Journée d’étude éthiopienne INALCO/ARESAE : conclusion

La journée fut riche et variée en interventions. Vouloir en proposer une conclusion.Nous pouvons, néanmoins, tenter d’en retracer les grandes lignes, afin d’ouvrir quelques fenêtres sur la Corne de l’Afrique. Un compte-à-rebours des communications.

Marc Fontrier, secrétaire-général de l’ARESAE, a clôturé cette journée qu’Alain Gascon, président de l’ARESAE, avait ouverte, après l’allocution de bienvenue exprimée par Delombera Negga. Serge Dewel, au cours d’une introduction générale à la Journée, a proposé quelques axes de réflexion, tout en illustrant l’étendue de la polysémie du mot patrimoine après en avoir retracé brièvement l’historique.

Nous n’avons pas eu la chance de pouvoir écouter François Guiziou nous parler des Ethiopian Shipping Lines. Aussi insolite que soit le sujet, il nous aurait fait prendre conscience de l’étendue sémantique du mot patrimoine en nous expliquant comment ce monde maritime, gravitant autour d’un pays enclavé, entre dans cette notion.
Le monde marin et portuaire a par ailleurs fait une entrée des plus concrètes dans notre champ patrimonial par la communication de Lukian Prijac consacrée au patrimoine naval et/ou littoral à Djibouti, encore à découvrir et avec tout ce que cela apporte en questions et problématiques.
Débarqué sur la terre ferme, Florian Fontrier nous a conduits sur les voies commerciales autour et sur les hautes terres d’Éthiopie. Vecteur patrimonial, autant que patrimoine à part entière, ce réseau de voies commerciales a permis l’émergence d’une région dont la culture compte rang du patrimoine national éthiopien.
Ces voies commerciales ont traversé ou longé des environnements naturels qui ont été érigés en parcs régionaux et paysages « patrimonialisés ». Je signalais dans l’introduction à cette journée que les premiers paysages furent reconnus comme patrimoine en 1880 en Allemagne. L’expérience s’est multipliée, rien qu’en Afrique orientale, non sans soulever de nombreuses questions -humaines et humanitaires entre autres-, comme l’a détaillé Alain Gascon.
Parmi les signes tangibles de la culture matérielle et intellectuelle, résultant d’échanges au gré des voies commerciales, nous fûmes sensibilisés à la numismatique et à la peinture.
Marc Fontrier nous a rappelé l’enjeu non-économique de la monnaie, un bien tangible s’il en est, et un patrimoine au sens le plus littéral du terme.
La peinture est à la fois un fond et une forme, un signifié et un signifiant. Constantin Kaiteris a mis l’accent sur l’un grâce à une abondante illustration, alors que Méliné Miguirditchian s’était interrogée sur l’autre à travers l’exemple de la restauration d’une peinture de l’église d’Abba Antonios (près de Gondär) rapportée par la mission Dakar-Djibouti de Griaule. Ensemble, ils nous ont amenés à réfléchir sur la peinture éthiopienne, traditionnelle ou non ; patrimoine certes, mais medium d’expression aussi.
Serge Dewel s’était interrogé sur la construction d’un patrimoine et sur les préoccupations politiques qu’il reflète, dans le développement de la capitale Addis Abäba, en illustrant cette problématique par l’exemple du réemploi du motif des stèles d’Aksum.
Enfin, et pour commencer, Hugues Fontaine a abordé la réflexion patrimoniale par un patrimoine à deux couches : le fonds de photographies Alfred Ilg de Zürich est un patrimoine en soi, mais il est aussi le témoin d’un patrimoine. Comment analyser et mettre en œuvre ce patrimoine pour faire ressortir ou dater un autre patrimoine, aujourd’hui disparu, pour partie au moins.


sergedewel

Docteur en histoire contemporaine (Corne de l'Afrique). Etude des constructions urbaines patrimoniales, mémorielles et identitaires, ainsi que sur l'usage des sources graphiques (cartographie, photographie...) en histoire. Historien des religions sur la thématique des christianismes orientaux.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.