée sur les bases érigées par son père fondateur, et rendre hommage à ce dernier comme pour mieux embrasser l’avenir. Le régime a évité les soubresauts d’une fin de règne, à tel point qu’on doit ici poser la question de la nécessaire réévaluation du rôle de Meles lorsqu’il était à la tête du pays : Qui était Meles Zenawi ? Sa disparition a-t-elle dévoilé ou réactivé des arènes de négociations ou des factions au sein du parti au pouvoir depuis 1991, l’Ethiopian People’s Revolutionary Democratic Front (EPRDF), qui n’étaient pas perceptibles lorsqu’il était au pouvoir ? A-t-elle ouvert de nouvelles structures d’opportunité et de nouveaux possibles ? Quel a été son impact sur le gouvernement ‘collectif’ du Front ? Quels sont aujourd’hui les enjeux et les effets du renouvellement générationnel inachevé, enclenché par Meles au sein du Front au lendemain des élections générales de 2010 ?

Ce dossier prend le parti de voir dans l’immédiat après-Meles une ‘épreuve’ (au sens de la sociologie pragmatique) (Barthe et al 2013). Une épreuve a pour propriété de bousculer les routines et d’induire des réponses individuelles et collectives particulières, à court terme puis dans la durée. Elle rend de ce fait visible ce que les fonctionnements institutionnalisés tendent à minimiser. Une sociologie politique du régime éthiopien fondée sur l’épreuve de la disparition de Meles permettra de mettre au jour les mouvements internes au régime, dans ses fondements idéologiques, dans ses pratiques administratives, économiques et sécuritaires, pour mieux faire la part entre les logiques politiques les plus profondément institutionnalisées et les contingences liées à la personnalité de son dirigeant et à l’état des rapports de force au sein du Front. C’est cette question qui sera posée à l’ensemble des auteurs du dossier, qui observeront ce qui s’est joué autour de cette épreuve de l’après-Meles dans différents domaines de l’activité étatique ou non étatique en Éthiopie.

Les propositions d’articles sont à envoyer au coordinateur du dossier d’ici au 30 octobre (plus de détails ici) et dans les PDF ci-joints.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.